Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Un échec qui se transforme en mignonne soirée, suite.

! Signaler un contenu abusif

Tout d’abord je veux remercier les gentils coquins qui ont commenté la première partie de ce récit, bien qu’ils aient plutôt parlé du rdv manqué.
Je vous propose à tous et toutes un petit jeu : me proposer des mots ou petites (vraiment petites) phrases d’approche pour la prochaine fois qui aura lieu le 15/07 ou le 22/07 (nous confirmerons la date 3 ou 4 jours avant).
Cette fois, c’était le mot de passe "pour une nuit", quel serait le prochain ?
Maintenant je continue la suite de la soirée de samedi :

J’étais donc assise à l’arrière avec José qui avait saisi où André et moi voulions en venir. Sa main était maintenant dans ma petite culotte et, tandis que 2 de ses doigts remuaient en moi, son pouce massait mon clitoris.
J’avais les jambes totalement écartées, la tête appuyée contre le pose-tête, me laissant aller au plaisir. De son autre main il s’aventura dans mon chemisier pour accéder à mes seins qui étaient nus. Dans son geste, un autre bouton se détacha. Ma poitrine était quasiment offerte à la vue de tous. André, qui suivait nos péripéties dans le rétro, lui demanda de le détacher entièrement et de bien en écarter les pans. José obéit (de bon coeur) et alla jusqu’à me l’enlever.
( Je fais régulièrement de l’exhibition en voiture, mais jamais torse nu en journée ! )
José me pétrissait les seins sans vergogne, parfois c’était sa langue qui les flattait, à certains moments il me les mordillait. Moi je me caressais l’entre-jambes d’où s’écoulait un peu de cyprine. C’est André qui nous a arrêté dans nos petits ébats en nous prévenant que nous allions sortir de l’autoroute et entrer en ville. Je me suis rajustée et José a suggéré que j’ôte ma petite culotte pour nous promener dans Maastricht. Je me suis exécutée car de toutes manières elle était trempée (le derrière de ma jupe également). Et c’est ainsi, le minou et les fesses à l’air seulement dissimulés sous ma minijupe, que nous avons marché un peu dans la ville jusqu’à la terrasse d’un café où nous avons pris place.
Comme nous procédons régulièrement, c’est José qui a joué le rôle d’être mon homme tandis qu’André tenait celui d’ami.
José était chaud, bien chaud, presque trop chaud ! Presque collé contre moi, sa main était posée sur ma cuisse. Et quand le serveur est venu prendre la commande il l’a glissée (la main de José) jusqu’à mon minou, ce qui dévoila presque tout au garçon (je pense qu’il s’en est aperçu car quand il est revenu avec nos boissons un deuxième serveur le suivait et a fait mine de laver la table à côté). Tout du long où nous sommes restés là, José n’a cessé de me caresser le clitoris. La douceur de ses gestes précis ainsi que l’endroit où nous étions eurent pour effet de me faire émettre un cri de plaisir qui ne manqua pas d’attirer l’attention. Un jeune couple nous a regardé et nous a souri.
10 minutes après nous avons pris la direction vers le sex shop. André, qui marchait derrière nous, est venu me dire en riant que ma jupe était toute mouillée et me collait aux fesses. Il en faut plus pour me gêner.

Nous sommes finalement arrivés au sex shop, il était grand temps car je crois que José allait finir par me prendre en pleine rue ! Tout le long du chemin il n’a eu de cesse de me caresser le cul, sur et sous ma jupe.
Nous y sommes entré et avons parcouru le magasin en faisant quelques achats (strings, toys, ...). José a tenu à m’offrir une petite nuisette blanche et transparente. Après avoir payé nous avons acheté nos places pour le petit cinéma situé au sous-sol. C’est assez petit, quelques rangées disposant de quelques sièges. 2 hommes s’y trouvaient, mais pas ensemble. Le film projeté était en version anglaise, il s’agissait d’une série B et une femme était attachée à une sorte de pilori pendant qu’un homme la fouettait.
José m’a embrassée et s’est empressé de parcourir mon corps. Puis il s’est redressé et a sorti la nuisette tout en me demandant de la revêtir. J’ai un peu hésité, mais André m’y a encouragé. Je me suis donc mise nue puis l’ai endossée. Tout en le faisant j’ai vu que les 2 hommes s’étaient retournés et profitaient.
Ainsi habillée (si je peux dire), je me suis assise et j’ai constaté que José avait baissé son pantalon ainsi que son caleçon. Il a passé une main derrière ma tête et a appuyé afin de me faire comprendre qu’il souhaitait une fellation. J’aime ça et je me suis penchée pour m’exécuter. Ma bouche est allée engloutir le bel objet. Mal mise, je me suis redressée puis mise à genoux devant lui afin d’y mettre toute ma science. J’étais en train de lui procurer du bonheur quand j’ai senti 2 mains me caresser les fesses. A ce moment-là je me suis dit qu’André était tellement excité qu’il voulait participer. Mais tout de suite ce furent 2 mains de plus qui se promenèrent sur moi. Je ne rêvais pas, il y en avait bien 3 paires qui me pelotaient ! J’ai mis la tête légèrement de côté et ouvert les yeux. André était toujours assis à sa place, ses 2 mains posées sur ses jambes. Je compris alors qu’il s’agissait probablement des 2 autres hommes présents dans la salle.
Comment tout ça allait-il finir ?
André s’est levé et m’a emmené dans la travée située entre le mur et les sièges. Il m’a agenouillée et a fait signe à José ainsi qu’aux 2 autres de venir me rejoindre. Les 3 se sont mis devant moi, le sexe à l’air et bandant. D’une main j’ai pris celui de José, de l’autre celui d’un des hommes et, tout en les branlant j’ai sucé le 3ème.
Le pauvre, il n’avait certainement plus été sucé depuis longtemps ! Moins de 2 minutes plus tard il s’est laissé aller et j’ai eu droit à son jet au fond de ma gorge. Il s’est dégagé et, alors que je voulais sucer l’autre, José s’est placé derrière moi et m’a fait me pencher vers l’avant. Il m’a écarté les fesses et y a introduit un doigt tout mouillé. Ma nuisette était remontée sur moi, me recouvrant presque la tête. Je sentais le sexe du hollandais qui se promenait sur mon dos pendant que José fouillait mon anus. Il a retiré son doigt, vite remplacer par sa queue. Elle me pénétra sans mal, José n’a pas été gâté par la nature. Mais il savait compenser par sa fougue, chaque coup donné me faisait presque bondir en avant. Puis il est venu se placer face à moi a enlevé son préservatif et me l’a donnée à lécher. Croyez-moi, quand il l’a rangée elle était super propre. Pendant ce temps, le dernier hollandais avait discuté (ils se sont compris comme ils le pouvaient vu la différence de langue) avec André.
André m’a demandé de me relever et s’est placé derrière moi. Une fois ainsi il m’a dit de me laisser aller en arrière, ce que j’ai fait jusqu’au moment où il m’a stoppée en me tenant sous les bras. Le hollandais est venu se placer entre mes jambes et a demandé à son compatriote d’en soulever une tout en faisant comprendre à José de faire de même avec l’autre. La situation était plutôt cocasse, je me sentais un peu bête. Mais très vite j’ai oublié ma position, le hollandais m’a pénétrée et s’est défoulé dans ma chatte pendant que les 2 autres s’amusaient avec mes tétons de leur main libre. Finalement, André était le seul à être incapable de me toucher. Mais il s’en est moqué, ce à quoi il assistait le comblait entièrement et même plus que ça.
L’homme s’est ensuite retiré et, après avoir déshabillé son membre, s’est vidé sur mon ventre.
Je me suis rhabillée normalement et avons quitté l’endroit. Petite balade dans Maastricht (le soir c’est magnifique) et vers minuit nous avons pris le chemin du retour. A l’arrière avec José, nous avons encore "joué" durant le trajet. Avec plaisir et gourmandise je lui ai fait une gâterie dont il se souviendra longtemps (non, je ne suis pas prétentieuse).
Nous l’avons déposé devant chez lui et sommes rentrés "at home" où, un peu fatiguée, j’ai quand même donné beaucoup de plaisir à mon chéri d’amour.

Il dit souvent qu’il a beaucoup de chance d’avoir une femme comme moi (et il a raison Lol) mais je crois que je suis encore plus chançarde d’avoir un mari tel que lui, un mari qui accepte que sa femme prenne du plaisir avec d’autres. C’est aussi pour ça que je l’aime.

Doux baisers à vous tous et à mes soeurs libertines,

Christel

1 Commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription