Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

suite de nos vacances au Cap d’agde

! Signaler un contenu abusif

Comme, elle l’a dit dans la dernière contribution, à la fin " nos vacances au Cap d’agde"
Mais pour la suite, je préfère laisser à mon mari de vous raconter, puisqu’il se contentait de jouer le voyeur.
Donc, je reprends le clavier pour vous raconter la suite, mais j’apporte une précision importante. C’est un couple, avec eux, nous avions passé plusieurs soirées ensembles, nous nous entendons bien et à force une certaine confiance s’installe. Alors, nous avons décidé d’aller plus loin, ça veut dire, chacun de nous doit faire le test pour pouvoir avoir des relations sans protection.
Nous organisons quelques fois, des soirées de rôle. Cette soirée, nous avons décidé que ma femme se laissera dominer, mais une domination sof.
Pendant que les femmes faisaient l’amour sur le matelas au bord de la piscine, sous nos regards. Nous contentions de les regarder, je bandais à voir ma chérie lécher la chatte Estelle, j’ai commencé à me branler, tandis que Marc, ne tenant plus, il s’approche des femmes et tend sa queue bien dure à Estelle. Mais le reste, ma femme a déjà écrit. Estelle a décidé qu’il est temps de rentrer à l’intérieur, car la température a commencé à tomber. Nous la suivons, alors que ma coquine prenait le temps de se rhabiller. Aussitôt, Estelle invite ma chérie à aller se rincer, pendant que Marc mettait de la musique, il me charge d’ouvrir le champagne et préparer les coupes. Nous sommes installés confortablement dans les fauteuils et nos femmes arrivèrent, coiffées, maquillées. Elles sont aussi belles, l’une que l’autre, mais chacune avec la sensualité et les charmes différents. Aussitôt, ma femme entraîne Marc à danser, plutôt zouker, elle adore danser, surtout sur de la musique comme ça, coller-serrer. Estelle m’entraîne aussi, mais danser, je n’aime pas trop, je préfère rester assis et regarder le corps de ma chérie coller contre celui de son partenaire, surtout la façon qu’elle bouge, on dirait, elle fait l’amour. Estelle m’embrasse, nos langues se mêlent, s’entremêlent, elle a envie de baiser, car elle frotte son bassin contre ma queue bien dure déjà. Mes mains caressaient ses fesses, ses seins, ils sont plus gros que ceux de ma chérie. Elle me murmure à l’oreille "j’ai envie que tu me baises, allons dans la chambre" sans attendre ma réponse, elle m’entraîne vers la chambre, j’ai jeté un regard vers ma femme, ils continuent à danser mais pas de pelotage. Estelle est une vraie chienne au lit, elle veut tout, que je la léche, embrasse ses pieds (ça tombe bien, je suis fétichiste des pieds femmes) et sucer ses jolis orteils. Je l’ai baisé,, sodomisé et joui dans sa bouche. Elle est enfin satisfaite et s’est endormie. Aussitôt, je sors de la chambre pour rejoindre ma chérie et Marc pour voir où ils en sont, car avant tout, mon plus grand plaisir, c’est de regarder ma femme prend du plaisir aux bras de ses amants. On dirait qu’il m’attendaient, car dès que je suis arrivé, Marc dit à ma femme :
— Lève-toi, je veux te prendre maintenant. En as-tu envie ?
— Oui…
— Comment veux-tu que je te prenne ?
— Là, debout contre le mur, une jambe relevée.
— Tu es excitée ?
— Oui…
— Écarte tes jambes comme tout à l’heure.
ma chérie s’exécuta, écarta ses longues jambes, cambrée sur ses escarpins, et les plia légèrement.
— Écarte ta chatte avec tes doigts pour que je juge si tu es assez mouillée.
— Hummmmm…
— Mets-toi contre le mur. Face à moi. Regarde-moi dans les yeux.
Marc s’approcha ; son sexe était devenu énorme. Il releva une jambe de ma coquine et son gland se fraya un passage entre les petites lèvres luisantes de mouille.
— Aaaahhhh… tu es énorme. Oui, vas-y, rentre… baise moi.
— Tu veux la sentir au fond ?
— Ouiiii…
— Tu veux sentir mon foutre chaud au fond de ta chatte ?
— Ouiii… Vas-y !
— Tu le garderas au fond de toi le plus longtemps possible ?
— Ouiii, tout ce que tu veux… Baise-moi… fort… fort, ouiiii !
Marc s’activait à grands coups de reins ; ils étaient en sueur tous les deux. Je devenais fou en les regardant, la main sur mon sexe hypertendu… Ils criaient ensemble ; ils jouirent au même moment tout en flirtant, leur langue enfoncée au plus profond de leur bouche…Marc se retira et dit à ma femme :
— Courbe-toi sur le tabouret du bar, les fesses cambrées. Nous, on va prendre un verre en regardant tes fesses.
Ma chérie s’exécuta avec une vitesse étonnante, tout excitée par la situation. Nous étions assis dans le fauteuil. Une goutte commença à perler hors de sa chatte.
— Regarde comme elle a reçu mon foutre…Il se leva et lui introduisit deux doigts dans la chatte, ce qui manqua de la faire jouir une nouvelle fois sur le champ, puis il la retourna et lui demanda d’ouvrir la bouche dans laquelle il introduisit ses doigts.
— Lèche, ma coquine ; lèche ce mélange de nos plaisirs.
— Hummm… Oui, je n’ai jamais fait ça ; c’est bon…
— Rassieds-toi maintenant ; ton mari vient de déboucher une nouvelle bouteille de champagne. J’étais effectivement repassé derrière le bar pour servir trois nouvelles coupes ; ma femme était toujours vêtue de son soutien-gorge provocant, de son slip ouvert, de son porte-jarretelles et de ses escarpins. Marc et moi étions entièrement nus ; nous entamâmes une nouvelle conversation anodine. Marc caressait les fesses de ma chérie, très cambrées par sa position sur le tabouret. À un moment, je la vis se redresser un peu pour redescendre doucement, très doucement…Ses seins me semblaient particulièrement pointer, dans un état où je les avais rarement vus. Marc sourit et demanda à ma chérie d’un air coquin :
— Tout va bien ? Ton mari te regarde bizarrement… Dis-lui ce qui se passe.
— Mon amour, Marc vient de m’introduire un doigt dans le cul.
— Tu le sens bien ? demanda Marc.
— Oui… c’est bon.
— Tu voudrais le sentir plus loin ?
— Peut-être…
— Alors, soulève-toi : je vais retirer mon petit doigt pour le remplacer par mon majeur.
— Hummm, doucement… Oui, je le sens mieux, continue…
— Descends bien.
— Oui !… Mon chéri, c’est bon ce qu’il me fait, son doigt est rentré loin… Hummmm, je sens que je vais jouir…
— Pas tout de suite, ma coquine, maintenant, c’est au tour de ton mari de te prendre. Couche-toi sur le divan, sur le dos.
Ma femme s’exécuta et Marc vint se mettre à califourchon sur ses bras, il posa ses couilles sur sa bouche. Je vins entre les jambes de ma chérie, la queue rendue énorme par cette soirée dépravée…ma chérie était immobilisée, et Marc lui pinçait les tétons en les tirant, ma chérie émit un petit cri, mais elle adore qu’on les maltraite ainsi.
— Suce-moi les couilles et relève tes jambes pour que ton mari voit ta chatte bien ouverte, il va te remplir à son tour. Mets-toi un doigt dans le cul pendant qu’il te pénètre !
De mon côté, je m’enfonçai d’un coup dans sa chatte encore ruisselante du sperme de son amant et entrepris de la baiser à grands coups de reins pendant que Marc, ayant un peu reculé, se faisait sucer la queue par ma coquine chérie. Au bout de quelques minutes, ne résistant plus, je jouis à grands coups au fond d’elle, pendant que Marc, se retirant de sa bouche, éclaboussait de sperme ses seins… Nous nous redressâmes tous les trois, et Marc lui demanda d’étendre son sperme sur ses tétons et de rester ainsi jusqu’à ce que nous ayons terminé notre verre… ma femme s’exécuta lentement avec un regard coquin ; elle s’appliqua à bien étendre la semence de son amant tout autour de ses tétons rougis par le traitement que Marc leur avait infligé. Estelle est réveillée et voyant ma chérie ainsi, elle s’approcha pour l’embrasser et lécher tout le sperme. Mais Marc n’a pas fini, il demande à ma femme :
- Mets-toi à quatre pattes, je vais te sodomiser.
- Non ! s’il te plaît, elle est trop grosse, tu vas me déchirer, me défoncer.
- Chuuut ! laisse-moi faire, détends-toi
Je rebande encore. Marc s’approcha sa queue bien dure, à l’entrée et lentement, il poussa.
- Voilà ! mon glande est rentré, tu es tellement trempée que tu ne l’as presque pas senti. Je vais m’enfoncer complètement dans ton cul. Si tu voyais comme ça excite ton, il bande et Estelle va donner son cul aussi.
En effet, ma salope de femme n’a même pas crié de douleur. Marc commence de longs mais profonds va et vient et ma coquine gémit de plaisir. Marc lui ordonna :
- Caresses-toi, le clito
- Oh ! oui ! encule-moi, je vais jouir.
Tellement excité par le spectacle et entendre ma femme crier comme une chienne. J’ai demandé à Estelle de se mettre à genoux et je l’ai sodomisé aussi. Et quand ma femme a joui, alors que Marc vide son sperme dans le cul de ma femme. J’en faisais pareil avec Estelle. Ma femme est venue m’embrasser en me disant :
- Je t’aime mon chéri. Il m’a bien fait jouir Marc. Tu as aimé ?
- Tu es tellement magnifique quand tu baises. Je t’aime.

3 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription