Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Suite 2 Plaisir de soumise grâce à mon mari

! Signaler un contenu abusif

Après avoir fait sa fausse sieste, mon mari était tout gentil et même très mielleux. Il avait peur de quelque chose, comme s’il avait quelque chose à se reprocher. Il m’a demandé si on pouvait inviter notre voisin à dîner. J’ai accepté mais je lui ai demandé de tout préparer car j’étais un peu fatigué. Il y a longtemps que je n’avais pas eu de jouissance à la suite et avec intensité. J’en avais encore envie, c’était très excitant de savoir sans connaître vraiment qui me manipulait. Ce dîner allait il me divulguer l’instigateur de cette machination.
Vers 20h, on sonna à la porte et c’est moi qui accueilla Rachid. Il était élégant, sentait bon et il me bisa pour la première fois. Nous étions dans le salon pour l’apéro et nous faisions comme si rien n’était arrivé. Une fois l’apéritif terminé, mon mari débarrassa et resta un moment en cuisine pour préparer les entrées chaudes. Rachid me demanda si j’avais bien mis le préservatif usagé dans la poubelle des toilettes et il envoya un sms à mon mari lui précisant qu’il pouvait aller chercher dans la poubelle des toilettes, la preuve que sa femme lui faisait vraiment plaisir. On l’a vu sortir de la cuisine et se diriger vers les toilettes. Je suis allée à ce moment dans la cuisine et lorsque mon mari est revenu, il s’est arrêté devant le salon pour parler à Rachid. J’ai tendu l’oreille pour savoir ce qu’ils se disaient. Rachid lui confirmait qu’il était d’accord et heureux de s’occuper de moi et qu’il allait continuer dès ce soir. Mon mari a répondu qu’il irait se coucher tôt et qu’il pourrait faire comme bon lui semble. Je savais maintenant que l’idée venait de mon mari. Il maîtrisait la situation et cela me rassura. Je suis allée aux WC et j’ai vérifié dans la poubelle. Le préservatif n’était pas placé comme je l’avais laissé et il était vidé de son sperme.
Nous sommes passés à table, Rachid était assis en face de moi. Son pied n’arrêtait pas d’être en action. Je restais discrète, ne montrant pas mon excitation. A un moment où mon mari était reparti en cuisine, Rachid me demanda d’enlever ma culotte et de la lui remettre. Je m’executai rapidement et il la mit dans sa poche. Il m’a montré en soulevant la nappe qui le recouvrait qu’il avait lui aussi le sexe à l’air. Je sentais son pied entre mes cuisses et son gros orteil a fini par glisser sur mon clitoris. Rachid me maîtrisait, il devait sentir les moments où j’étais prête à perdre mon contrôle et il se retirait. J’etais passive et j’avais peur qu’on se fasse prendre. Pourtant, je savais que mon mari était complice mais je voulais continuer à lui faire croire que j’ignorais tout de sa machination.
Je discutais beaucoup pour dissimuler mon excitation. J’étais aussi curieuse de découvrir Rachid autrement que par le sexe. On se posait les questions existentielles et il était très cultivé. J’ai su qu’il pratiquait l’ostéopathie et que le corp humain était sa spécialité. Nous étions au dessert et mon mari n’arrêtait pas de bailler pour nous montrer qu’il allait nous quitter. Je continuais à discuter avec Rachid, il me faisait rire. Il faut dire que la vin y était pour quelque chose. Arriva ce qui devait arriver, mon mari nous salua en disant à Rachid qu’il pouvait rester. Rachid lui repondit qu’il n’allait pas tardez aussi.
Je paniquais un peu, ils avaient convenu quelque chose. J’ai entendu la porte de la chambre se fermer et Rachid est tout de suite venu vers moi le sexe bandant devant mon visage. Il m’a ordonné à le masturber tout en continuant à parler pour faire croire. Je le masturbais lentement avec mes deux mains et je détaillais ce membre. Ce sexe n’était pas si gros comparé à celui de mon ancien maître d’y a 5 ans. Son gland était très épais, proche d’un gros œuf et le reste aussi long que mon avant bras. Des veines gonflées lui donnaient du relief et me faisaient penser à un sexe d’animal. Nous continuions à discuter mais il n’arrivait plus à tenir un dialogue cohérent. J’ai entendu la phrase "suce maintenant et avale tout". J’ai hesité et j’ai répondu NONNN et que je ne savais pas faire. Il m’a donc attrapé les cheveux et son sexe forçait ma bouche. J’ai cedé volontairement, et me concentra sur le gland. Il sentait le propre et le goût du pré-sperme était bizarrement sucré. Mes lèvres sont restées seulement sur le gland, Rachid donnait le rythme en basculant son bassin. Je ne comprenais plus rien à ce qu’il continuait de dire et il a fini par se libérer en maintenant ma tête . J’avais l’impression qu’il urinait et je faisais tout mon possible pour avaler. Je confirme, c’était bien légèrement sucré et aussi acidulé, ça donnait envie de tout boire. Aucune amertume comparé à ce que je connaissais. Rachid continuait à ejaculer par à coups et je continuais de le boire. Cette fois, comme il y en avait moins, on entendait ma bouche faire l’aspirateur. Il se vidait en parlant comme un sauvage, je ne comprenais rien et de temps en temps je saisissais le mot "bonnnnnnn". Il faut dire qu’il n’était pas discret mais c’était aussi pour se faire comprendre et entendre de mon mari. Sa jouissance ne pouvait pas passer inaperçu. Il m’a annoncé que ce n’était qu’un debut et que moi seule donnerait l’arrêt de cette soirée. Il avait de la réserve, il me dit qu’il avait pris du fortifiant avant de venir. Je ne savais pas si j’allais tenir mais l’envie était là, bien présente dans mon ventre. Faire ça dans ma maison, avec l’accord de mon mari amoureux, c’était le moteur de cette motivation.
À suivre...

1 Commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription