Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Stage canoë

! Signaler un contenu abusif

Nous partons en week-end "sportif" de 3 jours en Ardèche. Au programme : équitation, canoë-kayak, randonnée... Le tout avec un hébergement plutôt confortable. Le séjour nous coûte un peu mais ce n’est pas souvent, il faut savoir profiter !
Il y a 3 accompagnants/moniteurs. La première activité sera une initiation au canoë alors que celà devait être équitation. Nous nous retrouvons tous les 5 dans un petit hangar aménagé en vestiaire pour enfiler nos combinaisons de néoprène. Elles ne sont pas très épaisses : l’eau n’est pas froide. Par contre, du fait du changement d’activité, nous n’avons pas nos maillots, ce sera sous-vêtements. Ma femme, très pudique, demande à tout le monde de se retourner pendant qu’elle se déshabille. Elle essaye de faire celà rapidement mais ne se rend pas compte qu’un miroir renvoie son image aux 3 gars retournés... qui ne perdent pas une miette du "spectacle" ! L’un se met à poil : il préfère être nu dans sa combi. J’enfile la mienne : c’est pas évident, je suis à moitié coincé et je dois demander un peu d’aide, elle est un peu juste pour moi. Ma femme a aussi du mal. Vu que je ne peux plus bouger beaucoup, c’est celui qui est encore nu qui va l’aider. Il lui remonte la fermeture éclair dans le dos puis commence à lui ajuster la combinaison. Il tire un peu sur les manches, lui ajuste sous les seins, la remonte au niveau des fesses puis, en dernier, lui remet les coutures de l’entre-jambe comme il faut :
"Il faut faire attention, ça peut frotter et faire de belles irritations". En disant cela, il lui écarte un peu les cuisses et "farfouille" un peu (trop ?) vers l’aine et le pubis. Les joues de ma femme deviennent toutes rouge ! D’autant que l’homme, à poil sous son nez, ne peut empêcher un début d’érection.
Une fois tout le monde paré, nous partons dans nos canoës sur la rivière. Au bout de 2 heures, nous faisons un arrêt sur une berge déserte pour pique-niquer.
Je dois encore demander de l’aide pour enlever la combi et aller faire pipi. Ma femme me demande elle aussi de l’accompagner. Je prends une serviette pour lui faire un paravent. Je l’aide pour descendre sa combi. Elle s’accroupit et baisse sa culotte. Je remarque que la gêne qu’elle a éprouvée il y a 2 heures ne l’avait pas laissée de marbre : une auréole tâche le fond de son slip. Vexé, je remonte discrètement la serviette pour offrir la vue de son petit cul aux autres, restés 6 ou 7 mètres derrière. D’un coup, les conversations s’arrêtent. Apparemment, ma manoeuvre porte ses fruits. Cette situation où j’exhibe ma femme m’excite beaucoup.
On prend en apéro un petit vin cuit de la région, beaucoup plus fort que ce à quoi on s’attendait, on mange, on boit un peu de vin. Je m’allonge un peu. Les 3 gars veulent se baigner, ils y vont à poil, sans gêne.
Je fais mine de m’assoupir. Le mono canoë, remonte et propose à ma compagne de venir aussi. Elle hésite mais se laisse convaincre.
"Enlêve ta combi ! C’est quand même plus agréable, non ?"
Comme elle n’y arrive pas seule, il lui donne un coup de main pour la retirer. Moi, je regarde ce qu’il se passe de manière discrète.
Il l’aide beaucoup ! Elle a la combi à la taille, il lui enlève le soutien-gorge "pour ne pas qu’il s’abîme". Il manipule la combi autour de sa taille, sur ses fesses, son entre-jambes pour pouvoir ensuite l’enlever plus facilement. Elle rougit de nouveau. Lorsqu’il force un peu pour faire glisser le néoprène, la culotte descend un peu avec... Il passe sa main entre les cuisses de ma femme pour appuyer sur la combi. Allongé, je vois tout ce qu’il se passe et je me rends compte que le dessus de sa main appuie aussi un peu sur le fin tissu du slip.
"Lève la jambe que je te retire la combi"
Elle est en équilibre sur un pied, lui accroupi devant elle. Elle se maintient sur son épaule pour ne pas tomber. En lui retirant la 1ère jambe de la combinaison, il pousse un peu sur son genou, ce qui lui fait ouvrir les cuisses.
Je vois que le moniteur a une érection... Comment l’en blâmer ?
Il va s’attaquer à la 2ème jambe. Il remonte vivement la main qu’il avait entre les genoux de ma femme. De nouveau, subrepticement, il touche le slip. Ma compagne émet un oh ! de surprise étouffé. Je sais qu’elle voit la bite tendue de l’homme, il ne pourrait en être autrement. Il recommence la manoeuvre pour dégager l’autre jambe. La culotte légèrement baissée baille. De là où je suis, je peux apercevoir une de ses grandes lèvres. Le moniteur aussi !
"Je suis sûr que tu mouilles !" lui balance t’il brutalement
"Non, pas du tout ! N’importe quoi !" lui répond t’elle
Il lui attrape le fond de sa culotte et le tire vers le bas
"Menteuse ! Regarde dans ton slip ! Le tissu est trempé. Si tu es gênée, tu peux continuer à enlever ta combi toute seule..."
Elle ne répond pas mais se dégage un peu et s’assoit sur une petite pierre. Elle finit d’enlever la combinaison collante. L’homme s’approche d’elle. Il est debout. Son sexe est bien durci. Il l’approche de son visage et la lui décalotte sous le nez.
"Embrasse-la"
"Non mais ça va pas !?" répond t’elle
Il s’approche plus encore et lui colle son gland sur les lèvres.
"Je sais que tu es excitée : ton slip en est la preuve ! Et j’ai regardé ta chatte : elle était luisante."
"Mais ! Mon copain est là, comment oses-tu ?!"
Pendant qu’elle lui répond, il s’approche encore et fait entrer le bout de son gland dans sa bouche. Elle ne se dérobe pas mais ne fait aucun geste pour accompagner l’intromission non plus.
Les 2 autres gars sont sortis de l’eau. Ils se sont approchés et ont, eux aussi, retiré leur slip. Ils arrivent dans le dos de ma compagne. L’un d’eux passe directement sa main vers l’entre-cuisses de ma douce. Il la plaque sur sa vulve en écartant la culotte.
"Ah oui ! elle est bien mouillée, la coquine !"
L’autre fait le tour et s’accroupit. Il attrape l’elastique du slip et lui retire d’un coup. Elle est complètement nue devant ces 3 gars !
"Sa chatte est bien ouverte, elle baille. On dirait un coquillage, dit l’un en la caressant. Son clito est tout gonflé, regarde comme elle coule ! Je vais y mettre un peu ma langue !"
Là, ma compagne ne peut réprimer un râle. Le gars a la langue agile et il semble savoir y faire. D’elle même, elle commence à avaler le phallus qui n’était qu’à l’entrée de sa bouche, elle l’attrape même d’une main pour mieux le contrôler. Le 3ème mec se branle à coté d’elle.
Celui qui la lèche l’attrape par la taille et bascule en arrière. Il se retrouve sur le dos, ma femme sur lui.
"Enfile toi-même ma queue dans ta chatte !"
Elle l’empoigne et la dirige vers son vagin. Je vois le sexe entrer doucement dans cette vulve que j’aime tant, elle se l’enfile jusqu’aux couilles. Devant elle, le moniteur a repris sa place dans la bouche de ma compagne. Elle le suce au rythme des mouvements de celui qui la pénètre.
Le 3ème homme s’approche de l’orifice resté libre, la bite à la main.
Il frotte son pouce sur le périnée de ma femme, sur ses lèvres distendues par la bite qui la pilonne. Il l’humidifie ainsi. A quoi bon ? Son jus intime lui a coulé jusque dans la raie du cul ! Il commence à lui masser le trou. Ma femme aime cette caresse mais m’a toujours refusé la sodomie... Lorsqu’il appuie son pouce pour le lui faire entrer dans le derrière, elle se crispe, serre les fesses mais ne se retire pas. Il fait aller et venir un peu son doigt puis le retire et colle son gland sur l’oeillet gluant de cyprine. Ma femme proteste.
"Non ! Pas par là ! Je n’aime pas !"
Il lui répond : "Vu comme t’es serrée, t’as pas du beaucoup essayé ! Je vais te la mettre là et tu vas aimer !"
Le moniteur, qui ne se dégage même pas de la bouche de ma femme, se penche en avant, lui prend les fesses à pleines mains et les lui écarte fortement. Elle a le cul complètement ouvert... Offert au pieu qui s’approche, devrais-je dire ! Quelle vision !! Ma femme, si prude en règle générale, qui aujourd’hui, avec un peu d’alcool, s’offre à 3 mecs qu’elle ne connait pas ! Une queue dans la bouche, une autre dans la chatte et bientôt son dernier trésor investi ! Je sais qu’elle a honte de sa faiblesse, mais elle ne peut résister.
Celui qui va l’enculer a envie de lui décrire précisément ce qu’elle ne peut pas voir :
"Mon gland est posé sur ton trou du cul bien baveux. Je pousse un peu, ça a du mal à rentrer. Je force. Ton anus s’ouvre, mon gland rentre."
"ça fait mal !" gémit’elle
"Continue de sucer ce qu’on te donne ! ça y est, le gland est rentré tout entier. Je vais te faire quelques va-et-vient pour te détendre la corolle... Après, tu l’auras toute entière". Il exécute sa promesse. 
"Aïe, j’ai mal ! Arrête !!.... Reprends doucement... ahh.."
Il continue, plus doucement cette fois, mais en allant chaque fois un peu plus profond. Ma compagne reprend la fellation qu’elle avait un peu arrêtée.
"Tu vois ?! Tu commences à aimer ça, avoir une bite dans le cul ?" Le gars s’excite à parler crûment.
"Dis-moi que tu aimes que je t’encule ! Dis-le que le fais bien !"
"Oui, tu m’encules bien !! C’est bon !" Elle non plus ne se contrôle plus au niveau du langage ! "C’est trop bon ! Je sens que ça vient, je vais... Je jouis !! Ahhh !"
Elle jouit longuement mais les gars n’arrêtent pas leur pilonnage avant que le dernier soubressaut ne soit venu.
Ils se retirent doucement, relèvent ma femme et la font s’asseoir sur la pierre du début.
"Termine nous avec ta bouche"
Les 3 sexes sont sous son nez, tendus vers ses lèvres et sa langue. Elle suce un peu chacun à tour de rôle. Je vois qu’elle hésite un peu avec la bite trempée de mouille qui lui ramonait la chatte il y a quelques secondes mais finalement, elle l’enfourne et la nettoie complètement. L’hésitation est plus marquée avec celle qui était dans son cul. Elle sort juste sa langue et frotte le frein du prépuce dessus. Puis sa lèvre supérieure se pose sur le gland et sa bouche descend doucement le long de la tige. Le gars n’en peut plus : il lui jouit à l’intérieur de la bouche par longues saccades. Apparemment, les jets de sperme sont fournis : ma femme doit déglutir deux fois pour ne pas s’étouffer !
Les 2 autres viennent à leur tour, sur son visage. Leur semence coule sur ses joues, sur ses seins, son ventre jusqu’aux poils de sa chatte.
Le moniteur tend à ma femme sa culotte.
"Essuie-toi le sperme avec ça. Après, tu la remettras. Ce soir, tu la laisseras bien en évidence pour que ton mari voie comment on a profité de toi... Et comment tu as aimé ce qu’on t’a fait. Oui ?"
"Oui..." répond t’elle timidement. Elle est rouge de honte : je pense que l’effet de l’alcool est en train de redescendre et qu’elle commence à réaliser que ce qu’il vient de se passer n’était pas un rêve érotique mais bien la réalité.
Tous se rhabillent.
Je fais mine de me réveiller...
"Ouh ! Je crois bien que je me suis endormi, dis-je en adressant un clin d’oeil discret au moniteur. Je n’ai pas roupillé trop longtemps au moins ?"
"Non" me répondent-ils tous les 4 en choeur
"Vous ne vous êtes pas ennuyés à attendre que j’émerge ?" dis-je en rigolant
"Non" cette fois, ma femme n’a pas répondu. Elle a le feu aux joues
Le moniteur passe derrière elle et lui dit tout bas "N’oublie pas ta promesse..."
Je fais mine de ne rien avoir entendu.
Je m’approche de ma femme et lui fais bisou sur les lèvres. Son haleine, et sa peau, sente fort le sperme.
"Tiens chérie, tu as quelque chose dans les cheveux, là"
Elle passe la main dedans, est subitement très génée : elle vient de voir qu’un longue trainée de sperme a été oubliée dans sa chevelure.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription