Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de complices de couples >

Soumise..pas soumise...

! Signaler un contenu abusif

Elle voulait avant tout, 2 hommes et un massage, elle répondit donc à l’annonce de mon ami Peter. Dans ces échanges il fut très vite évoqué, les termes "soumission", "obéir aux ordres" etc.. Peter, entrant dans le jeu un peu trop vite, répondit en Maître et envisagea une rencontre où il était question d’instruments. Elle pris peur et Peter, se rendit compte qu’il était allé trop loin. Il lui parla alors de son ami Marquis (moi) qui sans doute serait plus au fait de sa demande.
Nous entrâmes donc en contact, et après de nombreux échanges de mails ayant pour but de mieux connaître nos personnalités et nos désirs, nous décidâmes de nous retrouver à l’hôtel.
Au travers de ces échanges, il apparaissait clairement une demande d’obéissance , voir de soumission, elle semblait vraiment ressentir le besoin d’être dirigée. Pour ma part, issu du milieu libertin le pratiquant depuis longtemps, le domaine Maître/Soumise ne m’était pas complètement étranger, mais je ne l’avait jamais pratiqué, tout juste tutoyé,n’ayant pas eu la chance de rencontrer de véritables soumises assumées.
L’idée malgré tout me séduisait et je décidai donc d’endosser ce rôle , mon challenge étant de l’initier en douceur mais fermement afin de ne pas trahir sa demande de future soumise. Craintive, elle me répondit que de lire ces mots, Maître et soumise, lui faisait peur. Une amie libertine m’ayant surnommé Marquis , et moi l’appelant bien entendu Justine en référence à ce cher Marquis de Sade, je lui proposai de remplacer tout naturellement Maître par Marquis et Soumise par Justine.
Je serai donc son Marquis et elle deviendrai ma Justine, si elle réussissait quelques épreuves virtuelles et réelles. Je commençai par lui imposer quelques écritures, dans le but de la pousser dans des limites jusque là inexplorées. Elle s’en tira fort bien et obtint le titre de Justine avant que l’on se rencontre réellement.
Je l’attendais donc à l’hôtel et fini par la voir arriver sur le parking. Le cœur battant, je la vis descendre de voiture. Il s’agissait bien de Justine, jolie et gracieuse silhouette qui se dirigeait maintenant d’un pas assuré, vers la porte d’entrée. A moi de ne pas faillir et surtout de ne pas la décevoir. Une main ferme dans un gant de velours me répétais je comme un let motive.
Étrangement, ce que j’attendais avec le plus d’impatience, c’était...un baiser. Il faut dire que chez les libertins, rares sont les personnes qui se laissent aller à des pulsions sentimentales, l’essentiel ne se situant pas là. Lors de nos échange, elle m’avait confiée qu’elle adorait embrasser, et depuis j’étais dans l’attente. Premier sentiment de possession, mélanger nos bouches, nos langues s’enlaçant langoureusement, je ne pensai qu’à ça.
Je m’étai placé face à la porte, dos contre la fenêtre, afin d’être le plus éloigné possible de l’entrée. Pour instaurer ce climat voulu par Justine, il ne fallait pas attendre, je devais me comporter en Maître dès son arrivée. C’était un passage obligé, sachant très bien que si on commençait par des présentations, bises etc.. il serait très difficile pour moi d’assumer mon rôle et de revenir dans le jeu.
J’avais laissé la porte légèrement entrouverte, afin de ne pas bouger de ma position. Elle frappa, et comme je ne répondais pas, elle fini par pousser légèrement la porte.
"Entre" lui dis je sur un ton autoritaire. Elle feint une légère décontraction, mais je la sentais tremblante, pleine d’appréhension. Elle commença à me parler de son retard etc...Je lui répondis quelques mots, et alors qu’elle esquissait un pas... STOP lui dis je.
Marquis entrait en scène, au grand bonheur mélangé de crainte de Justine. Ce qu’elle ne savait pas à ce moment, c’est que sa crainte était largement partagée.
Je lui dis : "Pose ton sac à tes pieds, retire ton manteau et pose le sur le lit" ; Elle s’exécuta. Je fus ravi de voir sa docilité et me rassura sur le rôle que je devais tenir.
Elle portait comme je lui avait demandé un corsage largement déboutonné, laissant apparaître la naissance d’une jolie poitrine.
Désirable, elle me fait un très bel effet, cette femme est tout simplement belle. Mon sexe durcit. " Approche ". Elle est maintenant tout près de moi, face à face,nous nous regardons. Je lui souris, la prends dans les bras, la caresse, et nous nous embrassons longuement. Les caresses se font de plus en plus précises et deviennent même impudique. Justine pousse des petits cris, chaque fois que j’effleure sa poitrine, que je me serre un peu plus près de sa vulve, que mes doigts lui pétrisse les fesses.
Mon smartphone est posé sur une petite table près de nous, je met de la musique. Une série de quelques slows choisis à l’avance, et nous entamons une danse plus qu’érotique. Je la retourne et me place tout contre ses fesses, en continuant de lui caresser la poitrine. Elle entame des... non ! non !puis des... oui ! puis de nouveau...non ! ponctués de petits gémissements et quelques cris provoqués par une hypersensibilité exacerbée qui d’abord me surprends mais très vite me ravis. Je la met à quatre pattes sur le bord du lit, lui relève sa jupe, pour découvrir des fesses magnifiques ornées d’un très joli string à dentelles noirs, assorti à ses bas. Quel magnifique spectacle ! Je plonge ma tête entre ses fesses, écarte le string pour mieux lui lécher les deux orifices. Elle continue de gémir et j’entends des ..non ! des... oui ! je remplace tour à tour ma langue par les doigts pendant quelques minutes. J’arrête, me redresse et lui demande de retirer mes chaussures, puis mon pantalon... Elle obéit.
Elle est déconcertante, à la fois si classe et si sexy, tellement réceptive à mes caresses, semblant ne pas vouloir et m’encourageant à la fois, je n’y tiens plus. Elle est assise sur le bord du lit, je me redresse devant elle et lui présente mon membre déjà bien dure.
" allez vas y suce moi bien ma chienne " . Elle prends délicatement mon membre dans la bouche puis avec une douceur infinie, fait coulisser ses lèvres tout le long. " oh oui c’est la meilleure pipe du monde ". Elle continue, passant sa langue bien humide sur toute la longueur de ma tige.. " lèche mes couilles aussi " elle les lapes à petits coups de langue, puis engouffre de nouveau mon gland avec un subtil mélange de chaleur et et de douceur. Je dois la pénétrer, ça devient obsessionnel...Je lui demande de se mettre de nouveau en position de la levrette, , je lui écarte son string, mon membre se dirige de lui même, sans que je lui en donne l’ordre, au plus profond de l’intimité de Justine. elle entame de nouveau des non..non... je pense lui avoir fait mal, mais ses gémissements suivis de oui... me prouvent le contraire.
" tu aime ça hein chienne ? " oui j’aime ça !" je lui claque les fesses avec ma ceinture toute proche en lui criant "Oui Marquis !!" Elle réponds " oui Marquis " avec des trémolos de douleur mêlés de jouissance !! Visiblement elle aime....J’insiste donc tout en continuant de coulisser mon sexe dans sa jolie chatte, qui se contracte autour de ma bite...hummm ! merveilleuse sensation , je la puni et elle me récompense en serrant sa chatte sur ma queue...Quel délice....Je ne veux pas éjaculer tout de suite, je me retiens tout en continuant mes vas et viens, tantôt doux et lents, tantôt rapides et brutaux " Tu sens mes couilles cogner contre tes lèvres ?" Elle ne peut plus répondre, tout à sa jouissance, elle pousse des cris de plus en plus forts ponctués de non..oui..non...non..! Puis fourbue, elle s’allonge complètement sur le lit. Je retire mon membre et veux me faire sucer, mais elle hésite, le fait quand même mais visiblement à contre cœur, je n’insiste pas . J’ai envie de la sodomiser, bien qu’elle m’ai prévenu ne jamais l’avoir fait, mais qu’elle accepterait d’essayer avec moi. Je prends mon tube d’huile prévu à cet effet, lui demande de se mettre face sur le lit, et croupe relevée. J’écarte son string, et commence à enduire son anus, enfonçant au passage un doigt inquisiteur. Justine remue les fesses, un peu par plaisir, et beaucoup par crainte... C’est le moment, je monte debout sur le lit puis me plie légèrement pour commencer l’introduction avec mon sexe cette fois. Non..Non..soupirs... cris de plus en plus fort... mon gland tout juste commencé à la pénétrer... Non.. elle n’apprécie vraiment pas mais ne se refuse pas vraiment... Je sens qu’elle souffre...j’arrête !
Je m’allonge sur le dos et je lui ordonne " Caresse mon corps avec le tiens, je veux sentir tes seins se promener sur ma bite, ton joli cul et ta chatte sur ma bouche, ensuite glisse ton corps sur le miens comme tu as envie, profites en, je suis ton objet pendant 15 minutes."
Elle hésite puis me dit " je suis vraiment désolée mais je me pose trop de questions " ...." Ce que l’on viens de vivre, Je le voulais, je l’imaginais... je suis une cérébrale, et je m’interroge pour savoir si c’est vraiment ce que je cherche.."Je la laisse continuer, se confier.... " En fait j’étais très excitée par l’idée....." et là je lui réponds...."alors ROUGE !!!". Je lui avais proposé ce mot "code" pour arrêter à n’importe quel moment, au cas où elle ne se sentirait plus vraiment bien dans notre relation de Maître/ Soumise. Une garantie que j’avais instaurée pour la rassurer, lui permettant quoi qu’il arrive, de reprendre le contrôle. Elle réponds " Oui ROUGE".
A partir de ce moment, la soumise Justine disparaît, pour laisser Clarisse reprendre sa place.
Ensuite elle m’explique que ce qu’elle aime avant tout, ce n’est pas de faire, de donner, mais de recevoir. Elle adore la douceur, la délicatesse et que l’on s’occupe d’elle constamment. Je commence effectivement à mieux comprendre..... Elle me dit aussi que pendant l’amour, elle demande à son partenaire de passer par le lavabo, chaque fois qu’il se fait sucer. Je regarde l’heure...15h20 Il y a quelque chose que je dois lui annoncer rapidement.
Je lui fais part de la surprise que je lui avais réservé. Les deux hommes et le massage qu’elle désirait tant, je l’avait prévu pour aujourd’hui !!! J’avais prévenu Peter de venir nous rejoindre vers 16 h avec une huile de massage. Il devait quitter son travail autour de 15 h 30, et je devais le prévenir en cas de changement. Il me restait tout juste 10 min pour le prévenir, après il serait trop tard ! Je lui précise qu’il viendra uniquement pour le massage si elle le souhaite.
Elle hésite, puis me dit " non ne l’appelle pas, j’accepte qu’il vienne ". En l’attendant, on se caresse un peu, elle s’abandonne de plus en plus et fini par se mettre à quatre pattes au bord du lit et me demande de lui faire des attouchements plus précis . Elle gémit, se laisse aller pendant que tour à tour mes doigts, ma langue lui parcours ses deux orifices. "Doucement, j’adore la douceur, je sens ta barbe, n’appuie pas, les hommes ont cette fâcheuse tendance à s’appuyer, je n’aime pas, il faut être doux, très doux.".. .
Quelle joie, elle ose enfin dire ses envies, et assurément, je vais en tenir compte, moi qui aime avant tout donner du plaisir, elle va être servie. Je tire la langue au maximum afin d’éviter que mon visage (pourtant rasé de près ce matin) ne se frotte sur ses douces lèvres. Je continue de la lécher, par d’habiles petits coups de langues, tel un chat lapant son lait. J’en profite pour recueillir un peu de sa rosée, je la goutte...j’adore..!!
Mon sexe redevient dur et j’ai envie qu’elle me suce à nouveau, je veux encore sentir la fabuleuse douceur de sa bouche sur mon gland, sentir ses lèvres (et non pas ses dents comme le font trop de femmes) glisser délicatement vers la base de ma queue. J’approche ma bite vers ses lèvres..... "Non, j’ai envie que tu me pénètre !" me dit elle. Je m’exécute, ravi de cette invitation. Là , c’est certain il s’agit bien de Clarisse, Justine n’aurait pas osé prendre cette initiative, et finalement je préfère. Elle est restée les fesses bien relevées, je la caresse un peu, et fais coulisser mon sexe dans son intimité, tout en lui flattant doucement l’anus. Elle repousse des petits cris de plus en plus fort.. je sens déjà que quoiqu’il arrive, je ne pourrai plus me retirer sans éjaculer, tellement sa chatte est excitante et excitée. Elle continue maintenant de crier des non..non..ouiiii.. Son vagin se contracte, me faisant ressentir des douceurs incroyables, des fourmillements parcourent ma bite toute entière....on frappe à la porte... ma queue n’en peut plus, j’accélère mes vas et viens..Elle gémit encore et encore ouiiii !!! on frappe encore....je ne peux ni parler ni m’arrêter de coulisser dans cette belle chatte qui m’est offerte, et...hummmm... ahhh.... ouiiii....!!!!! Des flots de sperme jaillissent par saccades.....On frappe... Je me retire et me dirige enfin vers cette porte où l’on continue de frapper. C’est bien Peter, il pensait qu’on n’avait pas entendu, mais lui , c’est certain, a eu largement échos de nos ébats. Je suis nu, Peter rentre, habitué à me voir ainsi, il faut dire que c’est la troisième aventure libertine que nous vivons ensemble et que la dernière fois, je lui avait aussi ouvert la porte, habillé en nudiste. Clarisse a tout juste eu le temps de remettre quelques sous vêtements pour les présentations. Peter nous dis qu’il a fortement serré le flacon d’huile entre ses mains pour qu’elle soit chauffée. Clarisse qui a hâte de goûter au massage prodigué par des mains expertes, commence à retirer ses bas, puis dégrafe son soutien gorge et s’allonge sur le ventre. Elle a gardé son string. Peter fait couler l’huile dans le creux des reins de Clarisse, en met un peu trop enlève vite une partie de l’huile qui commence à couler et menace dangereusement de tacher le lit. Tout le monde s’en amuse, il commence son massage....Je reste debout et observe la scène..
Aux premiers effleurements, Clarisse gémit de bonheur " j’adore être caressée..... ahhh c’est bon.." des petits cris ne tardent pas à alterner avec les gémissements . Peter, à genoux près de ses reins, encouragé, se penche pour l’embrasser dans le cou, tout en continuant de la masser. Clarisse ne le repousse pas, donc il insiste joignant ses lèvres à celles de Clarisse. Il l’embrasse furtivement, et accentue son massage. Celui ci devient très érotique, les mains de Peter allant de plus en plus vers les fesses relevées qui ne demandent que ça. Il a écarté le string pour pouvoir insinuer la tranche de ses mains, dans la raie des fesses de la belle Clarisse. Elle gémit toujours, soupire, accompagnant ainsi chaque mouvement de son expert en massage. Peter approche son sexe de la bouche de la belle, qui ne perd pas de temps pour l’introduire, l’aspire, le suce sans relâche. Je profite de ce spectacle très excitant, en me caressant un sexe redevenu raide. Peter se dégage et entreprend de mettre un préservatif. Le soucis, c’est qu’il a les mains pleines d’huile, et même en s’étant essuyé, il a beaucoup de mal. Clarisse veux l’aider, mais non il fini par y arriver après quelques rires respectifs. il s’introduit alors dans le doux vagin offert, les fesses bien relevées. Pendant qu’il s’active, je me fais sucer par une Clarisse au bord de défaillir par tant de plaisirs prodigués.
Peter fini par jouir , en s’allongeant sur le dos de la belle et douce Clarisse. L’heure du départ est proche pour Clarisse, elle nous en fait part tout en commençant un strip-tease à l’envers. Je lui fait remarquer, que je préfère dans l’autre sens, elle s’en amuse. Peter et moi restons nus sur le lit, à deviser avec notre jolie Clarisse, qui termine de s’habiller...Elle me manque déjà.....

FIN (ou pas....)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription