Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Samba ... (suite)

! Signaler un contenu abusif

Je ne les connais pas
J’ai une photo des yeux de Frédéric
Mais Sophie est encore un mystère complet
Peut être est-elle quelconque,
Peut être voudrais je faire machine arrière dés que je la verrais
C’est le jeu
Quoiqu’il arrive, j’ai toujours trouvé qu’une femme aimant la sensualité et bien dans son corps est toujours belle, surtout lorsqu’elle jouit
Mais je ne crois pas…
Frédéric admire sa femme, il m’a dit qu’elle était magnifique… en bon mari amoureux.
Nous verrons
De toute façon le jeu est amusant
Je me rends donc au rendez-vous que j’ai fixé
J’ai choisi ce soir un bar hispanique, avec musique exotique
J’adore ça me rappelle toujours mes séjours autrefois à Caracas…

L’excitation des cocktails fruités et celle de la samba !
J’ai aussi choisi cet endroit animé,
car Frédéric m’a dit que Sophie aimait le corps à corps de la danse …
C’est une première rencontre pour faire connaissance
Il est prévu un temps limité par l’heure prévue pour la baby sitter
Rien de sérieux ne se passera ce soir…

Je suis en avance
J’ai déjà un verre d’aguardiente à la mangue
Je les vois arriver
Elle en premier,
À la fois resplendissante et discrète
Un mélange très excitant
Elle est la seule blonde dans ce lieu sud-américain
Les hommes et les femmes l’ont évidemment remarqué

Nous nous reconnaissons Frédéric et moi
Même si c’est la première fois que nous nous rencontrons
Peut-être qu’elle aussi m’a reconnu
Mais elle n’en laisse rien paraître
Je me lèvre de mon tabouret de bar
Et je me présente directement à elle
Elle me sourit un peu effrontément
Un peu d’appréhension sans doute
La jolie mère de famille
Bien sous tout rapport
Qui s’encanaille discrètement
À ce stade rien qui nous différentie des autres personnes ici !
Si ce n’est cette étincelle coquine qui brille dans son regard bleu

Nous parlons de tout et de rien
Nos rires sont un peu forcés
Mais nous échangeons des regards appuyés qui disent autre chose
Sophie se laisse tenter par ma boisson
Ça me va, c’est fort et sucré
Peut-être veut-elle ainsi me donner un signe de son consentement
Un signe qui me montre que le feeling passe, que ce premier contact est déjà une promesse d’aller un peu plus loin
Un signe que je ne lui déplais pas au contraire
Un signe qu’elle est prête à me suivre sur des chemins qu’elle ne connaît pas encore

1 Commentaire

  • Frédéric est plus raisonnable, il pense qu’il doit conduire ce soir
    Peut être aussi veut-il être totalement lucide,
    totalement voyeur des détails de l’offrande qu’il me fait
    du cadeau qu’ils se font à tous les deux
    et qui restera longtemps dans leurs songes
    Une première fois, c’est toujours très émouvant
    Il faut se souvenir de tout
    De son désir et de son angoisse

    Le bar n’est pas bondé
    Nous pouvons parler discrètement
    Sans peur du voisinage
    Pourtant pour ne pas être bousculé
    Par les va-et-vient des autres
    Nous nous rapprochons tous les trois dans une sorte de conciliabule excitant
    Presque à se coller

    Je tends son verre à Sophie
    En appuyant plus longtemps que nécessaire mes doigts sur les siens autour du verre
    Nous trinquons
    Nos hanches se touchent déjà
    Je sens sa jolie petite robe noire
    Qui l’enrobe comme un fourreau
    Je devine la forme de ses seins
    Magnifiques

    Frédéric nous scrute
    Il ne veut rien perdre rien rater
    Il guette nos gestes
    Nos rapprochements
    Nos frôlements
    Il parle peu
    écoute beaucoup…
    Je sens aussi qu’il essaye de ne rien rater des messages invisibles
    que nous pourrions échanger à son insu
    Il excite ainsi sa jalousie
    Il veut être à la fois excité et jaloux
    Il veut voir de ses propres yeux
    Comment est Sophie quand il n’est pas là
    Dans ses angoisses et ses peurs, il ressasse la beauté et le sexe appeal de sa femme qui excitent tous les hommes, nécessairement… elle l’aime, lui, c’est une certitude, mais elle aime aussi ce regard des hommes sur elle, ce regard des hommes qui la caressent intimement, il sait que ça l’excite.

    Elle a déjà du le rendre jaloux plus d’une fois, affichant une connivence, une intimité, des paroles ambiguës avec d’autres hommes devant lui, mais ça n’a jamais été plus loin, d’ailleurs elle lui a toujours dit qu’il se faisait des idées, que jamais elle n’a été tentée de le tromper… pourtant son angoisse et sa jalousie n’a jamais pu être calmé. C’est sans doute cela qui l’a poussé vers leurs premières aventures, leurs quelques petites expériences libertines, il a envie d’aller plus loin, il veut voir, il veut la voir, il veut être présent pour constater ce qu’il a toujours ressenti, désirer et craint au fond de lui… être présent aussi pour découvrir sa femme autrement, tel qu’il ne l’a jamais vu, il rêve de sa femme perdant la tête et se transformant en furie nymphomane, toujours ce paradoxe de la mère et de la putain, il connaît la mère et l’amante, mais existe-t-il au fond d’elle, derrière l’image parfaite de Sophie, une autre femme différente et lubrique … il bande chaque fois qu’il y pense.

    Je les regarde tour à tour dans les yeux, et tout en parlant de tout et de rien, tout en complimentant Sophie sur sa beauté et Frédéric sur son sens du partage j’ai posé ma main sur le bras nu de Sophie, et je le caresse tendrement, l’air de rien comme si c’était la chose la plus naturelle du monde, Sophie surprise se laisse caresser ainsi, mais recherche instantanément le regard de son mari, pas forcément pour lui demander son accord, mais plutôt pour y lire ses émotions, pour partager avec le compagnon de sa vie intime, le plaisir de passer la ligne rouge… Braver l’interdit est un plaisir qu’il faut goûter tout doucement, étape par étape, en savourer toutes les subtilités… tout à l’heure mes doigts et mon regard, depuis plusieurs minutes ma main sur la peau nue et douce de son bras, nos hanches, aussi, qui se frottent incidemment l’une contre l’autre…

    J’annonce insolemment que je vais embrasser Sophie, je ne m’adresse ni à l’un ni à l’autre directement, je parle à voix haute comme à moi-même, je ne veux pas d’effet de surprise, je veux qu’ils soient prêts tous les deux pour le doux supplice de cette approche, celui de Frédéric est très différent de celui de Sophie, mais il est intense pour les deux… je déplace ma main pour cette fois entourer la taille de Sophie, je sens sa peau nue sous sa robe, j’enserre son corps frémissant que je colle à moi et je m’avance très lentement vers ses lèvres, un simple petit baiser puis je me recule, à peine, suffisamment pour plonger dans les beaux yeux de Sophie… puis je m’approche de nouveau et cette fois pour un long baiser fougueux et tendre, nos lèvres s’ouvrent, nos langues font connaissance, le baiser dure et enflamme nos sens, je perçois qu’une barrière est tombée au relâchement de la tension sur sa colonne vertébrale… ses jambes se sont affaissées très légèrement, un signe que mon baiser a enclenché un mécanisme secret au plus profond de son ventre et de son cerveau, le début d’un abandon, comme rassurée et enfin confiante que son corps ne trahira pas son fantasme, le bonheur que ce premier pas franchi, tous le reste peut suivre désormais, son corps et ses sens sont d’accords, le lâcher prise est réussi, le plus dur est fait… Un baiser ce n’est pas du Q, ce n’est pas sexuel, c’est intime, puissant et dévastateur, ce premier baiser réussi est à la fois plus facile et plus impudique que toute autre forme de nudité.

    Frédéric n’en revient pas, il regarde les yeux exorbités, étonnés, il tourne la tête autour de lui. Dans sa tête, la salle entière aurait du suspendre son effervescence et regarder avec lui ce spectacle choquant et beau, Il voit sa femme s’abandonner et faire à un autre ce qu’il ne lui a vu faire qu’à lui… il s’attendait à du sexe, il voit Sophie reproduire un geste d’amour, le scandale est inattendu et encore plus fort qu’il avait espéré… oui la jalousie est là enfin, il ne bande sans doute pas encore, mais son cerveau tournent à cent à l’heure.

    Sophie, elle, est simplement étonnée, étonnée d’elle-même : bien sûr elle était prête à cette aventure libertine de ce soir, elle sait qu’elle peut ressentir du désir et du plaisir dans les bras d’un autre homme sans mélanger désir et sentiment, elle a découvert que c’était possible et délicieux… mais là en plus, elle se découvre embrassant intimement un inconnu, en public et devant son mari. Cet homme a du charme, il embrasse bien, mais surtout il a introduit une petite étincelle supplémentaire en approchant de très près d’une intimité affective imprévue par ce long baiser. Ce baiser aurait pu être un baiser de cinéma, un simple geste préliminaire à une suite érotique… mais elle sent qu’il y a mis une complicité amoureuse qui n’était pas prévue… Elle est, elle aussi, un peu déstabilisée, une impression partagée inconsciemment avec Frédéric d’une infraction par traîtrise… étonnée, ébranlée dans sa conviction bâtie entre elle et lui, à force de discussions autour de leur fantasme, que ces jeux libertins pouvaient rester sous contrôle… Et là, ils se découvrent tous les deux, comme des enfants qui jouent avec des allumettes, il y a une petite crainte qui émergent dans leur esprit et pourtant, en même temps, pour rien au monde ils regretteraient ce qui est en train de se passer, ils découvrent le plaisir que danser sur la ligne rouge est encore plus excitant et fort que ce qu’ils imaginaient, que le danger est un alcool plus fort et plus merveilleux…

    Je devine dans le silence tout ce qui traverse leurs esprits à toute allure, je leurs laisse un répit pour qu’ils profitent l’un et l’autre en silence de ce qu’ils ressentent, j’entends presque malgré le bruit ambiant, battre violemment leur cœur …

    Nous reprenons nos esprits, buvons ensemble avec des sourires de connivence un peu interrogatifs, comme si nous étions des conspirateurs après le bruit de l’explosion qu’ils ont enfin provoquée, une explosion qui les surprend malgré qu’ils l’aient préparée dans les moindres détails…

    Sophie, la première, a un geste merveilleux, elle tend la main pour saisir celle de son mari et en même temps elle se blottit contre moi, la tête dans le creux de mon épaule, dans un double mouvement très tendre et très affectueux. Seule une femme exceptionnelle est capable d’un tel geste.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription