Accueil > Articles candaulistes >

Epanouir son Moi unique, à travers une complicité candauliste de couple

Il est tout à fait possible de se découvrir et de se révéler à travers une complicité candauliste, d’apprendre à exprimer et développer ses désirs, à libérer et découvrir son propre potentiel.

Cette libération ne doit pas pour autant nuire par égocentrisme à son partenaire mais plutôt le conduire sur la voie de son moi unique et ainsi à son tour devenir lui même.

En nous retournant vers notre passé, n’est-il pas évident que les instants qui ont le plus de valeur à nos yeux sont ceux où notre unique s’est soudain révélé ?
Alors se pose la question : comment découvrir son unique, son chemin, son vrai désir, ses potentiels spécifiques ?

C’est le sujet que nous allons tenter d’aborder à présent.

Les 4 stratégies relationnelle de couple les plus fréquentes

Le plus souvent, lorsqu’un désir candauliste s’exprime, les modalités relationnelles se fondent sur un choix à faire entre une volonté de partager ou non, une complicité sur la base des désirs exprimés. Cette volonté détermine le plus souvent l’une des stratégies suivante :

- la stratégie prudente et contrôlante qui cherche à éviter de perdre sa partenaire en limitant toute prise de risque. Cette stratégie conduit le candauliste à scénariser à l’extrême les rencontres, à toujours rester présent, à choisir les complices pour le compte de sa partenaire. Cela conduit alors la relation du couple à vivre des aventures qui privilégient le rationnel pur au détriment de l’émotionnel et de l’imprévu riche de découvertes et de nouvelles voies d’épanouissement. Ce choix, s’il est adopté par beaucoup au début, s’avère vite limitatif et ennuyeux par la redondance des modalités pour chacun des deux partenaires.

- La stratégie dominante qui cherche à éprouver plus, quel que soit le choix de l’autre et qui peut amener ses adeptes à céder à toute les opportunités de trahison qui se présentent. Ceci conduit inévitablement au conflit, à la peur et stérilise toutes possibilités d’épanouissement du couple par les freins, les craintes que cela induit. Ainsi un candauliste qui cherche à imposer à sa partenaire des conduites ou des situations pour satisfaire ses propres fantasmes ou désirs, se verra à terme confronté à une fin de non-recevoir de sa partenaire dans le meilleurs des cas. Il peut arriver aussi que certaines épouses de candaulistes voient dans cette pratique, l’opportunité de s’épanouir individuellement sans soucis de leur conjoint et de ses ressentis. Cette autre possibilité conduit inexorablement le couple à un échec relationnel et une souffrance qui n’est jamais souhaitée à l’origine.

- la stratégie donnant-donnant, dont le comportement mimétique reproduit le choix de l’autre à la séquence précédente en le laissant maître du jeu à travers une pratique du cuckolding ou de port de cage de chasteté de l’homme et qui demande énormément de communication et de confiance pour ne pas s’écrouler à travers des erreurs d’interprétation ou les aléas. Si cette stratégie n’est pas très intelligemment menée, elle peut conduire les protagonistes à des pratiques dénarcissisantes voire même parfois destructrices pour le couple et les personnes qui le composent,

- la stratégie de Pavlov qui est uniquement réactive, cette stratégie régule une conduite candauliste uniquement en fonction de son intérêt sans tenir compte du comportement ou de ce que dit son/sa conjoint(e) ou du complice du couple. Ce manque de considération de l’autre conduit ceux qui adoptent cette stratégie à se priver consciemment ou inconsciemment d’une partie de l’information. Cette attitude peut les conduire à ne pas pouvoir faire face à une situation complexe. Cette conduite incarne parfaitement le déni de l’existence de l’autre et le manque évident de bienveillance.

Une autre stratégie est alors à mettre en place

Une stratégie basée sur une confiance mutuelle et réciproque, ouvre de nouvelles perspectives, plus incertaines mais aussi pleines de promesses pour toutes les parties. Elle nous incite à tenir compte de toutes les plus values et intérêts que génèrent une démarche candauliste, des siens comme de ceux de son/sa partenaire sans oublier ceux du complice.

Apprendre à intégrer et combiner les différences de chacun des partenaires d’une aventure candauliste que nous souhaitons réussie, nous conduit à considérer que nos propres plus values soient enrichies de celles de nos partenaires du moment.

Cela nous amène ainsi à considérer les risques auxquels notre partenaire, notre complice s’expose pour minorer les gains ou l’intérêt qu’une aventure peut avoir pour nous seul. Orienter de cette manière, une démarche candauliste nous oriente vers un épanouissement de notre relation de couple et de nous-même.

L’effet de cette prise en compte positive des attentes et des craintes de l’autre permet de diminuer la perception des risques jusqu’à annuler la peur de la trahison et la tentation de trahir, tout en accentuant l’intérêt d’une complicité épanouie et d’une écoute active.

À l’inverse, la peur et les aprioris contribuent à transformer une pratique candauliste qui se veut ludique en aventure sans intérêt où toute complicité apparaît impossible.
Or, la complicité est la seule attitude vraiment féconde, puisque tout le monde y gagne. Une attitude qui prône la complicité éclairée de bienveillance et de respect est la seule attitude vraiment durable puisqu’elle accumule les gains avec le temps. Une pratique candauliste teintée d’une considération mutuelle peut durer car elle crée des ressources. Chacun sait qu’elle est hautement instable à moins qu’elle ne soit stabilisée par une confiance construite sur les promesses tenues, le partage équitable des plus-values, les différences interpersonnelles reconnues et acceptées.

L’enjeu pour l’avenir est de construire en couple, accompagné d’un ou plusieurs complices, des souvenirs d’aventures candaulistes, ouverts sur le monde, qui contribue au renforcement de la confiance mutuelle. Cette confiance mutuelle qui se renforce avec le temps et la maturité nous permet d’accéder avec naturel à plus de lâcher prise et de convivialité lors de vos aventures de couple et cela même si les conditions ne sont pas pleinement favorables à une aventure.

Gérer la confiance, une vertu indispensable au candaulisme

La reconnaissance de la diversité des désirs de son ou sa partenaire et de leur attraits est le véritable générateur de la confiance en soi et en l’autre. Vous ne pourrez en effet envisager une complicité candauliste créative, surprenante et riche qu’en acceptant que la confiance en soit la clef.

On sort ainsi de la simple reproduction d’un schéma relationnel hériter d’une autre époque pour accéder à la co-création d’une nouvelle relation de couple et de sensations et émotions par l’alliance et l’interaction de nos différences qui contribue en retour à construire les partenaires d’un couple candauliste.

Savoir construire la confiance, dans la fragilité de ses résultats, dans l’humilité de ses moyens, dans la souffrance de trahisons subies et dépassées, mais aussi dans l’espérance de la qualité de vie et de la fécondité qu’elle suscite au plus profond de nous, nous paraît être la vertu qu’appelle notre pratique.

Bien gérer la confiance en soi et la confiance en l’autre apparaît à la lumière de ces réflexions, pouvoir être une vertu nouvelle qui se situerait entre le courage (ou la force) et l’intégrité.
- La vertu de courage identifie les dilemmes et accepte d’éprouver la peur sans fuir.
- La vertu d’intégrité identifie les tentations et préserve de la trahison.

Cette vertu de confiance est à même de tempérer les peurs de la différence, de permettre de prendre les risques liés à l’aventure candauliste et de modérer les tentations associées. Faisant l’apprentissage du courage et de l’intégrité relationnelle pour sortir définitivement de la naïveté première que représente la notion de couple modèle et normé.

La pratique du candaulisme permettant à travers ces notions fondamentales de faire vivre durablement et à travers le jeu et le plaisir, la complicité du couple de notre temps.

10 Commentaires

  • un veritable pensum ce texte, c’est lourd et on ne sait finalement pas ce qui a été voulu exprimé
    quant aux fameuses stratégies c’est s eulement celles de l’auteur et nr corrrespondent pas forcément a chaque couple

  • Complicité, confiance, lâcher prise, maturité, courage, intégrité, considération. Tout y est et à sa place. Bien !

  • Ah je comprends beaucoup plus mieux ! Merci grand manitou !

  • J’espère avoir répondu à vos attentes dites moi ce que vous en pensez.
    Bises à tous

  • Je ne peux que rejoindre mon très cher Amon sur ce point. J’avais commencé à lire et... ai très vite abandonné. La longueur du texte m’a d’abord fait peur. Et la façon dont c’est rédigé m’a tuée au bout de deux paragraphes. S’il y avait une version "Le Candaulisme pour les Nuls", ça m’irait très bien ! :-)

  • Cela pourrait être une solution effectivement. Dans ce cas il faudrait faire en sorte que chaque partie est du sens...

    Mais je pense surtout que vous devriez penser vos messages comme une sorte d’initiation.

    Pour reprendre l’exemple de ce message, je pense que vous avez perdu beaucoup de gens avec l’explication sur les origines de l’égo. Qui n’ont, à mon sens, aucun lien avec le sujet. Quand bien même il y en aurait un, il est bien trop éloigné du sujet d’origine pour maintenir l’interêt du lecteur qui est venu lire ce message car le titre a attisé son intérêt.

    Je pense surtout qu’il faut être plus concis

  • Je prends bonne note de vos remarques toutes pertinentes,
    et si cet article était mis en ligne par épisode qu’en pensez-vous ?

  • J’ai eu le courage de lire votre texte en entier, d’en analyser le contenu. J’ai décidé de poster un message pour vous aider à faire en sorte que vos messages futurs n’endorment pas les internautes et soient plus pertinent.

    D’une part, ce genre de thèse à rallonge ne me semble clairement pas adapté au support, internet est l’apologie du "vite-vu". Ici, on a un texte qui fait plus de 240 lignes sur mon ordinateur, sans aucune réelle pause dans la réflexion ni image pour aérer un peu tout cela, c’est vraiment éprouvant de ne pas lâcher au milieu (quand ce n’est pas dès le début en voyant la barre déroulante à droite). On dit souvent qu’un texte en ligne ne doit pas dépasser le double de la surface de l’écran. Ce texte le vérifie.

    D’autre part, ce site est, pour moi, une façon de découvrir le candaulisme, de le partager avec d’autres. On a plus l’impression ici d’en faire une analyse psychologique, en dehors du fait que vous parlez de candaulisme (et encore, dans 99% de ce qui est marqué ici on peut retirer le mot candaulisme et le remplacer par sexe dans le sens général du terme cela fonctionnerait parfaitement), cela ne me semble hors sujet dans la façon dont est abordé le sujet ici par rapport au reste du site.

    De plus, je trouve l’enchaînement un peu capillotracté, que ce soit avec le moi, le mimétisme, le désir ou l’alter égo, voir tout simplement le lien avec le candaulisme. Je trouve que la succession des paragraphes n’est pas toujours très cohérente.

    J’ajouterais également qu’un texte aussi long est difficile à commenter. Il suffit de voir combien de commentaires ont été mis ici en 2 jours alors qu’il est affiché en première page. C’est dû au fait que vous partez un peu trop dans tous les sens. Du coup, les parties où je ne suis pas d’accord sont bien trop dilués dans l’ensemble et ne me donne pas envie de rebondir dessus. C’est dommage, car les idées qui sont ici me semblent sujet à débat. Hors là, on est démotivé avant même de commencer.

    Bien sûr, cela ne doit pas remettre en question la qualité de certaines choses que vous écrivez, notamment sur les 4 stratégies. Dommage que l’on n’ai pas envie d’aller plus loin que la lecture du titre vu la lourdeur du contenu extrêmement rebutante.

    Cordialement.

  • Non Eybor... ou alors il faut à minima argumenter !
    Pour ma part je trouve que c’est un très très bel article...
    Merci

  • Voilà un bel exercice de charabia.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription