Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Rencontre sur La plage naturiste. (4)

! Signaler un contenu abusif

Cela faisait plus d’une demi-heure que la porte s’était refermée et que les deux amants étaient seuls dans notre chambre. J’avais eu la précaution de laisser en évidence plusieurs préservatifs sur la table de nuit, autant que de besoin. J’avais débarrassé l’apéro en faisant le moins de bruit possible et chaque fois que j’allais du salon à la cuisine, je passais devant la porte de notre chambre fermée… Un sentiment ambivalent me tenaillait : une frustration, une excitation et une envie que je n’avais jamais connues jusque-là. J’avais une envie folle d’ouvrir cette porte et de voir ce qu’ils faisaient, j’avais une envie terrible que Ludo partage ma femme avec lui, que je bénéficie de l’envie d’Isa pour qu’on la fasse jouir ensemble. J’aime tant la voir se tordre de plaisir…Mais la frustration d’être « impuissant » devant cette porte était aussi très excitante. Mon imagination galopait. Que faisaient- ils ensemble ? Est-ce qu’il l’avait déjà prise et qu’elle sentait au creux de son ventre le sexe de Ludo dont j’avais pu constater sur la plage qu’il était en adéquation avec le reste de son corps : celui d’un bel homme, un éphèbe aux yeux bleus… Et Isa adore les hommes aux yeux bleus… Allait- elle tomber amoureuse de son amant ? Toutes ces questions se percutaient dans mon esprit. J’étais un peu perdu… je n’arrivais plus à raisonner sereinement… En passant discrètement devant la porte j’essayais de percevoir des bruits, les petits cris d’Isa lorsqu’elle se crispe en jouissant… Rien…
Cela faisait près d’une heure que je les avais laissés seuls. Je n’en pouvais plus de cette situation qui devenait insoutenable. Je me résolvais à entrer dans la chambre. Après tout c’était quand même aussi la mienne… Si Isa me demandait de sortir, je le ferai évidemment, c’est elle qui décidera et me dira. Je lui obéirai. Ce soir, c’est elle la reine de la nuit, tout lui est permis, cette nuit est consacrée à son plaisir avant tout. Je mesurais combien je l’aime et tiens à elle. Même si une terrible envie me prend les tripes, si elle me dit de les laisser, je le ferai à contrecœur mais avec un sincère plaisir qu’elle se donne totalement à Ludo et qu’elle profite au maximum du plaisir qu’il lui donnera et qu’elle lui rendra.
Il fallait que j’ose rentrer dans ma chambre. C’était plus facile à penser qu’à faire. Je décidais de me déshabiller et d’entrer. Une fois nu je pris avec courage la poignée en main et, alors que mon cœur battait la chamade, j’entrebâillais la porte.
« je peux rentrer ? » demandais-je doucement.
C’est Ludo qui répondit : « Bien sûr Patrick, on t’attendait… »
Isabelle était allongée sur le dos, entièrement nue, bras et jambes écartées, comme si elle était tenue par les liens invisibles aux coins du lit. Elle avait seulement une main sur le bas du dos de Ludo, qu’elle caressait de haut jusqu’en bas de ses fesses musclées. Les pointes de ses seins étaient saillantes et je savais par expériences qu’il avait dû les titiller pour le plus grand plaisir d’Isa. Il était penché sur elle, nu également et il lui léchait du bout de la langue le creux du nombril. Je regardais le sexe lisse de ma femme, ses petites lèvres ouvertes en raison de la position, dégoulinaient d’envie…
Je les observais tous les deux. Ils étaient beaux. Le corps musclé de Ludo penché sur ma femme nue et écartelée était magnifique.
Je m’assis sur le rebord opposé du lit, sans trop prendre de place pour ne pas les déranger. Les préservatifs étaient toujours ensachés, il ne l’avait donc pas encore prise, ils étaient sûrement encore dans une longue phase de préliminaires…
Ludo s’interrompit pour me parler.
« Je l’ai goutée presque entièrement, sa peau est douce et sucrée, j’ai presque terminé de la déguster, je gardais le meilleur pour la fin mais je t’attendais pour cela. Je voulais aussi que tu sois là quand je lui enlèverai son bijou intime. Après tout, c’est la surprise qu’elle t’a faite, c’est juste que tu sois là pour que je te donne son bijou quand je vais le lui ôter. »
Il reprit le voyage de sa langue aventureuse en descendant lentement vers son sexe. Il joua avec la fine ligne de poils pubiens que je lui avais laissée, comme une flèche pour indiquer que sa fente était juste en dessous. Il descendait délicatement et Isa ondulait imperceptiblement pour indiquer qu’elle était à bout et qu’elle en voulait plus. Je jetais un œil en direction de l’armoire qui était au bout de notre lit et qui était équipée de grands miroirs. J’avais ainsi une vision des deux amants de face mais aussi en un coup d’œil, de dos
Arrivé au début de sa vulve Ludo arrêta le parcours de sa langue et s’adressa à ma femme.
« Remonte tes jambes maintenant, je vais t’enlever ton bijou surprise. Je veux que Patrick te regarde !
Elle ne répondit pas mais releva les jambes comme il le lui avait demandé. Il se déplaça pour positionner son visage entre ses cuisses, à quelques centimètres de sa vulve. J’observais ainsi, dans les miroirs tous les muscles de Ludo. Il était vraiment bien fait ...
Elle lui avait obéi une fois de plus et avait remonté ses jambes et ses genoux étaient remontés sous ses seins. Il attrapa avec sa main gauche sa cheville droite et elle posa son pied gauche sur son épaule. Dans cette position elle dévoilait en toute indécence ses parties les plus intimes. Elle ne pouvait pas être plus ouverte. Ludo avait à quelques centimètres de ses yeux et de sa bouche, les lèvres du sexe d’Isa, écartelées. De l’entrée de son vagin rose coulait sa cyprine qui trahissait une fantastique envie. Je regardais moi aussi ce sexe ouvert avec envie. J’avais le sexe hyper tendu et une douleur jusqu’à l’anus. On y aurait touché, il explosait… Qu’allait faire Ludo ? Son visage était si près du sexe d’Isa que la situation m’excitait aussi terriblement. Moi aussi j’avais le sexe mouillé. Il voyait de plus près encore que moi chaque millimètre du sexe ouvert d’Isa : Son petit capuchon décalotté laissait paraître son petit clitoris nacré et luisant. Entre ses grandes lèvres charnues ses petites lèvres roses ne cachaient plus l’entrée intime d’où s’écoulait toujours un filet transparent de son jus d’amour. La chair rose du plus profond de son intimité était magnifiée par la sécrétion d’Isa qui agissait comme une loupe. On avait qu’une envie, y glisser sa langue…Et c’était Ludo qui était placé à quelques centimètres qui allait pouvoir la déguster. La mouille d’Isa descendait plus bas et avait entouré le Rosebud. Le cristal de son bijou renvoyait l’éclat de la lumière de la chambre qui n’était pas tamisée, au contraire. Ludo attrapa la partie saillante de ma surprise et le fit tourner, provoquant ainsi des rotations dans les entrailles d’Isa. Dans le même temps qu’il le faisait tourner, il tira légèrement pour distendre le sphincter et l’amener à s’ouvrir pour laisser passer la partie plus importante fichée dans les entrailles de ma femme. Dans le même temps qu’il faisait tourner le Rosebud, il se mit à souffler sur le sexe d’Isa. Elle se contracta ses sphincters et son sexe. Avec ses lèvres, Ludo laissait passer un filet d’air qu’il promenait sur le sexe d’Isa. Il ne la touchait pas, il la caressait avec son souffle. Il faisait remonter sa mouille dans son trou ouvert, il repoussait son jus autour du Rosebud et tirait doucement dessus jusqu’à ce que son anus se distende pour faire passer la boule qui était toujours fichée en elle, et juste avant qu’on ne voit que le bijou allait sortir, il relâchait la tension pour le remettre à sa place. Il était en train du lui masturber l’anus avec le Rosebud ! Il promenait son souffle entre les petites lèvres à l’entrée de sa grotte. Il avait beaucoup de souffle, ce devait être grâce à son activité sportive régulière... Seules ses inspirations interrompaient le petit bruit du souffle qui se promenait partout sur le sexe de ma femme. On la voyait contracter son sexe, contracter son anus, se relâcher. Il concentra son souffle sur son clitoris. Il Cherchait à le décalotter plus , sans le toucher. Sa bouche était si proche qu’en avançant les lèvres comme pour embrasser, il aurait saisi le clitoris nacré d’Isa. Il passait son souffle du clito à l’entrée du vagin, créant ainsi des petites vaguelettes avec la cyprine. Isa commençait à avoir la respiration qui s’accélérait et son ventre qui se soulevait régulièrement. Je savais que c’était le prélude à sa jouissance. Tout en jouant avec son anus et le Rosebud, Ludo avait réussi à lui décalotter le clito. Son bouton nacré, bien humidifié grâce au souffle qui faisait remonter le ruisseau qui s’écoulait du sexe d’Isa paraissait bien dardé et gonflé.
Bientôt son ventre fut pris de petits soubresauts et elle se contracta avec régularité. Le plaisir était en train de la submerger
« Ne referme pas les cuisses, laisse les ouvertes » lui ordonna-t-il
Il poursuivit sa caresse sur le clitoris avec le mince filet d’air qui sortait de sa bouche. Isa se crispa en attrapant le drap. Elle poussait une petite plainte dans le même temps que son ventre ondulait sous la jouissance qui l’envahissait. Alors qu’elle semblait avoir atteint le summum de sa jouissance, il tira un peu plus le Rosebud qui força l’anus et apparu dans sa totalité. Isa poussait des petits cris réguliers puis elle se vrilla dans un râle de jouissance car cela devenait insupportable pour elle…
. Je lui caressais tendrement la joue. Elle avait pris un plaisir comme je ne lui avais jamais donné…Sur un souffle… C’était vraiment extraordinaire. Ludo était un être à part, il avait su s’occuper de son corps comme je ne l’aurais jamais imaginé…
Il avait abandonné la position qu’il occupait entre les cuisses d’Isa pour se remettre à ses côtés lui aussi. Pendant qu’Isa reprenait ses esprits il lui caressait doucement un sein. Alors que la respiration d’Isa reprenait son rythme normal, elle déploya son bras en direction de Ludo pour attraper son sexe qu’il avait bien érigé. Elle lui malaxa les bourses et caressa son pénis, sans le branler. Elle soupesait dans sa totalité sa masculinité, elle le jaugeait, faisait glisser le bout de ses phalanges le long de la hampe de Ludo. Il comprit le message et tendit la main pour saisir un des sachets posés sur la table de nuit. En un tour de main il déroula le préservatif le long de son sexe pendant que la main aventureuse d’Isa poursuivait son exploration sur son bas ventre et ses fesses.
Il s’installa entre les cuisses de ma femme, comme tout à l’heure, mais en saisissant cette fois chacune de ses chevilles pour lui écarter largement les jambes. Il avança son bassin pour positionner son gland à l’entrée de son vagin. Je voyais ses petites lèvres entourer le bout du sexe de Ludo. Je voyais dans les miroirs de l’armoire les muscles fessiers de Ludo qui se contractaient
Isa s’adressa à moi :
« Regarde- moi… »
Elle avait le visage détendue, elle semblait sereine et heureuse. Nous nous regardions les yeux dans les yeux. Puis elle ouvrit la bouche dans une longue inspiration bruyante et e elle ferma les yeux.
Je savais que sa longue inspiration avait été simultanée à la pénétration en elle, centimètre par centimètre du sexe de son amant. Je tournais mon regard pour constater qu’il n’y avait plus un espace libre entre leurs deux corps et que Ludo était fiché au fond du ventre de ma femme. Elle rouvrit les yeux pour me dire dans un murmure :
« Laisse nous maintenant Patrick s’il te plait »
Je l’embrassais sur le front en lui glissant avec tout l’amour que je pouvais lui communiquer :
« Passes une excellente nuit »
En me dégageant du lit, je posais une main sur l’épaule de Ludo pour lui marquer toute la confiance que je lui accordais et mes remerciements et je refermais la porte de notre chambre sur les deux amants.
La fin de Rencontre sur la plage de naturiste , prochainement, si vous le désirez
Candaulenovice

1 Commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription