Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Rencontre sur La plage naturiste. (2)

! Signaler un contenu abusif

Peut-être que je lui plais … mais lui, il ne me plait pas…
- " si lui ne te plait pas, dis- moi quel homme sur la page tu trouves beau ! "

En baissant la voix, comme pour garder un secret, elle me désigna du menton le côté droit de la plage :
- " tu vois lui, là-bas, à côté du parasol rouge, le grand blond allongé sur le dos. Et bien lui, je l’ai vu en arrivant, il est trop beau… "
- " il est pas blond, il est brun ! "
- " mais non, pas celui-là, me dit-elle en se tournant de côté en sa direction, celui qui est juste devant ! "

Se faisant elle avait remonté une jambe et exhibait sans s’en rendre compte son sexe, ouvert au voyeur qui était devant nous. Il avait une vue sur ses lèvres qui s’étaient écartées naturellement. Il s’était allongé sur le ventre et levait légèrement la tête pour avoir les yeux à quelques centimètres seulement de la vulve de ma femme, encore humide de notre petite galipette du début d’après midi….

A moins que ce soient des pensées coquines avec le beau blond… Derrière ses lunettes noires, je savais que le voyeur se régalait du spectacle offert. Il s’était mis aux premières loges…

J’imaginais qu’il devait bander à en creuser un trou dans le sable…
Je le surveillais d’un coin de l’œil tout en regardant mieux dans la direction indiquée par ma femme, l’homme dont elle me parlait.
- "ah oui, le grand blond à côté du parasol, là je le vois mieux. Il est tout seul, ce doit un gay ".
- " mais non, tu sais bien que le coin des gays est au bout de la plage ! " S’offusqua-t-elle avec énervement mais toujours en chuchotant.
- " explique-moi pourquoi tu le trouves beau. "
- " Déjà il est blond, tu sais que j’aime les blonds, grand, musclé sans l’être trop. Quand on est arrivé sur la plage, on est passé juste devant lui. Il est magnifique. Il doit avoir un peu plus de trente-cinq ans, la pleine maturité, même son sexe est beau …Il est remarquablement proportionné. C’est un véritable apollon, je n’ai jamais vu un homme aussi beau…"
- " Et ben dis donc, je vais regarder de plus près pour vérifier ce que tu me dis ".
- " Regarde, il se lève pour aller à l’eau… "

Effectivement, c’était une statue vivante…On aurait dit une statue romaine du Louvres. Son sexe était plus long au repos que ceux en marbre du musée. Long, pas trop large mais musclé comme le reste de son corps. Isabelle avait raison, bien proportionné, c’était le mot.

Il se dirigeait tranquillement vers la mer et à chacun de ses pas on observait les muscles de ses fesses s’animer. Il n’était pas comme les bodybuildés. Il était remarquablement bien musclé, harmonieux. Je mesurais combien nous étions différents, lui le bel éphèbe bâti comme un athlète et moi du haut de mes cinquante-cinq ans avec les cheveux grisonnants et ma petite bedaine…

Je ne faisais plus rêver Isabelle, je le savais déjà, mais là j’en avais une certitude absolue…La complicité des années passées ensemble ne palliait plus l’envie d’un bel homme chez ma femme … Il devait être sûrement mannequin … Il rentra tranquillement dans l’eau et se mit à nager en direction du large, à un rythme soutenu et régulier.
- " Alors ? "
- " Et bien je sais maintenant ce que c’est qu’un bel homme pour toi. Tu as raison, il est beau, c’est incontestable. Tu viens te baigner ? "
- " Non je préfère rester là, mais lui, devant, j’aime pas trop "
- " T’inquiètes pas, il ne fait que regarder, mets toi sur le dos que je te passe de l’huile et je reste un peu avec toi, j’irai à l’eau tout à l’heure, détends-toi. "

Je repris mes caresses, cette fois sur les épaules, les bras les seins. Notre voisin n’en perdait pas une miette, il faisait le plein d’images érotiques… je poursuivais sur le ventre et je descendais directement sur son sexe en évitant de m’appesantir pour ne pas me retrouver avec le sexe au garde à vous au moment d’aller me baigner.
- " voila, tu vois que je n’ai pas abusé de la situation… "
- " Je ne t’ai rien reproché. Je te laissais faire pour te faire plaisir. Et puis je sais que tu veux en faire profiter le voyeur… "
- " Dors tranquille, je reste avec toi, j’irai me baigner quand j’aurai trop chaud. "

Elle serra les jambes l’une contre l’autre sans les croiser, chaussa ses lunettes. Notre voyeur compris que le spectacle était fini et se retourna lui aussi. Isabelle remarqua que notre voyeur adoptait une attitude plus tranquille et elle commença à se détendre et à s’assoupir…
- " je vais aller me baigner bientôt, je te surveille du coin de l’œil, tu peux dormir. Je ne vais pas nager loin je reviens tout de suite "
- " hum " fit-elle pour acquiescer déjà ensommeillée …

Je regardais l’athlète qui nageait maintenant en direction du retour sur la plage… Il fallait que j’aille lui parler. J’abandonnai Isabelle à sa sieste et me dirigeais dans l’eau pour croiser le beau nageur.

J’avais de l’eau aux genoux quand il arriva à ma hauteur pour retourner visiblement à sa serviette. Il mesurait près d’un mètre quatre-vingt-dix. Il semblait à peine essoufflé de sa séance de crawl alors qu’il avait fait au moins 200 mètres…

De près il était impressionnant, je semblai ridicule en face de lui. Je l’apostrophai :
- " Bonjour… ! Vous avez nagé une sacré distance ! C’est pas trop dangereux de s’aventurer si loin du bord ? les bateaux, tout ça… ? "
- " Non j’ai l’habitude. Si je vois un bateau, j’accélère. Là je m’entraîne "
- " Vous êtes nageur ? "
- " Non entraîneur dans un club, mais je me dois de garder la forme, c’est important… "
- " Je voudrai vous poser une question mais, elle est un peu embarrassante.. "
Il me regarda sans étonnement
- " ça ne m’intéresse pas, je n’en suis pas…
- " Bien sûr, Heu… évidemment…,C’est pas ça..Heu… c’est pas pour moi,…. c’est pour ma femme… C’est pour ça que c’est délicat à dire… Elle vous trouve très séduisant, vous lui plaisez beaucoup et je voudrai vous inviter ce soir. "
- " Mais votre femme je la connais pas, elle ne m’intéresse pas… "
- " Ecoutez, elle est sur la plage, si elle ne vous intéresse pas, on en reste là. Dans le cas contraire, vous venez prendre l’apéritif chez nous ce soir. Vous aurez ce temps pour la séduire et si vous y parvenez, vous passerez le temps que vous voulez avec elle. Je serai là ou pas, rapports protégés obligatoires… Si elle ne vous plait pas, pas de souci, chacun regagne sa serviette, il n’y a pas de problème. Si vous acceptez, vous avez les cartes en mains, mais au final, c’est elle qui décidera, c’est à vous de jouer, ou pas. Suivez- moi. Elle fait la sieste. Si elle vous plait, je vous explique la suite "

J’avais dit cela d’un ton assuré et je me dirigeais vers Isabelle. Il me suivait sans rien dire… J’étais un peu gêné de l’emmener la voir comme si c’était un bout de viande qu’on jauge à l’œil, mais finalement, elle avait bien fait pareil, ni plus ni moins avec lui…

En arrivant à la hauteur de ma serviette, nous nous sommes légèrement arrêtés pour admirer Isabelle dormir. Elle était toujours dans la même position, sur le dos, jambes serrées. Mais on voyait ses beaux seins se soulever au grès de sa respiration et son sexe lisse rehaussé de sa fine toison sculptée, qui luisait au soleil… J’observai mon compagnon nageur…il souriait légèrement… Nous avons continué notre discussion un peu plus loin…

- " Vous aurez le temps de l’apéritif pour la séduire. C’est elle qui décidera ensuite de ce qui se passera, on verra si je participe ou non ou peut-être pas tout le temps, c’est pas le problème. Je veux qu’elle prenne du plaisir, c’est tout… Vous vous appelez comment ? "
- " Ludovic, ou ludo… "
- " Alors Ludo, tu en penses quoi ? "
- " ça peut se faire … "
- " voilà notre adresse, et mon téléphone. Tu m’appelles quand tu arrives, je viens te chercher. Elle ne saura pas que je t’invite, ce sera une surprise. Pour le reste, tu te débrouilleras bien, je te fais confiance. Alors elle te plait ? ça te dit de venir chez nous dans ces conditions ? "
- " C’est une invitation qui ne se refuse pas, tu peux compter sur moi… "
- " Je te dis à 21H. Je ne raconte rien à ma femme, je ne te connais pas… "
- " Ok, tu peux compter sur moi. "
- " Merci, à ce soir… "

Je regagnais ma serviette, ce qui réveilla Isabelle. Nous décidions de retourner nous baigner ensemble. Je suivais ma femme qui se dirigeait vers la mer…en passant à côté de Ludovic afin de le mater de plus près… Je la suivais et elle ne le vit pas m’adresser un clin d’œil complice. "
- " Dis donc, lui dis- je en nageant, tu n’aurais pas joué à la voyeuse toi aussi ? t’es exactement comme l’autre qui te matait tout à l’heure ! T’es une petite cochonne ni plus ni moins … Avoue… "
- " Oui c’est vrai, en plus je n’ai pas arrêté d’avoir des pensées pas possibles pendant que je dormais sur la plage. "
- " Approche-toi que je vérifie si tu es bien mouillée… Mais oui, il t’a fait un sacré effet le blondinet. C’est pour ça que t’étais humide tout à l’heure déjà quand je te passais de l’huile, je suis sûr… Allez, avoue… "
- " Oui mais je t’aime "
- " Je sais , moi aussi je t’aime, et encore plus quand tu mouilles comme ça. On fera l’amour ce soir. On prendra tout notre temps …. "
- " Oui, on passera une bonne soirée…. "
Elle ne savait pas si bien dire …
A suivre pour parties 3 , 4 et fin si demandes
Candaule No Vice

2 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription