Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Rencontre avec l’amant de ma femme

! Signaler un contenu abusif

Cela fait maintenant 10 jours que ma femme couche avec Jean, son collègue de travail. Chaque soir, c’est le même rituel : lorsqu’elle rentre à la maison, je la questionne en la caressant, puis je lui relève sa jupe ou lui baisse son pantalon pour la lécher.

Je m’applique à lui faire un bon cuni et à lui lécher l’anus pendant qu’elle me raconte comment son collègue l’a baisé. Chaque jour il l’a baise dans les toilettes de leur travail. Il l’a sodomise vigoureusement et lui jouit sa semence sur le visage et dans la bouche.

En général ils baisent entre midi et deux et le soir, en sortant du travail, elle le suce dans sa voiture. Ils font du covoiturage, pour des raisons économiques et aussi pour profiter au maximum de leur relation, vous l’aurez compris.

Il y a une semaine d’ailleurs, je regardais par la baie vitrée lorsque je les ai vu arriver. Je ne voyais que la tête de son amant dans la voiture, il me salua de loin et me fit signe avec son doigt que ma femme était occupée. Puis, au bout d’une minute, je l’a vit relever sa tête et s’essuyer la bouche tout en me souriant.

Elle a embrassé son collègue et m’a rejoint à la maison. Je l’ai embrassé à pleine bouche pour gouter la saveur de la queue de son amant, c’était divin, je bandais comme un taureau.

Je l’ai supplié de proposer à son collègue de venir diner un soir à la maison, il a accepté et nous nous sommes mis d’accord pour vendredi soir. J’étais très excité à l’idée de le rencontrer et surtout de le voir à l’œuvre avec ma femme.

Je leurs ai préparé un délicieux repas avec du champagne, beaucoup de champagne (ma femme adore ça).

Pendant ce temps, ma femme se préparait dans notre chambre, elle descendit vêtue d’une petite robe en satin noire, ultra moulante et très courte. On pouvait distinguer la base de ses fesses lorsqu’elle se penchait un peu. De plus, son décolleté était incroyablement plongeant.

En la voyant, j’ai eu tout de suite envie de la baiser, nous nous sommes embrassés langoureusement et elle m’a repoussé en me disant que ce soir elle se réservait à son amant et qu’elle s’occuperait de moi seulement s’il le lui demandait, cela me fit bander comme un âne.

Au même moment, la sonnette carillonna, ma femme se rua sur la porte pour l’ouvrir. Jean se tenait dans l’encadrement de la porte, grand, beau et élégant. Ils s’embrassèrent et il lui pétrit les fesses. Il lui mit une bonne claque sur les fesses, elle gloussa. Ma femme était sous le charme de son amant et moi sous le charme de la scène.

Nous nous sommes serré la main et je lui ai montré le canapé en lui disant de se mettre à l’aise. Ma femme s’est assise sur ses genoux et je suis allé leur chercher à boire. Pendant que je les observé de la cuisine l’amant embrassait ma femme en lui glissant la main sous la jupe.

Il retira son string en me faisant un clin d’œil et en me disant qu’elle n’en aurait pas besoin ce soir. Ma femme riait, elle était heureuse. je restait un moment dans la cuisine pour les observer, Il lui dit quelque chose à l’oreille et ma femme se laissa glisser sur le tapis, à genoux, pour déboutonner le pantalon de monsieur.

Elle sortit un chibre énorme, quelle bite splendide ! je me suis demandé si ma femme pouvais sucer un engin pareil. Elle commença par lui lécher le gland, puis elle le branla doucement en lui suçant les boules.

Il retira complètement son pantalon pour être vraiment à l’aise et il fit une chose que je n’avais jamais oser faire à ma femme. Il lui appuya sur la tête et lui colla la bouche contre son anus. J’en restais bouche bée. Ma femme ne s’est pas débattue et je l’ai observé lécher délicatement l’anus de son amant tout en le masturbant. C’était magnifique !

J’ai apporté une flûte de champagne à notre convive pendant que ma femme alternait entre la pipe et le léchage d’anus, j’étais terriblement excité !

Je me suis assis à côté d’eux pour profiter de la scène, Jean m’a dit que ma femme était un très bon coup. Je l’ai remercié en lui disant qu’elle se lâchait complètement avec lui et que c’était un bonheur de les voir se faire plaisir.

Ma femme était à 4 pattes, sa robe était relevée sur son petit cul rebondi, je pouvais voir sa chatte trempée de désir. Jean lui repoussa la tête, se leva pour la prendre en levrette.

Il me demanda si j’étais excité de voir ma salope de femme se faire sauter sous mes yeux. Evidemment, je lui dis que oui, je bandais tellement que j’en avais mal.

Jean introduisit sa queue dans la petite chatte mouillée de ma femme. elle se mit à gémir, puis à crier car il avait augmenté la cadence. Il était très excité, je me suis dit qu’il allait bientôt jouir, ça n’a pas raté : il se retira, prit ma femme par les cheveux et lui gicla sa semence dans la bouche.

Elle le regardait de manière passionnée, Il lui a dit de ne pas avaler tout de suite et de venir m’embrasser. Elle m’a pris la bouche et m’a embrassé avec sa langue pleine de foutre, je me suis régalé. Quel bonheur de pouvoir goûter cette semence, quel délice !

Jean bandait toujours, il me demanda de lécher l’anus de ma femme pour bien le lubrifier avant de la sodomiser. Je me suis exécuté sans me faire prier, elle se remis à 4 pattes et je lui léchais le cul avec envie, pendant ce temps, Jean s’est rapproché et il est venu coller son gland contre les fesses de ma femme, ma langue est venue à la rencontre de cette verge gonflée à bloc.

Je n’avais jamais fait ça, c’était délicieux : je léchais le cul de ma femme et suçais la queue de son amant. Ma femme gémissait et Jean me dit que je suçais presque aussi bien qu’elle. Il me poussa la tête pour enculer ma femme. c’était superbe, je bandais et commençais à me caresser frénétiquement.

Jean encula ma femme à fond, elle se caressait en même temps et criait qu’elle en voulait encore. Jean accéléra ses coups de boutoirs et se déchargea dans le petit cul de ma femme. Il me demanda alors d’aller lui lécher le cul pour la nettoyer, j’ai introduis ma langue dans l’anus de ma femme (ce que je n’avais jamais fait jusqu’à ce jour) et avala tout le sperme que je trouvais.

C’était ce qu’on peut appeler une bonne entrée en matière, je connaissais à peine Jean depuis 5 minutes, que je le voyais déjà sauter ma femme et que j’avais sa queue énorme dans la bouche.

Nous nous sommes installés à nouveau sur le canapé pour boire une flute de champagne, nous avons discuter et beaucoup ri. Ma femme était collée à lui toute la soirée.

Elle a recommencé à le branler, sa bite était grosse et dure. Elle s’est mise à le sucer doucement, pendant que je servais du champagne à notre hôte. Ma femme est venue s’assoir sur son chibre. Elle se déhanchait sur son amant depuis 5 minutes lorsqu’il me demanda de lécher le cul de ma femme et de lui lécher les couilles je me suis régalé. J’étais nu, à 4 pattes, entrain de sucer les couilles de Jean pendant qu’il sautait ma femme. Il s’est retiré et s’est branlé au dessus de la petite chatte de ma femme, après avoir jouit, il m’a demandé de lécher.

Cette soirée était magique, j’espère pouvoir en passer une autre très rapidement.

Le lendemain, j’ai baisé ma femme avec passion, c’était divin, mais elle ne veut toujours pas que je la sodomise. Elle a offert son cul à Jean et ne veut pas qu’un autre la sodomise.

7 Commentaires

  • sublime histoire très osée qui ressemble a notre expériance

  • C’est bien sûr une histoire, mais c’est une excellente histoire ! Le fait que la sodomie soit réservée à l’amant est absolument excitant... Bravo et vivement la suite !

  • Bonjour , je ne comprend pas pourquoi vous SON MARI elle ne vous autorise pas la sodomie . Je trouve cela dingue . Mon mari passe avant mes compagnons de jeux .

  • Il fallait oser inviter à la maison l’amant de Madame. Mais pourquoi pas ?

  • JH34 a bien compris le fonctionnement de notre site car c’est bien une histoire qu’il nous conte là et non pas une expérience vécue qu’il nous relate. C’est tout simplement l’expression d’un désir comme le dit Jacherino.
    Certains partagerons ce désir, d’autres moins....

  • fantasme ou réalité, c’est l’expression d’un désir !

  • ça ce me semble être un gros fantasme plutôt que réel, l’anus est une véritable obsession dans ce recit, ça ne dénoterait pas un net penchant pour l’homosexualité ?
    et puis toujours cette histoire d e gros chibre, long, gros, très gros, dur endurant, y en a jamais des normaux ou des petits, à croire que tous les amants sont des surhommes au pont de vue quéquette
    ce n’est pas vraisemblable, enfin fantasmons alors

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription