Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Quand Dôle embrasse le phantasme 2

! Signaler un contenu abusif

Le lendemain avant de partir au boulot je briffais Dôle pour l’expédition vers le resto « surtout tu me raconteras bien tout sans rien oublier » et je l’embrassai plus fougueusement qu’à l’accoutumé. Toute la journée j’eu cette expédition en tête, j’imaginai mille scénarios tous plus torrides les uns que les autres, je n’y tenais plus, cette journée était interminable. Enfin arriva le moment de rentrer chez moi. En arrivant je sautai littéralement sur Dôle je l’embrassai sur la bouche, dans le cou la serrai contre moi et la pressai de questions « alors raconte !
Je suis allé au resto, j’ai pris ma carte et me voilà !
Tu veux une fessée, c’est ça ?
Mais non grand nigaud, quand j’y suis allé il n’y avait que les cuisiniers, le patron n’était pas là »
Je ne sus pas si Dôle en fut déçue, je n’arrivai pas à déterminer non plus si moi j’étais également déçu, mais cet épisode alimenta longuement nos discussions de dessous la couette. Dès le premier soir lorsque nous étions au lit, l’endroit est plus propice aux confidences, je revins sur la question « mais s’il avait été là comment tu penses que ça se serait passé et d’abord comment tu t’étais habillée pour y aller ? » ce dernier aspect était, pour moi, très révélateur du contexte dans lequel elle avait abordé ce rendez-vous, elle m’affirma qu’elle était restée en mode classique jeans, pull, manteau, et comme je n’étais pas avec elle, il ne se serait surement rien passé d’extraordinaire.
Le week-end suivant, en traitant les affaires classiques de la maison j’en arrivai à m’occuper de la caméra de surveillance de la maison et des fichiers de la semaine, invariablement j’en arrivai au fameux jour du rendez-vous, et négligemment je jetais un coup d’œil sur les images. Stop. Retour arrière. Re visionnage, après plusieurs vérifications il n’y avait pas de doute possible, elle n’était pas en jean ce jour-là, avec le manteau je ne pouvais savoir comment elle était dessous mais surement pas en jean, on voyait très nettement apparaitre une jambe dans un bas ou un collant et des escarpins à talons relativement hauts, en tout cas pas très « sages » pour un début de matinée. Je m’assurai n’avoir fait aucune erreur sur la date, non tout était parfait, je sauvegardai le fichier. Ça me turlupinait pourquoi m’avait-elle menti sur ce point mineur mais finalement si elle s’était apprêtée avec autant de soins c’est qu’elle avait des intentions coquines à assouvir même en mon absence. Et de remettre en question tout son discours, et s’il avait été là, j’imaginais de multiples scénarios tous plus torrides les uns que les autres. Comment allais je régler cela, une explication frontale c’était avouer que je ne lui faisais pas confiance que je l’avais contrôlée, un vieil adage dit bien que la confiance n’exclue pas le contrôle mais ce n’était pas trop notre mode de fonctionnement. Finalement, à mon image, je décidais de ne rien décider, de laisser faire je verrai bien et je ferai en sorte de l’y ramener dans ce foutu resto et là je verrai bien, je me ferai une opinion sur pièce. Je laissais donc tout ça dans un coin de mon cerveau et le « ça » y pris de plus en plus de place jusqu’à devenir obsédant.
Et en début de semaine, ce fut Miguel qui téléphona.
Voilà chers amis du forum, j’ai voulu un peu aguerrir notre copine Dôle afin qu’elle puisse, le jour venu, aider Lôde à grandir… Mais il va falloir que je me lance si je veux réaliser mes fantasmes… mais un fantasme est-ce fait pour être réalisé ? car après plus de phantasme !!!

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription