Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de partenaires de candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Première fois...

! Signaler un contenu abusif

Nous avions rencontré, il y a quelques semaines, un homme marié de 40 ans, cadre supérieur à Lyon qui a séduit mon épouse.
Après avoir fait connaissance dans les salons de son hôtel, nous l’avons invité à diner lors de sa venue à Paris la semaine suivante.
Cette soirée c’est très bien passée. Il a été très respectueux avant d’être doux et câlin avec mon épouse.
Après dîner, nous étions au salon, ils étaient assis côte à côte sur le canapé, il avait passé son bras autour de ses épaules, elle était blottie contre lui...
Voyant qu’il ne se décidait pas, je suis allé à la cuisine pour les laisser seuls, quand je suis revenu, quelques minutes après, je les ai surpris entrain de s’embrasser .
Quand mon épouse a vu que j’étais revenu et que je les regardais, elle m’a parue très génée mais lui, penché sur elle a continué à l’embrasser et a caresser ses petits seins sous son pull.
Vers 23 h30, nous sommes montés tous les trois, Mimi est allée à la salle de bain, Jean-Paul dans la petite chambre d’amis que Mimi avait préparée pour lui, et moi dans notre chambre.
Quand Mimi est sortie de la salle de bain elle était vêtue d’une petite nuisette blanche.
Elle s’est mise dans notre lit, avec son accord, je suis allé cherché notre ami, il s’est couché près d’elle et moi de l’autre côté, nous l’avons câlinée, embrassée, caressée, jusqu’au moment où j’ai dit à Jean-Paul : "Tu as des préservatifs près de toi sur la table de nuit, couvre-toi et fais-lui l’amour, je sais qu’elle en a envie".
Dès qu’il a été couvert, il s’est mis sur elle et c’est elle qui a guidé son sexe à l’entrée de sa petite chatte.
Il s’est enfoncé en elle tout doucement, quelques minutes de va et vient et ils ont jouis pratiquement ensemble...
Pendant que Jean-Paul était en elle, mon épouse me tenait la main et au moment où elle a senti son orgasme monté, je l’ai entendu respirer plus vite et elle a serré fort ma main... Elle jouissait, J’étais heureux pour elle....
Ils sont restés l’un dans l’autre un moment et quand il s’est retiré d’elle, je l’ai prise dans mes bras, je lui ai murmuré que je l’aimais, quelques larmes coulaient sur son visage.
Lui l’a caressait et embrassait encore un moment, il lui disait qu’elle était merveilleuse, qu’il avait eu beaucoup de plaisir à lui faire l’amour, puis il s’est levé et a regagné la chambre d’amis.
Mon épouse s’est blottie dans mes bras et s’est endormie.
Au matin, après nous être douchés, nous avons pris notre petit déjeuner tous les trois, mon épouse était radieuse, elle avait juste passé un petit déshabillé sur sa nuisette. Quand elle est descendue, il l’a prise dans ses bras et l’a embrassée.
Il revient à Paris Mardi 28 février

14 Commentaires

  • quel beau récit nous sommes impatient de vivre ce genre d aventure

  • Nous tenons à préciser que jusqu’à jeudi dernier, Jean-Paul à pénétrer Michèle uniquement avec Préservatif

  • Jean-Paul est venu jeudi 6 avril.
    Nous sommes allés le chercher à la Gare de Lyon à 13 h.45.
    Nous avions pris, avec son accord et le désir de mon épouse d’être prise sans préservatif, rendez-vous à l’Hôpital Henri Mondor à Créteil pour faire un test HIV tous les trois.
    Nous avions rendez-vous à 15 heures, je ne savais pas comment ça se passé, Hé bien ça va très vite.
    Nos test HIV sont pour nous trois Négatif, le Médecin nous a pris une goûte de sang au bout du doigt, nous a fait attendre une demie-heures et nous a rappelés tous les trois pour nous remettre à chacun notre attestation du test négatif.
    En sortant du cabinet du Médecin, Mimi n’a pas pu résister, elle a sauté au cou de Jean-Paul pour l’embrasser et lui dire à l’oreille "Ce soir tu me feras l’amour sans préservatif et tu resteras dans moi pour jouir..."
    Dès qu’on est rentré à la maison, J’ai ouvert la bouteille de Champagne que j’avais mis au frigo avant de partir, pour fêter cette bonne nouvelle, je savais que ma petite femme préférait faire l’amour sans préservatif.
    Elle s’est laissée câliner par nous deux sur le canapé un moment.
    Elle m’avait demandé si les tests étaient négatifs, si Jean-Paul pouvait lui faire l’amour avant de dîner, elle souhaiter qu’il la prenne sans moi, j’avais fait un peu la grimace mais j’avais accepté.
    Vers 17 h.15, elle a pris Jean-Paul par la main et lui ai dit : "J’ai envie que tu me fasses l’amour maintenant, tous les deux, j’ai demandé la permission à Pierre et il veut bien, on va aller dans ta petite chambre, tu veux bien ?..."
    Il ne s’est pas fait prier...
    Ils sont redescendus vers 18 h.45, J’étais dans le jardin à m’occuper de mes rosiers, elle est venue vers moi, m’a fait une bise sur la joue en me disant "Merci".
    Je lui ai demandé : "Il a jouis dans toi ?"
    Elle m’a répondu : "Oui mais je me suis lavée avant de descendre".
    Elle m’a aidé à ramassé les branches de rosier que j’avais coupées, Jean-Paul était resté au salon pour regarder les infos.
    Pendant le dîner, personne ne parlait, quand, tout à coup, je me suis adressé à Jean-Paul : "Alors, tu as aimé la prendre et jouir dans le ventre de ma petite cochonnette ? En tout cas j’en connais une qui a dû être heureuse !..."
    Il m’a dit ’Oui merci Pierre, tu as une femme merveilleuse !"
    Vers 23 h.30 nous sommes montés tous les trois dans notre chambre ou mon épouse a passé la nuit entre nous deux...

  • Il est peut-être temps de demander un test HIV ?

  • Hier après dîner, sur ma demande, Mimi est montée dans notre chambre, a ôté sa jupe, son haut en laine et son soutien gorge, elle s’est couchée dans notre lit avec sur elle, sa culotte et son jupon, elle s’est mise, comme ça sous la couette en nous attendant.
    Je suis entré le premier nu, Jean-Paul m’a suivi en boxer.
    Nous nous sommes couchés à ses côtés en lui disant de se pousser un peu pour qu’elle soit entre nous deux.
    Nous n’avons qu’un lit de 160, elle sentait nos deux corps contre le sien.
    J’ai passé, le premier ma main entre ses cuisses pour caresser sa fente d’un doigt par dessus sa culotte.
    Jean-Paul s’est penché sur ses petits seins pour prendre ses petits bouts entre ses lèvres, il les aspirait, les tétait comme un bébé... Puis sa bouche est remontée sur celle de mon épouse, il a posé sa main sur mon corps pour caresser ses petits seins, sa langue s’insinuait entre ses lèvres, elle s’est enfoncée dans sa bouche, elle adore être embrassée comme ça...
    Pendant ce temps, j’enfonçais le fin tissus de sa culotte avec mon doigt entre les lèvres de sa petite chatte, puis ma main est passée sous sa culotte et maintenant, c’était deux doigts que j’enfonçais dans son vagin, tout en titillant mon petit cli avec mon pouce, elle écartait ses jambes...
    Nous l’avons fait jouir une première fois comme ça, moi avec ma main dans sa culotte et Jean-Paul avec sa langue dans sa bouche en caressant sa petite poitrine...
    Ses cris de jouissance étaient étouffés par la bouche de Jean-Paul, Moi, j’enfonçait maintenant trois doigts dans sa petite chatte et notre ami caressait toujours ses seins tout en l’embrassant à pleine bouche et en pinçant parfois ses petits tétons.
    Elle a joui longtemps, nous n’arrêtions pas, nous l’avons fait jouir presque jusqu’à l’épuisement….
    A un moment, elle a réussi à repousser Jean-Paul et à crier : "Arrêtez ! Arrêtez ! Je n’en peu plus ! Je vais me trouver mal !"
    Jean-Paul s’est relevé, j’ai ôté mes doigts de son vagin et j’ai sorti ma main de sa culotte.
    Notre amis avait laissé sa main sur sa petite poitrine et moi, je caressais doucement son ventre le temps qu’elle récupère un peu....
    Nous sommes restés tous les trois tranquilles, allongés, une petite demi-heure, mais nous caressions, tout de même, son corps, sans toucher à sa vulve.
    Elle avait toujours sa culotte et son jupon blanc.
    Après un moment de repos, je lui ai demandé de nous caresser un peu, de nous faire plaisir à son tour,,,
    Elle a pris nos deux sexes, chacun dans une main, mais ce n’étais pas bien facile...
    Je lui ai demandé de me pendre dans sa bouche, elle s’est mise à quatre patte pour le faire, Jean-Paul a fait descendre sa culotte à mi-cuisses et il a embrassé ses fesses, petit à petit sa bouche se rapprochait de son petit trou et à un moment il lui a écarté les fesses des deux mains et sa langue s’est introduite dans son anus, le cochon, il l’enfonçait...
    Jean-Paul a fait glisser sa petite culotte jusqu’à ses genoux qu’elle a soulevés l’un après l’autre tout en gardant mon sexe dans ma bouche.
    Jean-Paul s’est repositionné derrière elle, son sexe dur s’est infiltré dans sa petite chatte enduite de gel lubrifiant, il l’a pénétrée, comme ça en levrette après avoir enfilé un préservatif sur son sexe, il s’enfonçait au fond d’elle et ressortait, ça a duré peu de temps car à un moment lorsqu’il s’est retiré, au lieu de se renfoncer dans sa petite chatte, il a présenté son gland sur son anus qu’il a écarté avec ses deux pouces et il s’est enfoncé dans ses petites fesses, elle a crié : "Aïe ! Aïe ! Oh Non ! Non ! Jean-Paul arrête ! Tu me fais trop maaaaaaal !"
    Elle m’a dit : "Il est dans mes fesses !!!" J’ai rattrapé sa tête pour lui renfiler mon sexe dans la bouche, pendant ce temps-la l’autre était au fond de son cul et ne bougeait plus...
    Elle avait mal ! Elle a dégagé mon sexe de sa bouche et a crier : "Arrête Jean-Paul ! Arr..."
    Je lui ai renfilé mon sexe dans ma bouche en disant : "Arrête de crier comme ça !".
    Jean-Paul commençait à aller et venir dans son rectum, elle était à genoux, les fesses à l’air et en l’air, obstruées par ce sexe qui allait et venait dans son fondement... Il s’enfonçait tout au fond de son ventre et ressortait tout en titillant ses petits bouts de seins....
    A chaque fois qu’il se renfonçait dans son petit cul, elle sentait ses "couilles" frapper sur sa vulve, il allait maintenant de plus en plus fort, il pilonnait son cul...
    Jeau-Paul est allé de plus en plus vite et de plus en plus fort et à crier : " Ca y est je jouuuuuuuuuuuui dans ton petit cul petite Michelle !"
    Il est resté ce qui m’a semblé être une éternité dans ses entrailles avant de se retirer de son petit cul...
    Je m’étais retiré de sa bouche, et j’ai éjaculé sur sa poitrine, elle n’aime pas recevoir de sperme dans sa bouche.
    Jean-Paul s’est levé, à ôté son préservatif et il est allé à la salle de bain.
    Mimi s’est essuyée avec un kleenex, Je l’ai prise dans mes bras, je l’ai embrassée et je lui ai demandé si elle avait aimé, elle m’a répondu qu’elle aurai préférai plus de tendresse et de douceur.
    Jean-Paul est revenu, s’est allongé près d’elle, elle a tourné la tête vers lui, il a posé ses lèvres sur les siennes pour l’embrasser et lui a dit : "Vas rafraîchir tes petites fesses Mimi, tu dois en avoir besoin, je sais que je t’ai fait mal...
    En plus, d’avoir eu se sexe dans son ventre lui avait donné l’envie d’aller aux toilettes
    Lorsque elle est revenue entre nous deux, nous l’avons câlinée, embrassée, caressée avant que Jean-Paul rejoigne sa chambre...
    Je l’ai prise dans mes bras, je l’embrassais, elle est venue sur moi, mon sexe était de nouveau dur, j’ai pénétré sa petite chatte, nous ne bougions pas, j’étais au fond d’elle quand elle m’a dit doucement : « Chéri je vais jouir… » puis j’ai senti la chaleur de son orgasme sur mon sexe…

  • Hier après dîner, sur ma demande, Mimi est montée dans notre chambre, a ôté sa jupe, son haut en laine et son soutien gorge, elle s’est couchée dans notre lit avec sur elle, sa culotte et son jupon, elle s’est mise, comme-ça sous la couette en nous attendant.
    Je suis entré le premier nu, Jean-Paul m’a suivi en boxer.
    Nous nous sommes couchés à ses côtés en lui disant de se pousser un peu pour qu’elle soit entre nous deux.
    Nous n’avons qu’un lit de 160, elle sentait nos deux corps contre le sien.
    J’ai passé, le premier ma main entre ses cuisses pour caresser sa fente d’un doigt par dessus msa culotte.
    Jean-Paul s’est penché sur ses petits seins pour prendre ses petits bouts entre ses lèvres, il les aspirait, les tétait comme un bébé... Puis sa bouche est remontée sur celle de mon épouse, il a posé sa main sur mon corps pour caresser ses petits seins, sa langue s’insinuait entre ses lèvres, elle s’est enfoncée dans sa bouche, elle adore être embrassée comme-ça...
    Pendant ce temps, j’enfonçais le fin tissus de sa culotte avec mon doigt entre les lèvres de sa petite chatte, puis ma main est passée sous sa culotte et maintenant, c’était deux doigts que j’enfonçais dans son vagin, tout en titillant mon petit cli avec mon pouce, elle écartait ses jambes...
    Nous l’avons fait jouir une première fois comme-ça, moi avec ma main dans sa culotte et Jean-Paul avec sa langue dans sa bouche en caressant sa petite poitrine...
    Ses cris de jouissance étaient étouffés par la bouche de Jean-Paul, Moi, j’enfonçait maintenant trois doigts dans sa petite chatte et notre ami caressait toujours ses seins tout en l’embrassant à pleine bouche et en pinçant parfois ses petits tétons.
    Elle a joui longtemps, nous n’arrêtions pas, nous l’avons fait jouir presque jusqu’à l’épuisement….
    A un moment, elle a réussi à repousser Jean-Paul et à crier : "Arrêtez ! Arrêtez ! Je n’en peu plus ! Je vais me trouver mal !"
    Jean-Paul s’est relevé, j’ai ôté mes doigts de son vagin et j’ai sorti ma main de sa culotte.
    Notre amis avait laissé sa main sur sa petite poitrine et moi, je caressais doucement son ventre le temps qu’elle récupère un peu....
    Nous sommes restés tous les trois tranquilles, allongés, une petite demi-heure, mais nous caressions, tout de même, son corps, sans toucher à sa vulve.
    Elle avait toujours sa culotte et son jupon blanc.
    Après un moment de repos, je lui ai demandé de nous caresser un peu, de nous faire plaisir à son tour tour,,,
    Elle a pris nos deux sexes, chacun dans une main, mais ce n’étais pas bien facile...
    Je lui ai demandé de me pendre dans sa bouche, elle s’est mise à quatre patte pour le faire, Jean-Paul a fait descendre sa culotte à mi-cuisses et il a embrassé ses fesses, petit à petit sa bouche se rapprochait de son petit trou et à un moment il lui a écarté les fesses des deux mains et sa langue s’est introduite dans son anus, le cochon, il l’enfonçait...
    Jean-Paul a fait glisser sa petite culotte jusqu’à ses genoux qu’elle a soulevés l’un après l’autre tout en gardant mon sexe dans ma bouche.
    Jean-Paul s’est repositionné derrière elle, son sexe dur s’est infiltré dans sa petite chatte enduite de gel lubrifiant, il l’a pénétrée, comme-ça en levrette après avoir enfilé un préservatif sur son sexe, il s’enfonçait au fond d’elle et ressortait, ça a duré peu de temps car à un moment lorsqu’il s’est retiré, au lieu de se renfoncer dans sa petite chatte, il a présenté son gland sur son anus qu’il a écarté avec ses deux pouces et il s’est enfoncé dans ses petites fesses, elle a crié : "Aïe ! Aïe ! Oh Non ! Non ! Jean-Paul arrête ! Tu me fais trop maaaaaaal !"
    Elle m’a dit : "Il est dans mes fesses !!!" J’ai rattrapé sa tête pour lui renfiler mon sexe dans la bouche, pendant ce temps-la l’autre était au fond de son cul et ne bougeait plus...
    Elle avait mal ! Elle a dégagé mon sexe de sa bouche et et a crier : "Arrête Jean-Paul ! Arr..."
    Je lui ai renfilé mon sexe dans ma bouche en disant : "Arrête de crier comme-ça !".
    Jean-Paul commençait à aller et venir dans son rectum, elle était à genoux, les fesses à l’air et en l’air, obstruées par ce sexe qui allait et venait dans son fondement... Il s’enfonçait tout au fond de son ventre et ressortait tout en titillant ses petits bouts de seins....
    A chaque fois qu’il se renfonçait dans son petit cul, elle sentait ses "couilles" frapper sur sa vulve, il allait maintenant de plus en plus fort, il pilonnait son cul...
    Jeau-Paul est allé de plus en plus vite et de plus en plus fort et à crier : " Ca y est je jouuuuuuuuuuuui au fond de ton ventre petite Michelle chérie !"
    Il est resté ce qui m’a semblé être une éternité dans ses entrailles avant de se retirer de son petit cul...
    Je m’étais retiré de sa bouche, et j’ai éjaculé sur sa poitrine, elle n’aime pas recevoir de sperme dans sa bouche.
    Jean-Paul s’est levé, à ôté son préservatif et il est allé à la salle de bain.
    Mimi s’est essuyée avec un kleenex, Je l’ai prise dans mes bras, je l’ai embrassée et je lui ai demandé si elle avait aimé, elle m’a répondu qu’elle aurai préférai plus de tendresse et de douceur.
    Jean-Paul est revenu, s’est allongé près d’elle, elle a tourné la tête vers lui, il a posé ses lèvres sur les siennes pour l’embrasser et lui a dit : "Vas rafraîchir tes petites fesses Mimi, tu dois en avoir besoin, je sais que je t’ai fait mal...
    En plus, d’avoir eu se sexe dans son ventre lui avait donné l’envie d’aller aux toilettes
    Lorsque elle est revenue entre nous deux, nous l’avons câlinée, embrassée, caressée avant que Jean-Paul rejoigne sa chambre...
    Je l’ai prise dans mes bras, je l’embrassais, elle est venue sur moi, mon sexe était de nouveau dur, j’ai pénétré sa petite chatte, nous ne bougions pas, j’étais au fond d’elle quand elle m’a dit doucement : « Chéri je vais jouir… » puis j’ai senti la chaleur de son orgasme sur mon sexe…

  • Eh bien je suis d’accord pour dire que c’est une belle.... entrée en matière ! Et vous avez signé cette première avec amour et naturel, comme j’imagine que notre première se déroulerait...
    Encore bravo !!!

  • Je ne vois pas ce qui ferait douter davantage de ce texte que de n’importe quel autre et le rire de caudacien sonne... bizarre ! Le scepticisme est souvent la marque de gens très peu assurés de leur propre pertinence.
    Je trouve cette contribution très sympathique, peut être parce que nous sommes de la même tranche d’âge et que je suis bien placé pour savoir que la sexualité des sexagénaires peut être "canon" avec une femme très belle et délurée à un âge où on assume ses désirs et ses plaisirs.

  • Mardi, Jean-Paul est venu comme convenu.
    Mais au lieu d’arriver vers 19 heures comme prévu, il est venu vers 17 heures après avoir appelé à la maison pour demander s’il pouvait venir, qu’il était en avance car sa réunion avait été écourtée.
    Quand le téléphone a sonné, mon épouse se préparait à sortir pour faire quelques courses pour le dîner. Dehors, il faisait très vilain, grosses pluies et vent.
    Moi j’était au club de bridge où je disputait une compétition.
    Mon épouse m’a raconté ce qui suit :

    "Après avoir raccrochée, elle a vite changer de tenue pour être plus présentable.
    Elle l’a accueilli avec une jolie jupe et pull coordonnés, par dessus une petite culotte blanche sous un collant couleur chair et un soutien gorge coordonné.
    Ils se sont embrassés sagement pour se dire bonjour.
    Mimi lui a servi un jus d’orange au salon, ils ont discuté un moment avant que mon épouse lui montre sa chambre au premier étage de notre villa pour qu’il se repose un peu pendant qu’elle irai faire les courses.
    Arrivés dans la chambre, il l’a attrapée et l’a renversée sur le lit, il s’est à moitié allongé sur elle, il l’a embrassée à pleine bouche tout en passant sa main sous sa jupe, il caressait ses cuisses au travers de son collant, elle a senti sa main remonté doucement sur son ventre jusqu’à sa taille, sa main est passée sous le collant et sous sa culotte ; il lui a caressé vulve d’un doigt, leurs bouches étaient soudées dans un baiser profond…
    Mon épouse s’est laissée faire, mais même très excité, elle ne mouille plus beaucoup.
    Elle lui a dit qu’elle avait mal, qu’il fallait mettre un peu de gel lubrifiant pour la caresser à cet endroit, elle s’est relevé, est allée dans notre chambre pour prendre le tube, elle en a profité pour retirer son collant.
    Quant elle a regagné la petite chambre, il avait ôté son pantalon et sa chemise, il était en boxer et tee-shirt.
    Elle s’est recouchée sur le lit en relevant le bas de sa jupe sur son ventre et en écartant un peu ses cuisses, il a mis du gel sur son doigt, a passé sa main sous sa petite culotte et à enduit la petite chatte de mon épouse, son doigt pouvait maintenant la pénétrer, elle m’a dit qu’il l’avait fait jouir comme-ça.
    Il était contre elle, elle sentait son sexe dur contre sa cuisses, elle l’a caressé un peu, il voulait la prendre, lui faire l’amour avant que je rentre, mais elle a refusé (m’a t’elle dit…)".
    Quand je suis rentré vers 19 h.30, ils étaient au salon tous les deux, rien n’était prêt pour dîner, je me suis étonné, elle m’a dit que Jean-Paul nous invitait au restaurant.

    Au retour du restaurant, mon épouse est monté tout de suite dans la salle de bain, Jean-Paul est moi sommes restés au salon, je lui ai offert un Cognac.
    Une vingtaine de minutes après, nous avons vu apparaître notre Mimi dans une jolie petite nuisette blanche très courte en nous disant : « Mes chéris, je vais me coucher… ».
    Nous avons terminé nos verres, nous sommes montés à l’étage et chacun est allé dans une des deux salles de bain, nous avions convenus de nous retrouver dans notre chambre pour câliner ma petite femme.
    Quand, après ma douche et m’être rasé, je suis sorti de la salle de bain, Jean-Paul était déjà dans le lit entrain de la câliner, elle était tournée vers lui, elle avait les bras autour de son cou, leurs bouches étaient soudées et lui, avait ses bras sous la couette.
    Je suis rentré dans le lit, quand j’ai voulu caresser les fesses de ma femme, je me suis aperçu qu’elle n’avait pas de culotte et qu’il était entrain de caresser sa fente.
    Il s’est soulevé un peu, m’a regardé et m’a dit : « Je peux ? », je lui ai fait un petit signe de tête d’aprobation.
    C’est elle qui lui a posé le préservatif sur son sexe, il l’a prise dans ses bras et l’a positionnée sur lui, elle a passé sa main entre eux pour mettre le bout du sexe de son amant à l’entrée de sa petite chatte puis elle est descendu dessus et il s’est enfoncé en elle, j’ai compris alors qu’elle s’était enduite de gel lubrifiant avant de se coucher.
    Elle montait et descendait sur ce sexe tendu pendant que je caressait son petit anus, elle avait, même, mis du gel de ce côté, ce qui a facilité l’introduction de mon index dans son petit cul.
    D’un seul coup, j’ai entendu ma femme respirer plus fort, elle n’a plus bougée et à crié : « Chéri je jouiiiiiiiis ! ». Lui a joui plusieurs minutes après, dans son préservatif.
    Son sexe s’est ramoli assez vite, le lendemain matin j’ai vu le préservatif dans la poubelle de la salle de bain, il n’y avait pas beaucoup de sperme à l’intérieur....

  • Je ne vois pas d’affabulation dans ce récit. Les "choses" se passent souvent ainsi et je n’y vois aucun côté comique. J’espère que Pierre continuera à nous raconter les aventures de Mimi avec ses complices pour notre plaisir sans tenir compte des plaisantins qui ne croient en rien tout en riant de tout.

  • Moi je trouve que c’est un beau récit et cela me semble bien authentique parce que c’est aussi ce que j’ai vécu !

  • Moi j’aime bien cette entrée en matière, racontez nous votre 28 février, je suis certain que ce sera un second beau rendez-vous.

  • A défaut de vous exciter , il vous aura fait rire .

  • quel beau recit d’un affabulateur.......c’est beau de rever et de faire rever les autres mais aucune preuve de ce deroule.....allez bonne chance....en tout cas je ris beaucoup en lisant ce texte....

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription