Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Première fellation à 2 bouches

! Signaler un contenu abusif

Candauliste depuis 25 ans, je partage avec vous une expérience qui date de 7 ans, le premier partage de ma femme actuelle. C’est aussi un extrait du livre que je suis en train d’écrire "Pour me baiser, demandez-lui". Je suis candauliste directif et ma femme est ma soumise.

"Mathieu semblait plus tendu. Nous avons enchaînés quelques verres de vin pour briser la glace. Lola embrassait cet amant furtif très affectueusement, et à intervalles réguliers, sans oublier de me rendre la pareille. C’est là que je me suis levé, face à eux pour me déshabiller entièrement. Il n’était pas impossible que quelques pêcheurs de truites ne remontent la rivière mais cela n’avait aucune importance, au contraire. Lola était à genoux devant moi et entrepris de se saisir de mon sexe. J’ai esquivé sa tentative pour laisser la primeur à Mathieu. Honneur au convive ! Je caressais les cheveux de Lola comme nous pouvons le faire avec un chien. Je fis signe à Mathieu de se déshabiller. Il se leva à son tour et se retrouva aussi nu que moi au milieu de la nature splendide qui nous entourait. Il s’approcha et je vis disparaitre sa queue dans la bouche de Lola. Elle mettait du cœur à l’ouvrage et j’entendais quelques bruits de succions s’échapper de ses lèvres, preuve qu’elle aspirait comme il fallait. Mes années de vache maigre étaient derrière moi. Je n’ai pas résisté à me branler quelques minutes en contemplant la bouche de ma salope et la tige de Mathieu faire communion.

J’approchais mon sexe du lieu de l’action. Lola s’en empara de sa main libre et le goba sans recracher celui qu’elle avait déjà en bouche. Nos deux sexes entraient en contact et disparaissaient à chaque fois que les lèvres baveuses de notre bienfaitrice les remontaient en direction de nos pubis. Le frottement de nos queues et la douceur de Lola nous procurait un plaisir parfait. Je pris l’initiative de faire allonger Mathieu au milieu de la couverture. Le jeune homme était assez mince et comme il l’avait indiqué n’avait aucun poils nul part. Lola se mis à genoux d’un côté et je mis de l’autre côté, en face d’elle. Elle recommença ses vas-et-viens sur la tige nervuré par l’afflux de sang du jeune homme. J’approchais mes lèvres de sa joue pour l’embrasser alors qu’elle travaillait le sexe de l’invité avec sa bouche. Je sentait Lola tourner irrésistiblement la tête pour rapprocher ses lèvres des miennes entraînant avec elles la tige qu’elle suçait. Lola la sorti de sa bouche et positionna le gland de Mathieu au centre de nos bouches, puis s’approcha pour m’embrasser en poussant l’organe encore inconnu vers ma langue. J’entamais ce baiser “garni” avec envie tellement cet instant de partage était magique. Je ne savais pas vrai ment ce que ma langue touchait. Elle tournait au milieu de toutes ces muqueuses réunies et devait lécher tour à tour les lèvres et la langue de Lola et le gland du jeune homme.

Je regrettais de ne pas vivre totalement l’expérience, ne parvenant pas vraiment à identifier ce que mes lèvres et ma langue rencontraient, si bien que j’ai placé ma main sur les couilles de Mathieu pour les lui masser et me sentir en harmonie avec les sensations que pouvait éprouver ma jolie salope lorsqu’elle me le faisait. Je n’avais ni plaisir, ni dégoût et j’entrepris de pomper totalement le jeune homme en engloutissant sa tige jusqu’au fond de ma gorge. J’étais maladroit. J’essayais de m’appliquer, car maintenant que la chose étaient entamées, je me devais de donner du plaisir à notre invité. Lola se pencha entre ses cuisses pour prendre la place de ma main et lui léchait vigoureusement les couilles tandis que je suçait le membre que je trouvais d’une incroyable douceur. Mathieu passa une main entre les cuisse de Lola et y enfonça plusieurs doigts. Je senti son autre main saisir ma queue pour la branler. Doucement d’abord, puis il accéléra le mouvement comme s’il voulait m’indiquer ce que ma bouche devait faire de son organe. J’essayais de serrer les lèvres plus fort pour intensifier son plaisir en prenant soin de ne pas le toucher avec mes dents. Mathieu commençait à gémir et je sentais sa tige tressaillir dans ma bouche. Je n’avais jamais imaginé aller jusqu’au bout mais la langue de Lola est venue reprendre place avec la mienne sur la tige vibrante. Mathieu me branlait avec frénésie et je savais sa jouissance proche. Lola et moi avons entouré presque hermétiquement son gland de nos bouches et c’est dans un ultime râle qu’il se vida dans la cavité que nous avions créée. Nous sommes restés ainsi sans bouger jusqu’au dernier jet de sperme. Ce goût ne m’était pas étranger puisqu’il m’était déjà arrivé de lécher le mien après mettre vidé sur les seins ou le visage de mes partenaires féminines. Lola et moi nous sommes embrassés longuement, perdant au passage la semence qui emplissait nos bouches."

4 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription