Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Première expérience cadauliste à 52 ans - prémisses

! Signaler un contenu abusif

Cela fait des années que mon mari insistait pour que je fasse l’amour avec un autre homme, si possible devant lui (mais pas forcément – il était prêt à accepter de ne pas être présent si c’était ma condition pour le passage à l’acte).
Au fond de moi-même, cette idée me tentait, mais jusqu’ici, je la repoussais pour toutes sortes de raisons.
La stabilité de notre couple, d’abord. J’aime mon mari, j’aime nos enfants, je suis fière de notre famille et je ne voudrais pas risquer, par ce saut dans l’inconnu, de mettre ce trésor en péril.
Je ne suis pas très sûre de moi. Mon mari a beau me répéter tout le temps que je suis belle, sexy, attirante (etc.), je crains toujours un peu le regard des autres. Ce qui explique (entre autres) que je ne sois pas exhibitionniste. Il m’a fallu attendre l’âge de 25 ans pour accepter de faire l’amour avec la lumière allumée et la trentaine pour accepter de porter des strings (maintenant, je ne peux plus m’en passer...) ; et j’éprouve toujours une grande gêne lorsque qu’il me demande de sortir dans la rue ou au restaurant avec un porte-jarretelles et des bas (j’ai peur que ça se voie)… Mon âge n’arrange rien à l’affaire. Même si mon mari prétend que je fais beaucoup plus jeune et que je suis encore très sexy, je vois bien tous mes défauts et je n’ai pas envie de me donner en spectacle à d’autres hommes, plus objectifs que lui…
Et aussi (surtout ?), j’ai peur d’y prendre goût. Je sais que j’aime le sexe. Quand j’ai envie (ce qui m’arrive assez souvent), je ne suis pas du genre à m’attarder dans des préliminaires. Je veux me faire pénétrer, vite et fort, me faire défoncer la chatte. J’aime sucer, j’aime enfourner le sexe de mon homme complétement, jusqu’à sentir des poils de ses couilles sur mes lèvres. Comment dire autrement ? J’aime ça. Si je m’initie à de nouveaux plaisirs, j’ai peur d’y prendre goût et de ne plus pouvoir m’en passer. Par exemple, de ne plus pouvoir me satisfaire de mon mari. Et donc (retour au point précédent) de mettre en péril mon couple et ma famille.
Pourtant, j’ai fini par céder.
Pourquoi ?
Parce que je suis arrivée à la conclusion que c’est vraiment important pour mon mari. Ce n’est pas un simple fantasme de sa part. Il a vraiment envie que je le fasse. Pour lui, bien sûr (il a un petit côté voyeur évident…), mais surtout pour moi : il veut me révéler à moi-même (comme il dit), il veut que je prenne (au moins une fois) la mesure de cette partie un peu sulfureuse de ma personnalité. Tu ne peux pas passer à côté de toi-même, me dit-il. Il me fait bien l’amour, j’éprouve de sensations agréables, mais cela fait bien longtemps que je ne monte plus au septième ciel avec lui. Il a envie de m’y renvoyer, fut-ce par le truchement d’un autre. Je le crois profondément désintéressé en sincère. C’est un homme généreux.
Et je pense aussi que mes refus répétitifs (depuis 25 ans) le blessent et le frustrent.
Il me soupçonne « jouer la montre », c’est-à-dire de le faire lanterner encore et encore, jusqu’à ce que l’horloge biologique vienne mettre naturellement fin à ce genre de tentation. Et je dois dire que ce soupçon n’est pas tout à fait infondé…
Du coup, au moment où le rideau n’a jamais été aussi près de tomber (j’ai 52 ans…), je me dis : et si je lui faisais finalement ce plaisir ?
Et si j’acceptais, une fois, de faire l’amour avec un autre homme devant lui ?
Nos enfants sont élevés, nos vies sont faites, nous nous connaissons par cœur et nous nous aimons davantage que jamais. Comme dirait l’autre, c’est du solide.
Prenons-nous un si grand risque à nous offrir ce moment tant désiré ?
La semaine prochaine, c’est son anniversaire. Lorsque je lui ai demandé ce qui lui ferait plaisir, il m’a répondu (comme toujours) : "tu le sais bien..."
Cette fois, j’ai dit : "d’accord."
Décrire la joie qu’il a éprouvé à ce moment serait impossible. C’est comme si une lame de bonheur s’était emparée de lui. Il en a eu les larmes aux yeux : je n’y croyais plus, m’a-t-il dit après avoir avalé plusieurs fois sa salive...
Voilà. Nous en sommes là.
Au moment où j’écris ces lignes, il est en train de pianoter sur les sites de rencontre spécialisés à la recherche de beau mâle qui saura me faire grimper jusqu’au ciel. Je lui ai demandé d’établir une « short list » et demain, nous déciderons ensemble quel sera l’heureux élu.
Je vous imagine impatients de connaître la suite. Moi aussi. Je vous raconterai.

5 Commentaires

  • Merci pour votre texte dont la précision et la justesse sont un délice .......
    La suite de vos aventures ?

    David

  • Merci pour ces gentils mots de support. Nous fréquentons ce site depuis quelques mois et je dois dire que cela a beaucoup contribué à dédramatiser l’idée que je me faisais du candaulisme (déjà, le fait de le nommer est important). Je vous tiendrai au courant, promis. Bises.

  • Tèse beau texte, bien écrit, excitant sans être vulgaire, bravo mais il est grand temps de concrétiser pour profiter de quelques années encore de ce nouveau mode de vie Vous verrez quand vous l’aurez expérimenté vous ne voudrez plus revenir en arrière et vous regretterez peut être de n’avoir pas céder au fantasme de votre cher mari des années plus tôt, alors ne perdez plus de temps et entrez dans la nouvelle année avec de nouveaux plaisirs..pour vous deux,
    tenez nous au courant de l’évolution svp

  • Ah ! j’oubliais : mon épouse, Caroline, avait 62 ans lorsque nous avons arrêtés. Et nous avons pratiqués 15 années sans AUCUN problème. Elle s’entretenait et tous ses amants la trouvaient magnifique. En plus de la beauté, elle avait l’EXPERIENCE, et le savoir se comporter, marcher, se maquiller, s’habiller, rire, parler et bien sûr, caresser, sucer, baiser.
    Je vous dis MERDE, et ne stressez pas. Faites confiance à votre mari qui, s’il vous demande cela, c’est qu’il est éperdument amoureux de vous et pas seulement voyeur.

  • Vous avez pris VOTRE décision. Vous vous posez des questions ? C’est normal et compréhensible. Vous viviez, pour le moment, dans un mode de vie calme sans poivre ni piment. Mais vous venez de lui dire oui pour les condiments. N’ayez pas peur. Même si les modes candauliste, exhibitionniste, trioliste sont des modes à risques, ils ne sont à risques que si vous insistez. Vous prendrez les mêmes risques qu’un futur alcoolique, ou un futur drogué. Se sera à vous de ne pas insister si vous sentez un danger. TOUTEFOIS, Quel peut être le danger d’aimer faire l’amour avec un autre homme devant votre mari ? Si vous changez le partenaire pour ne pas tomber amoureuse vous éloignerez le danger à chaque "séparation". C’est à vous de voir et de savoir sentir ce danger que vous redoutez. Mais une première expérience ne présente qu’un seul risque : c’est que vous ou votre mari ne trouve pas le résultat probent. Alors, commencez piano, vous êtes toujours avec la possibilité d’accélérer. Commencez par une soirée cool, caresses et flirt poussé, masturbation et exhibition. Ensuite vous en discutez, calmement chez vous en tête à tête et vous prendrez la décision suivante. Déjà un point pour vous, VOUS AVEZ DE SACRES GAMBETTES.
    f.tyroler2@orange.fr

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription