Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

Premier plan candauliste (suite)

! Signaler un contenu abusif

- " Je te sers une coupe de champagne ? "
- " Oui, merci."

Après avoir avaler son nectar, Stéphane m’offre un rafraichissement salvateur, histoire de faire retomber un peu la pression. Pendant près d’une demi-heure, nous allons rediscuter dans son salon, cette fois-ci nus comme un ver. Nous n’avons pas pris le temps de nous rhabiller.

Quelques palabres plus tard, nous voilà donc en train de nous embrasser de nouveau, allongés sur le lit, cette fois-ci à l’envers de la première situation. Il est allongé sur mon corps, et plonge de nouveau sa langue dans ma bouche, tournoyant autour de la mienne. Le désir reprend son droit, insidieusement, inexorablement, et j’ai de nouveau ce besoin de sentir son sexe dans ma bouche.

Tout en sachant que cette fois-ci, cela ne se cantonnera pas à ce geste. Mais au moment ou je reprend, lui à genoux, et moi allongé. La première fellation avait pour but de le faire jouir. Celle que je pratique n’a qu’un tout autre objectif, le faire monter en guise de préliminaire. Un véritable jeu se met alors en branle (le jeu de mot était facile ^^), lorsque j’entame des gorges profondes. En premier lieu surpris, Stéphane a alors l’air d’apprécier, à tel point qu’au bout de la troisième, sa main se fit insistante sur ma tête.

Je n’attendais que cela en fait. Un énorme gémissement de plaisir jaillit de ma gorge, et je dus faire un effort de concentration sur ma respiration pour pouvoir tenir le rythme. Cependant, ce jeu fit monter à toute vitesse Stéphane, car je sentais que son jus montait de nouveau.

Je m’arrêtai alors, et plantai mes yeux dans les siens.

- " Je veux que tu me sodomises "
- " Hmmmmmmmmm ".

Une fois définis la position dans laquelle nous allions débuter, Stéphane enfila son capuchon, appliqua une noisette de lubrifiant sur son sexe, puis sur ma rondelle, et je me posai à quatre pattes, position de la levrette, et on y était.

Son sexe s’enfila, au départ avec rigueur. Je dirais même que j’ai un peu mal au moment de la pénétration. Heureusement, il ne força pas, et se reprit à plusieurs reprises. Par contre, une fois son chibre enfoncé jusqu’au bout, la douleur fit place à un plaisir incommensurable. Ses va et viens commencèrent à claquer sur mes fesses, d’abord lentement, puis de plus en plus vite.

Mes gémissements firent place à des cris, puis des hurlements de bonheur. Stéphane accélérait, tout en se penchant pour me pincer les tétons. Je hurlais, réclamant qu’il accélère encore. CLAC CLAC CLAC. Cet inconnu il y a à peine 1h30 était en train de me ramoner l’anus comme personne, il m’enculait allègrement. Et je lui suppliait de le faire plus vite, plus fort, plus sauvagement.

Après des minutes qui ne se comptaient plus, Stéphane se coucha sur le dos, et je m’assis sur son chibre par mon anus. Mes allers et retours étaient intenses et bons. Lui aussi gémissait, je le regardais dans les yeux en criant. Je m’enfonçais en lui de plus en plus profondément. Je me disais que j’allais peut être avoir mal le lendemain, mais je m’en fichais, je voulais tout donner sur cette soirée.

Enfin, Stéphane me demanda de me mettre allongée sur le ventre et vint se mettre sur moi, en me sodomisant de nouveau. Des coups de rein intenses, forts, et jouissifs me faisaient encore hurler, avant d’accélérer une dernière fois. Il allait de plus en plus vite, et il commença alors à crier. Sa jouissance montait. Je tournai la tête pour le voir, je voulais le regarder dans les yeux au moment de son orgasme. Il fut aussi beau qu’intense, et son sperme jaillit dans son préservatif. Sur le coup, je regrettai presque de ne pas sentir ce suc couler dans mon anus, mais protection oblige. Quel dommage que ces maladies existent.

Il s’effondra sur moi, transpirant de sueur, et resta en position pendant trois, quatre minutes, avant de se lever et de me remercier.

Je venais de vivre le tout premier plan cul de ma vie, moi qui était timide, voir même sentimentale cucul la praline, qui souhaitait faire l’amour qu’avec l’homme de ma vie, et qui a découvert avec mon homme cette merveilleuse pratique qu’était le candaulisme lorsque nous étions prêts tous les deux. Je roulai une dernière pelle à Stéphane pour le remercier de cette soirée. En rentrant, David m’attendait, en train de regarder un DVD. Son visage s’illumina en me voyant, il était environ 2h du mat’.

Je m’assis sur le canapé, folle de joie de le retrouver. Son sourire d’ange me rappelait que je l’aimais plus que tout, et que cette nouvelle vie sexuelle allait véritablement renforcer notre histoire. Je lui racontai en détail mon aventure, et il se masturba avec mon récit, avant bien sur de jouir sur son ventre.

Fidèle à moi-même...je ne pus m’empêcher de sucer son bidon, afin d’avaler une énième fois la jus d’un homme, mon nectar préféré."

J’espère que vous aurez aimé ce récit

7 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription