Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Préface

! Signaler un contenu abusif

Bonjour à tous,

Je m’appelle O et je ne compte pas dans ce texte vous raconter une quelconque anecdote rocambolesque, celles-ci viendront plus tard ; je ressens en premier lieu une nécessité à raconter quelques brides de mon histoire, mon avis de la chose, en bref, une introduction.

Je suis né dans la belle campagne française fin des années 80, mon enfance se résumerait de prêt au roman de Jules Renard « Poil de carotte » si ce n’est que je n’ai en aucun point manqué d’affection maternelle, sensation d’être mal aimé, exclusion, rejet, humiliation, violence voilà les maitres mots qualifiant mon rapport avec autrui durant mon enfance. Ce n’est que tardivement dans ma jeune vie inexpérimentée que celle-ci prit un contre-pied radical, ces différences qui étant petit faisaient de moi un apatride de la cour de récréation puis des pauses devinrent le carburant d’une prise de confiance en soi démesurée, d’une popularité indécente, d’un goût pour la rhétorique insolent. J’aime à croire que mes plus dures années sont derrière moi et que malgré la vie de dur labeur avec son lot de difficultés qui m’attend ceux-ci n’en deviendront jamais autant pénible que mon passé.

Je ne saurai expliquer ce qui caractérise la cérébralité d’un individu, en revanche je peux affirmer être un animal cérébral, qui plus est en ce qui concerne ma sexualité, ces sensations de va-et-vient, de chaleur humide, de fermeté ne sont rien à côté de la sexualité que je qualifierai de passive, une sexualité que l’on connait tous mais dont on ne prend pas forcément conscience et donc sous-exploitée.

J’ai dû faire un bon dans la sexualité cérébrale vers mes 16 ans (je ne détaillerai pas sauf si cela peut intéresser quelconque personne) lorsqu’un bouquet à la main j’ouvrais la porte de la chambre de ma petite amie de l’époque, une porte qui scella mon désir sur cette vue qu’elle m’offrit, l’être aimé, désiré, désirant un autre, vulnérable, lui offrant son intimité, ses râles de passion, la sueur de son corps pensant être à l’abris par la distance et n’imaginant pas un seul instant à l’idée que je puisse lui faire la surprise de mon retour à ses côtés. Haine et colère se nouaient avec excitation et envie.

C’est ainsi que malgré la souffrance, la colère je me retrouvais perdu, perdu d’être embrasé, excité de ce qui s’était passé. Devenu véritable pessimiste des relations amoureuses je connu alors de nombreux échecs, manque d’engagement et d’optimiste d’une part, obsession et maladresse de vouloir ce que je voulais d’autre part, une succession chaotique où je me battais contre mon désir de les vouloir toutes entre les bras d’autrui. Une des difficultés fût mon jeune âge combiné aux leurs, il semblerait que le candauliste soit une affaire de maturité et d’expérience bien souvent manquante parmi ceux de mon âge.

En parlant de candaulisme, ce mot que je connais et emploi depuis plusieurs années maintenant me dérange. Sa construction étymologique en elle-même :

Candaule + isme

Je pense que vous le savez à peu près tous, Candaule ou plutôt Myrsile serait un roi légendaire Lydien du VIIIè siècle, plusieurs versions de sa destitution ou de sa mort existent, celle d’Hérodote nous présente un roi fier de son épouse et incitant sans cesse son garde, Gygès, à le croire puis à le vérifier de lui-même, la reine sans apercevant et conspirant contre son mari convînt Gygès de tuer le roi afin d’usurper sa place sur le trône et de l’épouser. La présence du suffixe -isme venant porter le concept au rang d’idéologie.

On remarque dès lors les grandes différences entre cette histoire et la pratique contemporaine qualifiée de candaulisme. Candaule voulu partager son désir égoïste, pas celui de sa femme, n’est-ce pas le contraire qui nous anime tous ici, femmes comme hommes ne recherchons nous pas le plaisir de notre partenaire en exclusivité ? N’avons-nous pas notre désir totalement sous-jacent à celui de notre partenaire ?

J’arrêterai ici pour cette préface, je pense vous partager ma vision du candaulisme dans une future introduction avant de passer aux débuts de notre récit parfois racontés par la principale intéressée, plus palpitant et enivrant ;)

5 Commentaires

  • Bienvenue à vous cher Zephir,
    un style que j’adore, une réflexion pertinente et cultivé de surcroît.
    vivement les prochaines contributions
    Merci de me rappeler que je ne suis qu’un simple mortel chère Matkaare !!!
    Bonne soirée à tous

  • je pense que ça n’est pas comment il a fini mais tout simplement son coté a l’époque inconnu du sexe celui d’offrir avec plaisir et fierté et dans être exciter !!! le isme me parait plutôt approprié lui aussi car on parles bien d’idéologie sexuelle !!!

  • intéressante préface

  • Je m’en régale à l’avance.

  • Bonjour Zephir. Merci pour cette introduction déjà riche et bien agréable :-)

    Concernant votre interrogation à propos du terme "candaulisme", je m’étais posé la même question en découvrant le mot !

    Petit clin d’oeil à notre hôte ici... Candaule, ça fait quoi de porter un nom prédestinant à être victime d’assassinat ? ;-)

    Bise à vous

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription