Accueil > Articles candaulistes >

Pourquoi le candaulisme ?

1. La relation de couple

La démarche qui nous a conduit à la création du site candaulisme.com, est fondée sur plusieurs constats.

Aujourd’hui, en France, 44,7% des mariages finissent par un divorce, sans compter tous les couples qui se séparent. Le divorce n’a cessé de croître depuis 1964, passant de 30 000 à 110 000 par an en 1993.

Aujourd’hui, on en compte plus de 130 000 par an pour 250 000 unions célébrées annuellement !!! alors que les valeurs familiales sont considérées comme importantes pour 66% des Européens (Enquête publiée en juillet et août 2002, dans la revue Futuribles et menée par la fondation European Values Survey).

De plus, les valeurs de fidélité s’inscrivent aujourd’hui plus qu’hier comme une valeur montante. En effet, 84 % la considèrent comme une norme de réussite du couple, contre 72 % en 1981.

Par ailleurs, dans nos sociétés, nombre de concepts politiques, sociaux et moraux privilégient les droits, les intérêts et la valeur d’un individu au détriment des valeurs collectives.

Alors si le non respect des valeurs de fidélité n’était pas une conséquence de l’individualisme au sein de nos couples mais une cause ?

La reconnaissance de l’individu est bien un des fondements de l’épanouissement de celui-ci. Cependant, cet épanouissement ne peut se réaliser sans interaction entre l’individu et le groupe, la communauté.

Cependant peu à peu, la fidélité à nos valeurs individuelles prend le pas sur la fidélité à nos engagements vis-à-vis du premier cercle représentant une communauté, une interaction sociale : notre couple.

2. Le candaulisme, une pratique fréquente ?

Le candaulisme semble donc être une alternative intéressante à l’épanouissement individuel au sein de notre relation de couple.

Ainsi, bien que cette forme de multi-sexualité conjugale reste en pratique, minoritaire, elle n’en est pas moins pratiquée par nombre de nos congénères. Par ailleurs, elle est à l’origine de nombreux fantasmes masculins. Ainsi, 22 % des hommes en couple, déclarent être excités par l’idée d’imaginer leurs conjointes faire l’amour avec un autre partenaire.

Son expression et sa mise en pratique restent cependant confidentielle au regard des valeurs familiales de fidélité « physique » dictées par la morale occidentale.

3. Le candaulisme, une pratique qui s’adresse à tous ?

Non, bien entendu, cette forme de se multi-sexualité conjugale ne s’adresse pas à tous. Certains couples se satisfont très bien et à juste titre de relations de couple conventionnelles comprenant une sexualité normative.

En premier lieu, la volonté de partager une sexualité de couple libérée doit être une des principales valeurs qui définisse votre projet de couple comme le sont la réalisation professionnelle et familiale.

Par ailleurs, il est indispensable qu’un désir candauliste puisse être exprimé au sein de votre couple.

L’expression de ce désir candauliste ne doit en aucun cas être préjudiciable, d’une part à l’épanouissement de l’un des deux partenaires, est d’autre part à l’accomplissement de votre projet de couple.

Cependant, cette pratique s’adresse aux couples qui font preuve d’un amour mutuel indéfectible ; un amour global qui intègre non seulement ce que notre partenaire suscite par sa reconnaissance sociale, ces valeurs familiales mais aussi et surtout ce qu’il est au plus profond de lui : son intimité sexuelle.

Enfin cette pratique s’adresse aux couples qui ne confondent pas égoïsme et individualisme. L’individualisme prône l’autonomie individuelle alors que l’égoïsme ne considère que ses intérêts personnels.

4. Les promesses d’un désir, d’une sexualité candauliste

Cette sexualité permet la promotion de l’honnêteté dans ce que vous avez de plus intime au sein de votre relation : vos fantasmes, vos désirs, vos émotions ainsi que vos sensations.

Cette sexualité participe à l’expression des valeurs fondamentales qui font la richesse d’un couple et ainsi réconcilier les valeurs individuelles et les valeurs de couple.

La liberté est à notre sens un concept essentiel. Se sentir libre d’exprimer ses désirs sans craindre d’être jugé, être libre, voire peut-être même encouragé par notre partenaire dans l’exploration et la stimulation de notre libido individuelle ; libéré des aprioris du couple conventionnel, pour faire ce dont nous avons besoin pour notre équilibre individuel.

La tolérance est le deuxième concept. Une valeur qui nous conduit mutuellement à travers cette pratique à nous révéler à nous-même mais aussi à l’autre. Une tolérance indispensable à l’acceptation de notre partenaire de vie, non pas tel que nous l’avons imaginé lors de notre rencontre, ni tel que nous aimerions qu’il soit mais plutôt tel qu’il est ; qui grâce à cette tolérance, se révèle alors à nous.

Le respect quant à lui est la pierre angulaire des deux premiers concepts ; un respect construit par l’amour de son partenaire de vie. Si l’amour nous guide, il nous conduit à préserver notre conjoint d’aventures conduites de manière égoïste qui peuvent générer de la souffrance et affecter notre relation. Respecter l’autre mais aussi se respecter soi-même et ne pas avoir de comportements mettant en péril votre relation.

Le partage est la notion essentielle et fondatrice du candaulisme. On parle aussi bien du partage de fantasmes, de plaisirs, d’émotions nouvelles ou de complices que parfois de déceptions. C’est un partage qui nous rapproche et nous unit.

En conclusion le candaulisme, que ce soit un simple désir ou bien une pratique, vous révèle à vous-même mais aussi à votre partenaire de vie, celui que vous avez choisi pour conduire un projet de vie commun. Un projet de vie guidé par l’amour sur la voie de l’épanouissement, du respect mutuel et réciproque par l’apprentissage du respect et de la confiance.

4 Commentaires

  • normal pour un h et une f de notre époque d’avoir envie de faire l amour avec divers partenaires, alors pourquoi s’en priver ?
    ma f et moi avons fait un arrangement, quand l’un ou l’être ressent une envie de sexe en dehors du couple, il peut y succomber sans que cela nuise au couple mais il doit tenir l’autre au courant
    au début ma femme n’en profitait que rarement mais elle a vite evolué et elle me dépasse largement maintenant quant au nombre d’aventures, mais ça me plait et moi je freine me relations extérieures, il me suffit de voir ou savoir ma femme , alorsprendre son plaisir avec d’autres hommes cela m’occasionne un grand plaisir, je n’ai plus besoin d’autres femmes,alors qu’elle a un besoin impératif de nombreux autres hommes que moi... avec ma bénédiction

  • normal pour un h et une f de notre époque d’avoir envie de faire l amour avec divers partenaires, alors pourquoi s’en priver ?
    ma f et moi avons fait un arrangement, quand l’un ou l’être ressent une envie de sexe en dehors du couple, il peut y succomber sans que cela nuise au couple mais il doit tenir l’autre au courant
    au début ma femme n’en profitait que rarement mais elle a vite evolué et elle me dépasse largement maintenant quant au nombre d’aventures, mais ça me plait et moi je freine me relations extérieures, il me suffit de voir ou savoir ma femme , alorsprendre son plaisir avec d’autres hommes cela m’occasionne un grand plaisir, je n’ai plus besoin d’autres femmes,alors qu’elle a un besoin impératif de nombreux autres hommes que moi... avec ma bénédiction

  • Et si cela venait d’avant vraiment d’avant, d’il y’a vraiment très longtemps, si l atavisme vous fait défaut, réveiller le, il y a une mémoire en vous que vous ne connaissez pas, mais qui sais.

    Je m en rappelle nous étions au fond de la grotte tapis les uns contre les autres, un groupe , seul la cohésion du groupe assurait la survie de tous, pas encore tout a fait une tribu, les règles sociales, élémentaires, n’ait pas encore leur place, seul le groupe comptait.

    Une femme est en chaleur elle est prise, c’est rapide, animal, le mâle a fini, un autre la prend a son tour, etc.....

    La possession de l’un à l autre n’existe pas encore, seul compte la survie du groupe.

    j ai vécu il y a une bonne trentaine d’année, dans une tribu très réduite environ 600 personnes en 3 villages dans le nord ouest du pakistan, les Kalash, une fois par an au début de l’automne, il s’y organisait une grosse fête ou tout le monde couchait avec tout le monde pendant une semaine, c’était dans leur rite, avec jamais aucune manifestation de jalousie, jamais aucune revendication de paternité quelconque, et la fête finie, tous le monde se remettait a vivre en famille, de manière normale.

    je laisse les anthropologue discuter des fins de telles pratiques, exutoire sociale, brassage génétique, etc, etc

    Mais dans le fond de l histoire cela m’as permis de voir des gens heureux, des femmes comblées, et peut être aussi que quand le fantasme candauliste, m’as attrapé plusieurs années plus tard , en europe, que les graines avait été semées cher les Kalash.

  • Juste par envie physique non sentimentale, le plaisir de se donner à d’autres hommes et de recevoir entre autre que son conjoint.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription