Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

TEXTE 3

! Signaler un contenu abusif

Tandis que je bavarde avec Georges, je peux observer mon épouse qui regarde défiler le paysage. Elle ne participe pas à la conversation, nous observant furtivement, sans expression particulière.
Elle croise et décroise ses jambes gainées réajuste ses bas ou sa robe trop courte qui laisse entrevoir les jarretelles, elle lisse ses cheveux noirs...Séduction silencieuse ,donc .
Je la trouve exceptionnellement froide ; Le vouvoyant malgré les quelques tentatives ratées par Georges pour introduire le deuxième pronom du singulier dans la conversation .

Notre chauffeur semble très intimidé mais il ne peut s’empêcher de la détailler du regard, s’attardant surtout à la naissance des cuisses collées au cuir. Il s’interrompt souvent pour me féliciter sur la beauté de ma femme mais je lui suggère de s’adresser directement à sa passagère pour ce genre de compliment.
- " Vous vous appelez Nadia, n’est pas ? vous êtes vraiment aussi belle que dans mes souvenirs, sachez que cela fait presque un an que je rêve de vos formes, je pense à vous constamment et tous les soirs, j’espère vous revoir ! Vos fesses me hantent, vos jambes sont superbes, en voir plus serait le paradis etc... etc.... "
Finalement ,elle ne peut retenir quelques sourires ,amusée par la cour désuète du bonhomme.Elle éclate même de rire à l’écoute de la version de notre première rencontre, présentée comme un moment super-romantique par un Georges enthousiaste !
On commence à s’amuser de la situation et l’ambiance se déride un peu. Désormais elle s’est tournée de trois quart vers lui, me lançant des regards de petite fille ingénue.
- " Vous êtes délicieux à entendre !" lui avoue elle, moitié sérieuse.
De fait, il a un léger accent cannois avec une voix assez chaude et le sourire facile.
Il nous explique qu’il est calabrais venu en France il y a 30 ans pour ses "affaires" ...Qu’il a fait sa vie ici, marié, enfants, petits enfants et tutti quanti ...
- " Qu’est devenu votre ami de l’autre soir ? " le coupais -je, pour rester dans notre thème de rencontre, entrevoyant aussi un plan futur avec une pluralité masculine enrichie.
- " Bof, tu sais, ce n’est qu’une connaissance de circonstance, je m’ennuyais ce soir là et j’ai discuté avec ce type qui essayait de trouver le même "spectacle" que moi ...c’est tout ."
Ma question semble le gêner dans son numéro de charme envers Nadia ...
Puis il reprend :
- " Par ailleurs,certes ,oui,j’ai des amis libertins ...que je peux vous présenter ,à l’occasion...si vous vous intéressez à ce milieu...
Mais, franchement vous avoir trouvé, vous, cela suffit largement à mon bonheur ! Vous êtes mes invités, je veux vous gâter ! " finit -il par lancer langoureusement vers mon épouse en lui tenant le haut du genou, d’une main qu’elle ne repousse pas.

Nous arrivons déjà devant un restaurant proche des plages, avec un immense parking ; c’est une trattoria italienne bondée de monde ! il y a la queue, que nous ne ferons pourtant pas .
Pendant que notre guide discute sur l’emplacement de la table avec un homme qui semble être le patron et qui rigole avec lui, mon épouse me dit son amusement d’aller dîner avec un ancien "plan cul". C’est une première. De plus, le type est drôle et semble avoir de l’expérience dans bien des domaines ...
Elle m’avoue que ses doigts sur sa peau lui font beaucoup d’effet, elle se sent bien.
On rejoint Georges à notre table,vue mer ,avec trois coupes de champagne bien fraiches qui nous attendent.
Soudain, levant un toast, il demande à ma femme de manière très solennelle si elle accepterait de le tutoyer !
- "soyons amis ...s’il vous plait, madame ! "
- " Amis seulement ? " glisse elle de manière tendancieuse en scrutant ma réaction
- " Bien sur Georges,c’est accepté, vous...tu est adorable !"
- " Merci.Ah ça, c’est énorme pour moi ! "
Quand à moi, je ressens un très léger picotement de jalousie ...
Nous dînons très sagement, Nadia est particulièrement détendue, elle écoute Georges en face d’elle, qui raconte sa vie ponctuée de ses aventures
Bref nous parlons de tout et de rien,nous rions beaucoup .
Après le dessert, délaissant discrètement son digestif, Georges nous quitte quelques minutes pour retrouver le patron derrière la caisse. Mon épouse se repoudre un peu, belle et insouciante. Je lui fais remarquer que notre hôte semble parler d’elle, car l’autre monsieur la regarde fixement et avec appétit, approuvant les propos de Georges qui hoche sa tête et multiplie des gestes dans notre direction. Ils ont l’air de vieux complices... préparant je ne sais quoi.
- " Ils ont l’air d’aimer les femmes, oui ! " tranche mon épouse.
- " Imagine que Georges te demande de sucer son collègue pour réduire l’addition ? "- " humm, OK, pas de problème "
- " Il te livre aux serveurs en gang bang dans la réserve ? "
- " Là, je ne sais pas si je peux assurer...mais bon, avec un café italien molto ristretto, pourquoi pas, il ne sont que quatre ou cinq... .
- " Et si ce type était de la Mafia, qu’il a monté toute cette histoire pour recruter des prostituées ? "
- " Ou pire ! des serveuses de pizzeria quarantenaires ! arrête de fantasmer, c’est un épicurien, tendance cochon, comme toi et très charmant en plus. c’est tout .
Tu aimerais devenir sa ...sa pute ?
- " Encore ! ça, ça t’excite, hein ! ... tu est vraiment fou, mon gentil mari pervers que j’aime ...Mais j’avoue que , oui. L’idée est assez folle et elle me plait bien . Mais,comme fantasme .
Je lui caresse l’entre jambe ...
- " Mais toi aussi on dirait que la situation t’excite ! ’ mon doigt est trempé.
- " Je suis folle ,moi aussi ; voila ! ...Mais toi en plus d’être fou, tu est un peu jaloux,non ? "ajoute t elle d’un air ironique ... "
- Pas vraiment ,la promesse d’une soirée à trois m’excite au delà de ma jalousie .Mais je reste méfiant ,c’est tout .
-Bon, après tout, tu as raison, on ne sait jamais ; attention à ne pas finir sur les trottoirs de Naples."conclue-t-elle.
Nous regardons Georges revenir vers nous tout sourire ... il s’arrête brutalement en nous demandant quelle inquiétude vient d’apparaitre car nos visages trahissent notre cisconspection .
....

3 Commentaires

  • il distille à souhait ! il doit travailler pour les scénars d’Hollywood ...
    bon, on va attendre la suite !

  • Bonjour, amis candaulistes...je vous dis bonjour car il est 00heure 50 au moment où je vous écris. Je suis un très ancien membre de votre "confrérie" candauliste puisque cela fait presque 12 heures (sourire) que je m’y suis inscrit !
    Non que je sois un nouvel adepte de ce plaisir indicible de voir la femme que l’on aime prendre le sien (de plaisir bien sûr) entre les bras, les jambes d’un amant de rencontre ; sous sa langue, ses lèvres habiles (j’espère), sous l’excellence de ses caresses, la subtilité de ses doigts que je souhaite experts...
    Ceci étant, merci pour votre récit à la fois émouvant et fort excitant ; j’attends une suite à ce troisième épisode et vous souhaite un nuit merveilleusement peuplée de rêves fantasmatiques.
    Didier

  • vivement la suite ! j’adore !

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription