Accueil > Témoigner le candaulisme >Questions à la communauté >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Offrir une femme à mon mari

! Signaler un contenu abusif

Il plait beaucoup, n’a pas besoin de moi pour avoir des aventures ... Seulement je voudrais transformer ma jalousie et m’assumer comme candauliste. A l’épreuve du feu, en quelque sorte.

Il est mate, sportif, sait s’y prendre avec les femmes.
Si vous êtes sur la région de Grenoble, contactez-moi.

20 Commentaires

  • Comment peut-on raisonnablement vouloir garder comme compagnon quelqu’un à cause de qui on dit vouloir se foutre en l’air... ? Je vais être dure mais pour moi l’amour ne peut pas tout justifier. Si vous êtes à ce point incapable de discernement... Ben débrouillez-vous. Vous semblez être la seule à ne pas vouloir vous rendre à l’évidence. Rendez-vous service : ouvrez les yeux. De préférence avant que votre vie soit irrémédiablement foutue.

  • Oulalala... Babydol

    je ne permets jamais de jugement ni de conseils..mais là...
    Il semble incontestable que tu souffres trop...alors vouloir vaincre le feu par le feu...? Il faut que tu poses...que tu sois celle que tu es....ou jalouse à fond et le comportement de ton homme t’es inacceptable ou tu "lâches tout...Mais en souffrance il n’est jamais bien de décider
    prends du recul...Fais le point , seule ou assistée mais ne reste pas en souffrance comme ça

    avec tout mon amour et mon soutien

  • Il s’agit d’un psy..chiatre.
    3,5 ans deux fois par semaine, pour tourner en rond.. ; j’y crois plus... Ok, je veux pas vraiment ... au point où j’en suis... j’entends tout... je suis d’accord avec tout... l’envie de crever surtout.
    Et l’autre qui me l’a dit ; c’est une infirmière psychiatrique. Je me suis présentée de moi-même ; elle voulait m’interner ... j’ai eu peur de ne pas remonter la pente en touchant le fond.
    Je paye une psychologue 50 euros par semaine depuis 4 ans (une vraie fortune) pour que ma fille ne développe pas la même psychose ; elle a cassé avec son petit ami qui la faisait cocue à tour de bras. Mais reste indisponible à tout autre chose. Je m’attends à ce qu’il re-débarque un jour ou l’autre.
    Je n’y crois plus non plus.
    Hier soir on était seuls. Il a fait comme s’il recevait un coup de fil d’un collègue ; il m’a dit qu’il me donnait le bonjour. Foutaise. C’est une de ses putes, j’en jurerais. Ca me fous en l’air. J’ai deux sorties les deux prochaines soirées ; même pas envie d’y aller. Alors qu’il faudrait que je sois bien pour passer à autre chose.

  • "dans le déni, il voudrait que je le sois aussi. Les psys d’ailleurs préconisent que c’est la seule solution"...?!?!? des psys qui préconisent le déni !!!! des... il y en a combien ? Un psy (psy...quoi ?) on en a un, sinon c’est des emplettes, du consumérisme, du "je fais tout pour mettre qui veut m’aider en échec".
    Moi je n’ai aucun doute sur la véracité de votre histoire et je ne ferai pas de l’analyse sauvage en disant que l’histoire de vos parents n’est pas neutre par rapport à celle de votre couple. Personne ici n’a le moindre matériau pour comprendre puisqu’il s’agit de votre histoire singulière relatée avec votre parole, cad votre subjectivité.
    Ce qui ressort c’est votre souffrance que vous exprimez en termes violents. Faites vous aider. Je crois à la psychanalyse, freudienne, classique, bien cadrée. Non "parce que vous êtes folle", comme disent les gens limités mais parce que vous souffrez et que vous avez besoin d’y voir clair et d’abord en vous-même. Car ce qui est à l’œuvre c’est soi, sa façon personnelle de comprendre, de réagir et surtout de se connecter à cette fosse océanique qu’est sa propre histoire. Quand on a vraiment fait le point (il y a 24 ans que vous souffrez, vous n’êtes pas dans l’urgence, vous pouvez vous offrir une démarche posée) tout paraît plus simple, plus clair et on règle sa vie non plus selon la vox populi mais selon qui on est vraiment. Mais pour cela il faut le vouloir. Le voulez-vous ?

  • En attendant votre problème reste entier. Seul votre mari a les solutions. Et fondamentalement personne d’autre que lui ne pourra vous aider malheureusement.

  • Ouahhh ! quelle agressivité !
    Dommage que tu ne puisses plus lire mes messages ..lol
    Ben, si, tout ce que je dis c’est vrai ! Je n’ai aucun autre commentaire à faire sur tes remarques affligeantes.
    Sur cocus.org, les afficionados ne savaient que me conseiller la rupture et m’ont agressé aussi quand j’affirmais que je ne le ferai pas. Là j’en reviens pas de telle réaction, ici.
    Mais je suis sûre que comme sur l’autre site, je vais avoir des contacts en messages privés de gens qui comprennent, voire qui partagent cette situation

  • Mon chéri voyons, un peu de tenue lol ! Je lui donne un calmant et je reviens :-)

    Babydole, si vous êtes sincère dans ce que vous dîtes, alors vous n’avez pas compris ce qu’est le candaulisme. Être candauliste c’est partager quelque chose de fort avec son conjoint. C’est une démarche de couple qui se mène à deux grâce à des désirs qui se rejoignent. Ce n’est pas une solution à des problèmes qu’on peut avoir. Et sur ce site on ne prône pas le no limites. Les limites sont vitales quand on pratique le candaulisme ou toute autre forme de libertinage. Elles donnent un cadre à nos désirs et nous permettent de ne pas sombrer, de ne pas se perdre. Si vous n’avez pas saisi ça, je pense qu’il faut reprendre la réflexion à zéro...

  • désolé de ce que je vais te dire là, je vais être cru mais je pense que c’est nécessaire.

    Tu sors un ramassis de connerie d’un niveau cataclysmique. Déjà ce n’est pas parce qu’on est sur un site de candaulisme qu’on accepte tout ou qu’on a aucune barrière, t’as vu ça dans quel monde ? "Oula je veux bien que mon conjoint couche avec d’autres personnes que moi donc je suis prêt à dire que tout est bon en terme de sexualité". Franchement n’importe quoi.

    Et qu’est ce que tu racontes au niveau du psy ? qu’on peut rien faire ? soit tu l’as inventé de toute pièce pour t’en servir comme argument, soit ton psy à son diplôme comme mon chien sait parler 6 langues. BIEN SUR QU’ON PEUT GUERIR. Tu crois qu’ils font comment ceux qui ont d’autres pathologies ? "comment ? t’as des envies de meurtre ? Je peux rien faire pour toi désolé tu devras vivre avec et tuer les gens quand tes pulsions meurtrières se réveilleront, on peut rien y faire". N’importe quoi bis.

    L’histoire de ton père et ta mère ajoute un côté mélodramatique mais vu ce qu’il y a avant ça pu le mensonge à plein nez aussi.

    Et sinon, rien a voir avec le candaulisme, on t’explique qu’avant de plonger la dedans il y a un travail à faire car vous partez pas sur des bases saines. Je suis pas expert, mais je pense pas que les gens ici se sont mis au candaulisme car leur conjoint les trompaient et qu’ils voulaient canaliser tout ça. D’ailleurs si tu prenais la peine de lire tu verrais que souvent c’est le candauliste passif qui propose à son conjoint d’aller coucher ailleurs et non l’inverse.

    Pour moi, si ce couple que tu as existe bel et bien (je commence à douter et me dire qu’il s’agit juste d’un mec qui a fait une fausse annonce pour baiser) alors je dirais qu’au vu de tes réponses tu as tout autant besoin d’aller voir un psy que ton homme.

    J’ai essayé jusqu’à présent de répondre dans le but de t’aider, j’estime que désormais tu ne mérites plus mon intérêt. J’arrête donc là de suivre ton message.

    Adieu.

  • J’hallucine un peu, tout de même de vos remarques....
    Sur ce site, où prône l’apologie du "aucune barrière", "vivons nos délires", vous semblez le stigmatiser. Depuis qu’il m’a informé de son comportement déviant, j’ai pu constater à quel point cela est répandu ; et un psychiatre me précisait même que ce sont les femmes les plus atteintes. Oui, pour moi aussi, il s’agit de maladie. Par contre, ce même psy ne me donnait aucun espoir pour qu’il guérisse. Déjà qu’il y a peu de chances, étant donné qu’il s’est toujours comporté comme cela, même avant moi (à presque trente ans), et il faudrait déjà qu’il le veuille, ce qu’il n’a jamais formulé. Et puis sur la prédiction (malédiction..?) que ça se termine très mal ... je connais des nombreux cas, dont un particulier (et ça va tout de suite vous éclairer) : celui de mes parents ; Ca fait 50 ans que ça dure ! C’est l’inverse, c’est ma mère qui est une "chienne". J’ai donc grandi avec la souffrance de mon père, c’était insupportable, alors qu’elle, elle jouait la sainte. Mon père m’a parlé de leur situation au moment où il a su que je vivais cette crise de la révélation dans mon couple. J’aimerais trouver ma voie de la résilience.. parce qu’encaisser ne dure qu’un temps. Quand c’est sous mes yeux, je me révolte de ce manque de respect.
    J’espérais que des personnes (dans un cas ressemblant) qui sont devenus complices de leurs conjoints déviants témoignent qu’ils y trouvent leurs comptes. Je pensais que c’était ça la définition du candaulisme. Quelles différences vous voyez avec ma situation ? Que ce soit mon conjoint qui ait des pulsions, voudrait dire que je ne sois pas candauliste ? Mais si je l’avais choisi justement pour cela, parce qu’il est déviant. Je crois (je blague pas) que c’est vraiment le cas, c’était inconscient, mais je voulais épouser ma mère (le psychiatre disait qu’au premier mariage, on épouse toujours sa mère quelque soit le sexe !).En même temps que la souffrance, j’ai toujours vu l’excitation, voire la fierté de mon père à avoir une femme aux multiples aventures (je me disais qu’elle était séduisante ; comme pour mon mari, je ne m’autorisais pas à penser qu’elle allait jusqu’à l’acte).

  • J’analyse peut être bien la situation comme vous dites. Mais de ce que vous racontez la vous ne pourrez jamais contrôler ses pulsions. Il semble que votre homme ai besoin d’aller voir un professionnel car il est malade (ne pas pouvoir contrôler ses pulsions, c’est une maladie psychologique) . C’est seulement lorsqu’il arrivera a les contrôler que vous pourrez planifier ce genre de choses. Dans le cas contraire votre histoire finira mal, très mal.

  • Le problème c’est que tant que lui ne voudra pas faire face, vous ne pourrez pas, tout simplement. Vous n’avez aucun moyen d’agir, il ne vous en laisse pas. Pour moi il n’y a pas 36 solutions : vous continuez d’encaisser, ou vous le quittez. Le choix vous appartient...

  • Et bien, oui, il s’est soulagé en me le disant (il ne vivait plus dans la peur que je le découvre) et maintenant parce qu’il est dans le déni, il voudrait que je le sois aussi. Les psys d’ailleurs préconisent que c’est la seule solution. Pour moi, c’est de la schizophrénie, c’est impossible.

    Effectivement, il ne veut pas que j’ai un rôle. Mais moi dans tout ça ? J’encaisse et je souffre ; et j’ai envie de le tuer, ou j’ai envie de me foutre en l’air.
    J’ai essayé le truc de faire comme lui :...la catastrophe. Je me suis sentie rabaissée à mes yeux. J’ai eu peur de le perdre ....
    J’attends depuis plus d’un an que quelque chose d’extérieur me sauve de tout ça. Mais comme je suis amoureuse, je laisse les occasions quand d’autres hommes s’intéressent à moi.
    Je me dis qu’en prenant l’initiative de l’inciter, je dénoue ma jalousie. En lisant ce site, j’avais cru comprendre cela. Mais vos réponses à mon témoignage semblent m’en dissuader ...

  • Personnellement je ne suis pas capable de comprendre une telle situation... C’est lui qui a un problème, et qui génère des problèmes dans le couple, et c’est vous qui consultez, faites des efforts, etc... Alors que c’est lui qui devrait faire un travail sur lui. Pour moi c’est juste intolérable et incompréhensible...
    Je vous souhaite tout le courage du monde !

    Il me vient juste une question : s’il nie les choses (ce qui n’a aucun sens puisqu’il vous l’a avoué, enfin bref), comment pourrait-il être possible que vous lui offriez une femme ? S’il nie et cache, c’est qu’il ne veut pas que vous ayez un rôle là-dedans. Donc là je ne vois pas comment c’est faisable en fait...

  • Amon analyse bien la situation.
    Lui, ne maitrise pas ses pulsions depuis toujours. Moi, je subis (inconsciemment pendant près de vingt ans, et consciemment depuis 4 ans qu’il me l’a dit). On a eu x crises dûes à ma jalousie ; j’explosais ; je voulais rompre, on étaient malheureux comme perdus, et on revenait ensemble. (tiens ! j’utilise l’imparfait ...) Toujours le même cycle.
    Il y a eu pourtant plusieurs phases où j’ai ressenti cette excitation du candauliste.
    Depuis plus d’un an, il est redevenu discret, il fait tout pour que je ne sache rien. Tant que j’ai rien sous le nez ... mais dès qu’il y a un signe, c’est comme si je l’apprenais pour la première fois, et le cycle infernal reprend.
    En période d’accalmie, je suis capable de prendre du recul (d’où mes posts ... comme pour me préparer à la prochaine tourmente), mais face à cette réalité, ma douleur l’emporte. Lui, il nie (même la tête sur le billot). J’ai consulté pour être convaincue de deux choses : je ne dois pas le quitter, je l’aime trop ; et il vaut mieux ne pas en parler ensemble (contrairement à ce que dit claude345 et comme le préconise le psy). Et puis ça tournait en rond, j’ai arrêté de consulter.
    Oui, il y a domination/soumission ; Je suis accro à lui comme il est accro à ses conneries. Je suis presque tout le temps demandeuse ; lui accorde. Je m’efforce de maîtriser mes envies de lui ; du moins, de les lui cacher. Je crois que dans la fréquence et l’intensité, c’est dans la normalité des gens qui sont épanouis ensemble. Ca n’a aucun lien avec ce qu’il entretient ailleurs. Ca n’interfère pas ; quand je ne ne suis pas dans la réaction, je suis persuadée que ça ne me fait même pas de la concurrence. Mais voilà c’est très dur à vivre. D’où ma recherche d’alternatives

  • Je ne sais pas si la façon de Babydole de gérer ça est la bonne. Néanmoins il y a une chose qu’elle dit et qui me parait évident : il est bien plus facile d’assumer le fait d’avoir un compagnon volage si on a la sensation de maîtriser cela.

    Le candaulisme, c’est parfois aussi l’inverse et faire plaisir à son conjoint en le laissant aller voir ailleurs. La pratique est la même, seul le cheminement pour y arriver diffère.

    La question à se poser est "est ce que je met des œillères et laisse mon partenaire faire ce qu’il veut au risque que ça nous détruise ou est ce que je transforme ça en force en prenant possession des pulsions qu’il ne maitrise pas en esperant que ca me permettra de mieux vivre la situation ? "

    Maintenant, on est d’accord que je trouve la situation vachement bancale, mais je comprend clairement sa façon de chercher à gérer ça. Sans pour autant dire que c’est la bonne solution.

  • Maîtriser, subir... C’est moi qui interprète ou y a t-il beaucoup de notions de dominance / soumission dans votre témoignage, Babydole38 ? Pour moi c’est ce qui ressort en tous cas. Est-ce le reflet de la structure de votre relation de couple ?

  • Je ne comprends pas bien.
    "Besoin de maîtriser quelque chose ..."
    Quoi ?
    Votre sentiment de jalousie ? Il ne transparait pas clairement dans vos propos mais on vous croit sur parole...
    Sinon ? "Besoin de maîtriser quelque chose ...". Désir de puissance ? Désir de prendre le pouvoir sur cet homme qui le détient et en abuse. Mieux vaut recadrer par la parole.
    Le plaisir candauliste c’est quand on lâche le contrôle, pas un fantasme de maîtrise... On ne résoud jamais rien en forçant les situations, en essayant de plier la réalité à notre désir. Ca ne marche pas. Ca ne marche jamais.
    Interrogez vous sur votre motivation. Jalousie ou "volonté de puissance" ? Et dans ce cas, où allez-vous ? au clash !
    "Seulement je voudrais transformer ma jalousie et m’assumer comme candauliste".. Un peu volontariste , non ? Et vous parlez du candaulisme comme d’un jeu de rôle mais ça ne marche pas comme cela. On ne s’invente pas autre.
    "A l’épreuve du feu, en quelque sorte". Il y a de par le monde des millions d’individus qui veulent s’introspecter de cette manière. Voyez le résultat !!
    Permettez moi de faire l’apologie de la sincérité, de la justesse et de la douceur. Et si vous êtes sincèrement et justement candauliste... très bien !
    mais lui ? pas vraiment impliqué dans votre fantasme. Dialoguez, dialoguez, dialoguez. Sinon c’est n’importe quoi.

  • Besoin de maîtriser quelque chose ...
    Je pense qu’il y a fantasme pour ma part. Le passage à la réalité est-il souhaitable ?
    Je me pose la question, moi aussi. Là je subis son comportement, et souvent cela m’a semblé intolérable. Trois fois, il m’a inclus dans son délire ; et je l’ai mieux vécu ;
    Deux fois, il a amené une femme (je crois la même) chez nous ; les enfants n’étaient pas là ; Il a fait l’aller-retour de elle à moi dans la nuit ; j’ai fait comme si je ne le savais pas. C’était comme un rêve ; une délicieuse transgression. Une fois, on est allé au cinéma. Une de ses copines s’est assise à côté de moi. Pendant le film, tous les deux voulaient que je lise ce qui était écrit sur leurs portables. Je fixais l’écran, le sourire jusqu’aux oreilles. Je n’ai rien lu. Après le film, il s’est éclipsé. Je l’ai attendu tranquille. On s’est rien dit. Quand on a été à la maison on a fait l’amour comme des fous ; on a trouvé une nouvelle position (plus centrée sur son plaisir) et on l’a gardé depuis.

  • J’ajouterais aux propos de Maatkare plusieurs interrogations :

    Pourquoi ne pas le laisser libre de séduire les femmes qui lui plaisent et de vivre ainsi les aventures qu’il souhaite ?

    Il semblerait qu’il n’ait pas besoin de votre aide pour vivre une aventure, alors quelle différence faite vous entre une complice qu’il choisit et séduit et une complice que vous cherchez, dans les deux cas vous aurez en charge votre sentiment de jalousie ?

    Bonne soirée chère Babydole38

  • Bonjour
    Vu sous cet angle... je me demande si c’est une bonne chose à faire... Si c’est juste fait dans cette optique, sans qu’il y ait un réel fantasme derrière, je trouve que c’est très suicidaire... Sans vouloir être trop négative.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription