Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de complices de couples >

Notre saint valentin épisode 3

! Signaler un contenu abusif

J’avais pris ma journée, lorsque Christophe est parti travailler j’étais encore sous la couette à me prélasser en imaginant la journée qui m’attendait.

Je me suis levé vers 9 heures, la pièce embaumée le café encore chaud que mon homme m’avait préparé. Je me suis assise pour mieux remplir ma tasse. Il faisait beau, la journée commençait bien, j’étais détendue, bien au chaud dans mon peignoir de bain.

Après avoir déjeuné j’ai filé dans la salle de bain, prendre soin de mon corps. J’ai pris ma douche je me suis rasé les jambes et sous les bras.

Pour ce qui est de ma petite chatte j’avais pris rendez-vous depuis quelques jours chez l’esthéticienne je la voulais douce et lisse. Une fois séchée coiffée et maquiller, j’ai enfilé un jean et un gros pull, mon manteau et un gros bonnet pour filer chez l’esthéticienne sans avoir froid.

Elle a bien pris soin de moi et de mes petites lèvres. Je dois avouer que son toucher et son physique ne me laisse pas indifférente, mais jamais je n’oserais lui faire d’avances.

J’avais le sexe entièrement lisse, qui mettait en valeur mes petites lèvres. Les sensations que cela me procure le tissu de mon string sont fabuleuses surtout lorsque l’on sort de chez l’esthéticienne et que l’on n’est pas ou plus habituée a cette sensation. On a ainsi le sentiment d’être sans cesse stimulé lorsque l’on marche.

J’ai décidé de ne pas rentrer tout de suite et de faire du lèche-vitrines tout en mangeant un sandwich. Je n’ai pas pu m’empêcher de m’acheter une guêpière rouge qui mettait en valeur ce que je trouve plus féminins chez moi à savoir la taille, le galbe et le volume de mes seins ainsi que mes hanches et la cambrure de mes reins.

J’avais complété cet achat par une paire de bas résilles petites mail noires que je me voyais très bien porter avec la paire d’escarpins vernis que Christophe m’a offert à Noël.

Je suis rentré à la maison, il était pas loin de 5 heures juste le temps pour moi d’enfiler la tenue que je venais d’acheter avant d’accueillir Gilles à qui j’avais donné rendez-vous entre 5 et 6 heures.

Perché sur mes talons hauts de 12 cm je me dirigé vers la porte d’entrée alors que la sonnette venait de retentir, il me tardait de retrouver Gilles. Cela faisait à peine une journée que nous nous étions quittés et son corps son toucher son parfum manquait déjà. Rien que l’idée de le retrouver me faisait mouiller.

J’ai d’ailleurs oublié de préciser dans le descriptif de ma tenue que le port d’un string ou d’une quelconque culotte n’avait paru totalement inapproprié. J’étais fiére de lui montrer mon sexe tout lisse.

J’avais tellement envie qu’il vient poser sa main entre mes cuisses, sentire ses doigts se glisser entre les deux lobes de mon sexe, juteux comme un fruit trop mur. Ce qu’il fit des qu’il entra chez nous est alors qu’il m’embrassait avec désir.

Je lui sautai au cou, j’étais heureuse qu’il soit là comme une adolescente. Il m’avait apporté un bouquet et une bouteille de champagne à l’attention de Christophe. Il était moins à l’aise que d’habitude, il découvrait pour la première fois notre petit nid, l’endroit où je vivais.

Je le débarrassai de ce qu’il avait amené, je l’aidai à ôter son manteau. Je lui pris la main pour le conduire dans le salon, il s’assit dans le canapé alors que je m’ainsi à califourchon sur lui, lui faisant face pour mieux l’embrasser. J’avais une furieuse envie de lui, de ses mains, de sa bouche, de son sexe. Il avait posé ses deux mains sur mes fesses qu’il pelotait. J’étais aux anges !

Après plusieurs minutes de cette intimité corporelle qui faisait monter le désir entre nous, je décidai de me libérer pour lui proposer de boire quelque chose. Il était trop tôt pour prendre l’apéro c’est avec plaisir que je lui offris un grand verre de jus de fruits avec des glaçons.

J’étais heureuse qu’il soit là à me regarder. Je me penchais exagérément de manière à ce qu’il apprécie détail de mes seins que je savais généreuse et hypnotique pour n’importe quel homme. Alors que je posais le verre sur la table du salon il m’embrassa à deux mains.

Au lieu de venir me coller à lui je décidai de poser mes fesses, sur le pouf qui lui faisait face. J’ouvris alors le compas de mes jambes exhibant ainsi mon sexe luisant de désir pour lui. Je posais alors mes doigts sur mes lèvres et je commençais tout en le fixant dans les yeux a me masturber sous son regard.

Il attendit ainsi plusieurs minutes m’encourageant du regard sans dire un mot avant de défaire sa ceinture pour libérer son sexe tendu par l’excitation du spectacle que je lui offrais.

Mes yeux allaient et venaient entre son regard et cette main qui caressait cette verge gonflée, j’étais excitée par son regard qui se posait sur mon sexe et cette queue qui bandait pour moi. Le désir monté, mon souffle s’accélérait alors que les mouvements de mes doigts sur ma chatte se faisaient plus précis....

A bienôt pour la suite

1 Commentaire

  • Quel joli récit, et quelle belle description...J ’y étais...
    Quelle sensualité que tu dégages !!! On imagine ta beauté, ta classe et ton élégance.
    J’en ai l’eau à la bouche.
    Au plaisir de vous imaginer ou lire de nouveau.
    Eric mari candauliste.
    Coquinement.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription