Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Notre complice sexagénaire

! Signaler un contenu abusif

Etant restés quelques mois sans aventures candaulistes, j’avais demandé à ma copine pour que nous nous fassions une petite soirée sympa.
Elle marqua son accord en me spécifiant qu’elle aussi en avait envie depuis quelques temps.
Je lui ai demandé si elle avait une idée précise d’une personne et/ou d’un scénar.
"Non" me répondit-elle, "pas une personne en particulier, mais j’aimerai qu’il soit très âgé".
Je me mis donc en recherche d’un amant par le biais de la lecture de petites annonces.
Je pris contact avec 2, mais très vite je compris qu’ils ne conviendraient pas (trop "crus" dans leur langage).
Ma copine est très ouverte en ce qui concerne la sexualité, nous avons pratiqué tout ce qui est imaginable et même plus, mais la grossièreté elle n’aime pas.
Je me suis alors décidé à passer moi-même une annonce, la plus claire et détaillée possible.
Quantité de réponses que nous avons lues ensemble, elle et moi.
Rien qu’à la lecture de ses réponses nous prenions déjà un pied d’enfer.
Notre choix se porta sur 2 hommes qui semblaient convenir.
Je les ai contacté et me suis rendu chez chacun d’eux afin de choisir celui qui conviendrait le mieux.
C’est le second sur lequel se porta mon choix. Son physique, ses idées, son âge, tout me sembla parfaitement convenir à ce qu’elle souhaitait et ce qui m’inspirait.
Elle voulait un "vieux", elle allait l’avoir. Et tout cela avec un scénar que je mis au point avec l’homme.
Je vous le décris :
Il semblait sortir tout droit d’un film des années 50’, il me faisait penser (physiquement) à Michel Simon. 68 ans, aspect vieux paysan, +_ 1m70 et 90kg.
Je lui ai demandé si il bandait encore et de me le prouver (je ne voulais pas que ma copine soit déçue et comme j’apprécie également les sexes d’hommes ...).
Il s’est assis, a descendu son pantalon et son slip et a commencé à se masturber.
Son sexe se raidit un peu, mais ce n’était pas vaillant. Je me suis alors approché et lui ai dit : "Laissez-moi faire". J’ai commencé à le branler et son érection devint un peu plus forte, ensuite je l’ai pris en bouche et après quelques minutes il devint raide, on ne peut plus raide. Au bout d’une dizaine de minutes, il m’envoya la sauce que j’avalai avec plaisir.
Tout était parfait, nous prîmes donc rdv pour le lendemain soir.
Le lendemain venu, je choisi la tenue de ma copine : un chemisier transparent, une culotte "écolière" (à la demande du papy), un collant, une jupe ultra courte et moulante. Je terminai par des chaussures à talons aiguilles de 9 cm.
Arrivés chez l’homme, nous bûmes un verre de vin tous les 3 ensemble. Puis un second et un troisième afin de bien "chauffer" les esprits et les corps.
Comme je le lui avait demandé, ma copine caressait sensuellement ses jambes, histoire de bien exciter l’homme.
Au bout d’un moment, je pris ma copine par la main et la fis grimper sur la table (je rappelle que le scénar était connu de l’homme et de moi, pas de ma copine).
L’homme s’approcha d’elle et se mit à la toucher, la caresser. Je demandai à ma copine de tourner lentement et m’enquis de ce que l’homme pensait d’elle.
"Elle est parfaite" me dit-il, "ses jambes sont merveilleuses".
Je proposai alors à ma copine de s’allonger sur la table, fesses vers le haut.
Une fois qu’elle fut dans cette position, l’homme remonta sa jupe et lui caressa les fesses de dessus le nylon. Puis une de ses mains parti entre les jambes de ma copine et caressa son sexe toujours abrité dans sa culotte et le collant.
Ramenant sa main, il commença à la fesser doucement (ma copine adore !) puis de plus en plus fort.
Je lisais le plaisir sur le visage de ma petite cochonne.
Il lui demanda de se retourner et lui enleva ses chaussures puis son collant et sa culotte.
Avec une infinie délicatesse, il la pénétra de 2 doigts et la masturba tout en l’embrassant goulument.
Elle avait bien écarté les jambes et les avait repliées afin de donner un accès total.
Moi, je regardais et j’écoutais ce doux clapotis qui démontrait son excitation.
Il la fit descendre de la table et lui enleva son chemisier. Il se glissa derrière elle et, collé contre elle, l’embrassait dans le cou tout en lui malaxant la poitrine.
Une chose inattendue arriva, le chien de l’homme vint mettre sa truffe pour humer le sexe de ma copine et lui donna quelques coups de langue. L’homme le chassa, mais je reconnais que j’avais apprécié ce petit instant.
Ensuite, il prit ma copine par la main et l’emmena vers le 1er étage où était sa chambre.
Comme à l’accoutumée, je les laissai quelques instants seuls avant de les rejoindre.
Quand j’arrivai dans la chambre, ils étaient en position "69". Ma copine le suçait tandis qu’il lui léchait la chatte tout en ayant un doigt qui se promenait dans l’anus de ma copine. De temps à autre, il sortait son doigt et le suçait puis le rentrait tout humide dans son petit cul impatient.
Elle se mit alors sur lui et une belle cavalcade s’ensuivit.
Aimant beaucoup la sodomie, elle se mit ensuite à 4 pattes et signifia à l’homme qu’il pouvait pénétrer son petit trou.
Il ne se fit pas prier et parvint assez facilement à s’insinuer dans cet orifice qu’il avait déjà bien humecté auparavant.
De mon coté, je prenais un plaisir immense à regarder ce divin spectacle. J’en profitais parfois pour caresser ma copine, l’embrasser, mais aussi à toucher les testicules du partenaire.
A un moment je le vis se crisper et je compris qu’il lui envoyait la sauce. Il resta encore un instant en elle puis se retira et s’allongea épuisé par l’effort.
Ma copine s’allongea à ses cotés et engouffra son sexe dans sa bouche afin de récolter les quelques gouttes qui vinrent encore.
Quand elle le lui rendit, il était propre comme un sou neuf.

Quand nous partîmes, l’homme la prit une dernières fois dans ses bras et l’embrassa. Une de ses mains glissa dans la culotte de ma copine et c’est une fois dans la voiture qu’elle se rendit compte qu’il lui avait déposé un billet.

Le lendemain j’ai téléphoné à l’homme pour lui dire que nous demandions pas d’argent, que nous faisions cela pour le plaisir.
Il me dit qu’il le savait, mais qu’il aimerait nous revoir de temps en temps et que cet argent pourrait servir à l’achat de collant ou de bas nylon.
Nous sommes retournés chez lui à 4 occasions, mais par la suite avons cessé les rencontres avec lui. Il était très sympathique mais nous ne voulions pas d’un amant régulier. La nouveauté est toujours (pour nous) plus excitante.
Maintenant, nous ne pratiquons plus ce genre de rencontres, les seules sorties "sexe" que nous faisons encore se limite à des fellations que ma copine prodigue sur des parkings d’autoroutes. Mais 4 à 5 fois /an maximum.

2 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription