Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Nos versions d’un même sujet, fin.

! Signaler un contenu abusif

Christel :
Quels instants fabuleux je venais de vivre, Joëlle était une amante hors pair qui ferait devenir bi n’importe-quelle femme.
Nous étions allongées, nues sur le tapis et encore haletantes. Mes pensées sont allées vers André et Frédéric, mais surtout André. Mon homme avait dû fortement apprécier la "séance" à laquelle il venait d’assister, il aimerait que nous rencontrions plus souvent des jeunes femmes.
(promis mon chéri, je vais faire un effort. Mais tu sais que j’ai difficile de te voir jouir dans les bras d’une autre)
23h40, toujours nue mais blottie contre André j’ai dit qu’il allait falloir nous en retourner.
Frédéric m’a entendue et nous a demandé pourquoi. "Vous pouvez dormir ici, nous avons 2 chambres d’amis", "Et puis je trouverais dommage de terminer ainsi notre rencontre, je reconnais avoir envie de toi Christel".
J’ai regardé André, son visage m’a renseigné sur son désir et j’ai accepté.
Honnêtement, ce n’est pas moi qui le souhaitait le plus. Frédéric est charmant, mais un peu jeune pour moi. Dans ma passion du sexe hors-marital il y a également un côté psychique qui entre en compte, celui d’être désirée et possédée par des hommes d’un âge certain. Pour être plus complète, mon type d’homme est âgé d’aux alentours de 65 ans et pas trop mince.
De plus, si j’avais bien saisi le souhait de Frédéric, il envisageait de faire une nuit à 4 ou une nuit seul avec moi. Dans le second cas André et Joëlle seraient dans une autre chambre, pas le top pour moi.
Mais même si c’était le cas je devais bien ça à mon homme qui me refuse très très rarement un amant.

André :
Quand Frédéric nous a proposé de passer la nuit chez eux je ne fus qu’à moitié étonné. Qu’il veuille Christel était évident, mais de là a y consacrer la nuit ???
Petite hésitation de ma chérie vite effacée par mon regard de coquin (déjà je me disais que je pourrais avoir accès aux charmes de Joëlle, que si un trio se faisait entre eux je participerais quelque peu).
Christel avait à peine marqué son accord que Frédéric se leva et nous dit qu’il allait nous préparer tout ce qu’il fallait pour que nous puissions prendre une douche.
Christel et moi y sommes allés en premier et, preuve de son savoir-vivre, Frédéric nous avait également préparé des peignoirs de bain.
Tout en nous lavant nous avons parlé des options possibles, Christel était plutôt partante pour une partie à quatre et moi je m’en foutais.
Revenus au salon nous avons eu le plaisir d’y découvrir quelques amuse-bouches destinés à nous requinquer et à passer le temps pendant que nos hôtes se douchaient également.
Quand ils nous ont rejoint Frédéric portait le même peignoir de bain que moi, quand à Joëlle elle était garnie d’un simple string.
Ils ont mangé légèrement puis Frédéric a pris Christel par la main et l’a emmenée dans une chambre.
Joëlle m’a questionné sur savoir si je n’étais pas jaloux, si j’acceptais que Frédéric passe la nuit avec Christel. Et elle a ajouté que je n’aurais pas à le regretter, qu’elle m’empêcherait d’y penser.
Et à notre tour nous sommes allés vers ce lieu des délices appelé "chambre".

Christel :
Nous étions couchés (Frédéric et moi) et il me demanda si j’avais des tabous, des restrictions. Je les lui ai dit en ajoutant que j’exigeais le port du préservatif. J’ai avoué également que d’habitude ce sont plutôt des amants beaucoup plus vieux que lui et qu’André y assiste presque toujours. "Ne te tracasse pas pour lui, il est entre de bonnes mains et n’aura pas le temps de regretter sa non-présence près de nous" m’a-t-il répondu. Mais cela eut le don de m’énerver, je n’aime pas que mon homme m’oublie quand il honore une autre que moi !
Frédéric ne me laissa pas le temps de continuer à penser, il me présenta un bandeau qu’il me demanda de mettre et garder le plus longtemps possible. J’étais à peine "aveugle" qu’il me fit me coucher sur ses genoux et commença à me donner une fessée tout en me masturbant de l’autre main. Il savait y faire, les claquements secs étaient entrecoupés de douces caresses. Quand il cessa mes fesses devaient être bien rougies, j’y ressentais une chaleur forte mais agréable. Il les écarta et je l’entendis cracher, le coquin venait d’humidifier mon petit trou qu’il pénétra d’un doigt.
Un second vint s’ajouter et je commençais à éprouver un réel plaisir. Beaucoup de femmes n’aiment pas ça, je crois que c’est de la pudeur mal placée. Personnellement, pour moi, la sodomie fait partie des incontournables.
Vous décrire notre nuit dans le détail serait difficile, mais il fut un bon amant. Question sexe il n’y eut presque aucun temps mort et j’ai joui plusieurs fois. J’ai eu le bonheur qu’il se vide au fond de ma gorge, j’en raffole. Mon meilleur souvenir ? Je ne vais pas être originale, c’est quand (en position "chien de fusil") il m’a sodomisée.
Quand nous nous sommes endormis j’étais exténuée, éreintée par Joëlle puis par lui.
J’étais en plein sommeil quand j’ai senti une main qui me caressait le visage, j’ai cru que Frédéric en voulait encore et je m’apprêtais à lui refuser quand j’ai ouvert les yeux et vu Joëlle. En chuchotant elle m’a demandé si je voulais bien aller dormir avec elle. Je lui ai demandé où était André et elle m’a répondu qu’il dormait. Un peu dans le comas je me suis levée et l’ai suivie. C’est dans la seconde chambre d’amis qu’elle m’a guidé.
Cette femme n’est jamais fatiguée, nous étions juste couchées quand ses mains et sa bouche se sont mises à oeuvrer. Oeuvrer, car tout ce qu’elle vous prodigue est une oeuvre ! Frédéric m’avait fait jouir, mais rien de comparable à Joëlle. Rien qu’en m’embrassant elle a réveillé tous mes sens. J’adore sa langue qui sait où elle doit s’attarder, la douceur de ses mains sur ma peau, la dextérité de ses doigts entre mes cuisses.
Le jour commençait à poindre quand nous avons fermé les yeux, nous nous sommes endormies blotties l’une contre l’autre, totalement épuisées.

André :
Couché sur le lit je regardais Joëlle qui, au son d’une salsa, dansait devant moi. "Qu’elle est belle et comme j’ai envie d’elle" me suis-je dit. Je bandais à m’en faire mal, je n’en pouvais plus !
Elle l’a compris et est venue pour me sucer. Dire qu’elle me "suçait" serait un affront à la qualité de sa science de la fellation ! Le résultat de ce plaisir qu’elle m’offrait ajouté à ce que j’avais vécu visuellement lors de ses étreintes avec Christel ne tarda pas à faire son effet et j’ai éjaculé abondamment. Elle prit le temps pour avaler, laissant ma semence s’écouler lentement au fond de sa gorge. J’ai voulu m’excuser mais elle ne m’en a pas donné la possibilité. Elle est remontée à ma hauteur et m’a embrassé frénétiquement.
Un long baiser puis elle est redescendue vers Popol qui était à moitié raide.
"Je vais le laver" me dit-elle, et elle le reprit en bouche. Moins de trente secondes plus tard mon dard aurait rendu jaloux la tour Eiffel ! (Oui, je suis peut-être un peu prétentieux, lol)
Mais j’avais envie d’elle, de la baiser comme un vaillant soldat du sexe, de l’entendre gémir, de goûter chaque parcelle de son corps.
En entrant dans la pièce j’avais remarqué que sur un côté du lit se trouvaient quelques préservatifs, j’en ai pris un que j’ai déballé et dont j’ai recouvert Popol bien qu’il n’aie pas froid (humour). J’en ai utilisé 3 durant cette nuit, mais un d’entre eux s’est enlevé alors que j’étais en elle.
Ses seins d’une rondeur parfaite sont dotés de tétons qui semblent ne jamais s’arrêter de grandir quand vous jouez avec, c’est un véritable bonheur de les cajoler et de les mordiller. Quand elle prend du bonheur elle vous le fait savoir et vous comprenez que ce n’est pas de la simulation grâce à l’abondance de sa mouille. J’avais l’impression qu’elle urinait pendant que je me déchaînais en elle, c’était uniquement sa cyprine qui s’écoulait en goutte à goutte ininterrompu. Ca aussi je voulais en connaître sa saveur, je suis allé boire à sa source tout en m’appliquant à la combler de plaisir. J’aurais voulu tout lui faire en même temps, quel dommage de n’avoir qu’un sexe.
Alors que je rendais hommage à sa petite chatte à l’aide de mes 18 cm, j’ai senti que j’allais venir. Je n’y tenais pas, c’était trop tôt. Je me suis retiré et mes mains se sont chargées de faire un intérim qui me serait récupérateur.
Batterie rechargée et liquide séminal calmé j’ai remis un nouveau capuchon et suis parti à la conquête du petit cul qui m’avait donné envie dés les premiers instants où je l’avais vu.
Bien qu’il semble que Frédéric et elle soient des grands adeptes de sexe débridé, je fus très à l’étroit entre ses fesses. Attention, je ne m’en plains pas, bien au contraire. Cette sodomie fut hypermagistralement grandiose ! 100% de sensation, 150% de jouissance pour ma part.
Je pensais qu’après cela elle irait rejoindre Frédéric et que Christel finirait la nuit avec moi, mais ce n’était pas dans l’idée de nos hôtes et c’est comme un petit couple que je me suis endormi avec Joëlle dans mes bras.
Au petit matin je me suis réveillé étonné d’être seul, Joëlle devait être levée et nous préparait certainement le petit déjeuner . J’ai revêtu la sortie de bain et me suis dirigé vers la chambre où Frédéric et ma chérie avaient "coquiné".
Seul Frédéric s’y trouvait, toujours endormi.
Me rendant à la cuisine puis au salon j’ai constaté qu’il n’y avait personne. J’étais intrigué, où étaient les femmes ?
Me dirigeant vers la salle d’eaux je suis passé devant une autre chambre dont la porte était entre-ouverte. J’y ai jeté un oeil et j’y ai vu les deux donzelles enlacées et dormant profondément. Avaient-elles remis le couvert alors que je dormais ? J’ai tout appris un peu plus tard.

Epilogue :
Christel :
Nous avons décidé que nous ne prolongerions pas cette aventure entre couple et ils l’ont bien compris suite à nos explications. Mais André et Frédéric sont d’accords pour que Joëlle et moi nous rencontrions de temps en temps.
André :
J’ai vécu une très belle soirée et une merveilleuse nuit, merci à toi mon amour. Et, comme tu viens de l’écrire, tu as toute ma permission de revoir Joëlle (Grrr, ha ha) quand tu le souhaites.

1 Commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription