Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Nos premières années de vie commune partie 3

! Signaler un contenu abusif

Depuis cet échange, je m’arrangeais pour les laisser seuls plus longtemps, et Elodie me confia qu’il en profitait pour caresser fugitivement son sexe par dessus sa culotte, et palper ses seins.

Elle retenait sa main, pour le principe, mais n’empêchait rien. Quand je lui ai demandé de le recevoir sans culotte, elle s’est raidie, a hésité, puis a décidé d’en rester à ce jeu coquin et brûlant, sans aller jusqu’à une caresse intime. Elle n’était pas prête et je n’ai pas insisté.

J’adorais son corps, et je ne pouvais m’empêcher en le regardant de l’imaginer nue aux côtés d’Henri : c’est le contraste, type Belle et la Bête, qui m’excitait le plus, et d’ailleurs c’est aussi ce qui visiblement l’excitait, car il n’avait rien de vraiment attirant, en tout cas pour une belle jeune femme de 23 ans et je me croyais plus viril que lui, tout en étant aimé d’elle.

Ses cheveux noirs mi-longs et épais, légèrement ondulés, ses yeux marrons foncés, ses seins fermes aux aréoles sombres, son épaisse toison noire, son sexe joliment dessiné et souligné par un fin duvet sur ses lèvres charnues, ses fesses rondes et fermes, tout cela m’affolait.

Ajoutons à cela un beau visage aux traits fins, un sourire désarmant et une expression constante de fausse timidité qui lui donnait avec ses fines lunettes qu’elle portait trop rarement à mon goût un air très sage contrastant avec son appétit sexuel, ses fantasmes crus te sa désarmante franchise.

Plus le jeu se prolongeait, plus elle évoquait son oncle Daniel dans nos délires, disant regretter qu’il ne se soit rien passé d’autres que des attouchements, surtout quand elle eut 18 ans (je l’ai connue à 19, étudiante).

C’est là que j’ai su que le soir même de notre mariage, en pleine fête, alors que son oncle la faisait danser et qu’elle était éblouissante de beauté, il lui a dit qu’elle était si jolie qu’il aurait du aller au delà de ses gestes, qu’il aurait du lui faire l’amour alors que désormais c’est moi qui avais cette chance.

J’ai ainsi appris qu’il me détestait et aussi que l’aveu de l’oncle avait violemment excité ma petite femme, le soir de ses noces. Il l’avait alors serré très fort, elle l’avait senti bander et elle lui a dit qu’il aurait du oser, car elle en avait rêvé, et qu’elle en rêvait encore mais qu’il était trop tard. Cet aveu bouleversa l’oncle, se traitant d’imbécile, qui lui promit de lui faire l’amour bientôt, malgré ce mariage qu’il maudit. Cela me glaça.

- Pourquoi avoir épousé un jeune de ton âge, alors que les vieux t’attirent ? Je t’excite moins qu’eux ? Si je dois attendre encore 25 ans, d’avoir presque 50 ans, pour t’exciter comme eux ?
- Mais non, idiot ! C’est toi je t’aime ! Je ne sais pas pourquoi ça m’excite, c’est comme ça, je ne me pose pas de question, peut-être parce que c’est très différent de toi ? Que dirais-tu si j’étais attirée par les hommes te ressemblant ? Mais avoue que ça t’excite aussi que j’aie ces fantasmes, non ?
- Fantasme ou désir ? Ton oncle Daniel, il ne faudra pas que je te laisse seule avec lui…
- Mmmm, non ! A moins que tu souhaites vraiment être cocu, que ça t’excite de me partager avec lui… ou d’autres… ? Après tout, ça t’excite bien qu’Henri me touche, et tu lui facilites la chose, non ? Peut-être tu aimerais que je me débauche réellement ? Ce n’est pas toi qui as proposé que je le reçoive sans petite culotte ?

Elle était magnifique. Elle me regardait avec intensité, cherchant à deviner mes pensées. Allongé nu contre elle, j’ai tendu mon bras et j’ai recommencé à caresser son sexe englué de sperme. Elle ferma un instant les yeux et me sourit.

- Tu rebandes déjà ? C’est parce que je te parle de l’oncle Daniel ou c’est ma seule beauté qui t’inspire ?
- Ta beauté ma chérie.. fis-je sans conviction

Elle tendit la main et se saisit de mon membre dressé.

- J’ai lu récemment qu’il y a des hommes qui rêvent d’être cocus, que leurs femmes soient infidèles et même qui les poussent à avoir des amants… Peut-être es-tu un de ceux là ?

Elle sourit.

- Je vois que ça t’excite quand je te dis être ta putain, ou quand je te dis qu’Henri me touche les cuisses, ce qui n’est pas grand chose. Je n’utilise pas beaucoup de mots crus comme toi parfois, mais quand je te dis « cocu » ou je me dis « putain », tu aimes, tu bandes !

Qui sais, tu as peut-être envie de me prendre au mot ? Dis-moi, tu aimerais que j’ai des amants, que je couche avec Henri, avec Daniel, réellement ? Ou mon très séduisant patron qui me fait les yeux doux comme je te l’ai déjà dit ?

Tu aimerais assister, ou tu préfèrerais plutôt que je te raconte tout ensuite, ou bien que je te dise simplement que je me débauche avec mes vieux amants cochons, ou même que je le fasse sans rien te dire ? Ta jalousie, pourquoi elle ne fonctionne pas quand Henri glisse sa main sous ma jupe, ou quand je te dis être toujours excitée par mon oncle ?

Elle parlait vite, les questions succédant aux questions. Je ne savais pas quoi répondre. J’avais très envie qu’on corse notre sexualité, qu’elle joue avec ces hommes.

Peut-être le fait qu’ils soient vieux ne me gênait pas, alors que j’aurais été écarlate de jalousie avec des jeunes ? Elle attendait une réponse. J’étais persuadé qu’elle en avait envie, même inconsciemment, ces fantasmes étaient forts, constant et elle en parlait. J’ai poussé ma caresse et mon doigt glissait contre son sexe délicieusement inondé.

- Je ne suis pas jaloux d’Henri… mais de Daniel. Peut-être parce qu’il me déteste ? En fait, c’est lui qui est jaloux de moi parce que je t’ai épousée. Il n’a qu’à oser pour te cueillir ? C’est bien ça non ?
- À la différence que je suis mariée, amoureuse et fidèle… Je suis une putain oui, mais sans client, « ta » putain. Ce n’est pas à moi de chercher des clients, mais à toi si ça t’excite vraiment d’être mon petit « cocu » chéri… puisque tu aimes ce mot.

Une fois encore, elle me cloua le bec en m’embrassant goulûment. On tournait autour du pot depuis un moment, mais là, elle venait de se dire prête à franchir le pas si je le voulais. Pour échapper à une réponse qui me faisait peur, je l’ai prise avec vigueur, et on s’est étourdis.

J’avais conscience d’être lâche, de ne pas assumer mes désirs fous. Nous continuâmes nos jeux coquins, nos délires sans revenir trop près en parole d’un passage à la réalité pour ne pas avoir à nous retrouver à nouveau devant une décision.

Henri venait chaque soir, et lorsqu’il pleuvait et que nous ne sortions pas le week-end, il passait désormais une heure l’après-midi pour boire un café disait-il, peloter Elodie traduisais-je.

Il devenait de plus en plus audacieux lorsque je m’éclipsais. Elodie continuait à le retenir sans vraiment le repousser. Elle m’a dit avoir été enlacée à plusieurs reprises et avoir nettement senti son érection.

1 Commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription