Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Mon riche amant

! Signaler un contenu abusif

Vous le savez (ou alors lisez nos récits), j’aime avoir des amants âgés et ne suis pas vénales.
Nous sommes un vrai couple candauliste, pas comme beaucoup qui se décrivent comme tel et demande de l’argent.
Mais il y a 4 ans nous avons fait la connaissance d’un monsieur très aisé (c’est peu de le dire) occupant une fonction au sein de notre gouvernement régional.
C’est lors d’une soirée privée ordinaire qu’il nous a été présenté par une connaissance commune qui connait notre style de vie.
Rien de particulier ce soir-là, même si l’homme en question est venu plusieurs fois auprès de nous pour discuter.
Je vais vous raconter comment j’ai "coquiné" avec lui tout en prenant garde de ne pas vous permettre de comprendre de qui il s’agit par égard à sa fonction ( je l’appellerais monsieur X ).
Une dizaine de jours plus tard notre connaissance commune ( Daniel ), qui est aussi un ami de longue date, est venu chez nous pour m’apporter une invitation de ce monsieur. Et pas n’importe quelle invitation ! Il s’agissait d’un voyage en Norvège pour raison politique. Ce voyage devait durer 3 jours et tous frais payés.
André et moi en sommes restés totalement abasourdis, nous demandant le pourquoi de cette invitation (j’avoue que nous avons été un peu naïfs sur ce coup-là).
Daniel, avec lequel je n’ai jamais couché mais avec lequel nous parlons régulièrement de nos aventures candaulistes, a été franc sur le sujet.
Daniel : "Il m’a posé beaucoup de questions sur toi, il a eu un véritable coup de foudre et aimerait que tu l’accompagnes lors de ce voyage, cela se fait souvent que ces personnalités invitent des personnes lambdas."
André, d’un air inquisiteur : "Vu que l’invitation s’adresse uniquement à Christel je suppose que il a autre chose en tête que de lui faire découvrir le pays et ses fjords ?"
Daniel, embêté : "Ben euh, c’est à dire que".
Moi, comprenant tout : "Ce qu’il voudrait c’est que je sois sa maîtresse, ou plus exactement sa putain".
Daniel : "On peut dire ça ainsi, ne le prends pas mal".
Et il nous a avoué que sous le flot des questions de monsieur X me concernant, il lui avait laissé entendre que nous étions un couple libertin.
Sur le coup nous lui en avons voulu un peu, nous lui faisions confiance et ne pensions pas qu’il divulguerait notre façon de vivre à d’autres.
Moi : "Et tu peux m’expliquer clairement quel serait mon rôle durant ce séjour, exception faite de coucher avec lui ?".
Daniel : "L’accompagner lors de cocktails ou de soirées".
Moi, sortant quelques billets de l’enveloppe contenant l’invitation : "Et ça, c’est pour me payer comme si j’étais une prostituée ?".
Daniel : "Non, cet argent est uniquement destiné à d’éventuels achats que tu souhaiterais faire pour des vêtements de circonstance".
André et moi lui avons dit qu’il nous fallait réfléchir sur cette proposition, mais que il ne se fasse pas trop d’illusions. Et nous avons promis à Daniel de lui téléphoner le lendemain pour lui donner notre réponse.
Daniel parti, André et moi en avons discuté jusqu’à passé 02h00 du matin, pesant le pour et le contre. Finalement nous avons décidé que j’irai, que ce serait une occasion de découvrir ce monde secret qu’est celui de la politique et ce qui l’accompagne. De plus, bien que n’aimant pas particulièrement cette situation de prostituée, l’homme ne me déplaisait pas.
C’est moi qui ai contacté Daniel pour lui donner notre accord, tout en lui demandant de bien préciser à monsieur X que ce serait la seule et unique fois.
Il restait presque 2 semaines avant ce voyage, il me fallait à présent faire quelques achats (robes de soirée et de cocktail, ... ) et m’arranger avec ma direction pour prendre quelques jours de congé.
Jour J
Comme convenu, un chauffeur est venu me chercher chez nous puis nous nous sommes rendus à l’aéroport de Bruxelles où monsieur X m’attendait (en fait il n’était pas seul, il y avait également toute une délégation de parlementaires et hommes d’affaires dont certains étaient accompagnés par des dames dont j’ai appris que plusieurs n’étaient pas leur légitime).
Dans l’avion monsieur X n’était pas à mon côté, il discutaient avec d’autres hommes. J’étais donc assise près du hublot avec une (je l’ai vite compris) professionnelle du sexe. Mais pas une "n’importe-qui", une de grand standing !
Arrivée à Gardermoen, nous sommes prises en main (si je peux dire, lol) par une navette qui nous conduit (les accompagnants, pas les politiques ni les hommes d’affaires) dans un magnifique hôtel, le Radisson Blu Plaza Hotel à Oslo.
La classe à l’état pur ! On me conduit à ma suite qui est une merveille de luxe et directement je téléphone à André pour le rassurer quand au voyage ainsi que pour lui faire le descriptif de l’hôtel et ma suite.
Ensuite, douche et tenue pour aller faire une balade dans Oslo qui est une magnifique ville accompagnée de ce que je qualifierais poliment 2 "courtisanes".
20 heures, toujours pas de nouvelles de mon politicien et c’est avec mes 2 charmantes compagnes que je me rends au restaurant de l’hôtel.
Un service impeccable et une cuisine à faire pâlir beaucoup de chefs étoilés en Belgique ou en France !
22 heures 45, je remonte dans ma suite en me disant que je verrais certainement monsieur X le lendemain. Petite douche, re-téléphone à André puis au lit en regardant un film dont je ne comprenais pas un seul mot.
J’allais éteindre quand un léger toc-toc se produisit sur ma porte.
Entièrement nue j’ai couru à la salle de bain chercher un peignoir que j’ai enfilé pour aller ouvrir.
C’était monsieur X muni d’une bouteille de champagne et 2 verres !
Il est entré, a déposé le tout sur la petite table puis s’est approché de moi et a ouvert mon peignoir en disant : "Je sens qu’on va bien s’amuser cette nuit".
Même pas un bonsoir ni une quelconque formule de politesse, le bonhomme allait droit au but !
Il a rempli les verres et m’a tendu le mien. A peine une gorgée de bue qu’il a sorti une enveloppe de sa poche et l’a déposée sur la table en me disant : "On ne se verra que très peu durant les journées, voici de quoi vous distraire et faire du shopping si le coeur vous dit" ( j’ai ouvert l’enveloppe bien plus tard, le lendemain quand il est parti. Elle contenait 4000 euros !! ). A ce moment-là j’ai pensé que pour ce séjour j’étais une putain et je ne sus qu’en penser.
4000 € + les 1000 € dans la première enveloppe, je comprends certaines femmes qui optent pour ce genre de vie. Mais ce n’est pas et ne sera jamais la mienne, excepté cette fois-là.
Pour en revenir à la nuit :
Après avoir dégusté ce champagne il m’a demandé de retirer mon peignoir et, si j’en avais, de mettre des bas nylon devant lui. J’en avais et me suis exécutée.
Monsieur X : " Maintenant tu vas être très obéissante et faire tout ce que je te demanderais ".
Entre les jeux que j’aime et ceux que j’accepte il ne reste que peu de tabous, mais pas question de franchir mes limites, même pour un homme de son rang et aussi généreux.
Il m’a embrassée avec fougue, son baiser n’était pas d’une grande sensualité mais presque bestial. Idem pour sa façon de me pénétrer directement de 2 doigts alors que je n’étais pas préparée (entendez par là que j’étais encore sèche entre les cuisses). Mais je suis comme je suis et très vite j’ai mouillé ( en fait, je reconnais que sa façon sauvage m’a excitée).
Intérieurement je me suis mise à penser que si ce vicieux en voulait pour son argent il n’aurait aucun égard envers moi, et je ne me suis pas trompée.
Il s’est détaché de moi et, après avoir reculé quelque peu, m’a ordonné de le déshabiller.
J’ai "procédé", mais je fus étonnée lorsque je lui ai ôté son boxer car il bandait mou.
Il m’a fait me mettre à genoux et comprendre que je devais le sucer. Bien qu’usant de toute mon expérience, son sexe ne durcit que faiblement. Plusieurs minutes se passèrent puis il me releva et me dit de le suivre dans la salle de bain.
Voulait-il se baigner avec moi ? Voulait-il me laver sous la douche ? Rien de tout ça.
Il me fit entrer dans la douche (douche italienne svp !) et, d’une façon très directe, m’obligea à reprendre position à genoux.
Il prit son sexe d’une main, mit l’autre sur l’arrière de ma tête puis ..... urina sur moi.
Quand je dis "sur moi", c’est vraiment sur l’entièreté de mon corps et ma tête. Le vicieux y allait par petits jets, prenant le temps de regarder son urine ruisseler.
Prenant un temps d’arrêt il me demanda d’ouvrir la bouche. J’ai refusé et il a insisté en me disant que je n’étais pas obligée d’avaler.
Je ne suis pas réfractaire à l’uro, simplement que sa manière de le vouloir me déplaisait un peu. Alors j’ai ouvert bien grande ma bouche et il s’est remis à faire couler son liquide dont j’ai avalé une partie.
Après cela, point de douche ni même question de m’essuyer. Mon corps humide de son urine il m’a prise par la main et s’est dirigé sur une chaise où il s’est assis puis m’a couchée sur lui afin de me donner une fessée. Quelques claques, quelques caresses réconfortantes, quelques nouvelles et plus violentes claques suivies de nouvelles caresses. J’avais mal, mais un mal qui est jouissif. Ensuite il s’est saisi de son verre de champagne, m’a écarté les fesses et y a versé quelques gouttes avant d’introduire un doigt. Il est entré aisément grâce à ce divin liquide et au fait de la minceur de son doigt (monsieur X est fort mince). Il me masturbait l’anus tout en recommençant les claques, oserais-je vous avouer que j’ai joui ?
Ensuite, direction le lit. Le coquin semblait plus attiré par ma partie arrière que le reste de mon corps, de suite il a voulu me sodomiser. Mais toujours il bandait moyennement mou et n’arriva qu’à entrer son gland. Au bout d’un temps il abandonna et s’allongea pour d’autres exigences. Il voulait que je lui crache sur la figure et le sexe. Peu habituée à ce genre d’exercice j’ai mis ma meilleure volonté puis me suis prise au jeu.
Il en voulait ? Il en a eu !
Quand j’ai voulu prendre position pour l’introduire en moi il m’en a dissuadée et m’a ordonné de le sucer à nouveau. "Et tu prendras tout" a-t-il ajouté.
Une des plus longues et ennuyeuses fellations que j’ai faite, pas un instant son sexe ne fut complètement raide. Mais il a fini par éjaculer. Une éjaculation qui m’a étonnée par rapport à sa moyenne érection.
Ensuite il est retourné dans sa chambre et je ne l’ai plus revu avant le lendemain soir.
La deuxième nuit fut assez ressemblante à la première, excepté qu’il fut légèrement plus "en forme" et que son érection lui permit de me posséder.
Peut-être un bon politicien, mais un piètre amant qui compense son manque de vigueur par des vices de toutes sortes.
Reverrais-je cet homme ? Jamais.
Recommencerais-je pour de l’argent ? Jamais.
Il est plus difficile de refuser certaines "demandes" lorsque vous êtes payées, et ça je ne veux pas.
Il ne faut pas confondre candaulisme et prostitution, bien que je ne juge personne.

6 Commentaires

  • Je ne pense pas qu’une "vrai" pro éprouve le moindre frisson quand elle fait une rencontre. Je connais très bien une escorte qui m’a toujours dit tu sais "c’est un travail et pas un plaisir" même si elle reconnait que de temps en temps il lui arrive de prendre du plaisir mais ajoute-t-elle "rarement" ..
    Quant à ce monsieur que je ne juge pas, il paye pour des prestations sexuelles et ça ne me choque pas plus que ça si la partenaire est vraiment consentante et non pas contrainte pour des raisons financières ou autres mais son attitude, son comportement sont effectivement assez abjects. Cela dit si on veut analyser les choses plus en détails le comportement de ce monsieur correspond à une espèce de domination et d’asservissement de la partenaire qui dans un contexte particulier peut amener celle-ci à une excitation importante. Si je prend l’exemple de ma femme, elle a connue des situations équivalentes où son partenaire la traitait comme une pute, comme une chienne .... et ma femme y a trouvé une énorme excitation et beaucoup de plaisir. Ce sont souvent des situations fantasmées que l’on décide un jour de mettre en oeuvre soit par opportunité ou simplement en organisant ce type de rencontre avec des hommes qui correspondent à cette recherche.
    Moi je vous dis bravo d’avoir su profiter de cette proposition et d’en avoir tiré du plaisir ...
    ps) je ne sais pas si c’était l’agent du contribuable mais je dirais que c’est un autre sujet.

  • je partage les écrits de Priape ,pas son argent mais le notre ,c’est un salopard ,aucun respect pour les gens ,ni pour les finances public , en somme une grosse pourriture de politique

  • Candaule59 : Effectivement la richesse du portefeuille n’est pas toujours égale à celle de la performance. Bien que je ne puisse juger que sur un seul partenaire de cette catégorie. Et l’habitude du pouvoir semble (dans ce cas-ci tout au moins) dériver lors d’échanges sexuels.
    Jack1950 : Vous allez me gêner d’avoir dépensé l’argent des contribuables que m’a offert cet homme. Une partie en shopping, l’autre en weekend avec André dans un bel hôtel en Alsace :-)
    Alchri13400 : Je n’ai jamais eu le fantasme d’être une putain, mais je reconnais avoir (à certains moments) pris du plaisir à être son objet. Heureusement d’ailleurs, car ce fut un piètre amant.

  • Ma chère Christel, je me passionne pour vos récits, mais celui-ci temoigne d’une situation nouvelle. Un fantasme que beaucoup de femmes partagent : être une pute, se faire payer pour baiser. Il n’y a aucun rapport entre caudaulisme et prostitution, mais avez vous ressenti du plaisir à être traitée de la sorte ? Cela a t.il provoqué chez vous ce frisson que beaucoup de professionelles dèclarent avant de rencontrer le client ?
    Bien à vous

  • Bonjour Christel
    En lisant ton récit, je me suis révoltée contre ces gens sans scrupules qui croient pouvoir tout se permettre et acheter avec l’argent.
    Jacques et moi avons bien une petite idée du personnage en question, vu que dans notre région il y en a des pareils.
    Mais en plus ici sans doute aussi, payer ces voyages avec l’argent du contribuable ne nous réconciliera pas avec une certaine classe politique.
    C’est vrais aussi que nous comme femmes de candauliste, accepter de l’argent signifie en fait qu’on nous prend pour des prostituées, alors que c’est tout l’inverse.
    Quand aux performances de se genre d’amant ... inutiles de faire d’autres commentaires.
    Bien a vous
    Nicole

  • Et bien ma chère Christel vos expériences sont aussi riches que vos aventures ;o)

    J’aime beaucoup vos récits et comme vous le dites : vous êtes des vrais candaulistes !

    Sans juger comme vous le faites aussi, je suis un peu choqué des pratiques de cet homme ; d’une part l’aspect du sexe acheté et d’autre part de la pratique uro sans votre accord (comme vous l’indiquez : il paie il a donc le droit de tout).

    Les performances de cet amant plus riche que bon m’ont fait sourire, comme quoi l’argent ne permet pas d’avoir une queue bien dure pour honorer son amante, ce qui en soit reste rassurant ;o)

    Bien à vous
    Priape59000

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription