Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

mon expérience de femme de candauliste épanouie et heureuse, part 5 : de beaux orgasmes

! Signaler un contenu abusif

Pierre était vraiment trés collant, ce n’est rien de le dire, il était tout le temps en train de me caresser, me mettre les mains, les doigts partout, partout, il n’oubliait rien de rien, j’étais en permanence couverte de caresses trés douces, de baisers, de calinoux, de poutous, de patins, il soupesait mes seins me tétait goulûment, avec assiduité, passion, toujours avec la goutte de sperme au bout du gland,comme s’il était enrhumé, le pauvre chéri . Moi tout ça, ça m’attendrissait, toutes ces demandes de calins, avec la goutte au bout de la queue, parfois la goutte grossisait, tombait sur le parquet, puis était remplacée par une autre goutte aussi grosse. je n’avais jamais connue ça, la gougoutte de sperme au bout de la queue en hommage à ma féminité , et à ma maternité, je trouvais cela trés trés agréable, de si jolies gougouttes de sperme. . Une autre femme aurai trouvée cette assiduité génante, voire envahissante, aurai peut être fait des remarques désobligeantes . Je ne pouvais pas bouger une cheville sans qu’il ne trouve cela charmant, et m’embrasse la cheville, je bougeais une main, il trouvait belle la petite main, et l’embrassait, il voyait ma bouche, il l’embrassait, pendant que je nettoyais le plan de travail de la cuisine, il s’est allongé sur le dos , et m’a demandé de poser un petit pied nu sur son visage, bizzarrement j’ai posée le pied, et le l’ai entendue gémir de plaisir, il me faisait plein de bises, suçait, lappait, léchait mes orteils de façon trés fébrile en disant :
- qu’est ce que t’es belle, julie, vraiment trés trés belle !...
il dégustait mes orteils peints en rouge bordeaux, allongé nu sur le sol, pendant que je nettoyais le plan de travail, et l’évier de la cuisine . Le téléphone a sonné, je lui ai dit :
- il faut que je réponde mon chéri, c’est peut être ma mére.
Je remettais ma mule blanche , et me dirigeais vers le téléphone suivie de prés par mon jeune amant, qui attrappa mes seins nus . C’était ma mére , et on a discutés 5 à 10 minutes, pendant que pierre soupesait mes mamelles épanouies, en même temps il me faisait des bises dans le cou, je discutais ..... et puis ma mère me demanda :
- mais qu’est ce que tu fais !.... tu es avec ton mari ?
- oui maman, philippe est rentré plus tôt aujourd’hui .
- ha , alors je vous laisse tout les 2, fais lui la bise de ma part.
- bises maman !
Je me retournais, me pendais au cou de pierre, et lui roula un long patin de plusieurs minutes, puis lui dit :
- ma maman voulait que je t’embrasse .
- ha, elle me connait ta maman ?
- non, mais elle m’a dit, " fais la bise à ton mari ."
- non, mais toi tu es mon mâle dominant, mon chéri, c’est mieux que mon mari .
- houuaa, génial.......
je me suis retournée, et j’ai posée le combiné sur le plan de travail, pour continuer le ménage . Pierre s’est mis à genoux, et m’a de suite fait plein de bises sur mes fesses nues, pendant que j’épluchais les légumes du soir, trés rapidement il m’a écartée la raie des fesses, puis a commencé à me bisouter l’anus avec application, tendrement, patiemment, il ne se lassait pas de mon anus . J’épluchait mes légumes, parfois en me mordillant les lévres de plaisir, puis je reprenais, pierre se mit à me lécher, avec des bruits de succion, de lapement :... slurp, slurp, sluuuuup, bizzzz, slurp, gloup,....glouuup...
- c’est bon juliiie
- houuuu, houuu .... houuu mon chéri, qu’est ce que tu me fais....
je fermais les yeux, sa langue douce sur mon anus . La tendresse avait envahie mon ventre, me remplissant de chaleur, je sentais la ciprine couler de mon vagin, le jeune homme se releva , posa ses mains sur mes hanches, puis mes seins, en disant :
- juliiiie, j’en peut plus...... j’en peut plus, j’en peut plus, moi...
sa respiration était rapide, saccadée, haletante, je sentais son rut dans mon dos , lui aussi devait sentir mes chaleurs .
- moi aussi mon chéri, mon chéri, j’en peut plus ..... rentre...rentre doucement, c’est qu’elle est grosse ce soir ....
en me tenant par les hanche, pierre s’enfonça dans mon vagin , lentement, mais la ciprine avait fait son oeuvre . Pierre me dilatait complétement le minou, qu’est ce que j’étais bien désirée, et fécondée par cet adolescent . Mon minou était serré, mais ça coulissait parfaitement, me donnant plein de vibrations dans le ventre, plein de sensations de plaisir, et de douceur . J’avais arretée mes épluchures, je gémissais de plaisir, tendrement dilatée . malgré mes petites mules blanches, j’etais sur la pointe des pieds, me laissant pénétrée, par un jeune mâle en rut qui me tenait par la taille .
Le téléphone sonna .
- attends.... attends mon chéri...hoouu. .. hooo.... va plus doucement, c’est peut être mon mari, il faut que je réponde .
Pierre ralenti la cadence, dilatant toujours mon minou, il me faisait des petites bises dans le dos, en allant moins vite . Je décrochais le combiné , j’avais la respiration halletante
- ha ... Ha c’est toi mon chéri.... hoo c’est quelle heure ?
- c’est 18h, je téléphonais pour savoir, si la journée, s’est bien passée ? ...... il t’a bien baisée ?...
- trés trés bien, t’inquéte pas pour ça mon chéri ... houuu
- ha, génial... qu’est ce que tu as ? tu as une drole de respiration
- houuu, houuu ....
- ha il est en train de te baiser ? ....
- oui, c’est .... c’est cela mon chéri .
- et il te baise dans quelle position, en levrette ?
- c’est comme ça, oui c’est comme ça mon chéri ....
je me mordillais les lévres, pierre n’y tenant plus, avait accéléré ses va et viens . mon mari ajouta :
- génial , qu’est ce que j’aimerai être là pour voir ça !
- huuummm...c’est pas possible mon chéri....pas....huuumm....possible .
- tu veut que je rentre vers quelle heure, 18h30 ?
il t’aura terminée à cette heure ?
- oui tout à fait mon amour, tout à fait 18h30...
- bon alors je vais en profiter pour t’acheter une autre nuisette, et j’ai vu des mules noirs à talons aiguilles, là dedans, il ne va pas arreter de te baiser !
- c’est fait mon chéri.....huuum....hoouuuu...c’est fait, à tout à l’heure .
- tu garde le sperme dans ton minou ma chérie
- hooo .... qu’est ce que tu raconte !
- aller garde son sperme !
Pierre avait encore accéléré son rythme qui était passé à rapide, mon utérus commençait à se contracter, m’envoyant dans le monde de l’orgasme, je criais, gémissais, priais, implorais, pleurais de plaisir, mon amant crachat une quantité phénoménale de sperme, qui explosa dans mes entrailles, et sorti de mon vagin coulant sur le parquet .
Quand je revins à la réalité, je me rendis compte que j’avais oubliée de raccrocher le combiné, mon mari avait tout entendu .

3 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription