Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

mon expérience de femme de candauliste épanouie et heureuse , part 4 : amoureuse

! Signaler un contenu abusif

Le matin, j’avais l’habitude de me lever la premiére pour préparer le petit déjeuner à mon mari, pendant qu’il se douchait et se préparait, puis je déjeunais avec lui, et il partait à son travail aprés m’avoir embrassée .
mais ce jour là, je ne me suis pas levée, il a du déjeuner seul, le pauvre, je n’avais même pas entendue le réveil, et comme philippe s’était masturbé une bonne partie de la nuit, derriére la porte entrebaillée de la chambre de mon jeune amant, il ne devait pas être tout frais, tout frais, quand il est arrivé à son travail .
J’ai dormie jusqu’à 10 heures de matin, Pierre aussi dans sa chambre, puis quand il a réalisé qu’il était seul dans son lit, en pensant à moi, la bandaison lui a reprit, il s’est levé m’a cherchée, nu, la queue toute raide . Il m’a trouvée, allongée dans mon lit, dos à lui, fesses offertes, sans drap, je pense que mon mari me l’avait enlevé, pour que le jeune homme me trouve ainsi, et puisse me désirer . Du désir, Pierre en avait à mon égard , même beaucoup, je dirai sans me vanter même passionément, peut être à la folie, c’est vrai que notre relation était complétement folle . chaque fois qu’il me regardait, il bandait avec la goutte de sperme au bout du gland, c’était touchant son émotion envers moi, il m’attendrissait, m’émouvait, me faisait sourire . Quand il m’a vue fesses offertes à son désir, son cerveau à fait tilt , ses jeunes testicules se sont mit à produire du sperme en grosse quantité, il s’est approché de moi qui dormait profondément, ne pensant pas à l’effet que mes rondeurs produisaient sur sa libido . Le jeune homme s’est allongé , ses couilles pleines à craquer, tendues, qui lui faisaient mal, et m’a pénétrée ....j’étais humide, acceuillante, désirable . A peine il s’est couché que son sexe était déjà en moi, me procurant le bien être voulu, dilatant mon vagin, fécondant mon ventre de femme . J’étais bien, le minou occupé par ce jeune étalon en rut , mes entrailles pleines de sensations délicates et nouvelles , de décharges éléctriques, d’émotions, d’amour, réclamant encore une autre dose de sperme afin de me rendre plus femme, plus désirable, plus maternelle, plus femelle ! il est rentré doucement, avec tendresse, sa belle queue bien dure, suintante de sperme frais . Il a commencé à aller, venir, aller, venir, aller..... veniiiiir , doucement , lentement , sachant que je lui appartenais, il penait son temps, se délectait de sa possésion . Pierre me tenait par la taille, me faisait des bises dans le cou, sur les épaules, il savait qu’il me dominait . Je continuais à dormir dans le plaisir, dilatée de bonheur, allongée , les jambes en chien de fusil, mes petits pieds reposant sur les genoux de mon amant, qui en bandait de plaisir et d’extase .
Ca allait , ça venait, ça allait, ça venait, ça allait, ça venait, ça me dilatait trés trés fort, et puis ça a accéléré brusquement, pour cracher , et cracher , et cracher encore, une laitance trés chaude, presque brulante du désir de me féconder . Des petits spermatozoides sont montés directement vers mes ovaires, sans s’arreter pour discuter, sans boire un coup au café du coin, je les sentais grouiller dans mon ventre, les uns bousculant les autres, les autres piétinant les uns, se précipitants vers mes ovaires, pour me faire plein, plein de bébés tout roses et tout joufflus .
J’étais encore dans les brumes du sommeil, et je n’ai pas jouie quand il a expulsé son sperme juvénil, mais dieu que c’était bon, tout ces spermatozoides qui se déversaient dans mon ventre en saccades continues . Si le paradis existe, je voudrai que ce soit ça, Pierre me dilatant le minou, pendant que je dorts , mes petits pieds sur ses genoux, son sperme en hommage à ma féminité .
Je me réveillais lentement, mon jeune amant me fit des bises dans le cou et sur les joues, pendant qu’il me remplissait de sa laitance . Je m’étirai ....
- ça y est, vous vous réveillez Julie ?
je rigolais en tournant la tête de son coté, il en profita pour me rouler un patin, les dernieres gouttes de spermes sortaient de son sexe , pendant qu’il me demandait :
- vous rigolez pourquoi Julie ?
- parce que tu peut me tutoyer, tu sais mon chéri .
- c’est vrai, je peut ?
- oui c’est vrai, il me semble que quand on a le droit de baiser une femme, on a aussi le droit de la tutoyer .
- houuuaaa chic !
Ca y es j’étais pleine ! le minou fécondé par mon amant , pierre ajouta :
- je t’aime julie, tu sais je t’aime depuis la 1ere fois que je t’ai vue .
- moi aussi mon amour, je suis en train de tomber amoureuse .......
- est ce que ton mari va être jaloux , et me casser la gueule ?
je reparts d’un fou rire . Puis je ferme les yeux, dilatée par le plaisir, femelle fécondée par un jeune male en rut, qui aurai pu être mon fils, Pierre allait et venait encore dans mes entrailles, plus lentement, en me tenant par les hanches, je discutais avec lui, pendant que du sperme laiteux, sortait de mon minou . Qu’est ce que c’était bon cette pénétration, au matin, dans les brumes du sommeil .
- huuuummm....
j’essayais de répondre
- huuuummm, je ne crois pas mon chéri, ouuuuff, ça m’étonnerai beaucoup, tu sais, les femmes de mon age ont besoin de rapports fréquents, et prennent souvent des amants, mon mari préfèrera que ce soit toi mon amant, plutôt qu’un autre .
Je ne lui ai pas dit, que comme ça philippe serai rassuré, je ne partirai pas, je ne divorcerai pas . Ca lui permettrai de maitriser la situation, en étant quand même le male de la maison, un vieux male certe, dominant sa femme et mes orgasmes, prenant un malin plaisir à me savoir entre d’autres mains , fécondée de plaisir et d’amour . Cette idée me plaisait beaucoup, aussi, j’étais amoureuse de 2 hommes, c’était une situation compliquée sans l’être, pas de jalousie, pas d’engueulades, pas de coups bas pour faire mal à l’autre, seul comptait le plaisir . en fait c’est mon mari qui avait raison, on peut faire ménage à 3, ce n’est pas compliqué, c’est les gens qui compliquent tout, tout le temps . Et j’aimais ça de plus en plus , mes ovaires étaient d’accord . mon amant me sortie des brumes de la tendre pénétration
- je pourrai alors te pénétrer, julie ?
- aussi souvent que tu en auras envie, mon chéri !
- c’est que je vais en avoir souvent envie, tu es si belle, c’est rien de le dire .
je souriai à ce compliment, tournant la tête vers lui, pour l’embrasser sur la bouche .
- hé bien , dés que tu as envie, tu me pénétre, c’est simple, tu ne me demande même pas mon avis, je suis à toi, alors tu me le fais, hé puis voilà..... je ne peut pas mieux dire .
On s’embrassaient goulûment, avec une délectation évidente, Pierre avait vraiment besoin de calins, il en était trés demandeur, il venait de découvrir les plaisirs que pouvait donner une femme, et il ne s’en privait pas . De mon coté, c’était aussi la 1ere fois que j’étais avec un jh aussi demandeur, il a passé la journée à me rouler des patins, et à me tenir les seins, à m’embrasser les pieds, et ceci, et cela, il ne s’est pas lassé une seule seconde, il m’a impressionnée par la quantité de tendresse qu’il avait à donner et à recevoir, alors je me suis laissée faire, aprés tout j’étais sa femme, il fallait que je me soumette à mon jeune male. Je demandais à pierre , entre 2 baisers .
- on va petit déjeuner mon chéri ? tu sais si tu veut me féconder souvent, il te faut manger beaucoup de vitamines .
Pierre était d’accord , il s’est retiré de mon minou douillet, et nous sommes aller déjeuner, mon jeune amant me tenant par les seins . J’étais pieds nus , ne voulant pas me fracturer une cheville, les seins tenus par le jeune homme qui était derriére moi, je lui préprais au blender plein de fruits, je m’en préparais aussi, j’en avais besoin, pour prendre tout les assauts de ce jeune male en rut . La journée s’annonçait trés pénétrante !!!!!!!!
On a déjeunés l’un assis en face de l’autre, mes petits pieds nus , sur les grandes targettes de mon amant, qui me dévorait du regard, buvant son café et ses vitamines . Et puis on est allés se doucher, et là ça n’a pas été triste non plus , la douche à été trés longue, on a dus dépenser au moins un mètre cube d’eau, je suis passée à la casserole encore une fois . C’était même pas la peine que je me lave le minou, chaque fois que je le lavais, immédiatement aprés, il se remplissait .
On a mangés de fort bon appétit, tout les 2 portés par le bonheur . Puis j’ai suggérée à mon amant de faire la sieste . Pierre de suite s’est enflammé, mais je lui ai dit :
- mais, mais, mais, tu ne me baise pas...... tu m’as baisée toute la nuit, alors j’ai un peu besoin de récuperer mon bébé .
Pierre l’a accepté , je me suis allongée dans le lit, nue, dos à mon amant, lui s’est disposé la tête en bas par rapport à moi , j’étais en chien de fusil, la plante de mes pieds sur son visage . Vraiment c’est trés agréable de dormir comme ça, je le conseil à toutes les femmes . Mon amant me léchait la plante des pieds , me suçotait les orteils, pendant que je sombrais dans un sommeil brumeux, délicieux, remplie d’amour et de calins . Au bout d’une heure environ, des sensations douces sur mon anus me réveillérent, Pierre était en train de lécher mon petit trou et mon sexe, toujours tête en bas, il s’était réveillé avant moi, les effluves de mon vagin l’avait mis en forme, et il était passé de mes pieds à mes fesses, sans aucun problémes. Ses petits bisous étaient trés tendres , et je me laissais faire, anus offert à son léchage, la pointe de sa langue s’appliquait à titiller l’entrée de mon petit trou, ce qui provoquait des petites décharges électriques dans mon ventre, mon impression c’est que ce jeune homme allait être trés doué avec les femmes . Je prenais mon livre sur la table de chevet, et me mit à lire, laissant pierre titiller mon anus avec sa langue . Aujourd’hui je découvrai plein de sensations nouvelles pour moi, j’éspère seulement que tout ça durerai quelques centaines d’années .
Vers 17 heures environ, je dis à pierre , toujours en train d’explorer mon anus et mon sexe .
- aller mon amour, il faut qu’on se léve, philippe va rentrer vers 18 heures, et je n’ai fais aucun ménage .
- je peut vous...heu te pénétrer, julie ?
- mon amour, je t’ai dit que tu pouvais me pénétrer quand tu voulais, mais il faut quand même laisser reposer un peu mon minou, ça fait depuis une heure du matin que tu me baise sans discontinuer . Il faut je laisser se calmer un peu ! avec tout le sperme que tu y as mis, mes ovaires vont finir par éclater .

8 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription