Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

Mon expérience de femme candauliste épanouie et heureuse part 3, ma 1ere pénétration

! Signaler un contenu abusif

Le jeune homme complètement excité, tout à son plaisir, éjaculais dans ma bouche, une grosse quantité de sperme, que je déglutissais lentement, pour ne pas m’étouffer . Mon mari, faisait semblant de ronfler, je dis faisait semblant, car je ne l’avais jamais entendue ronfler de sa vie, et ce soir là bizarrement ....

Pierre pensait que mon mari dormait, et il s’en donnait à cœur joie dans ma petite bouche, remplie par son beau gland tout chaud, et tout doux.
Bientôt les saccades se sont terminées , les dernières gouttes sont arrivées, que j’ai déglutie, Pierre est alors sortit de sa torpeur, et de son excitation, pour revenir à la réalité. Il venait de s’apercevoir qu’il avait éjaculé dans ma bouche, remarquez, je n’avais rien dit, n’avais émise aucune plainte.
Très vite il paniqua et chuchota, en partant comme un voleur :
- qu’est ce que j’ai fais .... mon dieu qu’est ce que j’ai fais .
la chambre retomba dans la quiétude de la nuit, seuls bruits les ronflements de mon mari, bientôt il me chuchota :
- alors c’était bon ?
- huumm, oui, j’aime assez.
il se retourna vers moi, attrapa un de mes sein mouillé de salive
- il a joui dans ta bouche ?
je fis oui de la tête
- et ça t’a plue ?
je fis oui de la tête
- oui je ne savais pas que j’aimais la fellation
- à la bonne heure, tu vas pouvoir lui pomper le dard à tire larigot
- son gland est très doux comme une guimauve
- et son sperme ?
je finissais de me lécher les babines, l’éjaculation avait été abondante, un peu en était ressortie
- oui ça a bon gout, j’aime le boire .
- bon, bon, ça s’annonce de mieux en mieux cette histoire, ma petite femme a un amant. Il ne te reste plus qu’à te faire pénétrer.
- je te dis que j’ai le minou trop serré ! si toi tu n’y arrive pas, alors lui avec son gros outil comment il va faire ?
- on va pas s’en sortir de cette histoire.
mon mari se plaque contre moi , et empaume un de mes seins à pleine main .
- bon ma chérie, que je t’explique comment on fait des bébés : toi tu es une femme d’une grande beauté et d’une grande sensualité, avec des seins magnifiques, de beaux mamelons dilatés, des hanches fines, des fesses bien rondes, des jambes superbes et galbées, ma chérie, il faut te faire à cette idée, tu es faites pour être pénétrée, fécondée, aimée, adulée, baisée.
Il me disait de si belles choses,( un peu cochonnes quand même), que je lui faisais des bises sur la main qui tenait mon sein.
- et toi tu as a portée de main, un jeune homme amoureux de toi à s’en faire péter la braguette, il te faut le soulager ce garçon, sinon, il va devenir fou de chez fou. Alors tu sais ce que tu vas faire, ce soir tu vas aller dans sa chambre, et tu vas le laisser te pénétrer, essaie au moins une fois, et si ton petit minou est trop serré comme tu dit, tu pourras au moins le sucer, mais non de dieu, essaie au moins une fois.

Je tourne la tête vers mon mari, et il m’embrasse sur la bouche
- et qu’est ce que je vais lui dire , bonsoir mon chéri je viens me faire baiser ?
- non , par exemple , tu peut lui dire : mon mari ronfle trop fort , je peu dormir avec toi ?

Je me relève, et fait une grosse bise sur la bouche à mon mari, et sort de la chambre, pendant que Philippe regarde mes petites fesses s’éloigner de lui. Arrivée à la chambre de pierre, je tape faiblement à la porte et dis à voix basse, dans l’entrebâillement :
- bonsoir mon chéri, mon mari ronfle trop fort, je ne peux pas dormir, je peux dormir avec toi ?
- hooooo ouiii, venez, venez, moi je ne ronfle pas
je monte dans le lit , il m’attire vers lui en me prenant par la taille
- vraiment j’espère que ça ne t’embête pas mon chéri, mais je n’arrive pas à dormir , c’est embêtant ces ronflements quand même ! ...

il m’attire à lui m’embrasse sur la bouche, caresse mes seins, explore fébrilement tout les endroits de mon corps, y compris mon minou humide, ainsi que mon petit ticket de métro, je continue la conversation sous une pluie de bisous de toute sorte, des petits, des grands, des moyens, des petits moyens, des grands petits grands.
- et toi tu ne dors pas mon amour ?
- non, je pensais à vous, Julie, j’ai fait que ça, penser à vous .
- hooo mon chéri tu veux être mon amant ?
- hooooo .....ouiiii, je veux que ça au monde

J’étais tellement couverte de bisous, de bises, de patins, de léchages, de tripotages, de caresses que je ne savais plus où j’en étais sa queue au gland humide était plaquée sur ma cuisse nue.

- tu es quand même un peu jeune, pour être mon amant
- hooooo svp Julie, laissez moi être votre amant, je serai à la hauteur .... svp
sa demande était plus qu’implorante, je sentais bien qu’il mourrait si je disais non, je pris son visage entre mes mains, et l’embrassa tendrement, en mettant ma langue dans sa bouche.
- soit mon amour !
- hhaaa chiiic , génial
- non, non tu m’écoute 5 minutes encore
- oui oui bien sur
- non écoute bien ce que j’ai a dire, il faut que tu travaille bien au lycée, et que ce ne soit pas une année perdue pour toi.
- oui oui je vous le jure
- tu me donne ta parole ?
- oui , oui je vous le jure sur la tête de mes parents
- alors mon chéri , tu peut me pénétrer
Pour la 1ere fois de ma vie, je sentais un gros sexe en érection sur ma cuisse. On s’embrassaient follement, sur la bouche, avec passion, et pierre approcha son membre tendu à craquer, aussi dur que du bois, à l’entrée de mon minou, je me rappelle m’être dis à ce moment là :
- " le pauvre chéri , ça dois faire mal une érection comme ça "

Le gros gland commença à me pénétrer lentemment millimétre par millimétre, pendant que Pierre m’embrassait sur la bouche, je me suis encore encore dite " pourvue que je ne le déçoive pas ". Bientot le gros gland, bien plus gros que celui de mon mari était tout entier dans mon ventre, bizarrement je n’avais eue aucune douleur, au contraire , je ressentais une sensation de plénitude et de dilatation, que je n’avais jamais ressentie, mon ventre se remplissait de plaisir et me donnait des décharges de bien être pour m’encourager.

Pierre amoureux, m’embrassait sur la bouche, et moi je gémissais remplie de bonheur, plus il s’enfonçait, plus je gémissais, plus je gémissais, plus il s’enfonçait, bientôt, il était a la garde dans mon minou, qui le réclamait avec ferveur et délectation, tout son sexe était dans mon ventre en feu, dlatait les parois de mon vagin, puis il commença ses aller retour .......

Là, ce fut la révélation de ma vie, son membre allait et venait, me dilatant complétement, mon dieu ça coulissait, ça coulissait, et mes entrailles s’enflammaient encore plus à chaque fois, je gémissais, gémissais, chose que je ne faisais jamais d’habitude, mes cuisses enserrant la taille de Pierre, je gémissais, encore et encore, un pénis en érection dans mon ventre de femme.

Pierre trop excité de me posseder comme une femelle soumise à sa domination de jeune male en rut, concentré sur le plaisir que mon vagin humide et serré lui donnait, commença à éjaculer son sperme par grosses saccades au fond de mon vagin, il m’embrassait sur la bouche, et cette 1ere fécondation entraina dans mon ventre, un orage qui me fit sombrer dans un demi coma, mon utérus commença à se contracter comme une femme enceinte en train d’accoucher, ces contractions me donnaient un plaisir intense qui envahissait tout mon corps, de la tête aux pieds.

Le sperme de Pierre s’écoulait dans mon vagin, remplissait mon sexe de femme envahissait mon utérus de femelle en chaleur, pour me faire des bébés, m’entrainant dans les vapeurs de l’orgasme, inconsciente, offerte, c’est comme si mon ventre voulait absorber tout le sperme de mon jeune amant, et ne pas en laisser une seule goutte, mon utérus se contractait, et se contractait, et se contractait encore, j’étais au paradis de l’orgasme, j’avais besoin d’être fécondée, par ce jeune male en rut, qui me donnait son sperme, en offrande à ma beauté, et à ma féminité.

Puis l’orage se calma progressivement, je revenais à la conscience, j’appréhendais à nouveau mon environnement, je me rendit compte que Pierre avait encore sa langue dans ma bouche, j’étais toute en sueur, et mon jeune amant aussi, je pris son visage entre mes 2 mains, et je l’embrassa à nouveau sur les lévres.

- hooo Julie qu’est ce que je t’aimes
- oui mon chéri, aime moi, donne moi tout ton sperme.
on s’est encore embrassés , son sexe en érection au chaud dans mon minou je lui dit
- il faudra me pénétrer de temps en temps, mon chéri, avec des orgasmes comme ça, je vais finir par exploser.

Son sexe est sorti petit à petit de mon vagin à regrets, on a discutés en se disant des mots d’amours et des plaisanteries, une demie heure après Pierre me pénétrait à nouveaux, et me donnait un autre orgasme en éjaculant dans mon vagin. Il m’a baisée toute la nuit, j’ai eue plusieurs orgasmes, pas à chaque éjaculation, mais souvent.

Vers 6 heures du matin, je n’en pouvais plus, j’étais presque dans le coma, Pierre aussi était hors service, full game, et commençait à s’endormir, je lui fit une bise sur la bouche, et lui dis :
- dort mon chéri , je vais rejoindre mon mari . Hummm mon amour .
mon jeune amant n’eu pas la force de dire quoi que ce soit , et me laissa partir . En titubant je rentrais dans ma chambre , et m’allongeai à coté de mon mari , j’étais saoule de bonheur et d’orgasmes. bien, Philippe qui ne dormait pas , me demanda aussitôt
- alors c’était bon ma chérie ?
je fis oui de la tête
- il n’a pas arrêté de me baiser de toute la nuit .
- haaa , et t’a eue des orgasmes ?
je fis oui de la tête , puis ajoutais
- laisse moi dormir mon chéri, je n’en peu plus, je te répondrai demain
mon mari me fit une bise sur la bouche en me disant
- dorts .... dort bien ma chérie , dort mon amour .
il enfonça un doigt dans mon vagin et ajouta
- houuu t’es pleine à ras bord !
Le sperme encore tout chaud de mon amant, sortait grosses quantités de mon vagin.
Des semaines plus tard mon mari m’avoua sur l’oreiller , que lorsque j’étais sortie de ma chambre, pour aller dans celle de Pierre, il m’avait suivie, quelques secondes aprés.

J’avais oubliée de fermer la porte de mon jeune amant, toute émue par la situation ( peut être un acte manqué, qui sait ), et mon mari avait pu assister a ma 1ere pénétration dans la nuit et à mes gémissements de femme pénétrée, et fécondée. Il s’était masturbé 2 fois, et avais éjaculé, chose irréelle pour lui.

A partir de ce jour, il est devenu très amoureux, très câlin il me pénétrait au moins une fois par semaine, et n’arrêtait pas de s’astiquer en me regardant, surtout quand j’étais pleine.

je raconterai la prochaine fois, la suite de ma tendre liaison avec Pierre, bises à tous, bon week end .

10 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription