Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Mme OnPlay Episode III : Découverte d’un sauna libertin à Paris

! Signaler un contenu abusif

Après cette belle aventure en croisière qui fera sourire les libertins avertis et aguerris tant elle sera insignifiante pour eux, nous étions totalement et pleinement satisfaits, transportés sur un nuage d’excitation et de bien être.
Nous avons osés faire un pas de plus.
C’est l’un des moments que je préfère. Celui où l’on se raconte comment on a vécu les choses et que l’on se rend véritablement compte de ce que l’on vient de vivre. Parfois, l’on s’aperçoit que nous n’avons pas vécu la même chose ou pas de la même manière.
A chaque fois, cela nous permet de confirmer ou d’infirmer nos limites personnelles ainsi que de réaffirmer certaines de nos envies. Grâce à cela notre couple continue sa route en totale transparence quant à nos fantasmes.
Puis vient le moment où nous n’en parlons plus. Le quotidien reprend ses droits. Et j’espère voir venir au plus vite la prochaine aventure.
Vous attendez tous que je vous dise si nous avons revu son "jouet". Et oui nous l’avons revu. Mais entre temps il était avec une autre femme et du coup ça coince. Et puis ce que l’on fait un jour d’excitation n’est pas forcément possible un autre jour.
Donc, oui, nous nous sommes revus, et oui, j’ai observé un jeu entre eux, mais non, il ne s’est rien passé, pire que cela même, mon épouse m’a soutenu qu’il ne se passerait jamais rien.
Mince !
Après quelques négociations et bien obligée de concéder que l’exhib lui plait tant qu’une certaine distance existe entre elle et l’autre, nous convenons d’essayer un club libertin et allons dans un sauna parisien.
Je n’ai bien sûr pas de photo à vous montrer. J’illustrerai donc ce texte avec des photos qui n’auront rien à voir avec le sujet mais j’ose espérer que vous ne m’en voudrez pas trop...
Nous entrons. Elle est tendue et s’attend à ce qu’une bande de pervers nus lui sautent dessus et la viole. Au lieu de cela, une charmante étudiante probablement pas libertine vérifie qu’elle sait où elle se trouve et d’une voix agréable lui explique le fonctionnement de l’endroit.
Nous prenons les serviettes et paréos, puis montons à l’étage nous deshabiller.
C’est la première fois qu’elle va se trouver nue devant des inconnus qui se trouveront à porté de mains.
Osera-t-elle ?
A tout moment je m’attends à ce qu’elle fasse demi tout mais non. Elle se met nue et pose son pareo.
Nous descendons.
C’est soirée couple et l’endroit est connu pour être soft et rassurant pour des débutants.
Je lui propose d’entrer dans le jacuzzi. Je veux qu’elle tombe ce qui cache sa nudité. Ce qu’elle fait sans problème. Nous entrons dans l’eau. Je vois les couples la regarder les yeux pleins de promesses.
Ses conditions pour venir ici sont très simples : personne ne la touche et j’ai ajouté "sauf si tu en as envie" ce qui selon elle est parfaitement impossible.
Nous sortons de l’eau pour aller visiter l’étage, le sauna et les salles s’y trouvent.
Nous prenons une douche et entrons dans le sauna. Un couple nous a suivi, un autre est déjà en action.
Le couple prend place à coté de nous et madame se glisse entre les jambes de son homme pour le prendre en bouche.
Je me dis que ma femme n’aimera pas cette situation et ni une ni deux elle me dit étouffer ici et nous sortons devant l’air ahuri de la dame, jolie, qui ne semble pas habituée à voir ainsi les couples la fuir.
Moi qui suis un voyeur avant toute chose je serai bien resté.
Dans ce genre d’endroit personne n’est obligé à quoi que ce soit.
Personne ne vous touche sans votre accord et si une tentative peut arriver, un simple "non" suffit. Mais ma femme angoisse et ne croit pas au self control des hommes et encore moins à leur bonne éducation en la matière.
Dans le couloir nous découvrons les salles les unes après les autres. Parfois des gémissements s’en échappent et tous les volets ne sont pas fermés. On se croirait au zoo.
Nous nous retrouvons devant une pièce, les volets grand ouvert, elle face à nous, les cuisses aussi ouvertes que les volets de la pièce, son homme placé derrière la fouillant de tous ses doigts.
Le regard vide, submergée par son plaisir, elle nous regarde.
Je me dis que ma femme doit halluciner et je provoque notre départ sous prétexte de vouloir lui faire l’amour dans une petite pièce.
Nous entrons dans la pièce où un grand lit occupe toute la place et un couple essai de s’inviter.
Nous déclinons.
Puis un homme seul, comment est ce possible, essai à son tour.
Nous déclinons et fermons la porte.
Quelques tentatives d’ouvrir la porte, alors que la règle veut qu’une porte fermée soit le signe évident que le couple à l’intérieur souhaite être tranquille, refroidissent un peu l’atmosphère.
6732779025_ceaa0ab75d_z.jpg
Un rien nous perturbe. Tout est si nouveau. C’est du grand n’importe quoi ! Ni elle ni moi ne sommes satisfait et nous allons faire l’amour ici parce que nous sommes venu pour ça mais ce n’est pas cool.
Nous faisons l’amour. Elle tente de se détendre et moi de bander.
Ce qui ferait que je sois bien dur ? Un volet ouvert pour qu’un voyeur puisse la regarder mais c’est très exactement ce qui la fera se refermer.
Je tente.
- "Et si on ouvrait, entrouvrait, le volet ?"
Elle se positionne pour que son visage ne soit pas visible. Je suis en pleine lumière, son sexe grand ouvert pénétré visible de tous. Je la caresse et passe mon sexe entre ses lèvres pour les voir se gonfler.
Son souffle s’accélère. Un couple regarde qu’elle ne peut pas voir. Je me penche à son oreille et lui murmure leurs commentaires. Ils sont au zoo et nous sommes les animaux en cage.
Il y a un coté touristes avec tous ces couples qui ne sont pas décidés, mais qui ont envie, mais qui n’osent pas et bla et bla et bla... il suffit pourtant de prendre une pièce et de faire l’amour. Il n’est pas nécessaire d’être échangiste ou que sais je encore.
Les râles de plaisir de ma belle monte et s’accordent sur d’autres autour de nous. Nous sommes au moins trois couples dans des pièces différentes plus une femme qui s’offrent à de multiple partenaires.
Soudain ma femme, curieuse, se tourne et me prend en bouche offrant ainsi son joli visage à la vu de tous. Un jeune black la bouche grand ouverte et qui a essayé à plusieurs reprises d’entrer est en admiration. Il m’avait déjà fait un clin d’oeil avec un commentaire du style "elle prend bien la salope". J’avais sourit poliment.
Mais je sais quel genre d’homme fait fantasmer ma femme. Et les jeunes de cité au langage vulgaire, les camionneurs et autres bedonnant lui donne plutôt envie de vomir. Si elle s’aperçoit qu’il la regarde s’en sera terminé !
Elle s’empale sur moi et me chevauche. Alors qu’elle allait jouir elle aperçoit notre ami attiré par ses râles et elle se couche immédiatement sur moi.
- "Y a un type qui nous regarde, si c’est ce genre là ça m’excite pas du tout !!!"
Je ferme le volet. Et continuons tranquillement. Nous l’ouvrirons de nouveau, et jouirons plusieurs fois, mais clairement cette situation n’était pas aux goûts de ma femme.
Nous prenons un verre et partons après être retournés encore une fois dans la pièce faire l’amour.
Elle veut partir. Je veux rester.
A l’extérieur nous nous disputons, incapables d’avoir les idées claires et de savoir si nous avons ou pas aimé.
Quelques jours plus tard nous serons en mesure de discuter plus sereinement et de comprendre.
Nous convenons que nous nous attendions à autre chose alors même qu’on y allait, soit disant, sans attente particulière.
Nous décidons d’y retourner après s’être aperçus qu’elle aurait adoré regarder plus longtemps cette femme qui s’exhibait se faisant fouiller par les doigts de son amant.
Mais anticipant mal je l’en avais empêché. Ainsi on ne s’était pas compris et n’avions pas profité de l’occasion entraînant chez l’autre des frustrations alors même que nous étions tout deux persuadés de faire plaisir à l’autre.
Oui, du grand n’importe quoi !
Le jour arrive où nous allons de nouveau nous rendre dans cette boite. Mais sentant qu’elle a dit oui pour me faire plaisir j’annule au dernier moment et lui propose un calin plateau TV sans sexe. Je vois son soulagement. Elle n’est pas encore prête à y retourner. Il faut prendre notre temps. Ne rien précipiter. L’important est qu’elle soit vraiment prête à en profiter, car c’est la seule condition pour que je puisse voir ce que je veux voir.
Et si ce jour ne doit jamais venir et bien je m’en passerai.
Mais les jours suivant je tourne en rond. Son "jouet" revient comme par enchantement sur le tapis. Excitée par les fantasmes que je lui raconte pendant que nous faisons l’amour elle freine cependant immédiatement ensuite en me précisant que "non, pas avec lui, et non, jamais elle ne laissera un autre la toucher !"
Et puis un jour elle me dit :
- "ok"
- "quoi ok ?"
- "le mec avec qui tu discutes sur internet.."
- "Lequel ? Je discute avec beaucoup de mecs"
- "Le voyeur que tu as rencontré et qui est "comme toi", qui me plairait soit disant et qui saurait se tenir.. je suis d’accord pour faire ça devant lui... mais on est bien d’accord.. il ne me touche pas !!!"
- "Non pas d’accord... si tu interdis tout d’entrée de jeu ça sert à rien."
- "Alors laisse tomber !"
- "Tu sais que je rêve de voir la main d’un autre sur toi. Te voir prendre ton plaisir sous les caresses d’un autre. Je pourrai jamais dire à un mec "non" en voyant sa main venir se poser sur toi. Oui si il sort sa queue et veut te la mettre je saurai gérer et lui dire stop mais une main baladeuse alors que tu ne t’apercevras même pas de la supercherie c’est trop me demander de l’empêcher.
- "Je m’en apercevrai"
- "Mais non impossible"
- "tu paris ?"
- "oui... attention si tu t’en aperçois quand il y a quatre mains sur toi c’est trop tard."
- "je m’en apercevrai avant et je stopperai tout. A lui de voir si il veut prendre le risque ou se contenter de regarder !"
- "Ok"
- "Ok"
Bien sûr, l’homme en question qui est voyeur et que j’ai rencontré n’est autre que son jouet.
Nous avons discuté de ce qui s’était passé. Il a adoré et rêve d’une suite.
Il sait que c’est impossible.
Je lui montre des photos de ma femme régulièrement en buvant un verre et nous nous racontons nos histoires de cul.
Des discussions entre hommes muent pas le même désir de partager l’intimité d’une femme, la mienne.
Son excitation monte quand il l’admire en photo dans des positions toutes plus chaudes les unes que les autres et je lui promet qu’un jour.... les yeux bandés... elle ne saura pas qui la regarde et la touche.

5 Commentaires

  • "M. Onplay projette ses propres peurs sur le comportement de son épouse ; il ne voit pas qui elle est et ce qu’elle aime et vit, mais modélise son comportement sexuel à l’image de ses propres frustrations. Il lui demande de vivre ce dont il a peur."
    On peut interpréter ce que l’on veut mais tout de même c’est un peu juste à partir d’un texte de quelques lignes d’en tirer tant de conclusions.
    Ce qui est certain c’est que ça fait plus de 20 ans que j’attends ce moment et qu’on en parle et qu’enfin il est là. Alors oui, j’ai peur, mais pas de vivre le moment, mais de voir la porte se refermer définitivement parce qu’un truc la choquera suffisamment pour qu’elle prenne ça comme excuse.
    Quant à "la projection des désirs du mari sur sa femme", non, définitivement non, aucun risque, elle n’avait aucun désir d’être là si ce n’est de me faire plaisir. Donc nous étions en découverte, et j’espérais que cela ouvrirait une porte. En ce sens, mon objectif fut atteint, elle a compris que ce genre d’endroit était effectivement fréquenté, aussi, par des gens comme nous, et donc, qu’on pouvait se trouver des complices avec les mêmes "attentes" "peurs" etc... Cela a très grandement facilité la suite.
    Il faut être très clair. Ma femme n’a aucun besoin, aucune demande, sa vie sexuelle lui va parfaitement bien et son couple est merveilleux. Elle n’a donc aucune envie, bien au contraire, d’en changer la moindre chose, à part que je fasse plus souvent à dîner peut être.
    Je vais donc m’évertuer à lui faire découvrir une autre sexualité parce que je crois qu’elle peut l’apprécier et s’amuser et que cela nous permettra, après bientôt 30 années de vie commune et au plus bel âge, de continuer à nous éclater en évitant autant que faire ce peu la routine.

  • Suite des réflexions :
    Tout y est ! l’expectative, la projection des désirs du mari sur sa femme, l’incompréhension, le manque de définition des attentes et des sources de plaisirs, l’attente du mari à ce que sa femme éprouve ce même plaisir.
    M. Onplay projette ses propres peurs sur le comportement de son épouse ; il ne voit pas qui elle est et ce qu’elle aime et vit, mais modélise son comportement sexuel à l’image de ses propres frustrations. Il lui demande de vivre ce dont il a peur.
    Alors, pour les photos ! c’est Niet !
    Une photo et ça y est, tout le monde veut voir, commenter et on se retrouve avec les mêmes lieux communs que sur tout les autres sites !
    Non, Nein, Niet, No, pas de photo, si la qualité du site est telle que nous l’apprécions pour les commentaires intelligents, évocateurs, progressistes, littéraires, érotiques, je ne dirai pas élitiste mais au-delà du graveleux et de tout ce qui nous a fait fuit les autres sites, alors, conservons celui-ci sans photo.

  • C’est bien de la photo du profil dont je parlais.
    Toutes mes félicitations.

  • De quelles photos parles-tu car je ne peux poster ici les photos qui accompagnent normalement mes récits.
    Mais sinon, oui, toutes mes photos sont de ma femme.
    C’est son histoire, ses aventures, c’est elle sur toutes les photos.
    Sur le profil, la photo c’est elle avec son complice et moi même.

  • Très jolies photos, est-ce réellement Madame OnPlay ou juste une illustration excitante ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription