Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Ma 1ère expérience de femme candauliste

! Signaler un contenu abusif

Bonjour à tous
Aujourd’hui je souhaite partager avec vous ma toute première expérience en tant que femme candauliste. Parce que oui, ça y est, c’est fait. Et bien entendu, ce fut très différent de mes fantasmes.
Alors, que je vous raconte un peu...

Mon très cher Amon était en déplacement professionnel dans le sud. Samedi soir, ayant envie de détente, il est allé prendre un verre dans un bar. Nous discutions par sms, comme à notre habitude quand nous sommes séparés. Rapidement, il s’est retrouvé avec un groupe de jeunes femmes (quel charmeur, je vous jure), et après avoir sympathisé et bu quelques verres, elles lui ont proposé d’aller danser avec elles. Il en avait envie, et je n’y voyais aucun inconvénient, donc je lui ai dit "vas-y mon chéri, amuse-toi bien". Il m’a remerciée et a filé. Je n’ai fait aucune allusion au fait qu’il avait sans doute là une belle opportunité de draguer, mais évidemment, c’était dans un coin de ma tête.

Ensuite pendant la nuit, il y a eu un blanc. Je m’imaginais bien ce qui pouvait être en train de se passer. Je le voyais s’amuser, draguer... voire plus. Comme j’avais de la fièvre (j’ai été malade tout le week-end), j’ai dormi en pointillés, et quand il m’a recontactée au petit matin, il ne m’a pas réveillée.

Il était de retour de boîte. Il m’a raconté sa nuit : une des nanas lui avait mis le grappin dessus (nooon, sans blague), ils avaient passé la nuit à danser l’un contre l’autre en se frottant. Mais comme il n’avait pas son téléphone avec lui (resté au vestiaire), il n’avait pas voulu aller plus loin parce qu’il ne pouvait pas me tenir au courant ! C’est à peine s’il l’avait embrassée ! J’étais très touchée par cette attention. Mais le petit malin avait tout de même récupéré les coordonnées de la demoiselle, et trouvé un prétexte pour rentrer à son logement de fonction et pouvoir me parler. Il était clairement dans les starting blocks, ses messages me le montraient, mais était aussi inquiet de mes réactions et ne voulait pas faire de faux pas. Surtout qu’on n’avait jamais dit que notre première fois candauliste pourrait se dérouler de cette façon, mon envie de base étant d’être présente physiquement.
Je le sentais motivé (je pourrais dire qu’il bouillait lol), et je me sentais tranquille, donc je lui ai dit "Tu lui envoies un sms, tu vas prendre une douche, et tu y vas". Pas besoin que je le dise deux fois :-)
Nous avons continué à discuter par sms jusqu’à ce qu’il arrive devant sa porte. Je ne lui ai alors demandé que deux choses : qu’il me contacte dès que ce serait fini, et qu’il essaie de prendre des photos pour moi. On s’est dit "je t’aime", et il a fait le grand saut.

S’en est suivi un blanc de deux heures. Je ne me sentais pas excitée, mais j’étais tranquille dans ma tête, et je me sentais bien, enfin aussi bien qu’on peut l’être avec 39 de fièvre ! J’ai un peu redormi... et Amon a refait surface dans mes sms. Et là, c’était plus pareil...

Il m’a raconté tout en détails du déroulement de leur entrevue, et a répondu au milliard de questions que je lui posais. Plus il me parlait, et plus je sentais ma jalousie grimper... Les choses devenaient réelles et concrètes, et je les prenais dans la figure. Ça a été un moment très pénible pour moi, et j’ai été terriblement frustrée de ne pas pouvoir être auprès d’Amon. J’avais le sentiment qu’on aurait dû se dire tout ça les yeux dans les yeux. J’avais envie de le "reconquérir" là tout de suite, et je ne pouvais pas. Je me suis vraiment sentie mal, et Amon a bien compris ce sentiment qu’il avait pressenti sans me le dire. On en a parlé, et convenu qu’on ne ferait plus ça en étant séparés loin l’un de l’autre.
Une déception pour moi : il n’avait pas pu prendre de photos à cause de la pénombre. Par contre, et là son initiative m’a surprise et fait immensément plaisir : il a fait un enregistrement sonore.

Il m’a fallu plusieurs heures pour me calmer un peu, et finalement au détour de la conversation, nous nous sommes retrouvés à faire l’amour au téléphone. Je ne sais pas du tout si c’était prémédité de sa part, et même si c’était un ersatz de ce dont j’avais besoin, ça m’a permis de me débarrasser d’un gros poids. Et surtout... ça m’a mise dans un état pas possible. C’est à ce moment que je me suis rendu compte de l’influence de l’événement sur mon excitation. En un sens ça m’a rassurée : j’avais peur de n’en tirer que du négatif. Et bien non :-)

Finalement nous n’avons pu nous retrouver physiquement qu’hier. Ça fait long, très long... Plusieurs jours pendant lesquels j’ai eu besoin de parler de ça (ma meilleure amie, Candaule - merci au passage). Des discussions qui m’ont permis de canaliser et apprivoiser ces sentiments de jalousie et de frustration, qui revenaient régulièrement me tourmenter.
Nos retrouvailles ont été difficiles mais intenses. La jalousie avait fini par presque totalement disparaître, mais pas cette frustration de ne pas pouvoir le voir, et en un sens je lui en voulais pour ça (alors qu’il n’y était pour rien). Il a fallu un petit moment pour que je me décrispe... Et finalement nous avons fait l’amour comme des fous pendant trois heures ! Sans trop rentrer dans les détails, c’était vraiment super, et j’ai même inondé le lit, chose qui ne m’était pas arrivée depuis fort longtemps !
J’avais quelques craintes, mais j’ai finalement écouté l’enregistrement qu’il me ramenait (hors de question pour moi de l’écouter sans lui). Le casque sur les oreilles, à califourchon sur lui, et lui me serrant dans ses bras... Ce fut troublant... Et un moment plus tard, je reprenais un super pied :-)

Au final, ç’aura été pour moi une expérience troublante sur bien des points. Je savais que je devrais faire face à des sentiments négatifs et les gérer. J’espérais qu’ils ne gâcheraient pas le côté positif de l’aventure, et c’est bien le cas. Je me suis apaisée et j’ai envie de recommencer. Mais clairement, j’ai besoin d’un peu de temps avant que ça n’arrive à nouveau. Je suis heureuse qu’Amon l’ait bien compris, il a d’ailleurs de son propre chef repoussé la demoiselle qui l’avait relancé avant qu’il ne revienne sur Paris.
Lui a vécu tout ça d’une façon que je trouve unique. Il m’a dit des choses très belles suite à ça, et je ne pensais pas que ça aurait un tel impact positif sur lui. Mais je préfère ne pas parler pour lui, il le fera s’il en a envie.

Pour finir, je voudrais juste remercier Candaule et son site, ainsi que tous les gens avec qui j’ai pu échanger. Je ne pense pas que j’aurais pu vivre tout ça, et surtout pas de cette façon, sans avoir pu me documenter avant et explorer le candaulisme à travers les expériences des autres. Donc... Merci :-)

15 Commentaires

  • Xenokia, ça reste possible. Il faut créer les opportunités, et avoir l’attitude pour. Ça aide.

  • Ma moitié souhaite aussi réaliser ce fantasme...
    Mais comme le dit notre annonce, autant il est simple de trouver des hommes pour elle, autant il est difficile de trouver une élue pour vivre cette experience.

  • je tombe un peu au hasard sur le recit de MAATKARE
    et je comprends mieux ses inerventions suivantes dans mes POSTS,ainsi que celles de AMON.
    Et pour en revenir à l’explication du terme candauliste , à mon avis ce terme désigne celui ouc elle qui est excitée de voir ou a la rigueur savoir son conjoint en train de faire l’amour à une tierce personne (et même à plusieurs)
    cest l’individu qui jouit du plaisir de son conjoint avec un ou une autre
    Donc Maatkare est bien une epouse candauliste, ce qui est rare chez une femme, alors félicitations et tous mes encouragements si besoin était.
    Dans mon couple c’est le contraire, j’aime assister aux ebats de mo n épouse avec d’autres mâles ou etre averti qu’elle va effectuer ces ebats et/ou qu’elels me les racontent apres coup, mais ce que je préfèrre et de loin, c’est assister en participant ou en restant spectateur passif

  • AH, le candauliste c’est celui qui est cocu ? Mais alors comment s’appelle l’autre ? Il faut donc que je modifie mon profil. Est-ce possible ? Comment faut-il faire ?

  • Oui, je crois que c’est ça.
    Le récit de son aventure a provoqué beaucoup d’émotions en moi (en quantité). Je dirais que sur le moment, je n’ai ressenti que les négatives : jalousie et frustration. Dans les heures qui ont séparé son récit et le fait d’avoir fait l’amour au téléphone, ces deux sentiments s’étaient un peu calmés, mais pas tant que ça. Faire l’amour au téléphone m’a libérée en grande partie, vraiment comme si on me retirait un poids. Ça a presque totalement calmé ma jalousie et ma frustration, et ça a permis à l’excitation d’émerger. Je me suis rendu compte que j’étais bien plus excitée que d’ordinaire dans une situation similaire de sexe à distance.

    Maintenant ça fait une semaine, j’ai un peu plus de recul, et surtout Amon et moi nous sommes retrouvés. La jalousie et la frustration ont totalement disparu, et je suis dans une phase de fantasme complet : j’imagine tout un tas de variantes de scénarios candaulistes dans lesquels je n’assisterais pas à ses ébats avec une autre. Un peu comme un effet rebond.

    Pour le moment je préfère prendre mon temps et que l’événement ne se reproduise pas immédiatement. Je suis toujours dans une observation de moi-même et de mes réactions.

  • Bonjour,
    j’ai beaucoup aimé ce témoignage ; il y a juste un passage dont je n’ai pas saisi le sens :
    "C’est à ce moment que je me suis rendu compte de l’influence de l’évènement sur mon excitation. En un sens ça m’a rassurée : j’avais peur de n’en tirer que du négatif. Et bien non :-)"
    - voulez-vous dire que l’accumulation d’émotions acquises lors de son récit et sa retranscription, ont été libérées en faisant l’amour au téléphone ?
    merci

  • merci pour ce témoignage touchant et bien écrit qui démontre une fois de plus la distance qui sépare le fantasme de la réalité ! Je vous souhaite à tous les deux plein de bonheurs futurs...

  • Ah non j’étais malade en vrai, Doliprane et tout. Je m’en serais bien passé !
    Des différences ? C’est une question intéressante, ma foi. Mais je ne sais pas trop répondre !

  • Voilà c’est arrivé. On mesure la distance qui sépare le fantasme (linéaire) de la réalité (montagnes russes). Juste quand vous (en ?) étiez malade. Fiévreuse ou fébrile, enfiévrée ?Plaisir de la convalescence. Toujours aussi bien écrit. Et fascinant de voir comme le candaulisme d’une femme s’exprime comme celui d’un homme. Mêmes émotions. Des différences sans doute. Lesquelles ?

  • C’est le cocu ! Pour faire court :-)

  • Alors moi j’ai une question de vocabulaire : le-la candauliste, c’est celui-celle qui couche ou celui-celle qui est "cocu-e" ?

  • Ah bon ? En plus d’être exploratrice, faut que j’endosse le rôle de pionnière ? ;-)

  • Ouiii notre premier témoignage de femme candauliste !!!
    Merci Maatkare !
    Vivement le témoignage de votre prochaine aventure...

  • Merci c’est gentil :-)
    J’ai l’impression d’être une exploratrice dans ce pays inconnu. J’ai des cartes, des avis d’autres voyageurs, maintenant faut que j’explore et ressente moi-même les choses. Le voyage ne fait que commencer.

  • rien qu’un mot : superbe !

    Merci de ton honnêteté de tes ressentis si bien écrits et décrits (crois-moi, lol, tu as du talent !)
    Bravo à vous deux
    Long et bel amour sous le ciel de Candaulie....

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription