Accueil > Découvrir le candaulisme >Culture et candaulisme >Œuvres picturales & candaulisme >

Louis d’Orléans montrant sa maîtresse par Eugène Delacroix

Cette huile sur toile réalisé en 1825/26 par un jeune peintre de moins de 30 ans Ferdinand-Victor-Eugène Delacroix. cette oeuvre est tiré des "Vies des dames galantes"de Brantôme.

Eugène Delacroix est considéré comme le chef de l’école romantique et, en tant que tel, opposé à Jean-Dominique Ingres et à ses élèves.

Delacroix affirmait pourtant : « Je suis un pur classique. » Contradiction apparente d’où surgit un art d’une richesse et d’une vigueur exceptionnelles, dont les générations suivantes exploiteront les découvertes. Charles Baudelaire donne cette définition du maître : « Le dernier des Renaissants, le premier des Modernes. »

La liberté de sa technique lui permet tous les emportements ; Le choix des sujets révèle, à côté des enchantements du rêve, odalisques imaginaires comme la Femme aux bas blancs (collection privée) ou Louis d’Orléans montrant sa maîtresse (Madrid - Fondation Thyssen-Bornemisza), les désenchantements de l’âme : le Tasse dans la maison des fous, 1827 (collection Oscar Reinhardt, Winterthur).

Concernant le sujet présenté ici, Delacroix qui traversait quelques difficultés financières a pu choisir ce sujet en pensant trouver plus facilement un acquéreur. Cette conception du sujet lui fut sans doute inspirée par son ami anglais Bonington qui n’ envisageait l’ histoire que sous un angle galant ou aimable.

Huile sur toile -35.2 x 26.8 cm

Inscription