Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Lili

! Signaler un contenu abusif

Je suis marié à une femme superbe. Comme moi, Lili a 35ans. Elle est blonde, fine, élancée et surtout très joueuse.

Cela fait maintenant des années que nous formons un couple, pourtant l’amour et le désir sont toujours très présents. Nous avons découvert les plaisirs du libertinage, rencontré des couples très sympas avec lesquels les soirées furent particulièrement chaudes.

J’aime beaucoup repenser à ces moments, les images dansent dans ma tête et c’est une source de plaisir immense. Les images sont toujours celles de ma Lili aux prises avec un partenaire : Je contemple ma femme, au risque de délaisser ma partenaire du moment.

J’ai donc dû me rendre à l’évidence : Je suis candauliste.

Un soir, au restaurant en amoureux, je me décide à lui confier mon fantasme : On pourrait aller boire un verre en se faisant passer pour des collègues de boulot, elle serait alors libre de se laisser draguer.

Lili me demande jusqu’où elle peut aller si une occasion se présente, je lui réponds c’est toi qui vois… une petite Manzana en digestif et nous voilà à l’entrée d’un bar de Montpellier.

Mon cœur bat la chamade : Lili est si belle et elle a cette lueur particulière dans les yeux : Ce soir elle a envie de jouer, je sens que tout peut arriver. Le bar est bondé, la musique est sympa.

Ma femme se ravise un peu en me rappelant que si je la trouve si belle c’est parce que je suis amoureux, et qu’elle n’est pas sûr de plaire aux autres hommes. Pour ma part, je n’ai aucun doute.

Effectivement, le temps pour moi d’aller chercher deux verres suffit à un charmant jeune homme pour entamer la conversation. Ma femme le trouve un peu jeune, je lui rappelle discrètement que c’est juste pour un plan cul !

Elle me sourit et rejoint Vincent sur la piste de danse. Je les vois danser, discuter et rire. Ils se rapprochent, flirtent et finalement, le plus naturellement du monde, s’embrassent. Un frisson me parcourt. De loin, Lili m’interroge du regard, tout va bien !, alors elle ferme les yeux et profite des baisers de son partenaire.

Vincent revient discuter avec moi, je lui apprends que nous ne sommes pas seulement des collègues, mais aussi des amants. Devant son air inquiet, je le rassure, et lui explique qu’un plan à trois est possible.

Il contemple ma femme qui danse non loin, le désir qui le parcourt me trouble. Il se décide : il a un appart d’étudiant tout près, il va juste prévenir ses copains de ne pas l’attendre. Lili attrape son verre et me demande où est passé son bel étudiant.

Je lui raconte notre discussion …qu’en penses-tu ? Continuons à jouer ! Me répond-elle. On s’embrasse au moment où notre partenaire revient, Lili l’embrasse tout-de-go.
Dans la voiture, je conduis sous la direction de Vincent assit à ma droite, Ma femme apparaît dans le rétroviseur intérieur.

Nos yeux s’y croisent brillants d’une complicité d’amoureux. Vincent, as-tu des capotes ? demande notre passagère. Cette simple question fait exploser mon cœur : Nous sommes dans le concret, le regard que me lance Lili à ce moment ne fait aucun doute.

Notre hôte nous offre à boire, ma belle décide d’aller se doucher. Elle se déshabille tranquillement devant nous, sourit, et disparait dans la salle de bain. Les deux hommes au calme, je lui dis la vérité : Lili est ma femme et nous réalisons un fantasme.

Il me répond qu’il s’en doutait et qu’il a beaucoup de chance car ma femme est vraiment très belle. Lili lui demande de la rejoindre sous la douche, notre gaillard ne se fait pas attendre, il fait voler ses fringues dans la pièce, laissant apparaître une queue déjà tendue.

Je ne vais pas mater à la porte, je préfère imaginer ce qui se passe et laisser Lili me raconter. C’est à mon tour pour la douche, je croise Vincent tout souriant, je me colle à ma femme, je veux lui parler, mais elle me fait taire d’un doigt sur la bouche, et me souffle :
- On va tout faire comme avec lui.

Elle m’embrasse et guide longuement mes mains sur tout son corps : Il paraît clair que Vincent a pris beaucoup de soin à savonner ma femme ! Elle saisit ma queue, puis se laisse glisser pour me prendre en bouche.

L’imaginant ainsi avec un autre seulement quelques instants plus tôt me fait venir très vite et je coule sur ses seins
- lui aussi est venu comme ça ?
Pas de réponse mais un sourire qui en dit long.

Lili s’allonge au milieu du lit. Placés de part et d’autre, nous caressons et embrassons chaque partie de son corps. Elle s’abandonne à nos soins. Je découvre que ma femme apprécie beaucoup jouer avec deux queues : elle nous branle doucement, nous suce à tour de rôle.

Puis Lili saisit un préservatif, me fixe et dit : je vais me faire sauter devant toi, tu pourras me contempler depuis le fauteuil du canapé, il va me prendre dans tout les sens et je vais me régaler, profite du spectacle mon amour.

De fait, j’ai assisté à une chorégraphie incroyable, Lili est chaude comme la braise, notre Vincent s’en donne à cœur joie, tout y passe. La scène est torride bien sûr mais empreinte d’une douceur incroyable, je suis au comble de l’excitation devant ce spectacle fabuleux.

A chaque changement de position, ma femme m’adresse un sourire complice. Elle jouit à cheval sur son amant, les yeux plantés dans les miens.

Une fois redescendue sur terre, Lili me dit : Viens me prendre mon homme, je veux sentir ta queue en moi. Elle s’est placée en levrette et libère la queue de Vincent de sa prison de latex pour le sucer. Notre étudiant se mord les lèvres, il semble apprécier le traitement que lui inflige ma femme.

- Ta femme suce vraiment bien, quelle chance tu as !

J’ai saisis ma femme par les hanches et je la pénètre avec un plaisir immense, sa chatte est brulante de la baise qu’elle vient de vivre. Elle se retourne, toujours en branlant son cavalier, et me demande :
- La soirée est-elle à la hauteur de ton fantasme ?

Vincent jouit entre ses mains et du bout de la langue, ma femme en recueille les dernières gouttes. Cette vision me fait venir et je m’abandonne sur son cul magnifique.
Au moment de se quitter, Vincent demande si nous allons nous revoir. Lili note son adresse mail et lui dit :
- On verra bien. De retour à la maison, et malgré l’heure tardive, nous nous jetons dans les bras l’un de l’autre pour une baise incroyable.

Un soir, quelques temps plus tard, je propose à ma femme de contacter Vincent. Nous créons une adresse mail de circonstance et Lili lui envoie un petit message, la réponse ne se fait pas attendre :
- Bonjour c’est Lili te souviens-tu de moi ?
- Je ne suis pas prêt de t’oublier, es-tu enfin veuve que je puisse d’épouser ?
- Je t’assure que mon mari est « très en forme », d’ailleurs dois-je te rappeler que c’est grâce à lui que tu as pu me sauter !
- Bien sûr, je vous taquine, passe lui le bonjour de ma part.

Vincent potasse ses exams l’ordi allumé, il semble beaucoup plus intéressé par la conversation que par ses partiels. A mesure que les messages s’échangent, ma femme se détend.

Elle est debout face à l’écran, je lui caresse doucement les fesses. Il me vient alors une idée qui me donne le frisson :
- Puisque tu débauches tard jeudi, pourquoi ne passerais-tu pas remonter le moral de ton bel étudiant ?

Lili me regarde, surprise, elle commence à protester, mais je continue sur mon idée : Tu passes chez lui, tu te fais plaisir, et tu fonces me rejoindre pour tout me raconter, dans le moindre détail.

Ma femme réfléchit quelques instants, ma main a glissé à la recherche de sa petite chatte que je trouve fort accueillante. Alors, sans me répondre, elle se tourne vers le clavier : besoin d’un petit break ?

Je la prends debout devant l’ordinateur, mon idée semble beaucoup lui plaire !
Ce matin là, je note à la dérobade que ma belle choisit mes dessous préférés, puis elle enfile un de ses jeans qui presque innocemment dessinent si bien son cul sublime. Nos regards se croisent dans la glace :
- Je te plais ?

La journée est longue, j’ai du mal à me concentrer sur mon boulot. Nous avions convenu que Lili m’appellerait en bas de chez Vincent, juste avant d’entrer. J’y suis mon amour, à tout à l’heure. Je suis dans un état d’excitation incroyable, je dois me faire venir tellement ma queue est tendue. Je m’applique ensuite à préparer un petit repas pour le retour de ma femme.

La voilà qui débarque dans le salon, elle est sublime, ses yeux brillent, je sens son corps encore frémissant du plaisir qu’elle vient de prendre. Je suis traversé par des sensations violentes : de la jalousie et de l’amour.

Je tente de résister à l’envie de la culbuter violemment, là maintenant, pour me réapproprier ce corps. En même temps, je souhaite profiter de ce moment magique par son intensité. Lili a senti tout ça, elle m’embrasse.

- Je ne me suis pas douchée, je voulais sortir de son lit pour te rejoindre directement. Me laver aurait été reconnaître une faute mais je ne t’ai pas trompé mon amour. J’ai joui en pensant à toi, à la situation, en te sachant parfaitement consentant.

Je t’imaginais même en train de nous préparer un petit repas, la queue tendue sous ton tablier de cuisine. Nous commençons à dîner, Lili me raconte son escapade avec beaucoup de soin, de détails, sans pudeur encombrante.

Ma femme s’est littéralement lâchée : le désir du jeune homme l’a excitée. Elle a pris beaucoup de plaisir à sucer Vincent, à jouer avec sa queue, elle l’a fait jouir sur elle. Ensuite elle s’est fait prendre dans toutes les positions, tous les meubles de l’appart étaient prétexte à de nouvelles acrobaties. Elle s’est même fait sodomiser, ce qu’elle me refuse habituellement.

Je marque le coup, mais elle me rassure immédiatement : Elle se lève, fait le tour de la table, et vient s’asseoir sur mes genoux :
- Grâce à tes idées farfelues je me sens belle et désirable. Il est juste que tu sois celui qui en profite mon amour.

Ce soir je vais être toute à toi.

7 Commentaires

  • J’ai adoré lire ce récit.
    Merci.
    J’ai été cet amant pour un couple, donc je me met aisément à la place de Vincent.
    Kiss

  • n’est-ce pas !
    Mon épouse a profité aussi d’une pause déjeuner pour rencontrer son amant (qui est aussi le mien). L’après-midi, il ’ma tout raconté par tchat. Il m’a parlé d’une autre femme que je ne connaissais pas et qui pourtant vit tous les jours avec moi.
    Le soir, elle était superbe de désirs et d’odeurs encore collées à sa peau. Elle n’attendait que cela pour que je reprenne possession d’elle.

  • Merci pour cette photo. Lili est effectivement superbe....

  • salut
    quand la 1° fois se passe bien la futur ne sera que meilleur
    superbe le recit
    bises

  • Bonsoir,
    Moi aussi j’ai partagé ce sentiment de perdre ma femme pendant un instant.
    Moment magique, état d’excitation maximum. Lorsqu’elle revient, envi de reprendre possession de son corps, de ce qui m’appartient.

  • Quel plaisir de partager la préparation de mme. Lili doit etre superbe. Faites nous partager un brun de sa beauté en rajoutant un petite photo....
    Coquinement.

  • Magnifique ! C’est une histoire que nous avions vécue. Quoi de plus excitant de savoir que sa femme est dans les bras d’un autre homme et sentir comme une frustration mais tellement excitant en imaginant comment son amant lui donne du plaisir, tout en attendant le retour de notre femme pour qu’elle nous raconte tout en détails.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription