Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Libertinage, candaulisme, et amant : Préambule d’un désir passionné

! Signaler un contenu abusif

"... Jeudi, c’est Gang-Bang, Vendredi, c’est trio ...!"

Telle est la citation prononcée par Thierry Ardisson lors d’une heure de grande audience sur la chaîne Direct 8. Quelques mots qui aujourd’hui ne sont plus tabous, ne choquent plus, et bien au contraire : s’avèrent même tombés dans le jargon populaire commun, connus des adolescents dès leurs entrées au collège. Résultante de la désacralisation de notre sexualité, de moins en moins privée, de moins en moins censurée. La révolution sexuelle est passée par là. Dans tout ceci, vient alors se poser la fameuse - et non moins controversée - question de la place du libertinage.

Libertiner, c’est devenu "hype", "pop", "fun", parfois même limite "utilitaire" pour se faire un nom dans certains milieux. Bref, le libertinage est désormais passé par la case "du cool" sans forcement en comprendre les fondements ou les codes. Le désir passant parfois avant l’intellectuel ou l’affecte. Dès lors, le libertinage comprend de multiples usagés, de tout âges et classes sociales. Des faux, comme de vrais libertins. Parmi cette dernière classe, un couple, sans prétention quelconque, d’une sympathie sans nom et profitant de la vie carpe diem.

Parfois adulés, jalousés, ou même critiqués, ces derniers ne laissent jamais indifférent. Caroline et Laurent. Deux personnes à la spontanéité étonnante, à l’humanisme le plus sage, et surtout, profitant du plaisir le plus simple et naturel que l’Homme possède depuis la nuit des temps : le plaisir charnel. Le sexe. La baise. Le couple témoin du candaulisme le plus primaire. On ne peut, dirai-je, nullement mieux représenter cet obscure terme, qu’au travers ce couple hautement passionné et passionnant.

Libertine affirmée, Caroline s’avèrent certainement la femme la plus étonnante que le monde est pu connaître : démon sur un coussin de velours. Si douce ... si perverse. Une dualité en elle favorisant le plus grand respect, loin des clichés de la "femme objet", grand mal de notre société particulièrement exposé sur nos écrans depuis l’apparition des premiers pornos, et qui plus est depuis Internet chez les jeunes générations. Libre, indépendante, émancipée, autant sur sa sexualité qu’au coeur de sa vie quotidienne, celle-ci incarne parfaitement le renouveau de la femme moderne, et du XXIe siècle. Et ceci était sans compter sur une tierce personne : un amant des plus novices ...

Etudiant dans le Nord de la France, cet amant a connu sa première fois avec Caroline, lors d’un rendez-vous organisé au coeur d’un club échangiste dès plus fameux de la région. Âgé d’à peine vingt ans, à la timidité renforcée et aux manies obsessionnelles (lire : T.O.C) concernant la propreté, rien, absolument rien n’aurait pu réunir ces deux personnes, totalement opposées dans leurs vies, passions, philosophies ou moyens. Amant puceau, amant fleur bleue, celui-ci a toujours - par faible estime de soi - eu beaucoup de mal au sein des relations sociales, et pourrait t-on dire chaotique concernant les relation amoureuse, ou ne serait-ce que sexuelle. Vierge à son âge, peu peuvent en dire autant. Pourtant, courage et surtout désir charnel aidant, c’est au cours d’un certain vendredi 1er juillet que tout a changé dans sa vie, passant du simple garçon, à l’amant d’une femme mariée, et mère.

Cet amant, n’est autre que votre humble narrateur ...

3 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription