Accueil > Témoigner le candaulisme >Actualités candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Lettre à son amant

! Signaler un contenu abusif

Salut Fred,

Sabine t’écrivait il y a peu de temps : " sentir tes mains sur mon corps" ou " j’ai des envies de sexe, de sperme". C’était un encouragement à poursuivre. Tu la flattes, tu la courtises sans fausse pudeur mais délicatement et je t’y encourage.

Nos échanges nous stimulent, nous exaltent. Sur ma compagne ribaude les tentations impudiques sont de moins en moins refoulées. Comme elle brûle d’impatience de lire tes messages érotiques et sensuels !

Jour après jour nous nous libérons des entraves morales pour tendre vers une vraie culture libertine. Je redis encore la chance que j’ai d’avoir croisé le chemin d’une femme élégante, qui m’accorde sa confiance, qui m’aime et qui est une véritable courtisane.

C’est ma femme qui a écrit à son amant le plaisir et la joie qu’elle aura à le voir une journée, une soirée et peut-être même une nuit entière... Si tu savais l’effet prodigieux et sublime que me procure de telles paroles !

Fred, tu peux sans hésiter, prétendre vouloir faire glisser tes doigts sur le galbe de sa poitrine, entre ses cuisses, la faire se cabrer, te glisser en elle, sentir la chaleur de son vagin autour de ton sexe, laisser jaillir ta semence... Mon amoureuse s’enivre de ces ardeurs littéraires et les réclame.

Tu contribues et nous accompagne sur ce chemin non conventionnel. Nos engagements mutuels certifiés nous conduisent aujourd’hui tout naturellement avec plus de complicité et plus de confiance vers un nouveau seuil. Nous en avions tous rêvé. Comment expliquer la joie, la félicité d’éjaculer dans le ventre, sur sa peau ou dans la bouche d’une femme qui recevra la sève de son amant comme l’offrande suprême ?

Comment te dire mon extase de voir la femme de ma vie, prise par un étalon lui offrant sa liqueur. Ma bourgeoise livrée à l’envie génétique de copuler, de s’accoupler pour recevoir du dominant, son foutre fécond. Celle-là qui s’offre qui s’ouvre qui joui devant moi, affichant son bonheur en réponse a ses instincts primaires.

Plus aucune gêne ne nous sépare. Nos sexes se confondent en une symbiose parfaite. Les orgasmes pourraient se répéter presque sans discontinuer.

Plus de douleurs dues aux échauffements d’un latex parasite. Plus de retenue inspirée par des scrupules ou une réserve qui semblait nécessaire avant.

Vos corps se connaissent déjà des étreintes passés, et en appellent de nouvelles. Je vous pousse l’un vers l’autre. L’un dans l’autre pour une danse spasmodique rythmée par le glissement lent et pénétrant de ta verge turgescente engagé dans le méat tellement intime de ma bien-aimée.

Elle t’encourage à la fendre encore par ses sourires et ses gémissements. Elle se soumet avec bonheur aux assauts virils que tu lui infliges pour la conduire chaque fois plus loin dans un nirvâna éblouissant.

5 Commentaires

  • Ce texte résonne en nous,
    c’est une très belle déclaration

  • Merci de votre témoignage émouvant
    David

  • Merci pour vos commentaires. J’en suis friand.

    À propos ma lettre finissait aussi par ce mot "MERCI" à notre compagnon de jeux.

  • Un magnifique témoignage d’un homme amoureux de sa femme amoureuse du plaisir de jouir.
    "Comment expliquer la joie, la félicité d’éjaculer dans le ventre, sur sa peau ou dans la bouche d’une femme qui recevra la sève de son amant comme l’offrande suprême ?
    Comment te dire mon extase de voir la femme de ma vie, prise par un étalon lui offrant sa liqueur. Ma bourgeoise livrée à l’envie génétique de copuler, de s’accoupler pour recevoir du dominant, son foutre fécond. Celle-là qui s’offre qui s’ouvre qui joui devant moi, affichant son bonheur en réponse a ses instincts primaires."
    C’est tout simplement très bien retranscrit. Les mots sont justes face au plaisir, à l’émotion que le mari ressent pour sa femme. Je n’aurai pas dit mieux.

    Un texte tout simplement très bandant et chargé d’intenses émotions…

  • Une sublime lettre...

    Tout y est dit.

    L’extase que procurent les mots, le candaulisme comme porte d’entrée dans une autre dimension intérieure, le plaisir, l’orgasme fruit du lien entre corps, âme, esprit...

    L’entreprise de faire que la lune soit pleine chaque jour afin que la bourgeoise lycantrope soit louve/chienne offerte et demandeuse...

    Faire craquer le vernis des conventions...

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription