Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Les boulistes tirent et pointent, épisode 2

! Signaler un contenu abusif

Vendredi, il fait un temps radieux et nous nous réjouissons d’être 1 heure plus vieux pour le départ à la côte belge. Nous ne savons même pas dans quelle station balnéaire l’appartement de Julien se trouve.
Christel a revêtu sa jupe en mousseline blanche que hles 2 lascars ont tellement apprécié. C’est la moindre des choses, il faut bien les remercier de leur invitation. Dessous, un petit string blanc et, pour le haut, un tee-shirt ultra moulant dont le décolleté peut être accentué grâce aux petits boutons-pression dont il est garni. Mais pour l’instant elle reste sage et, seulement, 2 boutons ne sont pas fermés. Petite valise avec nos effets, pas besoin de grand-chose vu la durée du séjour.
16h10, Julien et Dimitri arrivent et un coup de klaxon se fait entendre. Nous sortons et ils nous accueillent avec un large sourire. Je dépose notre valise dans le coffre du break Audi et nous montons à l’arrière du véhicule. Le chemin se passe bien, nous apprenons que l’appartement se situe à La Panne (commune non loin de la frontière française) et que sa vue sur mer est magnifique. 17h35, nous faisons une halte à Grand-Bigard pour nous désaltérer, Christel en profite pour se rendre aux toilettes et en revient avec 2 boutons supplémentaires détachés. Dimitri et Julien monopolisent la parole, mais essentiellement avec Christel et en jetant de brefs mais fréquents coups d’oeil dans l’échancrure du tee-shirt.
Vers 18h00 nous regagnons la voiture et Dimitri me propose de prendre place à l’avant. Par gentillesse ? Je n’y croyais guère.
Julien redémarre et nous voici partis pour la dernière heure de route. Derrière ça parle à voix basse et de petits rires accompagnent souvent les paroles. Rien de "tactile" n’aura lieu durant le trajet. Nous arrivons aux alentours de 19h45 et Julien se rend directement à son box dans un garage souterrain sous la digue. De là il y avait 5 minutes de marche pour arriver aux building. L’appartement se situe au 6ème étage, l’ascenseur est étroit et, mine de rien, Julien se colle contre Christel. Elle m’a avoué avoir aimé ce moment.
Entrés dans l’appartement, nous découvrons une décoration qui nous étonne vu l’âge de Julien. Cuisine américaine ouverte et meubles d’une modernité incroyable. Il nous montre notre chambre et nous dit qu’il nous laisse le temps de ranger nos affaires et de prendre une douche si nous le souhaitons avant d’aller au restaurant où ils nous invitent. Christel décide d’en profiter et, après s’être douchée, revêt une petite jupe courte ainsi qu’un top. Ensuite nous partons manger.
De retour du restaurant et après une petite promenade digestive sur la digue, nous réintégrons l’appartement où Julien nous propose d’ouvrir une bouteille de champagne (il n’était pas de grande qualité) pour fêter notre 1ère venue chez lui. Une bouteille, puis une seconde, puis une troisième, l’atmosphère ambiante devenait joyeuse. Chistel était assise à côté de moi, mais sa jupe courte et ses jambes non-jointes régalait nos hôtes. Moi, histoire de bien les chauffer, je caressais les cuisses de ma femme. D’abord de façon "honnête", puis en m’insinuant sous sa jupe qui remonta et ne cacha bientôt plus rien de son string. Voyant l’état des 2 compères au bord de l’apoplexie, j’ai décidé d’ouvrir les hostilités sexuelles. J’en suis venu à leur demander si c’était dans cet appart qu’ils venaient passer des weekends coquins avec de jeunes prostituées, si ils s’amusaient chaque fois à plusieurs ou si ils préféraient chacun de leur côté. Suite à leurs réponses j’ai continué et, avec un air de défi, leur ai demandé si ils pensaient être à même de faire jouir une femme comme la mienne. Dimitri m’a répondu qu’il n’avait aucun souci physiquement et que Julien savait combler son âge et ses désagréments par toutes sortes de jeux et objets variés. Alors j’ai décidé de pratiquer comme régulièrement lorsque nous rencontrions plusieurs hommes ensemble. Je me suis levé, ai pris Christel par la main et l’ai amenée près de la table de salon. Tout en ne disant rien je l’ai mise nue sous les regards concupiscents des 2 vieux briscards. Seuls ses escarpins l’habillait encore quand je l’ai aidée à monter sur la table. J’ai repris place dans le canapé et me suis exprimé : "Je vous en prie messieurs, amusez-vous avec elle et rendez-la heureuse", "mais je vous demande de ne rien précipiter et de n’utiliser que vos mains et votre bouche durant 10 minutes et en la laissant sur la table", "ensuite tout vous sera permis, je dis bien TOUT".

A suivre la semaine prochaine car absents ce weekend,
Amitié à tous et toutes

1 Commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription