Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Le tout début vers 1988

! Signaler un contenu abusif

Je me trouvais chez un ami, le lendemain d’une fête où nous nous étions couchés fort tard et nous nous prélassions, JM et moi sur un canapé, pendant que ma femme se reposait, allongée sur la moquette devant nous.

Elle était habillée d’une jolie robe courte en tricot qui était largement remontée sur ses cuisses. J’étais fasciné à la vue de sa petite culotte, genre petit bateau, qui lui rentrait dans les fesses. Je savais que mon ami avait la même vision que moi et j’en avais un sentiment confus de jalousie et d’excitation. De plus chaque fois qu’elle bougeait tantôt sur le ventre, tantôt sur le coté ou sur le dos, nous profitions d’un angle de vue différent qui nous montrait soit son adorable petit derrière, soit la forme de sa fente, que l’on devinait sous sa culotte avec quelques poils qui dépassaient.

Un peu plus tard, dans l’après-midi, nous avons décidé d’aller nous rafraîchir dans la piscine, nous nous baignâmes longuement, puis, ma femme s’assit sur le bord de la piscine, les jambes écartées, pendantes dans l’eau. A moment donné, je vis mon ami qui était resté dans l’eau, se mettre entre ses jambes, lui caressant affectueusement les cuisses, avec ses deux mains. Je fus extrêmement troublé par cette scène et je crois que c’est à cette occasion que naquirent en moi, les fantasmes les plus torrides.

Quelques temps plus tard, alors que nous étions tous les deux en voiture, je fis part à ma femme du trouble dans lequel cette journée m’avait mis. Souvent lorsque nous faisons un long trajet, je lui demande de mettre une jupe courte et un string, le plus coquin possible, qu’elle enlève d’ailleurs rapidement et je la caresse pendant que nous roulons, ravi quand à l’occasion, nous sommes surpris par un chauffeur routier que je dépasse ou lorsque, sur une aire de repos elle se penche et expose à la vue de tous son intimité, ou encore mieux lorsque, sans aucune pudeur, elle n’hésite pas à faire un petit besoin naturel, vaguement à l’abri derrière la voiture et combien de fois observée par les gens qui passent à proximité. Elle fait tout cela, bien sûr pour me faire plaisir, mais je suis convaincu qu’elle aussi est souvent très excitée par ces situations.

Donc ce jour là, où je l’informais de l’état dans lequel m’avait mis la petite scène avec notre ami, je la masturbai comme à l’habitude et me rendis compte que mon discours lui faisait beaucoup d’effet, elle mouillait abondamment et écartait encore plus ses cuisses, à tel point qu’il n’était pas possible que les gens que nous dépassions ne puissent pas voir sa chatte, surtout qu’elle n’hésitait pas à se mettre dans des positions des plus audacieuses.

Quelques semaines plus tard, nous nous devions aller chez notre ami et je demandais à ma femme de mettre une jupe très courte et très ample et de mettre un string transparent et un peu large qui ne cachait absolument rien de sa chatte presque intégralement épilée. Peu après confortablement installés, le spectacle commença. Elle nous fit un adorable numéro, croisant, décroisant les jambes, écartant les cuisses, afin que nous ne perdions rien de ce délicieux spectacle. C’était la première fois que ma femme montrait sciemment sa chatte à quelqu’un devant moi. Je me régalais autant de la voir se montrer que du regard de mon ami fixé sur son entrejambe J’étais très excité et bandais comme un taureau, tout le temps que durat cette exhibition. Je suis sûr que mon ami bandait encore plus que moi et que seul chez lui, après notre départ il se branla comme un fou, ses yeux plein de la chatte de ma femme. Quant à moi, à notre retour chez nous, je fis l’amour à ma femme qui avait la chatte inondée par l’excitation que lui avait procurée ce qu’elle venait de faire. En temps ordinaire, c’est déjà une reine de la baise, mais alors ce jour là se fut torride.

Peu à peu je commençais à fantasmer sur ce genre de situation, et ne manquait pas de trouver des prétextes pour recommencer.

Un jour, mon ami nous informa qu’il devait louer un petit avion pour se rendre dans une ville voisine et comme il fallait également que ma femme s’y rende, je lui ai proposé de partir avec lui, espérant qu’il en profiterait pour tenter d’être un peu coquin avec elle. En effet, le soir, à leur retour, lorsque nous sommes allés nous coucher, elle me raconta que pendant le vol il lui avait caressé les cuisses jusqu’à l’entrejambe, frôlant sa chatte glissant ses doigts sous l’élastique du string un peu trop large que je lui avais recommandé de mettre pour l’occasion. Non seulement elle me raconta l’histoire, mais en plus me prenant la main, elle me fit faire ce qu’il lui avait fait. Très excités, nous avons fait l’amour, elle mouillait encore plus que d’habitude.

C’est à partir de ce moment que les choses ont commencé à être plus croustillantes. Notre complice étant seul pendant quelques temps, parce que sa femme prenait de longues vacances, prit l’habitude de venir déjeuner ou dîner régulièrement chez nous. Nous prétextions d’aller regarder un film à la télé dans la chambre pour être installés plus confortablement et nous nous allongions tous les trois sous le drap, elle souvent nue et nous juste avec nos caleçons. Parfois il lui touchait le sexe, mais enlevait brusquement sa main quand il sentait que j’approchais la mienne. Puis petit à petit nos jeux se sont enhardis, nous la caressions en même temps pendant qu’elle posait sa main sur nos sexes. Un jour, il commença à la branler sans aucune gêne et il nous arriva par la suite de la branler tous les deux en même temps chacun un doigt profondément enfoncé dans sa chatte. Je ne pouvais plus m’empêcher de penser que j’adorerais les voir baiser ensemble, je voyais sa queue dans sa chatte, la baisant comme un fou et j’en parlais régulièrement avec ma femme qui commençait également à imaginer à baiser tous les trois ensemble.

Quelques temps plus tard, un dimanche, nous étions partis faire du bateau et nous nous étions mis à poil. Je conduisais le bateau et faisais des signes à ma femme pour qu’elle lui touche la queue devant moi. Elle n’osa pas, mais je voyais la bite de mon pote en semi érection et me plaisais à imaginer qu’elle la prenait dans sa bouche pour le faire bander avant de se l’introduire au plus profond de son ventre. Après nous avions ri parce que JM avait de longs poils sur les couilles et nous avions décidé que le soir, on raserait ensemble la chatte de ma femme en forme de cœur et qu’on se mettrait des tatouages sur nos sexes. On se baigna tous les trois nus et sous l’eau je voyais bien qu’il y avait quelques caresses. Je remontai sur le bateau et JM me demanda mon masque. Je le regardais plonger pour regarder la chatte de F, il nageait derrière elle et regardait son sexe qui s’ouvrait à chaque mouvement de nage. F me raconta qu’il avait mis les doigts dans sa chatte sous l’eau. Le soir venu, à la maison, tout le monde se rappelait de ce qu’on avait dit, mais personne n’osait passer à l’acte. Je pris mon courage à deux mains et dit « mais au fait, on devait raser la foufoune à F ». Et je partis chercher le nécessaire pour passer à l’acte. Elle s’installa confortablement, les jambes très écartées et je lui mis un peu de mousse à raser et entrepris de commencer à la raser. Pour aller dans les recoins peu faciles d’accès avec le rasoir, je fis signe à mon ami de m’aider à tendre la peau pour faciliter le passage du rasoir. Je me souviendrais toujours du délice que me procura ce spectacle, ma femme les cuisses complètement écartées, offrant sa vulve à nos regards pleins de désir, mon ami lui touchant le sexe sous mes yeux, sous prétexte de me faciliter le travail. Pour finir, il lui colla un tatouage sur le renflement prés de ses lèvres et elle lui en colla un sur la queue. C’était la première fois que je la voyais lui toucher la bite. Nous aurions tous les trois eu envie de finir la soirée au lit à baiser ensemble, mais il n’osa pas et partit chez lui. Je suis certain qu’il se fit une super branlette, quant à nous, nous partîmes au lit et avons commencé à faire l’amour. Je bandais dur et elle, elle mouillait tellement que ça lui coulait le long des cuisses. Je revoyais sans cesse le regard de JM sur la chatte de F et ses doigts qui lui touchaient la chatte. En faisant l’amour, on prit la décision de l’appeler et elle lui parla au téléphone pendant que je la baisais.

Le grand moment fut la nuit où F et moi avons vraiment décidé qu’il allait la baiser. Nous nous sommes installés dans une chambre, on s’est tous mis à poil. F s’est allongée, jambes écartées, pour se faire baiser. J’ai tendu une capote à JM, il l’a refusée. Il avait envie, mais il devait avoir peur. F m’a dit devant lui : « Baises-moi ». Je me suis mis sur elle et j’ai commencé à lui faire l’amour devant lui. J’avais terriblement envie qu’il se joigne à nous. Il m’a regardé baiser, puis j’ai arrêté et je suis sorti pour les laisser tous les deux seuls. Je suis allé dans ma chambre et là j ‘imaginais qu’il se décidait, qu’il allait baiser tous les deux et que F revenir et que j’allais glisser mes doigts puis ma queue dans sa chatte pleine de sperme. Longtemps après, elle est revenue, je lui ai demandé s’ils avaient fait l’amour. Elle m’a dit que non, mais qu’il l’avait longuement caressée et léchée, pendant qu’elle lui caressait le sexe. Elle dégoulinait et j’ai recommencé à lui faire l’amour. Puis je lui ai dit : « Rejoins le et fais-lui l’amour ». Elle m’a demandé si je le voulais vraiment et je lui ai répondu de faire comme elle voulait. Elle est restée avec moi et on a baisé. C’était délicieux, mais je regrette de ne pas avoir insisté.

Le lendemain soir on a fait rebelote, Mais là ce fut déjà plus hard. On a commencé à se caresser tous les trois, on a longuement branlé F pendant qu’elle nous masturbait, puis elle a pris ma queue dans sa bouche et a pris la tête de JM et l’a dirigé vers sa foune. Il l’a branlé et sucé longuement. J’étais surexcité. Ca me rendait fou de savoir qu’il lui bouffait la chatte. On a joué longtemps comme çà, puis F s’est tournée et m’a proposé ses fesses. Je l’ai baisée et enculée pendant qu’elle branlait JM. J’ai voulu pousser la tête de F vers la bite de JM pour qu’elle le suce, mais elle a résisté. Il s’est levé et il est parti. Quand j’ai demandé à F pourquoi elle ne m’avait pas laissé lui faire prendre sa queue dans sa bouche pour lui faire une pipe, elle m’a répondu qu’il venait de jouir sur elle et dans sa main pendant qu’elle le branlait. Elle avait du sperme sur la main et sur les cuisses.

Depuis il ne se gêne plus pour venir la branler ou lui bouffer la chatte, même quand je ne suis pas là.

2 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription