Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Le réparateur de volets

! Signaler un contenu abusif

Encore une fois je rentre tard, les filles sont couchées et Martine m’attend pour prendre le repas avec moi.
J’ai vu avec plaisir qu’elle a mit sa petite nuisette, je fais comme si je n’avais rien vu mais je sais bien ce que cela signifie. Elle n’ose jamais me dire quand elle a envie de sexe, mais elle trouve toujours une attention ou un petit geste de tendresse pour me le faire comprendre.
– Ils sont venus réparer le volet cet après midi.
– Ah ! tant mieux, çà faisait un moment…
Depuis dix jours la manivelle était cassée à moitié, et nécessitait des efforts démesurés pour lever et descendre le volet de notre chambre.
Je réalise qu’elle m’a dit cela avec un drôle d’air, me regardant de côté, j’ai l’impression qu’il y un problème.
– Çà ne fonctionne pas ?
– Si… très bien… il m’a fait vérifier…
Je sens bien qu’il y a quelque chose de particulier, et lève les sourcils.
– Tu veux que je te raconte ?
Evidemment que je veux ; je ne réponds pas, repose mon verre et la regarde avec curiosité. Elle avait commencé à débarrasser les couverts et se tient debout à côté pour m’expliquer. Avec sa petite nuisette courte, j’aperçois son sexe frisé appuyé contre le rebord de la table.
– Ils sont venus à trois pour changer la manivelle, et quand le plus difficile a été fait, un seul est resté pour terminer, un tout jeune de notre âge.
– Et alors ? je commence à m’inquiéter, à la façon dont elle me dit çà.
– Au bout d’un moment, il m’a appelée pour venir vérifier. « Voilà », m’a-t-il dit « vous pouvez essayer ».
– Tu as vérifié ?
– Oui… mais tu sais où est la manivelle, tout contre le mur, à la tête de notre lit… je me suis sentie un peu gênée parce qu’il n’y a pas beaucoup de place entre le lit et la fenêtre… et lui m’attendait…
– Tu pouvais lui dire qu’il te laisse la place.
– Je sais … mais je n’ai pas osé… alors je me suis avancée, il m’a tendu la manivelle, et comme le volet était en haut, j’ai commencé à descendre…
J’ai le cœur qui se met à battre plus vite, je pressens qu’il s’est passé quelque chose.
– Comme il était juste contre moi, j’avais un peu de mal à faire fonctionner la manivelle et le volet descendait par à-coups.
– « Je vais vous aider », a-t-il dit.
– Il s’est mit derrière moi, à passé ses bras autour de moi pour m’aider en posant ses mains sur les miennes.
En entendant Martine me dire cela, le cœur battant, je me suis levé et je suis venu derrière elle.
– Comme çà ? je passe mes bras autour d’elle et prends ses mains dans les miennes… je la sens trembler un peu…
– Oui… il descendait lentement le volet pour me monter qu’il coulissait bien… mais je commençais à avoir peur, la chambre devenait de plus en plus sombre à mesure que le volet descendait et je le sentais collé tout contre moi…
– Vous avez fermé complètement ?
– Oui… complètement… j’étais paniquée parce qu’il n’y avait plus de lumière et qu’il me tenait toujours contre lui…
– Tu étais encore en chemise de nuit ?
– Mais non, mon petit chemisier rose et ma jupe plissée.
A cette évocation, je sens que l’irréparable a été fait, qu’il lui a soulevé la jupe et entrainée sur le lit juste derrière.
– Tu l’as fait ! Je suis sur que tu l’as fait !
– Non… je te jure que non… je lui ai dit « merci monsieur » et je me suis dégagée.
– Il n’a pas essayé de retenir ?
– Non, je suis revenu dans l’entrée et il m’a suivi, il est sorti en me disant souhaitant bonne journée.
Je l’ai poussée contre la table et j’ai relevé sa nuisette sur ses reins. Elle a posé ses seins et a tendu ses fesses vers moi… c’est rentré tout seul… je me doute bien qu’elle a été angoissée, mais elle était très conscient de ce qui aurait pu se passer… et son sexe était encore plus conscient qu’elle… elle s’est mise à haleter tout de suite et a glissé sa main vers son sexe… j’étais tellement excité moi aussi que je la prenais à grands coups de reins, et quand j’ai vu son coude bouger à toute vitesse pour une masturbation violente, je me suis laissé aller et je l’ai remplie… l’imaginant en train de se faire prendre sur le lit par le jeune réparateur.

Les jours suivants, je lui ai demandé plusieurs fois s’il s’était passé autre chose, elle m’a toujours dit que non.
A cette époque paraissait des magasines où les couples racontaient leurs exploits, les couples échangistes, les maris qui regardaient leur femme se faire prendre, cachés dans une penderie ou carrément assis dans un fauteuil à côté.
Je lui faisait lire en lui disant en rigolant (était-ce vraiment en rigolant) que j’aimerais la voir faire l’amour devant moi en étant cette fois spectateur au lieu d’être acteur. Elle haussait les épaules en me disant qu’une femme qui aime son mari ne couche pas avec un autre et un mari qui aime sa femme n’a pas envie de la voir faire l’amour avec un autre.
On a comprit plus tard que ce n’est pas si simple que çà.

En plus, ma femme, de peur de me faire souffrir ou ayant peur de mes réactions, me dit la réalité des évènements que beaucoup plus tard, j’ai souvent eu des doutes. Longtemps après, quand elle voulait bien en parler avec plus de facilité, je lui ai demandé, bien sur, s’il ne s’était rien passé ce jour là. Elle m’a dit en riant :
– mais non, rien du tout… j’avais eu peur, mais ensuite, en imaginant que çà aurait pu se faire, il m’arrivait de me masturber toute seule en imaginant la scène… tu vois il n’y a pas que toi qui m’imagine avec un homme, je l’imagine toute seule moi aussi.
La connaissant suffisamment maintenant, je pense qu’elle me l’aurait dit, mais je sais bien qu’il est parfois difficile de se dédire.

Pour ceux qui suivent mes histoires, celle-ci se passe environ 5 ans après « Soirée mouvementée » qui m’avait déjà émotionné mais que j’avais un peu oublié dans un coin de ma mémoire. Il me semble que c’est à partir de ce moment, avec les lectures et cet épisode du réparateur que l’envie du candaulisme (sans en connaître le mot) s’est encrée de plus en plus en moi.

4 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription