Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Le propriétaire

! Signaler un contenu abusif

A l’attention d’Antianara et Axel.

Pourtant tout semblait simple quand nous avons visité cet appartement que nous souhaitions acquérir.

Le propriétaire occupant nous avait reçu aimablement vers vingt heure en nous proposant une coupe de champagne, pour disait-il, favoriser, faciliter la concrétisation de ce projet.Nos impressions étaient largement positives après avoir traversé toutes les pièces de ce logement aux belles prestations.

Installés dans un salon confortable l’homme nous a communiqué les documents administratifs concernés, il s’est montré sympathique et persuasif en vantant les qualités de l’immeuble.Je notais que ma compagne se lassait de ces questions formalistes alors que son attention se portait sur la déco de la pièce. Mon interlocuteur lui, portait la sienne sur les jambes galbées et gainées de mon épouse. Dans ces fauteuils profonds et à force de se tortiller, sa jolie robe noire était remontée largement au dessus de ses genoux et laissait voir la dentelle précieuse de ses bas. Celle de son soutien-gorge sans armatures, flattait sa poitrine abondante par-devers son décolleté généreux.

Les coupes de champagne se succédaient, le vendeur était intarissable sur son argumentaire et ma chérie de plus en plus affalée à côté de moi. La main sur un genou de ma femme, je l’agite de temps en temps pour la tenir éveillée. L’alcool aidant je m’amuse à laisser mes doigts glisser sur sa cuisse jusqu’à découvrir sa peau blanche bien au dessus de ses bas. L’homme en face de moi ne perd pas une miette du spectacle, d’autant que ma dormeuse a largement ouvert l’espace qui sépare ses genoux offrant une vue certaine sur le tulle coordonné de son string.

L’homme faisait un effort pour rester concentré alors que nous abordions la question du prix.
- Je souhaite que vous nous accordiez une minoration conséquente pour nous convaincre tout-à-fait. Lui dis-je.

- Je suis disposé à concéder une remise car je suis pressé.

Après nous être entendu sur un prix rond j’entends mon vendeur me faire une nouvelle proposition :

- Je vous propose une remise complémentaire contre les faveurs de votre charmante épouse.

- Pourquoi pas, si elle accepte je ne m’y opposerai pas.

Je commence par lui retirer son string pour tester sa résistance. Son manque de réaction me pousse à continuer à la déshabiller si bien qu’en quelques minutes ma femme ne porte que ses escarpins et ses bas autofixants devant cet homme encore inconnu il y a deux heures.

Je l’aide à se relever et la dirige devant notre homme toujours assis dans son fauteuil. Il prend son temps et contemple cette jolie femme à la taille fine, aux longues jambes, parfaitement cambrée exhibant une poitrine fière et copieuse.

Puis lentement il s’approche du ventre ma belle qui pose un pied sur l’accoudoir du fauteuil pour exhorter la langue de l’homme à affluer vers son sexe imberbe.
Les jambes disjointes de ma bourgeoise ont séparé ses grandes lèvres, et son clitoris est livré à une léchouille sans pudeur.
Le corps et ma légitime se tend à mesure que son plaisir grandit. Elle force la tête du gars à se plaquer contre son entrejambes pour qu’il occupe mieux son vagin. Bientôt des secousses accompagnées de gémissements révèlent un orgasme fort.

L’homme se lève et se défroque rapidement, bien excité qu’il est, après ce prologue alléchant.

- Putain qu’elle est bonne ! Dit notre bonhomme l’œil brillant.

Il force ma complice complaisante à se pencher sur le dossier du lourd fauteuil et ainsi livrer à notre observation un cul énergique bien rebondi. De ma position je distingue parfaitement son abricot encore suintant de salive.

- Alors ! La putain attend qu’on la monte, mon cher monsieur !

Comme par provocation, ses mains viennent couvrir ses fesses pour bien séparer les deux joues, exposant son petit trou fripé désirable et obsédant. L’homme nu viens se plaquer derrière elle et guide son sexe érigé entre les cuisses de ma vicieuse qui attend d’être saillie. Sa verge se fraye facilement un passage entre les petites lèvres humides et pénètre lentement son conduit vaginal pour le remplir totalement.

Les mains cramponnées aux épaules de ma pouliche il commence à la besogner délicatement d’abord, puis le rythme s’accélère accompagné de borborygmes de satisfactions. A présent de grandes ruades la bousculent au point de repousser à chaque assaut le meuble de cuir et sa passagère.

Un cri libérateur annonce le point culminant de leur plaisir partagé alors que des traînées de sperme et de syprine mélangés ruissellent le long des cuisses encore ouvertes de ma belle qui n’a pas changé de position.

- Vous me permettrez d’assouvir à mon tour l’envie de baiser ma putain qui s’est offerte pour quelques milliers d’euros ?

- Bien-sûr espèce de maquereau !. Me répondit-il en riant.

2 Commentaires

  • De combien la réduc ? -)

  • bonjour mais quelle chance vous avez d’être le mari d’une femme aussi libre de sa chatte ,cela doit être un plaisir de vivre aux cotés d’une femme aussi salope ,je vous envie sans en être jaloux ,j’aimerais vivre avec une femme comme vous avez
    cordialement a vous deux bonne continuation a Madame pour votre plaisir et un peu le notre

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription