Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Le père de nos amis

! Signaler un contenu abusif

Cet été nous sommes partit ma femme Sandrine 43 ans et moi Patrick 52 ans passer quelques jours chez une amie à Aix en Provence. Nous avions rien de prévu et nous l’avons eu au téléphone, elle nous a proposé de venir la voir.

Aline est divorcée et vit dans une grande maison dans la banlieue d’Aix avec son père veuf en retraite. Aline vit à l’étage et son père occupe le RDC. Nous sommes arrivé dans l’après midi sous un soleil radieux.

Nous avons été accueilli par Aline ravie de nous revoir après si longtemps, puis elle nous a présenté à son père. Un homme grand environ 1m85 et costaud style rugbyman d’une centaine de kilos complètement chauve, d’origine espagnole. Cet homme me sert la main énergiquement puis embrasse ma femme sur les deux joues. Nous nous installons sur la terrasse du père pour nous rafraîchir, après la route.

Je vois le regard de José (le père) sur ma femme. Je ne vous ai pas présenté ma femme, Sandrine est brune 1m65 pour 63 kg elle fait une taille 42 c’est vrai qu’elle a de grosses cuisses et de grosses fesses, ses seins font du 90b et son un peu lourd. Ce jour elle portait une robe à mi cuisses avec de fines bretelles donc sans soutien gorge.

Nous restons à discuter et nous rafraîchir un long moment, puis Aline nous propose de déposer nos affaires et d’aller faire un tour à Aix avant le dîner. Pendant cette promenade ma femme, Aline et moi, José était resté préparer le barbecue pour le soir, ma femme disait à Aline que son père était charment elle posait beaucoup de questions sur lui.
A un moment Aline lui a dit :
- " Attention s’est un homme à femmes" en souriant, Sandrine a été gênée.

La conversation a ensuite changée. Nous sommes rentré et nous nous sommes douchés avant de descendre retrouver José pour l’apéritif avant le barbecue. J’étais dans la chambre attendant ma femme en lisant quand elle est sortie de la salle de bain, elle avait enfilé une robe blanche assez courte et decolletée, j’ai vue qu’elle n’avait pas mis de soutien gorge car on voyait ses tétons sombre au travers. Mais je ne lui ai rien dit, on voyait aussi sa culotte blanche en transparence.

En souriant je me suis dit que José allait nous faire une attaque. Nous sommes descendu rejoindre Aline et son père. José a sorti une bouteille de champagne en disant à ma femme :
- " Aline m’a dit que tu aimais le champagne Sandrine " en lui souriant.
Puis se tournant vers moi il m’a dit :
- " toi c’est le wiskhy ".

Comme je savais qu’Aline n’aime pas le champagne, je me suis dit qu’ils allaient la boire à deux et que Sandrine ne tient pas trop l’alcool...
Effectivement la bouteille fut bu à eux deux, au repas Sandrine était un peu pompette et rigolait beaucoup aux blagues un peu graveleuses de José. J’avais pas mal bu aussi et j’étais fatigué par la route.

A une heure du matin Aline proposa d’aller nous coucher, je me suis rapidement couché et Sandrine m’a rejointe aussitôt après et je me suis endormi comme une masse. Je me suis reveillé dans la nuit avec la soif, je cherche à côté la place est vide, Sandrine devait aussi avoir soif, j’enfile un short et me dirige sans bruit vers la cuisine, mais elle est vide.

Je bois deux verres d’eau et sors sur la terrasse, mais la non plus je n’y trouve pas ma femme. Je descend vers la terrasse de José, ma femme n’y est pas mais je vois de la lumière chez José, il ne dort pas, la porte est ouverte, j’entre.

Je vois que la lumière vient du fond du couloir de la chambre de José, je traverse le salon et sur le sol je vois la robe blanche de ma femme abandonnée. Un pincement dans mon ventre, je continu d’avancer pied nu vers cette lumière, la porte est entrouverte.

Je m’approche doucement dans le noir sans faire de bruit. Quand je suis pret de la porte je vois José nu allongé sur son lit et ma femme nue aussi empalée sur José ses mains posées sur sa poitrine poilue. José la regarde en lui tenant les seins à pleine mains.

Je reste là sans rien faire à regarder ma femme monter et descendre sur la bite de José, malgré le peu que je vois, je me rends compte que José a une grosse queue. Ma femme râle de plaisir, elle gémit de s’empaler sur lui.

Elle se penche sur lui sa bouche se pose sur la sienne ils s’embrassent à pleine bouche, ça fait des bruits mouillés. Je suis excité ma bite palpite dans mon short, je la frotte à travers le tissu.

Les mains de José sont allés sur les fesses de Sandrine il lui les claque, elle gémit plus fort disant :
- " Oui ha c’est bon José ".
Quelle salope se taper un mec qui aurait l’âge d’être son père. José donne des coups de reins pour percuter l’utérus de ma femme.
J’ai entendu José dire :
- " Mets toi à 4 pattes Sandrine je veux te baiser en levrette".

J’ai vu ma femme se désempaler et j’ai pu voir la bite de José longue épaisse plus que la mienne avec un gros gland. Elle s’est mise à 4 pattes et il s’est agenouillé derrière elle, il a guidé son gland dans sa chatte et la prise par les hanches pour l’empaler à nouveau. Je n’en pouvais plus j’ai baissé mon short et me suis masturbé devant ce spectacle. Il se déchaînait dans sa chatte, je voyais les seins de Sandrine ballotter sous elle par les coups de reins de José.
Il lui disait :
- "Ha t’es bonne Sandrine j’aime ta chatte tu mouilles cochonne, t’avais envie que je te baise"
Et elle de lui dire :
- "Ho oui José j’aime ta queue baise moi, oui j’ai eu envie de toi dès que je t’ai vu, vas y encore je suis ta salope"
- " ha oui Sandrine t’es une salope, ton mari dort au dessus et tu te fais niquer comme une pute par moi, je vais tout te mettre mon foutre dans ta chatte de salope pour t’engrosser"
Oh le salaud, mais je me branlais encore plus fort. Je le regardais la défoncer à un rythme soutenu, elle ralait, elle allait jouir, puis d’un coup il s’est bloqué au fond de sa chatte en disant :
- "Ah oui tiens salope prend tout mon foutre",
Ils ont jouit ensemble et moi aussi sur le carrelage à mes pieds. J’ai été obligé de déguerpir rapidement car ils se dégageaient et je ne voulais pas être surpris. Je suis remonté me coucher, un quart d’heure après ma femme rentrait dans la chambre sans faire de bruit, je faisait semblant de dormir, elle s’est couché et on s’est endormi.

Le lendemain je me suis réveillé avant elle, je me suis levé pour rejoindre Aline dans la cuisine, Sandrine s’est levée une demi heure plus tard. Aline nous a demandé si nous avions bien dormi car elle avait entendu quelqu’un se lever, j’ai alors dit :
- " Non j’ai dormi d’une traite "
Sandrine a dit :
- "si c’est moi, j’avais soif et j’ai pris l’air " la menteuse.

Puis José est arrivé comme si de rien était embrassant ma femme sur les joues, me serrant la main. J’ai eu l’impression de rougir le revoyant baiser ma femme. Aline a proposé à Sandrine d’aller faire les boutiques à Aix et José m’a proposé d’aller faire un tour dans les alentour à pieds.

Un quart d’heure après nous voila marchant tout les deux dans les chemins et sous bois, je ne faisait que penser à leur partie de baise de la nuit, j’en oubliais parfois de lui répondre. Il me dit :
- " Ça va Patrick, t’as pas l’air dans ton assiette "
Je lui répond :
- " Si si ça va j’apprécie la vue de cette nature"
- "Et ce que tu as vu cette nuit tu as apprécié ? "
- " hein heu de quoi tu parles ? " dis je en me sentant rougir.
- "Quand je baisais ta femme tu as aimé regarder ? sans doute que oui vu le foutre que tu as giclé sur mon carrelage"
Il rigolait je ne savais plus ou me mettre.
- "Elle est bonne ta femme tu sais j’ai aimé la sauter et j’ai envie de recommencer, ça te dérange pas au moins Patrick ? "
J’étais comme un con là ne sachant quoi lui répondre. Il continuait :
- " Tu as vu elle aimait ça et elle aimerait bien recommencer, elle me l’a dit ".

J’étais perdu avec ce mec qui me parlait de ma femme qu’il avait baisé et qui voulait recommencer.
- " C’est vrai Patrick que tu as une plus petite queue que moi ?, c’est ce qu’elle m’a dit "
Putain j’étais humilié, mais il n’y a pas de comparaison entre la sienne et la mienne. Devant moi José baisse son short et exhibe sa queue à demi molle.
- " Fais voir qu’on compare"
- " Ça va pas ! t’es fou !"
- " Allez fais voir "

Je sais pas pourquoi mais je baisse mon short pour lui montrer ma bite.
- " Ah oui elle est plus petite"
Ce salaud me la prend en main, il a pris mes couilles avec et il les malaxe, il me fait mal.
- "Alors Patrick tu me laisseras baiser encore Sandrine ? "
- " Oui oui tu la baiseras quand tu veux mais arrête tu me fais mal "
Il lâche ma bite pour prendre ma main et la poser sur sa bite qui s’est raidi, il l’entoure avec mes doigts et fait des mouvements de va et viens.
- " Branle moi Patrick, caresse la bite qui a baisé ta femme "

Docilement je me suis mis à branler José, sa bite grossissait dans ma main. Il a appuyé sur mes épaules pour me faire agenouiller devant lui puis il a prit sa bite pour la frotter sur mes lèvres.
- " Suce Patrick j’ai envie de ta bouche"
Il me l’a enfoncé, je me suis mis à le sucer j’en avais envie je lui malaxais les couilles, en quelques minutes il jouissait dans ma bouche en râlant et j’avalais tout.
- "Putain tu suces bien mec" dit il en remontant son short.
En rentrant il m’a dit :
- "Ce soir tu fais comme si t’étais bourré et tu vas te coucher tôt".

Le soir après l’apéro et le repas, j’ai dit que j’étais fatigué et que j’allais dormir. Aline a dit qu’elle n’allait pas tarder non plus, bien sur ni Sandrine, ni José n’ont dit qu’ils étaient fatigué. J’étais dans mon lit quelques minutes après j’ai entendu Aline aller se coucher. Sandrine n’est venu se couche que trois heures plus tard sans faire de bruit pour ne pas me réveiller, à coté de moi je sentais son corps chaud....

La salope, en l’attendant je m’étais branlé deux fois, en l’imaginant avec José. Il nous restait un jour ici avant de repartir, car Aline devait partir pour une exposition. Je me suis levé tôt le lendemain je suis sorti sur la terrasse en bas il y avait José qui buvait son café, il m’a dit de venir le boire avec lui, je suis descendu.

Il m’a demandé si j’avais bien dormi et pourquoi je n’étais pas venu le voir baiser Sandrine il avait laissé la porte ouverte exprès, il m’a demandé si je m’étais branlé en attendant, je lui ai dit oui. Il rigolait en demandant :
- " Ça te plait d’être cocu ? ça t’excite on dirait si tu ne dis rien et que tu te branles en attendant"
J’avais honte mais il avait raison ça m’excitait qu’il baise ma femme. Il a baissé son short en sortant sa queue
- " Je me suis pas douché depuis que j’ai baisé ta salope, viens me nettoyer la queue avec ta langue en plus je l’ai enculée".
Je le regardais ébahi sans bouger.
- "Allez dépêche toi avant qu’elle se lève".

Je me suis agenouillé devant lui et j’ai léché sa bite qui s’est mise à gonfler, j’ai pris son gland je l’ai sucé puis enfourné toute sa bite en quelques minutes il éjaculait dans ma bouche et j’avalais son foutre. Aussitôt après je suis parti me doucher. J’étais honteux, sous la douche je repensais à tout ça, je me suis encore branlé et j’ai jouis rapidement.

Quand je suis sorti, ma femme et Aline étaient levées et prenaient leur déjeuner avec José. J’ai attendu un long moment avant de les rejoindre. Le midi à table José nous a proposé de rester en vacances là, même si Aline n’était pas là, que nous avions rien de prévu d’autre et qu’il y avait de la place. Aline a dit que c’était une bonne idée, qu’elle nous laissait sa maison.

J’ai dit qu’on ne voulait pas déranger, deux jours c’était déjà bien, mais Sandrine et Aline ont dit que si il fallait qu’on reste. José me regardait avec un petit sourire vicieux. Je n’ai pu qu’accepter. Cet après midi là José est parti voir des copains à lui, le soir il a appelé sa fille pour dire qu’il ne dînerait pas avec nous et rentrerait tard dans la nuit, qu’il embrassait sa fille et qu’il prendrait soin de nous pendant son absence.

Quand Aline nous a dit ça, Sandrine a eu l’air contrariée, dès la fin du repas, elle est allé se coucher disant qu’elle était fatigué. Quand je suis allé la rejoindre plus elle dormait ou faisait semblant.

Le lendemain je me suis levé en entendant Aline sortir de sa chambre Sandrine n’a pas bougée. Nous avons déjeuner tout les deux, la voiture de José était là.
Aline m’a dit :
- " Patrick fais attention à Sandrine, j’ai vu que mon père lui tournait autour et tu sais ça le gênera pas de s’occuper d’elle même si tu es là."
J’ai rougis en baissant la tête. Elle m’a dit :
- " Non il l’a déjà fait ? "
je ne répondais rien. Et elle de continuer :
- " Le salaud, il peut pas s’empêcher dès qu’il voit une femme qui lui plaît, tu es sur de vouloir quand même rester ? "
Je lui ai dit :
- " Oui on va rester, Sandrine en a envie"
Elle m’a regardé en souriant.
- " Comme tu veux si ça te plaît que Sandrine couche avec mon père c’est toi qui voit, mais sache que si c’est déjà fait, il ne va pas se gêner avec elle, même devant toi et tu ne pourras rien dire, car il risque de se fâcher....bon je vais être en retard il faut que j’y aille, tu peux porter mon sac à ma voiture ? "

Je me suis levé j’ai pris son sac et l’ai suivi à sa voiture en bas de la maison. Elle a ouvert le coffre pour que j’y dépose son sac. Elle s’est approche de moi pour me dire au revoir, puis elle m’a enlacé en posant ses lèvres sur les miennes enfonçant sa langue dans ma bouche. J’étais surpris mais je la laissais faire.
- " Tu vas être cocu Patrick, mais j’ai l’impression que ça te plaît, amusez vous bien en mon absence, quand j’aurai le temps je t’appellerai, tu me raconteras"
En disant cela elle me caressait la braguette.
- "Quand je reviendrai on s’amusera tout les quatre"
Puis elle est monté dans sa voiture et est partie, me laissant comme un con. Quand je suis remonté sur la terrasse José était là.
- " Alors ça y’est Aline est partie ? et Sandrine est ou ? "
- "Oui José Aline vient de partir et Sandrine est encore couchée"
- "Bon ben toi tu restes là, je vais aller la réveiller, attend un peu je laisserai la porte ouverte" me dit il en souriant.

Je me suis assis à la table alors que José montait à l’étage. J’ai bu un café en attendant, puis je me suis levé pour aller voir ce qu’il se passait à l’étage, effectivement il avait laissé la porte ouverte, je me suis approche, José était allongé nu sur le lit, Sandrine nue elle aussi le suçait.
- " Hum elle est bonne ta bouche Sandrine vas y suce moi, tu l’aimes ma bite cochonne "
- " Oui José j’aime ta bite elle est grosse elle bande bien"
Moi je regardais ma femme sucer José. Il m’a vu et m’a sourit, j’étais gêné mais je ne bougeais pas, les regardant faire.
- " Viens t’empaler sur ma bite salope"
J’ai vu ma femme monter sur José attraper sa queue et la guider entre ses cuisses et s’empaler en râlant. Je n’en pouvais plus j’ai baissé mon short et me suis masturbé. José me regardait faire en souriant.

Sandrine montait et descendait sur la bite de José, il lui pinçait les tétons, elle couinait
- " Aie José doucement tu me fais mal "
- " Tais toi salope, t’es à moi je fais ce que je veux avec toi c’est compris salope "
- " Heu oui José je suis ta salope tu peux faire ce que tu veux de moi "
- " Je vais te baiser devant ton cocu ma salope "
- " Oh non José pas ça je veux pas il serait fâché"
Il rigolait
- " Mais il est train de nous regarder baiser ton cocu en branlant sa petite bite "

Sandrine a tourné la tête et ma vue la bite à la main. Elle a essayée de se dégager mais il la retenue.
- "Continue salope il aime ça ! "
Sandrine a reprit sa baise
- " Viens là cocu approche viens voir comme ta salope aime ma bite "
Je me suis approché d’eux ma bite a la main.
- " Je vais avoir deux salopes à ma disposition durant cette semaine, je vais bien m’éclater avec vous deux"

Il a fait allonger Sandrine sur le dos, posant ses mollets sur ses épaules pour l’enfiler et il l’a prise violemment, la tenant par les cuisses, les seins de Sandrine ballottaient, elle gémissait.
- " Ah putain cocu elle est bonne ta femme elle va me vider les couilles aaaaah "
Il jouissait dans la chatte de ma femme, je giclais sur le lit honteux.

Voila nous avons passé une semaine avec José qui a changé notre couple, je vous raconterais si vous le souhaitez, ainsi que le retour d’Aline le vendredi soir.

6 Commentaires

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription