Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Le pêcheur, suite.

! Signaler un contenu abusif

Le jeudi arriva et il restait 2 heures avant mon RDV. Je frétillais comme un poisson (j’aime bien cette métaphore pour cette sensation ressentie à ce moment-là).
J’avais envie d’être joueuse, mon amant d’un après-midi étant pêcheur j’ai mis une petite culotte en résille achetée en Allemagne. Cerise sur le gâteau, j’ai demandé à André de me prêter un de ses bouchons que je placerais telle une boule de geisha.
Presque temps de partir, petite vaporisation de parfum et bisou à mon homme qui tint à s’assurer que le bouchon était bien installé (juste il avait envie de me toucher le coquin !).
Arrivée devant l’hôtel je me suis garée sur le parking et ai constaté que mon amant m’y attendait déjà.
Il s’était fait tout beau, rien à voir avec sa tenue du mardi.
Petit bisou sur les lèvres puis nous sommes entrés. Paiement puis montée des escaliers pour gagner votre chambre.
Oups, à peine 3 marches escaladées que la main d’Albert me caressait les fesses. Il faut dire que cela ne lui était pas difficile, ma jupe toute courte lui offrant un spectacle auquel il n’a su résister.
Chambre convenable comprenant une grande baignoire à bulles, une petite pièce pour se laver et un grand lit, je la connais car je m’y suis déjà "amusée" quelques fois. Juste je me demande si c’est exprès que le voile à la fenêtre soit si fin et s’envole au gré du vent lorsque la fenêtre est entrouverte ? Les voisins d’en face doivent souvent profiter d’une belle vue.
Directement entrés que Albert s’est littéralement jeté sur moi, si j’étais excitée lui l’était encore plus !
Moins de trente secondes et, alors qu’il m’embrassait, il a trouvé le bouchon. Nous en avons bien ri et il s’est dit ravi de cette attention.
C’est lui qui m’a déshabillée en prenant tout son temps et en me couvrant de baisers. Il m’a demandé de m’allonger en "X" sur le lit pendant qu’il retirait ses habits. Alors qu’il était en slip je me suis aperçue de l’énorme bosse et du gland qui en sortait. Mmm, je lui faisais beaucoup d’effets et j’allais certainement en avoir la récompense !
Quand je l’ai vu retirer la ceinture de ses passants j’en ai déduit qu’il voulait certainement s’en servir sur mon fessier. N’étant pas hostile, bien loin de là mais avec des limites, je me suis directement retournée en lui disant que quand je dirais "stop" il faudrait qu’il arrête.
D’abord il a commencé en faisant glisser la ceinture sur moi, puis de légers coups ont débutés. De légers c’est devenu plus appuyé, j’avais les yeux clos et je m’imaginais être soumise à la torture par un soldat allemand. Le plaisir fut si intense que la douleur était remplacée par du bonheur. Je l’ai tellement laissé faire que j’en ai été marquée plus de 15 jours !
Après mon "stop" il a voulu directement me sodomiser, mais je lui ai demandé d’attendre un peu, que c’était trop vite. Je l’ai invité à s’allonger et je suis descendue entre ses jambes. Son pénis sentait très bon, il devait sortir du bain juste avant. Là je me suis appliquée, j’aime pratiquer la fellation et je suis heureuse quand mon partenaire exprime son plaisir à ce moment-là.
J’ai entrepris des caresses comme je sais que vous aimez messieurs, la tige, le gland, les testicules, ... Puis ma bouche est allée à la rencontre de l’objet de toutes mes convoitises.
Petits baisers délicats, pointe de langue sur le gland où elle s’inséra quelque peu. Et ma botte secrète, frottement de mes dents d’avant en arrière qui produisirent l’effet escompté, celui d’entendre Albert me crier de continueeeeeeeeeeer.
Je pense qu’il n’oubliera jamais cette fellation, il m’a avoué n’avoir jamais été sucé de si belle manière.
Alors qu’il me prenait en levrette, mon portable s’est mis à retentir, c’était André qui voulait s’assurer que tout allait bien.
Pour sûr que ça allait bien, Albert mettait toute sa fougue et j’étais pleine de lui. J’ai gardé le portable près de ma bouche durant de nombreuses secondes, André pouvait entendre tout le plaisir que j’avais à ce moment.
Nous dûmes arrêter plusieurs fois car Albert avait des soucis avec ses préservatifs. Bien que doté d’un sexe très honorable, ses préservatifs étaient malgré tout un peu grand pour lui.
Il se pencha un peu et me chuchota à l’oreille qu’il voulait vraiment me "prendre par derrière" (c’est ainsi qu’il le demanda, lol). Comment lui refuser un plaisir qui allait être partagé ?
Après avoir garni son pénis d’un nouveau préservatif il entra précautionneusement dans ce lieu qu’il semble affectionner tout particulièrement.
C’était bon, extrêmement agréable, jusqu’à ce qu’il se déchaîne et que ses coups de reins me provoquent une grande douleur. C’était le résultat de l’état de mon fessier devenu hyper sensible suite aux coups donnés avec sa ceinture. J’ai dû lui demander de cesser.
Un peu contrit il s’excusa de s’être laissé emporté un peu plus tôt et se retira avant de s’allonger.
Franchement, il me devenait difficile dans toutes les positions. Alors je suis retournée flatter son pénis qui ne cria pas au scandale. Quelques minutes plus tard je reçus toute sa reconnaissance liquide en bouche. Comme toujours j’ai pris le temps avant de l’avaler, j’aime m’en délecter les papilles.
Difficile fut le retour chez moi, souvent je dû me soulever du siège tout en roulant.
André m’a soulagée durant plusieurs jours grâce à une crème apaisante, mais maintenant je ne laisse plus ma passion prendre le pas sur la raison.

Belle journée (ou soirée) à vous, je vous fais plein de bisous
Christel

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription