Accueil > Témoigner le candaulisme >Histoires candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Le papa de notre ex-voisin

! Signaler un contenu abusif

Auparavant nous habitions dans une maison située sur les hauteurs de Grivegnée (petite commune appartenant à la ville de Liège). Nous y avons résidé de nombreuses années et tissé de sympathiques liens avec moult voisins, surtout ceux d’à côté.
Pour des raisons de confidentialité envers eux, nous changerons tous les prénoms, excepté les nôtres.
Nous les appellerons donc Daniel et Nicole et le papa Marcel.

Comme écrit plus haut, une amitié très forte avec eux c’était créée. Nous allions l’un chez l’autre, participions à diverses activités ensemble (Daniel, Nicole, Christel et moi), et en été c’était BBQ presque 2 fois par semaine.
Souvent le papa (veuf) de Daniel était présent pour les BBQ ou quand nous passions des soirées (sages, je le précise) chez eux.
Je ne vais pas vous cacher que bien souvent Christel remarquait l’indiscrétion intime dont elle était l’objet de la part de Marcel. Que ce soit quand elle était assise dans le canapé ou lorsqu’en été elle était en maillot dans le jardin et que Marcel venait rendre visite à son fils. A plusieurs reprises elle me l’avait signalé, mais nous trouvions normal que cet homme, veuf et seul, soit attiré par la vue d’une jeune femme court ou peu vêtue. Quel mal y avait-il à cela ?
Et l’un comme l’autre, vu nos idées extrêmement larges, y prenions même un certain plaisir. Mais jamais au grand jamais nous n’aurions imaginé ce qui arriva.
Dans la famille, ma chérie est surnommée "la fée aux doigts d’or". Non pas pour ce que vous vous imaginez, nos familles ne sont pas au courant, mais pour ses talents en pâtisserie et en couture.

Un après-midi, alors que je me trouvais chez Daniel, Marcel est arrivé fier des achats qu’il venait d’effectuer. Quelques chemises, une veste et deux pantalons. Après avoir montré le tout il demanda à Nicole si elle pouvait lui mettre ses pantalons à longueur car 6 bons centimètres de tissu s’écrasaient sur ses chaussures dit-il. Nicole lui répondit que "oui", mais ajouta qu’elle ne garantissait pas que ce serait parfait car elle était une piètre couturière.
Emporté par mon grand coeur (si si), j’ai dit que Christel serait ravie de pouvoir lui rendre ce service, que je le lui demanderais quand elle rentrerait.
Ce que je fis et qu’elle accepta directement.
J’ai téléphoné à Marcel en lui proposant de venir avec ses pantalons, que Christel allait les mettre à mesure puis ferait la couture. Malheureusement (quoique) il ne savait venir à ce moment, occupé à tondre sa pelouse. Et rdv fut pris pour 2 jours plus tard chez lui.
Le mercredi, Christel se rendit donc chez lui pour y exercer ses talents de petites mains.
Je vous jure que rien, aucune idée coquine ne nous avait traversé l’esprit. Mais toujours est-il que comme presque toujours elle était habillée sexy. Rien d’outrancier, juste un short qui moulait son petit derrière et un tee-shirt de saison (nous étions en été, quoi de plus normal ?).

Quand elle est arrivée chez Marcel ils ont papoté quelques instants en se désaltérant. Puis il est allé dans sa chambre pour se vêtir du premier pantalon à raccourcir. Il est revenu au salon en portant le second sur le bras, pantalon qu’il déposa sur le dossier d’une chaise.
Christel s’agenouilla devant lui et, à l’aide de petites aiguilles, se mit à l’ouvrage.
Pendant qu’elle était occupée à faire l’ourlet et l’épingler, Marcel lui parla avec ferveur en lui disant qu’il y avait bien bien longtemps qu’une jeune femme ne s’était prosternée devant lui. Il lui disait cela sur le ton de la plaisanterie, mais Christel entendait des trémolos dans sa voix. Elle n’y prit pas plus attention et continua son travail.
Quand elle eut terminé le premier elle lui proposa d’aller mettre le second afin de procéder à sa mise en longueur également.
Mais contrairement à ce qu’elle croyait, ce n’est pas dans la chambre qu’il alla le faire, mais là devant elle. Il retira son pantalon et se trouva en slip dans la pièce.
Et là il eut un mot d’humour un peu ... bof bof.
"Mon slip n’est pas aussi seyant que ton short, il me colle moins à la peau".
Christel s’est mise à rire, pas pour la phrase en elle-même, mais pour sa balourdise.
Et, évidemment, son regard se porta sur le slip de Marcel.
Si il ne lui "collait" pas à la peau, une bosse de belle qualité en tendait le tissu sur le devant.
Amusée, elle donna une petite tape sur la proéminence en lui disant : "Marcel, veux-tu bien te tenir tranquille". Mais sa manière de le dire n’était pas sévère, bien au contraire, et cela dû rassurer Marcel qui ne s’arrêta pas en si bon chemin.
Il pivota légèrement et, s’emparant du tissu arrière de son slip, lui montra le flottement que celui-ci faisait. Puis il vint près de Christel et posa une main sur ses fesses en faisant mine de vouloir montrer que son short lui épousait ses formes.
Christel le regarda droit dans les yeux et ne bougea pas. Voyant son attitude, Marcel s’est enhardi. Sa main, d’abord posée et immobile, se mit à parcourir l’ensemble du cul de Christel.
Elle ne savait que dire ou que faire, partagée entre un désir soudain de sexe et le souci qu’il s’agissait du papa de Daniel.
Et, pendant que mille questions lui traversaient l’esprit, Marcel entreprit d’autres caresses bien plus hardies. Sa main s’était introduite dans le short pour y profiter de la douce peau du fessier. Christel, toujours sans véritable réaction, devait donner l’impression d’être consentante et Marcel engouffra sa deuxième main dans le short. Mais celle-ci sur le devant, jusqu’à aller titiller le clitoris.
Christel émit un petit cri car Marcel avait la main un peu froide. Il prit ça pour un cri de refus et retira précipitamment ses 2 mains.
Mais non, elle ne refusait pas, elle en voulait même plus maintenant.
Elle se colla à lui et lui offrit sa bouche. Leurs langues se mêlèrent et un long baiser fut échangé. Ce fut à son tour à elle de jouer à la curieuse et elle alla chercher la queue de Marcel pour faire sa connaissance. Il avait un bel objet, de dimension très honnête et d’une raideur qui démontrait toute sa vigueur.
Elle quitta sa bouche et, debout devant Marcel, le poussa légèrement afin qu’il s’asseye sur la chaise située juste derrière lui. Il était ainsi et elle s’agenouilla. Il était en érection, le slip sous ses testicules. Délicatement et tout en laissant ses ongles frotter sur la peau, elle le fit descendre puis le lui retira.
Elle aime jouer avec un gland et ses doigts se mirent à frôler celui de Marcel. Le frôler, le toucher presque imperceptiblement, l’enserrer de plus en plus, jouer avec son prépuce.
Il prononçait quelques mots crus, mais sans grossièreté : "putain que c’est bon, tu as des mains de salope, ..."
Puis elle n’y tint plus et s’adonna à un de ses plus grands plaisirs, elle le prit en bouche pour le déguster avec rage entrecoupée de douceur.
C’était trop fort, trop bon, tous ses sens de suceuse extrêmement gourmande l’empêchaient de s’arrêter. Et ce qui devait arriver ne tarda point. Marcel se cambra et de grands jets de foutre vinrent remplir la bouche de ma coquine qui s’en régala par petites gorgées.
Marcel s’excusa, mais elle lui fit "non" de sa main et accompagna son geste de borborygmes qui voulaient le rassurer. Après s’être bien repue de ce nectar qu’elle apprécie au plus haut point, et ce jusqu’à la dernière petite goutte, elle se redressa et lui donna un baiser avant de lui dire : "non, ne t’excuse pas, j’ai vraiment aimé ce moment".
Il lui a répondu que c’était gentil, mais qu’il aurait aimé lui faire l’amour. Mais que il n’y arriverait plus car son âge ne lui permettait plus une seconde faveur dans l’immédiat.
Et c’est alors qu’ils ont convenu de remettre ça au dimanche, jour où elle lui ramènerait ses pantalons. Elle lui a précisé que il s’agirait de baiser, pas de faire l’amour car cela est uniquement avec moi (merci ma chérie, je t’aime).

Cela, je vous le raconterais prochainement. J’ai besoin que Christel m’en re-raconte tous les détails.

Je tiens à vous signaler que nous allons être un tout petit peu moins présents sur le site. Les beaux jours étant là nous "touristons" beaucoup dans notre belle région avant de partir en vacances. Moins présents, mais pas totalement absents. Et notre après-midi à Belle-Île Liège aura bien lieu.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription