Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Le déclic

! Signaler un contenu abusif

Bonjour tous.
Je m’en vais moi aussi vous conter ce qui nous a fait basculer vers le candaulisme puisque ce forum permet d’en parler sans jugement.

Quand j’avais 20/25 ans, je suis devenu le complice d’un couple d’une quarantaine d’années, l’histoire a duré 2 ans, et je suis devenu l’amant régulier de cette femme belle à en crever, mère de 2 enfants.

Son mari était une relation de boulot avec en plus un rapport hiérarchique. Pas directement mon supérieur mais pas loin. Ça s’est fait un soir durant lequel il m’avait invité prendre un verre. Elle nous a rejoint au salon vêtue très courte, me faisait de l’œil, s’est assise à côté de moi et a glissé ma main entre ses cuisses a un moment ou lui est parti chercher une autre bouteille au frigo.

J’étais terriblement embarrassé de cette situation, plus embarrassé qu’excité d’ailleurs car je pouvais perdre mon boulot pour ce genre d’écart. Je ne comprenais pas et ignorais tout de ce fantasme. Le mien, oui, pouvoir chevaucher cette femme de 20 ans mon ainée m’excitait mais je ne soupçonnais pas que son mari puisse y trouver plaisir.

Et puis il est revenu, m’a regardé et m’a lâché "Elle te plaît Isa" ?

Difficile de dire oui ou non, dans un cas comme dans l’autre, ça pouvait lui déplaire.
J’ai répondu évasivement que c’était une très jolie femme et il m’a rétorqué "Sers-toi, elle est à toi pour la soirée".

Quand on a une petite 20aine d’années, qu’on se retrouve chez son boss (ou presque) et qu’on entend ça, ça ne vous met pas en érection de suite, d’autant plus qu’elle avait couché ses enfants 1/4h avant et qu’ils pouvaient redescendre à tout moment. J’aurais voulu disparaître et c’est elle qui rapidement est venue à califourchon sur moi pendant qu’il sortait son appareil photo, les choses se sont faites et au fur et à mesure du temps, je suis devenu l’étalon qu’on appelle quand madame avait envie. Ça me plaisait mais je ne vous raconte ça que pour arriver à ce qui suit.

Je n’ai à l’époque jamais compris la philosophie de cette relation. Pour moi, c’était un homme qui devait avoir des problèmes d’érection, un impuissant qui cherchait à ce que sa femme ne s’ennuie pas avec lui et moi, comme on dit vulgairement, j’avais un sérieux plan cul.

J’ai compris bien des années après le plaisir qu’il en tirait et que je m’étais totalement fourvoyé sur mes idées.

Le temps est passé, je me suis marié, j’ai connu les expériences échangistes, les clubs, les soirées organisées avec ma femme jusqu’au jour où je me suis aperçu que je prenais plus de plaisir à la voir prise par d’autres hommes qu’en prenant moi-même d’autres femmes. Je n’ai rien dit, pour moi, ce n’était pas normal, j’avais forcément un problème psychologique, j’ai même pensé à consulter.

Mon "problème" n’a fait que grandir au point que je ne participais plus aux divers gang-bangs que nous organisions, je suis devenu spectateur. C’est elle qui m’en a parlé car elle l’a vite remarqué, ça a été compliqué d’aborder le sujet et de lui faire comprendre que de me sentir cocu m’excitait, croyez-moi, ce n’est pas facile. Alors on a parlé de plans excitants, d’amants d’un soir, de surprises... "Et si un jour je t’organisais ça, ça te plairait ?" etc... sans vraiment y croire.

Pas si facile que ça de ne pas passer pour un déséquilibré pervers en abordant ce sujet et il faut bien choisir ses mots pour ne pas que tout bascule.

Jusqu’au jour où le facteur chance est arrivé à point nommé, quelque chose qui ne doit se produire que dans les romans SAS mais c’est bien ce qui nous est arrivé et nous a fait franchir le pas.

Nous venions d’avoir une de ces innombrables discussions sur la liberté sexuelle la veille et je devais me rendre chez un particulier pour un achat d’un ampli d’occasion dans la soirée, ensuite on devait se faire un petit resto.

Le bonhomme habitait un quartier sans une place de parking de disponible, il caillait, c’était en hiver et ma femme était en jupe et hauts talons comme à son habitude.

Nous nous sommes garés à pas loin de 300m, nous sommes rendus chez le vendeur en question qui habitait un appartement. Je m’attendais à ce qu’il descende avec l’ampli, le payer et filer au resto mais il nous a donné l’étage au parlophone et nous sommes montés. Je me souviens bien qu’elle râlait à cause du froid et de ses talons.

Une fois dans l’appart’, l’homme était quelconque, pas vraiment le style de ma femme, bien sous tout rapport, un peu maigrichon, rien de bizarre, un type normal. Il me montre l’ampli qui ne correspondait pas totalement au modèle qui était évoqué sur l’annonce. A l’époque, il n’y avait pas les tablettes et smartphones comme aujourd’hui, mais j’avais les docs techniques à la voiture. Vous devinez la suite ? Et vous devinez bien.

Pas question pour ma femme de se retaper un aller/retour par ce froid en talons, j’en ai pour quelques minutes, je file chercher les docs et je reviens.
Je re-sonne à l’interphone, énervé et dans mes souvenirs, j’ai du attendre 1 ou 2 minutes avant qu’il ne réponde.

Je n’avais absolument pas la tête à penser au sexe, je suis monté, tout était normal, elle buvait un verre d’eau. L’ampli ne correspondait pas à ce que je voulais et nous sommes partis. Je pestais dans l’escalier d’avoir perdu mon temps et m’excusais auprès d’elle qui restait silencieuse. Je m’attendais à une soupe de grimace au resto et j’étais furieux.

Elle est restée silencieuse jusque dans la voiture et m’a lancé avec un sourire "Sympa ton plan". Je n’ai pas réalisé et me suis encore excusé arguant que je ne pouvais pas savoir que ce type avait publié une annonce qui ne correspondait pas.

3 bonnes minutes se sont écoulées avant qu’elle ne me dise "Tu me fais marcher là ?". Je ne comprenais toujours pas. De son côté j’ai senti un malaise bizarre, nous nous sommes garés pas loin du resto et je me souviens lui avoir dit que je préférais qu’on ne s’engueule pas pour si peu. Et c’est là qu’elle m’a annoncé un truc du genre "Non mais sérieusement, c’était organisé ou pas ?"

Comme nous avions abordé ces sujets sexuels peu avant, ma chère femme a simplement cru qu’il s’agissait d’un plan vicieux et a offert toute son intimité à mon vendeur foireux.
Je ne l’ai pas crue, c’était impossible, je ne la sentais pas capable de ça, et il ne correspondait pas du tout au profil d’un dragueur jusqu’à ce qu’elle me montre les traces de coulures sur ses bas et une mèche de cheveux collés. Je suis devenu dingue, tout s’est mélangé, je voulais y retourner pour lui exploser la figure, incendier son appartement, j’en étais malade mais en même temps, j’avais une vilaine érection de laquelle j’avais honte.

On n’a pas mis les pieds au resto, elle était inquiète, moi bouillant et nous sommes rentrés. Elle a souhaité qu’on en parle et je lui ai dit que je préférais attendre le lendemain, histoire que l’émotion retombe, je lui ai ordonné de se déshabiller, c’était étrange, presque comme une envie de viol, une punition, quelque chose que je ne sais pas décrire.

Il ne lui a pas fallu longtemps pour comprendre qu’elle venait de toucher un point inconnu qui a fait exploser ma libido. Je suis presque certain qu’elle s’est documentée sur le candaulisme, car elle est devenue très dominante rapidement et m’a généreusement offert son entre-jambe en face-sitting.
Le coup du face-sitting à la suite d’un rapport extra-conjugal est un classique mais n’est pas naturel pour quelqu’un qui ne connaît pas cette philosophie.

On en a reparlé le lendemain, il n’y avait plus aucune gêne pour lui dire que j’avais aimé car je le lui ai montré toute la nuit, elle m’a confié qu’elle avait adoré ça et encore plus en sachant l’état dans lequel je suis rentré.

Depuis, j’ai droit à quelques surprises, des absences de 10 minutes quand on sort quelque-part, des vidéos qu’elle m’envoie sans que je ne m’y attende et de mon côté, j’aime élaborer des plans avec des inconnus dans la combine.

Quand j’y pense, on a un épanouissement rêvé grâce à un salaud qui ne sait même pas qu’il a contribué à une harmonie entre nous. Et surtout, ça m’a rappelé ces souvenirs de ma post-adolescence avec une vision totalement différente des choses.

Si j’avais compris à l’époque, j’aurais sans doute adopté un autre comportement plus dominant sur le mari d’Isabelle, mais je n’ai aucun regret, c’est peut-être lui qui m’a sans le vouloir amené à ce que je suis devenu sexuellement.

J’adore ma vie d’aujourd’hui, je crains seulement qu’un jour je veuille encore plus, que le candaulisme ne me suffise plus et je ne vois pas vraiment ce qu’il peut y avoir au delà.

Stan.

4 Commentaires

  • Oui, belle expérience qui me fait repenser à la mienne où le jeune et très timide joueur de foot que j’étais s’est vu offrir la femme de son président.
    Merci

  • Belle expérience ! Vous êtes d’où ?

  • C’est un super témoignage ! C’est vrai que jeune on passe à côté de certaines expériences… mais j’avoue, en tant que complice, que c’est un monde fascinant que j’explore avec délices !

  • Belle expérience
    Je serai ravi de rencontrer madame

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription