Accueil > Témoigner le candaulisme >Questions à la communauté >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Le cocu a t-il un avenir au sein du couple ?

! Signaler un contenu abusif

Je fais suite à un post que j’ai publié à l’attention d’un membre nommé "hasard" mais le sujet peut évidemment intéresser tout le monde...
Je tente d’être hônnete avec moi même : si je suis sur ce site c’est que l’idée du candaulisme me plait mais qu’en est-il à long terme ?
Messieurs expérimentés, j’aimerais donc avoir votre avis !
Lorsque vous pratiquez le candaulisme, vous vous positionnez sur un registre de soumission. Vous donnez la possibilité à votre femme de prendre le contrôle total de la relation sexuelle, soit. Mais en choisissant ce mode, il y a certainement des conséquences psycholgiques qui viennent se greffer sur le couple. Petit à petit, votre nouvelle condition vous engage naturellement à une soumission générale. De ce fait, dans votre vie quotidienne, vous devenez moins entreprenant, moins actif, votre image virile s’effrite, cette image qui vous avait permis autrefois de séduire madame...
Eh oui, car même si nous sommes devenus des primates élaborés, le choix des dames continue de s’effectuer via le même canal : le besoin d’être protégée, sécurisée, conuite, guidée....voire dirigée ! Alors, avec une image de candauliste, comment la relation peut-elle perdurer ?
Mon intuition m’inviterait à pratiquer davantage le candaulisme avec une maitresse plutôt qu’avec une épouse. De cette façon, si la dame se lasse, elle vous quitte mais cela ne remet pas en cause toute une vie familiale (enfants, etc...). Dans le cadre d’une pratique avec sa femme, le facteur risque me paraissant très important, je me demande si les candaulistes ne sont pas non plus des joueurs de poker qui s’ignorent...
Messieurs, j’admire votre engagement, mais franchement, le jeu en vaut-il la chandelle ?

13 Commentaires

  • Bonjour,
    il y a , je crois, plusieurs candaulismes.
    Pour notre couple le candaulisme (il semblerait que dans notre cas il s’agit de cuckolding) est le symbole de la liberté de Madame et le témoignage de la soumission de monsieur.
    Mais ce n’est qu’une version du candaulisme, et il n’existe aucun lien de causalité nécessaire entre candaulisme et domination féminine.
    Enfin, en utilisant le terme de cocu, tu te places me semble-t-il, du coté de l’humiliation par le caractère ridicule associé à cette expression. D’une certaine manière j’ai envie de te dire que si tu te sens cocu et que tu l’acceptes c’est peut-être que tu recherches cette humiliation.
    Nombreux sont ceux qui te diront qu’ils ne se sentent en rien cocu.

  • Bonsoir,

    Je lis : "Lorsque vous pratiquez le candaulisme, vous vous positionnez sur un registre de soumission. Vous donnez la possibilité à votre femme de prendre le contrôle total de la relation sexuelle,..." Et ne ne reconnais pas du tout dans cette définition.
    Mon mari ne vit ni ne subit aucune forme de soumission à ce que je sache. Nous avons des rapports de couple normaux, des relations sexuelles normales, un enfant normal, des activités normales ;-)
    Le fait que je sois disponible pour d’autres est un plus mais le centre de ma vie est le couple. Je n’imagine pas du tout mon mari soumis ou arrêtant de me trousser lorsqu’il en a envie. J’ai envie/besoin d’un mec, d’un mâle à la maison.

    Preuve supplémentaire surement qu’il existe bien des modes de cocufiage ;-)

  • Je viens un peu tard dans ce débat mais je le trouve intéressant et les avis me semblent pertinents même si je n’ai pas vocation à juger de la pertinence d’autrui.
    En ce qui nous concerne, aucune relation de soumission-domination, ni dans un sens ni dans l’autre. Le candaulisme ressort d’une configuration psychologique complexe échappant au jugement de valeur simpliste. Chacun des partenaires y trouve son compte en termes de plaisir et rien n’oblige quiconque à se placer dans le registre de l’humiliation donnée ou subie.
    Dans ces conditions pourquoi l’un(e) des deux devrait-il se sentir ou être perçu comme dévalué. C’est dans le déroulement des choses qu’un peu de dignité peut se perdre mais la dignité c’est comme le vélo, ça ne se perd pas tout seul. Et puis on ne se lance pas dans cette aventure sans une vraie stabilité de couple, une confiance et un respect mutuels, une très bonne dose de tolérance, bref sans amour. Autrement dit je ne sais pas si le cocu a un avenir au sein du couple mais nul n’est obligé dans le candaulisme d’adopter la position du cocu. De même nul amant n’est autorisé par principe à donner libre cours à son délire de puissance.

  • hum pour avoir pratique le candaulisme bien avant d’en connaitre le mot il me semble qu il y a une sorte de soumission ou plutot de dependance du mari à sa femme, sans qu’elle le recherche Mais le mari souhaitant emmmener sa femme dans ses fantasmes devient plus tolérant dans la vie courante, pour ne pas heurter son epouse qui se trouvera plus disposéee à accepter le candaulisme si l’harmonie règne daans son couple, ce ne sera que bénéfique pour les deux, elle plus ou moins soumise aux fantasmes du mari et lui plus ou moins soumis à l’acceptation et aux desirs d son epouse, finalement les deux dependent l’un de l’autre et en sont satisfaits
    Donc a mon avis, cela renforce plutot le couple dans le present et pour l’avenirSAUF toutefois si la mésentente existe dans le couple AVANT de pratiquer le candaulisme, dans ce cas ce peut être l’occasion pour la femme de tomber amoureuse d’un de ses partenaires et de quitter son foyer, ce qui, apres tout, peut etre considéré comme un bien,car ne vaut il pas mieux rompre un couple qui va mal plutot que continuer dans les disputes et autres

  • Avec ces témoignages, vous aurez compris je pense, que chacun a son interprétation du candaulisme. Pour ma part, et j’ai déjà eu l’occasion de le dire ici, je ne me sens pas cocu. Nous avons pratiqué de nombreuses années le triolisme, voire plus, mais toujours en ma présence. Je n’ai jamais été soumis a quoi que ce soit, ni ma femme d’ailleurs. Comme cela a été dit, nous étions "complices" même si c’est moi qui ait initié l’idée. Ma virilité n’a jamais souffert, ni notre couple. Nous avons pratiqué pendant un vingtaine d’années et nous avons maintenant 42 ans de mariage.

  • bonjour,
    pour moi , j’ai du mal à voir l’idée de soumission dans le candaulisme...
    J’ai plus tendance, mais est-ce juste moi qui voit un côté partage et complice, jeu amour que soumission de l’un à l’autre ..(dites-moi si je me trompe et si je suis trop naïf !).
    Donc pour moi oui il le "cocu" qui n’en ai pas un à un avenir au sein de son couple qui lui aussi a un avenir !
    Bises à tous

  • Je crois qu’il y a erreur sur l’appréciation de ce qu’est le fond du candaulisme. Pour la plupart des "afficionados" c’est une complicité entre deux êtres qui s’aiment au delà de l’amour traditionnel, mais ce n’est pas pour tout le monde pareil. La femme veut faire plaisir à l’homme qu’elle aime, bouleversant l’essence de la fidélité mais en profitant pour se donner, a elle même le maximum de plaisir puisque c’est ce que veut son homme. Lui même étant consentant, demandeur et souvent participant, on ne peut pas parler de COCU mais de COMPLICE.
    Mon épouse Caro et moi même, Jean, avons pratiqué l’exhibitionnisme, le triolisme et le candaulisme pendant plus de 15 ans et cela a été 15 ans de jouissance, de joies et de bonheur. Pour ce qui est de VOTRE idée du candaulisme, cela dépend et dépendra de votre amour pour votre femme mais aussi et surtout de sa réciprocité. C’est a vous de connaitre votre couple et de savoir, certes, ce que vous voulez et pouvez donner mais aussi ce que votre femme peut vous retourner. La connaissez vous aussi bien que vous croyez ? Parce que si vous vous posez cette question, c’est que vous doutez du degrés de votre amour ou du sien.
    Bien sûr je n’ai fait que développer mon avis ; Est-ce le bon ? Pour le couple que nous formions : C’est sûr, c’était le bon !
    f.tyroler2@orange.fr

  • Merci pour vos commentaires messieurs. Je me disais que le plus simple serait peut-être de demander l’avis des dames sur la question ?
    Alors, mesdames, à vos plumes ! (enfin, façon de parler !)

  • Ce sont effectivement des sujets qui peuvent laisser place à de nombreuses discussions et avis.

  • Bonjour Loulou,

    J’ai moi même évoqué la réflexion de qui a un pouvoir sur qui dans un autre post. C’est vrai qu’on peut considérer que la soumission est partagée dans la plupart des cas et ne revient pas uniquement à la femme ou à l’homme. Mais concernant la virilité non ébranlée (tu aurais pu choisir un autre qualificatif mon coquin !), j’ai quand même un sétieux doute car regarder sa femme faire l’amour à un autre homme, c’est peut-être courageux, fou, original etc...mais viril, non, là, je dois dire, je reste perplexe...
    Pour la situation du cuckold, je ne suis pas certain d’avoir saisi la différence car j’ai l’impression qu’un cuckold consentant, c’est aussi un candauliste qui écrit son scenario et qui par conséquent soumet et se fait soumettre dans le même temps...? Ouh la la, c’est compliqué tout ça ! :-)

  • Considérons votre message comme un avis à défaut d’une réponse mais pour aller un peu plus loin, pourriez-vous me décrire rapidement quels sont les critères auxquels adhèrent l’autre catégorie de femmes dont vous parlez ?
    Au fond, l’amour, l’argent, la position sociale, le mode de vie représentent des formes de sécurité et de protection, donc que reste t-il ?
    Vous pensez peut-être à des femmes de type "working girl", hyper indépendantes qui se suffisent à elles-mêmes et qui prennent du plaisir dans la manipulation ?
    Pourtant, à lire les témoignages, j’ai plutôt l’impression que les femmes de candaulistes sont plutôt ordinaires à la base (sans vouloir être désobligeant vis à vis de celles-ci) et ne correspondent pas à cette catégorie...
    Au plaisir de vous lire...

  • Bonjour Discover,

    Je pense que tu n’as pas réellement compris le sens réel du candaulisme.
    En effet, le mari candauliste ne se positionne pas vraiment dans un rôle de soumis et sa virilité n’est en rien ébranlée.
    En réalité, il s’agit plutôt d’un jeu entre les époux ou le mari éprouve un réel plaisir à voir sa femme prendre du plaisir avec une autre homme. La femme, quant à elle, n’a pas non plus envie de soumettre son mari à tous ses désirs. Bien souvent, elle accepte d’ailleurs de devenir la maîtresse d’un autre homme, pour faire plaisir à son propre mari. Si on y regarde de plus près, qui se soumet à l’autre ?

    Enfin, je pense que tu confonds avec la pratique du cuckold. A la différence du candaulisme, la femme (et son amant), prennent effectivement plaisir à soumettre le mari "cocu" à leurs volontés et envies. Bien entendu, le mari bien que consentant, pourra rapidement être dépassé par les événements. J’ai bien écrit pourra, ce qui veut dire que ce n’est pas systématique non plus.

    Bonne réflexion

  • question tout à fait juste. Il me semble néanmoins que beaucoup de femmes ne choisissent pas leurs maris sur des critères tels que " le besoin d’être protégée, sécurisée, conuite, guidée....voire dirigée ! ", ce qui du coup écarte un certain nombre de personnes de votre questionnement. Néanmoins, si c’est votre cas, la question reste pertinente mais ... Je n’y ai aucune réponse, étant jeune et célibataire :)

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription