Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de personnes candaulistes >

Le carrossier suite.

! Signaler un contenu abusif

Après nos quelques jours de vacances, où rien de bien excitant s’est passé, de retour chez nous, Catherine fût prise d’un doute, effectivement J. connaissait son frère et ne risquait-elle pas de faire une bêtise, alors qu’elle avait déjà 2 amants et que tout se passait bien avec eux. Mais d’un autre côté, il lui plaisait et il en avait déjà un peu profité. Elle décida d’aller le voir pour soit arrêter tout, ou soit continuer et faire l’amour avec lui. Un signe quand même quand y alla, elle ne mis ni soutien-gorge, ni string, il y avait de l’espoir…

Ils en discutèrent tous les deux, J. la rassura en disant qu’il avait une copine et que ce serait une aventure purement sexuelle. Catherine fût rassurée, puis elle le laissa jouer avec sa poitrine et son sexe, qu’elle lui avait dévoilés, le rendez fût fixé au samedi après-midi, chez lui, juste à côté de la carrosserie.

Catherine me demanda pour la forme la permission, que j’avais donnée déjà au tout début, elle se prépara soigneusement, j’aime ses moments où elle se pomponne pour ses amants, elle reste des heures dans la salle de bain, s’épilant soigneusement, se passant de la crème, se parfumant et en me disant lorsque je me fais pressant autour d’elle, « attend, ton tour viendra, pour l’instant je me fais belle pour mon amant et ton plaisir », je sais que ce n’est qu’un jeu, mais cela m’excite fortement.

A son retour 3h30 plus tard, elle me dit, « qu’est-ce que j’ai jouis ! Tu peux pas savoir ». Elle me fit ce récit :
« Après avoir garé la voiture, j’ai sonné au parlophone et J. me dit, j’arrive, nous prîmes l’ascenseur et nous nous sommes embrassés, il me caressait les seins, une fois arrivés à l’étage, nous nous sommes calmés et nous sommes rentrés chez lui. Nous sommes allés directement dans la chambre et J. m’a déshabillé entièrement, moi de mon côté, je lui défis sa ceinture, lui baissai son pantalon et son caleçon, et je lui pris son sexe à la main qui était déjà au sommet de sa forme. J. m’allongea sur le lit, me lécha le clitoris et le sexe jusqu’à que je jouisse, il savait bien s’y prendre, j’étais électrisée de bonheur. Je pris son sexe dans ma bouche et goûtai enfin à sa tige de chair, je le faisais aller au fond, jusqu’à ma gorge et je le ressortais pour lui lécher le gland et les bourses. J. prit un préservatif, l’enfila et me pénétra, il faisait des vas et viens rapides en me caressant les seins, je cru qu’il éjaculerait vite à ce rythme-là, mais au contraire il était très endurant, il me prit ensuite en levrette et là, petit incident le préservatif creva, nous avons continué dans cette position-là, sans préservatif, pendant encore un moment, je mouillais énormément, et je jouis bruyamment une seconde fois, J. me demanda si j’accepterais qu’il me sodomise, je lui répondis par la négative, car sans préservatif ou sans test HIV, récent, il n’en était pas question. Il me prit ensuite assise sur lui, et lorsque je senti qu’il allait jouir je sorti son membre et je l’ai masturbé jusqu’à que son sperme gicle et lui inonde le bas ventre ».

« Après ce premier coup nous nous sommes nettoyés et nous sommes retournés sur le lit et nous avons recommencé à jouer avec nos mains, jeu de mains, jeu de coquins ! J. reprit possession de mon sexe, et il alterna les caresses avec sa langue et ses mains, bien qu’un peu brusque et pas très délicat, ce fût un moment de jouissance intense. J’ai jouis 3 fois pendant ses caresses manuelles et buccales, j’ai surement dû alerter les voisins, car comme tu le sais, je n’ai pas la jouissance discrète et je lui ai inondé le lit, par mes jets incessants de cyprine, il n’y avait pas un endroit du lit qui était sec. Finalement je le repris en bouche, voulant lui rendre ce qu’il m’avait donné, mais J. a préféré pénétrer mon vagin de son sexe, il me prit longuement en diverses positions où je fini par jouir encore une fois, car je me caressais le clitoris pendant ses assauts, allant jouir, J. ressorti son sexe de mon vagin, je le pris en main, le branlai entre mes seins jusqu’à qu’il éjacule sur ma poitrine en étalant le sperme avec sa main, nous restâmes un petit peu sur le lit pour récupérer ».

« Je me suis lavée le bas et la poitrine rapidement pour garder un peu de son odeur, j’ai remis mon string, je lui ai proposé de changer les draps avec lui, il me répondit non je vais me débrouiller, et je vais devoir sûrement sécher le matelas. J’étais quand même un peu gênée, je lui ai dit, J. me répondit qu’il aimait ça les femmes fontaines et qu’il souhaitait, et si j’en avais envie, un autre rendez-vous avec moi. Je lui dis d’accord, je te contacterai, quand je serai libre, et je parti, non sans l’avoir gratifié d’un énorme baiser, tu sais que j’adore ça les gamelles, comme on disait quand nous étions jeune »…

Je fus ravi de son récit, vu son regard et les cernes qu’elle avait, ça dû vraiment être chaud ; Catherine me dit, s’il te plait laisse-moi récupérer un peu et tu auras aussi ta part du gâteau ; j’attendis le soir, j’écoutai de nouveau ce récit, je ne m’en lassais pas, et là aussi en faisant l’amour, j’ai eu droit à la douche intime, Catherine était de nature très volcanique ce jour-là.

Ce phénomène de jet de cyprine, d’où le nom de femme fontaine, Catherine le faisait quelques fois avec moi, jamais avec ses autres amants, là avec J. ça a été automatique, il savait bien s’y prendre le bougre, il est vrai qu’elle n’aimait pas trop que mes doigts la fouille très longtemps et j’ai appris maintenant à exciter la zone du vagin déclencheur des jets, ce n’est pas suffisant, il faut aussi une grosse excitation au préalable. Je suis reconnaissant à J. d’avoir fait d’une chose occasionnelle, une habitude ; pour ceux qui savent de quoi je parle, c’est vraiment quelques chose de merveilleux, il faudrait peut-être prévoir avant des serviettes ou défaire les draps, mais si on fait ça j’ai l’impression de programmer l’acte sexuel, nous préférons la spontanéité d’une envie commune partagée.

2 Commentaires

  • Bonsoir
    Je vous souhaite de vivre les mêmes moments d’émois que Catherine me fait vivre, car il y a toujours une petite boule au ventre quand elle part rejoindre, ou quand elle reçoit ses amants. Elle a quand même mis 12 ans à l’accepter. Courage et patience.

  • Beau récit
    J’adore :
    Catherine me demanda pour la forme la permission, que j’avais donnée déjà au tout début, elle se prépara soigneusement, j’aime ses moments où elle se pomponne pour ses amants, elle reste des heures dans la salle de bain, s’épilant soigneusement, se passant de la crème, se parfumant et en me disant lorsque je me fais pressant autour d’elle, « attend, ton tour viendra, pour l’instant je me fais belle pour mon amant et ton plaisir », je sais que ce n’est qu’un jeu, mais cela m’excite fortement.
    C’est aussi un moment sur lequel je fantasme, passer dans la salle de bain et "jouir" des préparatifs...quand mon épouse l’acceptera !

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription