Accueil > Articles candaulistes >

Le Candaulisme ou l’infidélité thérapeutique

JPEG - 70.7 ko

Alors que dans notre société une certaine désacralisation du mariage a lieu, une nouvelle notion apparaît, celle de « l’infidélité thérapeutique » ou candaulisme.

Celle-ci permettrait de suivre son plaisir et d’assurer la santé de son couple. Les sondages sont d’ailleurs formels : le Français ne veut plus du « couple-prison », il souhaite pouvoir choisir sa propre façon d’aimer, en dehors des conventions si nécessaire !

Ainsi, se ménager la possibilité d’être infidèle viserait à assurer plus de longévité au couple, sans le scléroser...

La cour de cassation a d’ailleurs récemment reconnu que « le choix de vivre une aventure avec un homme ou une femme mariée relève de la liberté individuelle et ne peut constituer une faute ». Que faut-il en penser ?

L’infidélité, une réalité.

Concernant les hommes, le pic de l’infidélité est atteint au moment de la naissance d’un premier enfant. Ils en viennent à la considérer davantage comme une mère que comme la femme qui stimule leur libido.

Souvent, ils ne la quittent pas pour ne pas la faire souffrir et maintenir une stabilité chez l’enfant. Ils gèrent ainsi leurs culpabilités.

Les femmes qui sont infidèles, quant à elles, peuvent aller chercher dans le regard d’un autre ce qu’elles ne trouvent plus dans les yeux de leur partenaire. Souvent aussi, mais cela est valable autant chez les hommes que chez les femmes, la santé sexuelle du couple chavire et elles ont besoin d’un petit coup de piquant pour la relancer.

Il est courant de dire qu’une femme aura plus de difficulté psychologique à être infidèle, car elle ne sait pas dissocier l’acte sexuel des sentiments amoureux. Pour coucher avec un homme, elle aurait besoin d’éprouver des sentiments pour lui. Bref, le sexe serait dans sa tête ; Une analyse qui semble aujourd’hui dépassée.

En effet, une femme peut parfaitement dissocier sexe et sentiments. Très souvent, le mythe que seul l’homme pouvait avoir des rapports sexuels sans sentiments nous a été servi...

Peut être qu’en réalité beaucoup de femmes adorent se raconter des histoires ou raconter des histoires à leurs copines (genre je l’aime c’est pour ça que je couche …..), pour éviter de passer pour la salope qui va coucher pour coucher ! C’est archi faux !

En réalité, les femmes sont tout à fait capables de dissocier les deux, qu’on arrête de se mentir à soi-même et aux autres !

L’infidélité est l’une des crises majeures que peut traverser un couple, mais aussi l’une des plus douloureuses.

Elle n’est plus l’apanage des hommes par contre, elle n’est souvent pas la même : plus accidentelle pour les hommes, et souvent plus anticipé et réfléchie chez les femmes. L’adultère n’est plus puni, et devient aujourd’hui une affaire strictement privée.

D’ailleurs, cela fait longtemps qu’on ne dit plus « adultère » ni « flagrant délit » au sujet des frasques extraconjugales.

L’infidélité serait souvent, le reflet d’un problème perdurant au sein du couple, mais elle révèle souvent également l’existence d’un conflit à l’intérieur de soi. Il est donc essentiel de s’interroger sur le pourquoi de l’infidélité, tant du côté de celui ou celle qui trompe son partenaire que de celui ou celle qui est trompé.

Pour la communauté candauliste, la première infidélité est souvent une crise salutaire pour le couple, une occasion réelle pour faire le point et repartir, ensemble, dans une même direction, celle du candaulisme. Il s’agit alors de considérer ce bouleversement comme une chance pour essayer de mieux se comprendre et d’avancer.

Cependant, par les émotions, les remaniements personnels qu’elle entraîne, l’infidélité reste un bouleversement qui peut causer autant de bonheur que de dégâts irréparables.

Les prémices du candaulisme

En mettant de côté le plan moral et en se basant sur un plan purement psychologique, le candaulisme commence lorsque dans votre tête, vous commencez à imaginer votre partenaire dans les bras de quelqu’un d’autre ou que vous commencez à accepter l’idée de faire l’amour avec un complice sur la demande de votre conjoint.

La pratique du candaulisme n’est à confondre avec de l’infidélité, en effet une personne infidèle commence par ce tromper elle-même. Le/la partenaire d’un candauliste elle, ne trompe personne car la transparence des émotions c’est l’essence même du désir candauliste. Il n’y a donc pas à culpabiliser.

Pourquoi de nombreux couples pratiquent le candaulisme ?

Le plus souvent, pour les personnes non initiées, l’insatisfaction sexuelle au sein du couple est à l’origine de la relation candauliste, ou bien celle-ci résulte d’une perte de désir d’un des deux partenaires ou du couple lui-même.

Il n’en n’est rien, le plus souvent cette pratique s’adresse à des couples pour lesquels la libido est cruciale mais qui cherchent à éprouver de nouvelles émotions après de nombreuses années de vies communes.

Les raisons qui conduisent un couple à la pratique du candaulisme peuvent donc être multiples : le souci de combattre la routine conjugale (ou la redouter), le plaisir de la transgression, le goût pour une pratique de domination ou de soumission, le besoin de retrouver de la complicité, l’envie de pratiques différentes...

La pratique du candaulisme n’est jamais anodine

Pratiquer le candaulisme n’est jamais anodin. Il s’agit d’un signal d’alarme qui indique une prise de conscience du couple : la baisse de la libido conjugale sous la pression anesthésiante de l’habitude.

La réponse étant une stimulation du désir et de la complicité de couple par l’introduction d’un amant ou d’une maîtresse qui comblerait certaines carences ou habitudes et stimulerait le désir du partenaire d’un candauliste et l’instinct de reconquête de la part du candauliste.

L’amant(e) est le dopant indispensable de la relation candauliste, aussi faire ménage à trois serait le seul moyen de réveiller sa vie à deux. Certains avancent même des vertus thérapeutiques sur la libido conjugale.

Le passage à l’acte se prépare longtemps à l’avance, sur le terrain inconscient des rêves, des fantasmes, des frustrations. Dans la majorité des cas, ce qui est en ressort, c’est que l’origine du comportement candauliste vient d’un conflit datant de l’enfance, un besoin de réassurance narcissique. Plus rarement, ce serait réellement un problème d’origine sexuel qui amènerait au candaulisme.

Cependant, pour les hommes candauliste, il s’agit souvent du fantasme de la madone et de la putain qu’ils ont appris à projeter sur la femme de leur vie : d’un côté, la femme légitime, aimée ; de l’autre, l’épouse qui apprécie d’être « baisée » par un autre qu’eux.

Pour les femmes, le principal atout de cette pratique est tout autant le plaisir charnel avec le complice qu’une écoute, une attention, qu’elles retrouvent chez leur mari par cette pratique.

Le candaulisme n’est pas une compensation des frustrations conjugales

Contrairement à la tromperie qui est un acte de compensation aux frustrations conjugales. Ainsi inconsciemment, on trompe l’autre pour le punir de ses défaillances, parce qu’on se sent délaissé ou injustement traité.

Le candaulisme est plus plus fréquents chez les couples de 35 à 55 ans. C’est une période de doute quant à sa capacité de séduction. La confiance en soi et en son couple a besoin d’être éprouvé en le confrontant à quelqu’un de nouveau.

Tout pour se prouver que l’on plaît, et retrouver le désir de séduire et reconquérir à nouveau son partenaire, avec l’insouciance de ses 20 ans. Une sorte de conjuration face à la vieillesse encore lointaine mais inexorable.

S’ajoute parfois pour les femmes qui ont pleinement assumé leurs rôle de mère, le souhait de retrouver leur place de femme dans leur couple après de nombreuses années à choyer leur progéniture...

Les épouses de candauliste peuvent ainsi trouver dans le regard d’un complice le désir d’un homme et non pas le regard du père de leurs enfants. Souvent aussi, les couples aux prédispositions candaulistes ont besoin d’un petit coup de piquant pour relancer la santé de leur sexualité une fois les enfant indépendants.

A chacun son explication du candaulisme

Chaque couple et même chaque individu donne un sens très personnel à l’infidélité. Pour les couples conventionnels, l’infidélité est une violation d’un serment social, religieux, sacré.

Pour notre communauté, une aventure avec un(e) complice n’est qu’un petit écart sans lendemain qui aura l’énorme avantage de stimuler la libido du partenaire candauliste et renforcer la complicité du couple, alors que pour d’autres, l’infidélité est réellement un coup de canif définitif dans le contrat conjugal.

Le couple candauliste à l’image de la société accepte voir provoque parfois l’incartade amoureuse, alors que très généralement pour le partenaire d’un couple conventionnel qui la subit, elle est insupportable.

Pour le/la partenaire d’un candauliste, l’adultère incarne l’expression d’une liberté. Lors des premières aventures, le/la partenaire d’un(e) candauliste éprouve bien souvent de la culpabilité.

Le candauliste quant à lui contrairement à la grande majorité des personnes ne se sent pas foudroyée par une blessure narcissique, bien au contraire, le désir que suscite son partenaire l’ampli de fierté. Parmi les causes qui conduisent à la pratique du candaulisme, on a énoncé le tiédissement des sentiments et la curiosité guidé par la découverte de sensations et émotions de couple, nouvelles.

On ne peut pas grand chose contre le besoin d’exotisme, le besoin d’aventure. Mais encore faut-il être conscient, que pour assouvir ce besoin, et éviter des situations compliquées, la pratique du candaulisme est peut-être une solution.

L’adultère ne résout pas les problèmes du couple ; Il est seulement l’indicateur de l’usure conjugale alors que les aventures candaulistes révèlent quant à elles une profonde complicité et liberté de couple. C’est sans nul doute la plus belle preuve d’amour et de confiance qu’un(e) candauliste qui passe immanquablement par une très forte confiance en soi, en l’autre et en son couple qui permet l’affirmation et l’épanouissement de son partenaire.

Le candaulisme serait-il bénéfique pour le couple ?

Certains lui prêtent cette vertu. En effet, dans certaines circonstances, il permettrait de prendre du recul sur son quotidien pour s’apercevoir finalement qu’on est bien dans son couple !

Cependant, entre une pratique du candaulisme qui renforce la complicité et la confiance de votre couple et celle qui va l’éclater, il existe très peu d’écart ce qui nécessité une excellente pratique du dialogue conjugale...

Et puis il apparaît que, souvent, lorsqu’un partenaire a une aventure candauliste, il lui arrive de réévaluer ses sentiments et de constater son conjoint est un véritable partenaire de vie.

Cela permet parfois de prendre un recul nécessaire afin de tirer un bilan positif de son quotidien. Une aventure candauliste avec un complice amène bien souvent une bouffée d’oxygène à la libido du couple candauliste.

Mais attention, cela n’est pas vrai pour tous, ça fonctionne pour certains mais cela peut mettre un point final à une union pour d’autres.

La liberté de pratiquer ou pas le candaulisme appartient donc à chacun.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription