Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >Expériences de partenaires de candaulistes >

Le candaulisme ou comment s’ouvrir... au Monde - 2ème partie

! Signaler un contenu abusif

Sensible à l’érotisme des mots et de ses maux, sans trop savoir par quel Hasard, Hermine, puisque c’est donc toujours d’elle dont il s’agit, est venue se perdre… sur ce site avec le secret espoir que ce soit en définitive tout l’inverse…, se retrouver et retrouver les fabuleux émois et sensations qu’elle avait éprouvés au début des années 2000 sous la houlette d’un amant et les encouragements de son mari remarquablement complice.

À présent, le souvenir cette situation lui taraudait à nouveau le bas-ventre, car il avait marqué de manière indiscutable le début de sa découverte de ce que pouvait être le candaulisme. Son mari souhaitant la faire marcher sur les pas de la légendaire Emmanuelle, un heureux Hasard lui a mis sur son chemin son « Mario », il s’appelait Nesrin. Rencontré dans une soirée conférence-débat et présenté par une copine habituée au milieu assez spécial que sont les éditions et de la littérature, Hermine avait été tout de suite subjuguée par la prestance de ce quinquagénaire aux cheveux argentés qui donnait à son visage un air de patriarche biblique. S’il avait quelques kilos superflus, ceux-ci bien répartis, donnaient ainsi quelque peu de l’épaisseur au personnage. Et, comme elle devait me le confesser un jour, elle appréciait qu’un homme « fasse le poids » et rien ne lui plaisait davantage que de se sentir pesamment et largement pourfendue.

Bien que particulièrement viril et directif dans leurs sexualités, suite à la réalisation, cet été au Cap d’Agde, d’un fantasme organisé à son insu et spécialement pour sa femme par un couple d’amis de longue date, le mari de cette dernière avait fini par lui confier son désir licencieux de la voir prise une nouvelle fois en mains par un autre que lui. La quadrature du cercle était à nouveau lancée…

Et comme pour la conforter dans cette perspective, au Cap, Hermine avait pris un incroyable et fabuleux plaisir à s’offrir à un « autre » que son de son mari sans qu’il n’en soit au préalable informé, ne découvrant ce qu’elle vivait qu’au fil du déroulement de ce fantasme, qui plus est par une personne interposée, entendant tantôt un gémissement, tantôt un râle plus prononcé, par moments ses cris ou encore le claquement puissant que l’un de ses « fouteurs » du jour imprimait contre son fessier, pour au final l’entendre, se pâmer littéralement et jouir comme une damnée, sur le téléphone de son ami placé sur haut parleur alors qu’ils étaient à la terrasse du bar de la piscine en compagnie de trois autres personnes qui lui étaient inconnues.

À présent, son seul vrai désir, c’était de parvenir à relever le défi que lui avait lancé son mari et arriver à le surprendre, si possible d’une manière qu’il ne pourrait imaginer, s’émanciper de ces directives pour mieux s’offrir à lui, s’écarter du contrôle qu’il avait toujours eu sur leur complicité de couple pour mieux se rapprocher des fantasmes qui nourrissaient leur libido.

Dans le plus grand secret, elle avait osé prendre contact avec celui qui avait créé ce site ; elle ne savait pas qui il était, mais les mots qu’il avait posés sur cette immense page numérique lui suffisaient pour l’instant car, au fil des jours, il n’avait cessé de stimuler ses pulsions enfouies…

Pour le moment, son souhait de voir leur relation rester confidentielle, virtuelle, servait admirablement son dessein de laisser le temps à ce complice d’imaginer les champs des possibles, d’étendre son emprise sur sa libido voire de lui débusquer son amant d’infortune idéal, comme pour mieux faire exploser le plaisir de son mari quand elle lui avouera être sous la baguette à la fois de ce nouveau complice, véritable chef d’orchestre de sa libido, et de celui qui se verrait alors confier le rôle de premier violon.

Il n’y voyait aucun inconvénient bien au contraire, ses mots étaient pour lui comme un puissant aphrodisiaque qu’elle libérait par dans son cerveau… Il allait très vite l’habituer à s’abandonner à ses plus secrets penchants…

3 Commentaires

  • Bonjour cher confrère en pays de Candaulie,
    elle est bien vaste cette terre libertine, véritable melting-pot de cultures diverses et variées ; vaste étendue où parfois d’improbables rencontres forgent des liens tant espérés et pourtant si inattendus.
    Comme cette surprise de lire une contribution aussi longue que pénétrante.
    Description d’une épouse comme une Hermine dont la blancheur appellerait un caractère candide mais curieux, réservé mais ouvert, indécis mais volontaire ; comme cette chanson de Gilles Servat de l’année 1970 qui laisserait imaginer l’épouse sous les traits d’une presque quinquagénaire en quête d’identité à l’aube d’une nouvelle tranche de vie.
    Souvent se révèlent au travers des mots d’inavouables désirs et penchants.
    Parfois se cachent derrière ces mots des doutes et des souffrances.
    Se révèle alors l’art complexe du libertinage comme celui qui put libérer les âmes du carcan charnel par l’exultation de celui-ci.
    Le soleil apportera la chaleur aux quelques mois à venir et gageons que la proximité géographique favorisera quelques rencontres salutaires pour le corps et épanouissantes pour l’esprit car il s’agit bien de rappeler que l’étymologie voulu avant tout le libertinage comme une pratique libertaire ; celle de s’affirmer en tant qu’individu, tantôt dans le miroir d’un conjoint, tantôt dans le reflet d’une conjointe, souvent au travers d’un partenaire ou d’un complice mais toujours face à soi-même.
    Elle est telle, la quête de la libertine contemporaine, elle est l’aspiration à assumer un passé, surmonter un présent et bâtir un avenir.
    Il est ainsi l’espoir du libertin moderne, de vouloir et espérer une partenaire de vie épanouie.
    Au plaisir de "correspondre", qui ici se voulut assumer les deux sens du terme.
    Yan

  • Bonsoir Candaule, je pense toujours à Hermine car le scénario a fortement excité ma curiosité... Est-ce qu’elle a trouvé son épanouissement ?

  • Terriblement excitant ce scénario !

    Et si jamais le chef d’orchestre cherche un jeune soliste, je propose volontiers ma candidature...

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription