Accueil > Témoigner le candaulisme >Questions à la communauté >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

Le candaulisme... jusqu’où ?

! Signaler un contenu abusif

Bonjour, bonsoir !
J’ai envie d’écrire aujourd’hui, suite à un contact que j’ai eu ces derniers jours sur www.candaulisme.net, et qui me fait vraiment m’interroger (pour ne pas dire que ça me fait hurler...).

Une personne nous a sollicités (sur ce site Amon et moi avons une fiche de couple, contrairement à ici, où nous sommes inscrits de façon individuelle), et plus nous discutions, plus j’avais des envies de meurtre !
Pour résumer, il s’agissait d’un couple "illégitime" constitué d’un complice et de la femme d’un couple candauliste. Le trio avait poussé la relation candauliste si loin, que la femme ne vivait plus avec son mari. Elle vivait avec le complice à temps complet, qui venait de la mettre enceinte par dessus le marché ! Pas un seul moment dans la discussion il n’a été question du mari et de sa place éventuelle dans cette relation triangulaire. Sans avoir posé la question directement, il m’apparaissait clairement qu’il avait laissé son statut au complice pour s’effacer complètement.
Mais comment est-ce possible d’en arriver à ce que je considère être une extrémité pareille ?

Pour moi, le candaulisme est une pratique dans une relation de couple, qui en rapproche les membres. Là on se retrouve dans une totale déstructuration du couple, à la limite de sa destruction ! Je n’arrive pas à imaginer d’ailleurs que cela puisse évoluer autrement que dans ce sens. Le mari est évincé, par sa propre volonté c’est vrai, mais évincé tout de même. Et en plus on rajoute un enfant par dessus ça... Mais pour moi c’est juste démentiel... Ça dépasse mes capacités de compréhension, non seulement concernant l’amour et la conception que j’en ai, mais aussi vis-à-vis de l’enfant à naître, à qui on peut promettre je crois des années de psychanalyse si le mari légitime ne disparaît pas de la circulation (et peut-être même sans ça d’ailleurs...).

Par ailleurs, j’ai acquis la conviction qu’il y a une partie de la population candauliste qui intègre ce fantasme de fécondation de la femme par le complice (en particulier dans le cadre de relations interraciales), que ce soit dans l’optique de garder l’enfant... ou pas ! Et oui... j’ai pu lire des propos de candaulistes qui disaient en substance que madame avorterait à la limite du délai légal... pour recommencer plus tard !

Sincèrement... je me retiens très fort d’utiliser certains qualificatifs pour définir ces gens... J’essaie de garder un esprit ouvert, mais c’est difficile... Et fondamentalement... JE NE COMPRENDS PAS !

... Et vous ?

8 Commentaires

  • Toute idée, aussi belle ou bonne soit t’elle, peut devenir folle si elle est poussée à son extrême.

    L’atténuation des discriminations entre les hommes et les femmes peut aboutir, poussée aux extrêmes, aux ABCD de l’égalité et à l’indifférenciation des sexes.

    La volonté d’un homme de redonner de la gloire à son pays dans les années 20 a poussé aux chambres à gaz d’Auschwitz vingt ans plus tard.

    L’idée de réduire les écarts entre les êtres humains pour plus d’égalité entre riches et pauvres vus par un philosophe au XIXème (Karl Marx) a aboutit au goulag et à la famine en Ukraine provoqué par Staline.

    Toute idée, toute pratique, tout concept, a toujours ses dérives, ses extrêmes qui sont dangeureux, voire fous. C’est le cas du couple que tu as décrit.

  • Ce qu’il font les regarde je ne juge pas, mais, le candaulisme c’est d’abord un plaisir de couple, un incluant ensuite le plaisir d’un (ou plusieurs )tiers.
    Arrivé à se stade cela n’a plus rien à voir avec le candaulisme ni même avec le libertinage.

  • Bonjour à tous et bonjour Maatkare,
    Dans ma famille c’est un peut pareil, du moins ma belle fille, une des filles de ma femme, qui est mariée et qui a de des relations intimes avec un jeune garçon, elle n’a plus de relations avec son mari, qui dort seul, elle, doré avec son amant qui vit chez eux, ils n’osent pas dire il sont candauliste, mais c’est accepté pas tout le monde , c’est ça vie et on la respect, mais pour rejoindre Stéphanie, il est vrait que ça crain pour ce qui est d’un enfant dans le jeune couple et de cette vie à trois, qui dure dans le temps, car ça fait quatre ans environ que cette relation est d’un effective, il y a un risque pour les couple qui pratique le candaulisme et il faut l’assumer, mais pour ce qui concerne un enfant, là c’est trop en effet, ...c’est du délire, bises à tous.
    Alain

  • Bonjour Maat,
    le profil que tu décris se rencontre effectivement de temps en temps.
    Je pense que c’est plus du candaulisme qui a dérivé sur du cuckolding voir une forme de D/S ou le partenaire "officiel" trouve peut-être du plaisir à travers :
    - l’humiliation vis à vis de cette situation,
    - la soumission aux désirs de son épouse,
    - la jalousie éventuelle et une stimulation par la peur de perdre son épouse à travers ces pratiques.

    Par ailleurs, je me permets souvent de rappeler que la femme n’est pas un objet et encore moins le simple objet du désir de son époux. Peut-être faudrait-il rappeler que la perversion narcissique touche tout autant la femme que l’homme.

    Une épouse peut rencontrer des difficultés vis à vis de son désir.
    Le conjoint envisage et propose d’autres pratiques, notamment l’introduction d’un tiers à travers la pratique du candaulisme.
    Le complice et/ou Madame finissent par préférer se rencontrer seul à seul, car l’intimité est plus forte, le comportement est plus libre en l’absence du conjoint.
    Le mari n’est pas forcément d’accord pour que cela se passe toujours comme cela, mais son bénéfice secondaire est que la libido de son épouse est stimulée, sa virilité est ainsi restaurée artificiellement.
    Puis une relation d’humiliation de D/S s’installe entre monsieur et madame et le mari peut allez jusqu’à accepter l’idée voir même proposer que son épouse soit enceinte de son amant.....
    Le comble de l’humiliation étant que la différence entre père nourricier et enfant soit notable !!!! (Un enfant métisse dans un couple européen par exemple).

    Ce type de relation existe et se rencontre, la souffrance que cette forme de dénarcissisation peut générer est alors sublimée par le mari.
    Pour l’enfant qui naîtrait de ce type de relation c’est une autre affaire....

  • J’aurais aimé avoir l’avis d’Artichaud, qui a des fantasmes un peu dans le même registre. Mais vus les commentaires, je doute qu’il réagisse.

    J’ai conscience d’aborder un sujet qui a un fort potentiel de déclenchement d’engueulades, mais j’aurais vraiment aimé avoir l’avis d’une personne directement concernée.

  • Vu ce que vous racontez, à ce niveau là, il semble presque que le mari soit un prétexte gardé par le nouveau couple, peut-être pour garder le frisson de l’interdit et ne pas tomber dans le banal "bah tu étais en couple, on s’est rencontré, tu l’as quitté et tu es venu avec moi".

    Il est clair que si l’enfant intègre la notion qu’il y a un mari ailleurs, il va falloir quelques années de psy.

    Mais sinon, si le mari disparait, il me semble que ça va devenir l’histoire finalement assez classique d’un type que sa femme a quitté pour un autre ...

  • Pour être candauliste il faut avoir un cerveau... et s’en servir.
    On ne vient pas dans ce fonctionnement d’échanges juste pour "tirer un coup".
    "Tirer un coup"... c’est à la portée de n’importe quel animal qui satisfait une pulsion. Dans ce cas autant se pogner...
    C’est sur un site pour psychiatres que ces gens devraient aller s’inscrire.

  • bonjour je partage votre point de vue , celui la de point de vue irait a bien d’autres histoire ,mais chacun peut nous raconter lui vie même si nous ne la partageont pas

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription