Accueil > Découvrir le candaulisme >Pratiquer le candaulisme >Partager un art de vivre >

La richesse du partage dans le couple candauliste

JPEG - 113.1 ko

La pratique du candaulisme et le partage des émotions que suscite une telle pratique peut transformer votre sexualité commune (par opposition avec la relation partenaire adultérin/tiers partenaire).

Bien sûr, vous pourriez ressentir la brûlure de la jalousie, mais il est sûr que vous avez choisi une sexualité beaucoup plus vivante. Vous accorderez plus d’importance au bien être de votre couple. Offrez vous du temps et de l’écoute, partager vos émotions.

Par la pratique du candaulisme et l’apprentissage du partage des émotions, vous cesserez de vous comporter comme un couple qui fait passer la sexualité après toutes les autres priorités.

Apprenez la douceur des massages à plusieurs mains, la chaleur des regards plein de plaisir et de désirs, la musique voluptueuse des soupirs ou des cris de plaisir de votre partenaire dans les bras d’un autre.

Les couples qui découvrent un éros plus fort et plus profond à l’occasion de pratiques candaulistes sont généralement composés de deux personnes en voie d’autonomie, qui assument leurs sexualités individuelles même au sein d’une sexualité de couple.

Contrairement aux pratiques échangistes, il n’y a pas deux partenaires qui partagent des similitudes concernant leurs pratiques sexuelles.

Le couple candauliste cultive et accepte la différence de l’autre.

En effet, nous sommes tous, à chaque instant, des êtres en voie d’autonomie, nous aurons tendance à fuir des partenaires trop dépendants et à rechercher des partenaires qui incarnent plus de liberté.

Le partage des émotions au sein de votre couple, à l’occasion d’une infidélité consentie, révèle la force et le goût de la vie, des partenaires qui composent votre couple.

Partager, c’est toujours une très bonne chose mais il faut pour cela s’appuyer sur ce qui est positif. Se dire l’un à l’autre et régulièrement ce qu’on aime chez lui ou elle.
Énumérer les pratiques pour lesquelles nous éprouvons du plaisir ou de l’excitation, se dire sans cesse ce qui est positif dans notre relation candauliste mais aussi transférer ce mode de pensée dans notre vie commune.

Évoquer les bons moments passés avec un tiers partenaire, décrire les lieux que l’on a découverts et aimés lors d’une liaison avec son amant.

Dresser la liste de ce que vous aimeriez réaliser sans tabou et en faisant preuve d’une liberté de parole. Faites preuve aussi, d’une écoute de qualité.

Manifester votre plaisir devant les changements de comportement positifs que l’autre opère, sa façon de s’habiller, ses attentions.

Un couple qui pratique le candaulisme partage pleinement ses émotions. Il en ressort ainsi renforcé et plus complice car ce partage est une confrontation d’émotions, de sensations qui l’amène à évoluer.

Pratiquer le candaulisme permet la confiance, la culture d’Eros, le sens du dialogue et de la considération, l’affirmation de soi, et l’ouverture à l’amour.

Accepter que son/sa conjoint(e) ait eu une aventure importante pour lui, relâche le nœud fusionnel avec son corollaire d’appropriation.

La jalousie, la suspicion sont des expériences peu agréables, mais essentielles, elles permettent de toucher son ombre. Il y a déséquilibre dans le couple parce que l’un fait une expérience de plongée dans Thanatos et l’autre une émergence dans Eros. Ce déséquilibre n’est qu’apparence, car par le partage, le partenaire perméable peut se laisser contaminer par Eros.

Il n’y a peut-être pas de travail plus urgent dans un couple, dans une vie, que de maîtriser sa possessivité. Cela ne se fait pas en une seule fois, mais pas à pas. Ceux qui passent par cette épreuve savent qu’ils ont traversé le feu de leur enfer personnel. Une violence intérieure parfois terrible.

Plus un être avance dans ce détachement, moins la vie lui propose d’épreuve en ce sens. Une personne autonome n’a plus beaucoup d’expérience traumatisante. Par contre, juste à la charnière où ça fait encore très mal, on dirait que l’on provoque les épreuves pour s’y brûler.

Un couple heureux et vivant n’est pas un couple qui s’enferme.

La pratique du candaulisme est un bon apprentissage du processus de non possessivité et d’affirmation d’autonomie. Le candaulisme permet l’apprentissage de l’empathie l’un avec l’autre, la manière de se mettre à la place de l’autre pour éprouver ce qu’il ressent.

Cette apprentissage passe par un échange quand vous vous retrouver en couple, à tour de rôle, évoquer alors, les éléments marquants de cette expérience de couple. Qu’est-ce qui vous réunis dans dans cette aventure ?, qu’est-ce que vous avez retenu d’agréable et positif de cette aventure ?, qu’est-ce qui vous a plu chez l’autre ?, quels sont les moments de plaisir, marquants ? Qu’est-ce qui vous a éventuellement déplu sans que vous n’en n’ayez rien dit ?

Apprenez à communiquer avec douceur, en prenant le temps d’écouter l’autre, en ne répliquant pas, si vous étiez mis en cause par un élément ou un autre. Si tel était le cas reformuler les propos de l’autre sans agressivité et tenter honnêtement de faire votre autocritique.

Selon les croyances des uns et des autres, l’infidélité prend une couleur morale différente, du péché à la faute, jusqu’à l’erreur, à l’incident de parcours ou l’expérience.

Dans tous les cas, elle a été vécue comme difficile, voire nuisible à la pérennité du couple. Elle a été une cause de perturbations, de souffrance pour celui qui subissait, une cause de joie et de perturbation pour celui qui agissait.

Le candaulisme quant à lui, permet au couple, par le partage, de se rapprocher, de prendre conscience de ses manques et de s’engager sur une voie plus solide. Le candaulisme peut ainsi apparaître comme une autre logique de partage au sein de votre couple.

Inscription