Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

la rencontre de marion

! Signaler un contenu abusif

Comme je pense que mes relations avec Yaké n’personne, je vous raconterai le début des relations candaulistes de mes trois amies, Christine, Marion, et éléana.
Quand on a un certains mode de vie, on trouve des ami(es) qui ont la même façon de vivre que soi, c’est normal, c’est humain, ne serai ce seulement que pour se conforter, pour avoir des avis positifs, non rejetant, qui vous disent " tu as raison d’être comme ça".
Christine, je la connais depuis mon enfance, c’est pas jumelle astrale, on est nées le même jour à la même heure, elle à Toulouse, moi à Albacete, on ne se quitte pratiquement jamais, elle sait tout de moi.
Alex et Marion, nous les connaissons depuis un peu plus de deux ans, ils nous ont été présentés par des amis communs.
Eléana, c’est la plus jeune, mariée à fred, ils ont tout les deux 35 ans, et seulement quelques années de vie commune.

bien sur, pour être sincére, dans ces récits, je n’était pas présente, je ne rapporte que ce qu’elles m’ont dit, j’ai essayée de me mettre à leur place pour rendre leurs rencontres plus vivantes, mais ce ne sont pas des photocopies exactes, dans ces histoires, il y a disons approximativement 75% de réalité, et 25% d’interprétation.

aujourd’hui je raconterai l’histoire de Marion.
Marion avait 50 ans à l’âge où sa premiére rencontre s’est passée, elle en a actuellement 53. Pour la décrire, c’est une femme de 1m65, bonde platinée, cheveux trés longs qui tombe en cascade fluide jusqu’aux reins, une taille fine, de jolies fesses toutes rondes, une peau trés blanche, limite albinos, de trés belles formes toutes en rondeurs, je ne connais pas ses mensurations, pour la simple raison que je ne lui jamais demandée, par contre elle s’est faite refaire les seins,et je pense qu’elle doit faire du 105 E ,tout cela pour le plus grand plaisir à son mari, ce qui lui donne une poitrine plantureuse, géréreuse, aux mamelons roses pales dilaté. Sa silhouette est gracieuse, au déhanchement sensuel, avec une longue ondulation de cheveux blancs qui lui coule dans les reins, la jeune femme, porte tout cela fièrement, seins haut dressés, comme la belle descendante des vikings qu’elle est, ses origines sont norvégiennes. Marion est une belle femme, qui ne laisse aucun hommme indifférent. J’oubliais... elle a aussi de beaux yeux bleus, un peu délavés qui lui donnent un aspect magique, si bien qu’on a l’impression en la regardant de voir une femme vaporeuse, au regard envoutant, qui vous transperce de part en part, lisant dans votre âme, comme dans un livre secret. ses formes plantureuses appellant les regards, faisant se glonfler les braguettes libidineuses. De plus mon amie est trés féminine, elle passe des heures dans sa salle de bain, prenant soin de sa jolie personne, ce qui lui donne un charme fou, elle met des robes un peu au dessus des genoux, associée à des décolletés vertigineux qui mettent en évidence son opulente poitrine maternelle. Pour définir son style, je dirai trés BCBG avec beaucoup de sensualité.

Sur le plan du couple, elle est mariée depuis trente ans, avec un homme charmant de trois ans son ainé, exerçant une profession libérale en aquitaine, son mari étant trés amoureux, ne l’a jamais trompée, trés aux petits soins de sa belle épouse qu’il avait rencontrée quand il était encore étudiant. C’est un couple trés uni, quand on les voit tout les deux ensemble, on sais qu’ils s’aiment. il y de la chimie dans leur regards, des molécules qui passent comme un long cordon d’amour. Alexandre, avec le temps, a pris de l’aisance, et sa bedaine du volume, bien sur leurs relations ne sont pas aussi fréquentes qu’au début, mais disons environ une fois par semaine, ce qui n’est pas si mal , pour un couple de trente ans d’âge !

Marion, a eue deux enfants d’Alexandre, qu’ils ont fait grandir de leur amour, jusqu’à l’âge adulte, puis leur deux chers garçons sont devenus des hommes, plein de diplômes et son partis travailler aux états unis, dans la silicone vallée, pour des salaires dix fois supérieurs à ceux de la france.
Marion, sert de secrétaire à son mari, et le couple travaille ensemble, ce qui les unis encore plus. Alexandre a toute les qualités rares chez un homme, il est amoureux et fidéle, n’ayant pas de problémes sexuels, il fait souvent l’amour à sa femme, la caresse, l’embrasse avec passion, lui vernit les ongles des pieds, lui achéte souvent des dessous, des fleurs, la couvre amoureusement de cadeaux, même aprés trente ans de mariage, il adore sa femme par dessus tout.

Alexandre avait seulement un petit vice unique, il imaginait souvent pendant les rapports que sa femme était en train de faire l’amour avec un autre homme, pendant que lui la regardait en se masturbant prendre du plaisir et jouir, pénétrée par une queue fantastique remplie de désir et de sperme pour sa belle épouse.

Au début de leurs relations ce fantasme était un peu flou, puis de plus en plus précis au fur et à mesure des années, il voyait le joli corps de son épouse caressé et pénétré par un autre mâle en rut qui lui faisait divinement l’amour. Un jour aprés 20 ans de mariage, à la suite d’un rapport, il a osé lui en parler, ce fantasme était devenu trop fort en lui, c’est quelque chose qui le prenait de plus en plus, qui avait dépassé sa réalité, il aurai presque supplié Marion à genoux. Bien sur mon amie lui a répondu qu’il était dingue, fou à lier, que c’était quoi ce délire, qu’elle était amoureuse de son mari, et que c’était tout, point barre.

En dehors de ce petit délire le couple s’entendait à merveille, aucune ombre ne venait gacher le tableau de leur amour. Les hommes regardaient, désiraient, étaient amoureux de Marion, mais Marion s’en foutait complétement, heureuse dans son couple, elle ne cherchait pas ailleurs. De temps en temps simplement, elle regardait dans la rue les braguette des hommes, afin de s’assurer qu’elle inspirait toujours le désir trouble des femmes sensuelles, et les braguettes répondaient que oui, oui, oui..... elle était magnifique.

Alexandre demandait de plus en plus souvent à sa femme de prendre un amant, lui disant qu’elle était tellement belle, qu’elle ne pouvait pas avoir qu’un seul homme dans sa vie, qu’elle devait s’épanouir dans l’amour et le sperme d’un amant, et Marion à chaque fois envoyait son mari sur les roses. Ces demandes répétée de son époux l’agaçait sérieusement, la seule chose qui se passait de bizarre dans son corps de femme, c’est qu’elle ressentait à chaque fois comme des picotements dans le bas ventre, mais trés vite, elle ignorait ces décharges et vaquait à ses occupations. La vie souriait à Marion, Marion souriait à la vie.
Puis un jour, au cours du repas du soir, c’était au mois d’avril, Alexandre lui dit :
- tu sais ma chérie, cette année nous pourrions aller en Corse pour les vacances ?
Marion connaissait trés bien cette région, ils étaient allés quelques fois en vacances avec leurs enfants du coté de porto vecchio, elle en avait gardée de trés beaux souvenirs, de plages magnifiques, de paysages époustoufflants, de gens chaleureux, elle répondit :
- ha oui génial, on va du coté de porto vecchio ?
- on va partout, un ami a un bateau de 15 métres dans le port de Golf Juan, il nous invite pour le voyage, à faire le tour de la corse, comme il est seul, il préfère naviguer avec des amis.
La corse plaisait beaucoup à Marion, mais la corse en bateau, et qui plus est de 15 métres se mit à la faire réver. Elle se voyait en train de se faire bronzer, se baigner dans les petites criques innaccessibles à pieds , faire de la plongée dans des eaux couleurs caraïbe, de suite elle dit :
- ha d’accord, pas de problémes, et on part en vacances quand ?
- au mois de juillet, il te reste du temps pour te préparer, comme tu vois.
- d’accord, d’accord..... super mon chéri.

Marion a eu le temps d’en parler à toutes ses copines, personnellement je n’étais pas encore son amies, cela fait 2 ans seulement que je la connais, et qu’elle m’a racontée son aventure. Pendant de longues semaines, elle a eu le temps d’en réver, faisant baver tout le monde d’envie, qui ne connaitraient jamais la joie immense des vacances en bateau.

Un jour elle fait la tournée des magasins, et raméne chez elle 3 ou 4 maillots de bain, qu’elle montre à son mari avec beaucoup d’enthousiasme, tout en lui disant :
- regarde mon chéri ce que je me suis acheter pour les vacances, il sont mimi, hein ? attend je vais les essayer .
son mari regarde avec attention les maillots qu’elle exhibe avec le sourire aux lévres pour lui répondre :
- c’est trés jolie ma chérie, mais ça ne va pas te servir à grand chose.
- ha bon ???!!!....???!!!....?!?!?!
- he bien oui ma chérie, sur un bateau on fait du naturisme
- du naturiiisme ?
- hé bien oui, en bateau on est tout le temps nus.
- tout le temps nu.... vous allez être nus tout les deux ? et moi aussi toute nue ????.....
- hé bien oui bien sur, tout le temps sur ce style de bateau on est nu, cest normal de faire du naturisme, et c’est plus simple.
- non mais ça ne va pas !, si tu crois que je vais me mettre toute nue devant un inconnu, t’es complétement cinglé mon pauvre ami.
- mais je t’assure c’est normal de faire du naturisme, d’ailleurs André en fait depuis des années, c’est une habitude pour lui, ce sera comme si tu était en maillot de bain, ou habillée, tu vois il ne te regardera même pas.
- ben je mettrai quand même mon maillot de bain, que ça te plaise ou pas.
Une des rares fois dans leur vie de couple où ils se sont engueulés. Puis les jours ont passés, Marion en a parlé à ses copines qui ont de suite bien rigolées, lui disant :
- hé bien quoi, ça va te faire 2 hommes pour toi toute seule, de quoi tu te plaint.
Les gentilles copines ont bien rigolées, de cette histoire de naturisme, pas Marion qui se demandait si elle allait partir en Corse, mais plutôt passer ses vacances à la maison, elle ne se voyait pas du tout fouffe et seins à l’air devant un inconnu, même si cet homme était naturiste depuis de nombreuses années. Et puis lui aussi allait être nu..... non, vraiment ce n’était pas possible des vacances comme ça, Marion allait dire à son mari qu’elle renonçait.

Environ 3 semaines avant de partir Alexandre lui demande de faire une prise de sang, ce qui intrigue beaucoup son épouse .
- mais pourquoi une prise de sang, je vais bien, je n’ai pas de problémes.
- tu sais ma chérie, sur un bateau on est loin de tout, alors il vaut mieux être en bonne santé, les hôpitaux sont trés loin en mer et inaccessibles, et puis ça ne nous fera pas de mal à tout les 2.
- oui aprés tout, c’est vrai tu as raison.
Marion s’est laissée faire cette prise de sang par son mari qui était médecin. Celui ci à écrit ce qu’il voulait sur l’ordonnance, et mon amie qui n’y connaissait rien, et qui s’en foutait un peu n’est pas aller relire ce qu’il y avait dessus, elle a seulement demandée à Alex quelques temps aprés si tout allait bien, il a répondu que oui, et puis elle ne s’en est plus souciée.

Quelques jours aprés cet épisode, un soir aprés le repas, Alex était sur son ordinateur, regardant trés peu la télé, il préferait se brancher sur les réseuax sociaux, afin d’echanger avec ses connaissances. Son épouse lui demande :
- avec qui tu dialogue ?
- avec André, on parle du bateau.
intriguée, elle se place debout derriére son mari, et regarde l’écran. Elle y voit en photo sur l’écran, un homme et demande les yeux écarquillés :
- c’est lui ?
- oui c’est andré, on dialogue ensemble .
L’ homme n’était pas beau, il était plus que beau, plutôt même magnifique, 1m90, 110kg de muscles, tout body buildé, pas un gramme de graisse, des abdominaux, des pectoraux de rêve, et des bras tellement musclés, c’était Rambo et swassenhager réunis, elle n’en revenait pas.
Alexandre lui dit tout en tappant sur son clavier :
- oui il fait beaucoup de musculation, pour faire les concours de monsieur monde et tout ça, il prends aussi beaucoup d’hormones pour faire du muscle.

Marion est retournée à son téléviseur, troublée par cette rencontre sur l’ ordinateur, elle se disait tout en zappant " mais jamais je ne vais oser me mettre toute nue, il va me trouver toute moche". Pour la 1ere fois dans sa vie de femme son ventre était devenu plus que bizarre, n’arretant pas de lui donner des décharges électriques, des pincements, des tiraillements, des trucs qu’elle n’avait jamais connue avec son mari, pourtant elle était bien avec son homme, elle ne se reconnaissait plus, et quelques jours avant de partir elle dit à alex :
- tu sais mon chéri, je ne sais pas si je vais aller en vacances avec toi.
- et pourquoi, tu verras c’est génial le bateau !
- je ne vais pas oser me mettre toute nue devant un inconnu, et puis il n’y aura pas d’autre femme avec moi.
- mais ce n’est pas grave s’il n’y a pas d’autres femmes, on sera bien à trois sur le bateau. André n’a pas encore trouvé la femme idéale, ça fait longtemps qu’il cherche, comme je te l’ai dit, il prends des hormones, ce qui lui donne de gros besoins sexuels, et c’est pas facile pour lui de trouver une femme qui accepte ses besoins.
- de mieux en mieux, aprés le naturisme, je dois passer mes vacances avec un mâle en rut ! mais vraiment tu es complétement dingue !
- mais je t’assure il ne te regardera pas, il est interressé par les femmes de 20 ans, pas par celles de 50, je ne l’ai jamais connu avec une femme mûre, je t’assure.
- non vraiment je ne sais pas si je vais y aller.
Marion ne voulait pas admettre, qu’elle avait été troublée par cet homme en maillot de bain, sur l’écran de l’ordinateur de son mari, son corps même appelait les caressses de ce mâle, mais elle a essayée de tout ignorer, de tout rejeter en bloc. Pour parachever son trouble son mari lui a ajouté :
- et tu sais même si vous avez quelques relations ensemble, la belle affaire .
- mais.... mais.... mais.....
- mais c’est les vacances ma chérie, on a le droit de s’éclater pendant les vacances.
Marion a tourné le dos complétement anesthésiée par ce qu’elle venait d’entendre.

Trois à quatre jour avant le départ, mon amie s’inquiétait de plus en plus, elle en fit part à son mari qui lui répondit
- je ne vois pas pourquoi ces vacances te mettent dans cet état, si tu ne veut pas faire du naturisme, tu te mettra en maillot de bain, et voilà tout, il n’y a personne qui te torturera pour cela !
- et tu me promet, si ça ne me plait pas, on retourne directement à la maison.
- je te donne ma parole.
- tu jure, il faut que tu jure, aller jure le moi
- écoute je te le jure, la tête sur le billot.
Marion fut rassurée, et la 1ere chose qu’elle mit dans la valise avant de partir furent ses 3 maillots de bain.
Pendant le trajet sur l’autoroute qui menait à Golf Juan, elle sermona encore son mari, sur le retour à la maison. Alex en avait plus qu’assez le pauvre garçon, à la limite de déclarer forfait, et de faire demi tour.

Comme ils avaient de la famille à brignoles, ils s’arrétèrent pour dormir, et revoir les cousins, les cousines, etc.... puis il repartirent le lendemain matin de bonne heure, pour arriver au port où les attendaient le bateau. André leur avait réservée une place de parking, comme cela ils n’eurent pas à chercher. Le temps de sortir leurs valises à roulettes, les sacs, les paniers, de marcher un peu, bientôt ils furent au pieds du bateau. André était sur le fly, les attendant impatiement, bien sur Alex lui avait montré des photos de sa femme, bien sur il lui avait dit qu’elle faisait du 105E, bien sur il lui avait dit qu’elle aimait être tétée, embrassée pénétrée, mais quand il vit la silhouette de la jeune femme se balancer, ses cheveux flottant sur ses hanches, il su de suite qu’il était déjà amoureux, il venait de rencontrer la femme de sa vie, qu’il espérait depuis tant d’années. Il descendit l’échelle du fly 4 à 4, au risque de se fracturer pour arriver à la passerelle au bout de laquelle se trouvait Marion et Alex, environ deux métres les séparaient.

Quand mon amie découvrit André en chair et en os, elle en devint toute rouge. L’homme était magnifique, avec des musles partout, plus que body buildé, 1m90, une montagne de chair, pas un gramme de graisse, brun, bronzé par le soleil de son bateau. J’ai eue l’occasion de le voir par la suite, et effectivement..... c’est un vrai mâle .
Alex fait signe à son épouse de monter, elle met un petit pied sur la passerelle, et immédiatement André se précipite en disant :
- attendez, attendez ......
il se met à genoux aux pieds de Marion, lui enléve délicatement une chaussure, puis une autre , tout en lui caressant délicatement le pied il ajoute :
- vous comprenez pour montez sur une passerelle il faut être pieds nus, sinon vous risquez de vous faire une entorse ou de tomber à l’eau, sur le bateau aussi on vit pieds nus.
Mon amie devient toute rouge, l’homme se redresse comme à regret, il aurai voulu rester des milliers d’années à caresser les pieds de la jeune femme, et aide marion à traverser la passerelle, va chercher les bagages sur le quai, les dépose sur le bateau, Alex en profite pour présenter son épouse :
- ben voilà je te présente Marion..... Marion, André.
Mon amie tend une petite main, Alex fait remarquer :
- vous pourriez vous faire la bise quand même !
André était une grande masse de muscles, avec des biceps énormes, mais il était trés doux quand il fit une bise pour la 1ere fois à la femme de ses rêves. Elle se mit de nouveau à rougir de la tête aux pieds, étant trés blanche de peau, cela se vit comme le nez au milieu de la figure.

L’homme avait beaucoup de douceur et de délicatesse, son slip de bain étant trés court et trés moulant, Marion s’aperçu rapidement qu’André bandait, et il ne bandait pas qu’à moitié, une chose monstrueuse distendait le maillot de bain prét à craquer, par le bas on commençait à apercevoir les deux grosses roubignoles, et le gland distendu dépassait par le haut du maillot . Les deux hommes discutaient et se congratulaient, Marion rougissait les bras croisés dans le dos, elle feignait de ne s’apercevoir de rien du tout : " quoi le monsieur en a une grosse paire ? houa, boo, non, je n’ai rien remarquée !", elle regardait à droite, elle regardait à gauche, en haut en bas, mais tout le temps son regard la ramenait sur le maillot de bain et la grosse bandaison . L’épouse modéle était trés trés génée de ce qui arrivait, troublée aussi, le pénis de l’homme paraissait énorme, même gargantuesque, on pouvait admirer une grosse goutte de sperme sur le bout du méat . Le mari comprit trés vite la cause de l’embarras de son épouse, et feignit lui aussi de ne s’apercevoir de rien .
Puis André leur dit, d’aller prendre possession de leur chambre, pendant qu’il faisait les manoeuvres afin sortir le bateau du port. Les deux invités se retrouvérent donc en tête à tête, et Marion en profita pour chuchoter à l’oreille de son mari, de peur d’être entendue :
- tu sais mon chéri je pense que je ne vais pas rester.
Alexandre lui répondit à haute voix :
- mais pourquoi ma chérie ?
- tu n’as pas vu ton ami ?
- si bien sur je l’ai vu, pourquoi ?
la femme chuchotte à l’oreille de son mari, comme si c’était un secret que personne ne devait entendre, pendant que les moteurs du bateau démarraient.
- parce qu’il n’a pas arrété de bander....
Le mari fit l’innocent, feignant de ne s’être aperçu de rien.
- et en plus il en a une grosse paire, t’as vu ?...
- mais ma chérie, c’est normal de bander, tout les hommes bandent, c’est naturel, et puis il prend des hormones, alors il a de gros besoins. tu es vraiment une trés belle femme, c’est normal qu’on bande pour toi.
Cette remarque fit rougir Marion de la tête aux pieds encore une fois, son mari ajouta :
- bon moi je vais me préparer, et je sorts voir le bateau.
Au dehors les moteurs du bateau vrombissaient, on sentaient qu’André était à la manoeuvre afin de le faire sortir vers la haute mer.
Pendant que Marion rangeait ses affaires et celles de son mari dans les placards de la chambre, Alex se déshabilla, bientôt il était tout nu, son épouse s’exclaffa :
- mais..... mais.... mais tu es tout nu ?....
- ben oui je suis tou nu, la belle affaire, ça fait trente ans que tu me vois tout nu.
- mais , mais, mais ton ami aussi, il va être tout nu.....
- la belle affaire, sur un bateau on fait du naturisme ma chérie .
- mais, mais , mais, il n’arrette pas de bander.... si,si si, je t’assure le l’ai vue de mes yeux vue, il bande beaucoup, beaucoup.
Le coeur de Marion battait à deux cent à l’heure, pendant que son minou se remplissait de ciprine. Alex se mit à jouer avec l’ embarras de sa femme, le sourire aux lévres.
- écoute mon amour, André a de gros besoins sexuels, c’est normal qu’il bande, comme pour toi c’est normal que tu ai des gros seins, et je te dirai que tu lui rendrai bien service en te laissant pénétrer, le pauvre garçon, sinon il va être obligé de se masturber pendant toutes les vacances..... Bon sur ce, j’y vais, toi tu fais ce que tu veut, moi je vais le rejoindre.
Mon amie regarda partir son mari, les yeux écarquillés, horrifiée par ce qu’elle venait d’entendre, elle dit :
- mais je.... mais je...
et déjà Alex avait disparu, monté à l’échelle du fly, elle se précipita désemparée dans le couloir, mais s’aperçue trés vite qu’elle était toute nue, rentre en vitesse dans la chambre, puis s’assied sur le lit, et décide subitement de ranger les valises, cela dure une demie heure environ, pendant que le bateau se dirigeait à plein régime vers la Corse, puis elle décida qu’il y avait un eu de poussiére sur le parquet, elle trouva un balai dans la cuisine, mais la chambre étant petite , le ménage dura quelques minutes, et puis quoi , maintenant tout était clean, rangé, à sa place, qu’allait t’elle faire ? il fallait bien sortir , elle mit un petit pied dehors, un autre, puis un autre, et arriva à l’échelle du fly, toute nue, les seins fiérement dressés, les mamelons tendrement dilatés, appellant le regard et l’envie de la tétée. En bas de l’échelle, elle se dit qu’il faut y aller, elle respire un grand coup, et monte, passe la tête par l’entrée du fly, les deux hommes se retournent, leurs yeux s’écarquillent, pendant que Marion apparait toute nue, ses gros seins devant elle, sa silhouette était magnifique, ses courbes trés féminines, et ses cheveux flottait au gré du vent.

André était tout nu, qu’est ce qu’il était beau, avec ses abdominaux en tablette de chocolat, son corps sculpté, et ses biceps d’enfer. Dés qu’il vit mon amie, il entra en érection, elle était si grosse qu’il ne pouvait pas le cacher, avec un gros gland plantureux au bout de la queue, de la taille d’une mandarine. Marion avala sa salive en se dirigeant vers les deux hommes, et leur demanda toute tremblante ce qu’il faisaient. Alex expliqua qu’il apprenait à piloter, pour pouvoir aider à la manoeuvre. André continua donc ses explications, lui debout , son mari assis à la barre, se faisant expliquer le sondeur, le traceur, le pilote automatique, etc ......
Tout en parlant André s’était rapprocher de la jeune femme, il pouvait maintenant sentir son parfum, doux, sensuel, et ennivrant, il était au contact de sa peau, et sa queue enfla encore plus, quelques fois le gland frolait les fesses de la jeune femme, lui procurant un plaisir inavouable. De son coté, Marion sentait le gland sur la raie de ses fesses pendant qu’André expliquait à son mari, parfois une main se posait sur sa taille, lui donnant des décharges plein le ventre, qu’elle n’avait jamais connue aparavent. La main se fit plus invasive, et se posa définitivement sur sa hanche bien fine , bien douce, puis l’autre main se posa sur son autre hanche. Marion était en panique, que devait t’elle faire, se sortir de là ? lui donner une giffle ? en faire la remarque à son mari ? mais, mais, mais..... son corps était bien là, sous la brise de l’été, la chaleur du auvent, la douceur de ces énormes mains, qui la tenait sans la tenir, qui la caressait tendrement, parfois descendaient un peu, parfois montaient, puis redescendaient, tout cela sous les accoups du bateau qui fonçait droit vers la Corse.

Pendant qu’andré expliquait à son mari, il fit un petit bisou dans le cou de la jeune femme, et Alex feignit de ne s’apercevoir de rien. Marion en ressentit comme un tremblement de tout son corps, une vibration la mettant au bord de la panique et de l’évanouissementcomme , puis un autre baiser vint compléter le premier, Mon amie écarquilla les yeux, elle voulait mettre une giffle à André, mais son corps ne disait pas comme son esprit, et la giffle ne fut pas commandées, le bras ne s’est pas levé, au contraire le minou s’était mis à sécréter une jolie ciprine qui commençait à couler entre ses fesses, de plus l’homme derrière elle, était énorme, une grosse masse de chaire et de muscles qui l’enveloppait complétement, les mains trés douces allaient et venaient sur ses jolies hanches de femme, tout son corps tremblait d’une sensation nouvelle, qu’elle n’avait pas connue, ou alors il y a trés longtemps, et qu’elle avait enfouie dans son subconscient.

Alex feignait de ne s’apercevoir de rien, ni des tremblements de sa femme, ni des mains de son ami sur les belles hanches de son épouse, non plus des petits bisous furtifs sur ses jolies épaules. Il parlaient simplement tout les deux, des nombreux chevaux du bateau, de sa consommation de gasoil, etc, etc....Marion essayait de se méler à la conversation, mais elle n’y arrivait pas, elle bégayait deux ou trois trucs, et puis fermait les yeux, elle sentait l’énorme queue complétement bandée dans la raie de ses fesses, les mains qui remontaient millimétre par millimétre vers ses seins plantureux aux aréoles dilatées, et les tendres baisers furtifs sur ses épaules. Bientôt les énormes mains attrapérent ses belles mamelles de femme en chaleur, et les soupesérent avec beaucoup de tendresse, l’étalon derriére elle appréciait leur lourdeur, leur galbe, la douceur de la peau. Avec ses index, il faisait le tour des aréoles joliment dessinées, en appréciait les pointes fermes et saillantes, en quelques sorte il faisait le tour du propriétaire, discutant tranquillement avec le mari de tout et de rien.

Alex de son coté appréciait énormément ces grosses mains qui soupesait les beaux seins de sa femme, ainsi que le trouble de son épouse au bord de l’évanouissement, il se disait aussi qu’elle devait avoir une énorme queue dans la raie de ses fesses, et que cela était génial . Puis Andrée tout en continuant à soupeser les mamelles de Marion dit :
- bon maintenant alex, tu sais piloter, et si tu permet , je vais faire visiter le bateau à ton épouse.
Marion crue apercevoir un clin d’oeil entre les deux hommes, pendant qu’elle tournait la tête vers l’étalon, afin de lui signaler :
- ho vous savez, je l’ai déjà un peu visité tout à l’heure quand j’étais seule, il est vraiment trés beau.
Alex ajouta à l’adresse de sa femme
- ma chérie, tu peut le tutoyer quand même, et puis il va te faire visiter le bateau pendant que je pilote.
- ha tu crois
- oui oui, allez y, pas de soucis.
André soupesait toujours les belles mamelles de la tendre épouse à pleines main, et n’avait pas l’intention de lacher sa prise ne serai ce qu’un quard de seconde. Ce qui donnait à Marion un air trés sexy de femme soumise, offerte par son mari, à un amant plus que bandé entre ses fesses. André ajouta :
- oui, oui, ma chérie, tu vas voir , c’est un trés joli bateau, il est fait rien que pour toi !

Les seins étaient tenus, les mamelons tendrement caressés, Marion ne savait plus où elle était, ni qui, ni quoi, ni qu’est ce elle naviguait sur une mer de tendresse, un mâle en chaleur derriére elle, qui n’aurai laché prise pour rien au monde, elle dit à son mari dnas un brouillard vaporeux, brumeux, où elle ne savait même plus qui elle était, ne se rendait même plus compte de l’indécence de la situation, les seins soupesés, une énorme queue dans la raie des fesses, face à son mari qui lui aussi s’était mit à bander. Dans son brouillard alors Marion s’entendit dire
- ha bon , tu reste là alors ?
- oui, oui, ne t’inquiéte pas je suis à la barre !
mon amie tourna la tête vers André pour lui dire " bon alors d’accord", mais l’étalon n’en avait que faire, il lui roula un de ces patins avec sa grosse langue dans la petite bouche de la jeune femme, un patin qui dura et qui dura encore, Marion n’était pas là, elle ne se rendait pas compte de la situation, elle était si bien avec son petit minou qui secrétait tant de ciprine, la chaleur de l’été, le vent doux qui caressait son corps. Elle s’entendit dire à l’adresse d’André :
- ha, alors on y va ? ....
l’étalon lui répondit
- oui ma chérie, on y va.....
puis à l’adresse du mari :
- qu’est ce qu’elle est belle ta femme, quelle chance tu as !
Les seins fermement tenus par deux belles mains d’un volumineux étalon, Marion se dirigea vers l’échelle, pendant que l’homme la précéda, lui disant :
- attends ma chérie, je descent le premier, comme ça je te protége en cas où tu tombe.
Alex vit l’énorme queue de son ami faire le métronome pendant qu’il marchait, disparaitre par le plancher du fly, puis son épouse descendit à son tour.
En bas de l’échelle André se retourna, et attrappa Marion par la taille, la souleva, et lui roula un patin langoureux où se mélait tout les désirs des hommes de la terre, un patin qui dura, un patin qu’on n’oublie jamais, même plusieurs milliers d’années aprés, qui dura et qui dura encore, sa grosse langue cherchait l’estomac de la jeune femme, et pour un peu elle l’aurai trouvé, tellement André avait envie de cette épouse fidéle, douce et sensuelle à la fois. Cela faisait au moins trois mois qu’il n’avait pas pénétrée une femme, quand il avait vu les photos qu’ Alex lui avait montré de son épouse, il avait écarqullé les yeux et avait promis à son ami fidélité, afin d’avoir le privilége de féconder Marion, et il avait tenu promesse, se masturbant plusieurs fois par jour sur ces belles photos, alors quand il l’a vue en vraie ses testicules ont éclatés, son sperme voulait sortir dans le vagin de la tendre épouse, le rendant fou hypnotisé par ces formes magnifiques. Il n’était plus lui, ne se controlant plus, seul existait le désir. Il a retourné Marion, l’a déposée sur la banquette au niveau de la proue, où l’on pouvait voir le sillage d’ écume des deux moteurs, et la cote au loin disparaitre lentement. Marion attrappa la rampe arriére, ses cuisses étaient écartées, mais dans son brouillard, elle ne se rendait compte de rien, son minou sécrétait, sécrétait une belle ciprine, préparant son vagin à la saillie. Elle dit comme dans un rêve au ralenti, passant image par image sur l’écran de la mer.
- hoo.... qu’est ce que c’est joli le sillage du bateau....
- oui ma chérie, c’est plus que joli, c’est plus que beau, c’est plus que plus que plus...... hooo non moi, j’en peut plus , j’en peut plus ..... nom de dieu j’en peut plus !
Il se pencha sur Marion, la couvrit complétement, de dos on pouvait juste voir les deux jolis petit pieds de la jeune femme qui dépassaient, attrappa ses seins à pleine mains, et colla sa bouche à celle de la belle épouse, la laissant à peine respirer. L’énorme sexe, lui aussi body buildé, chercha la fente , qu’il mit une fraction de seconde à trouver, et s’enfonça lentement, lentement, lentement, avec une douceur innéfable. Le gland de la grosseur d’une mandarine, dilata la jeune femme, mais sans lui faire mal, l’emportant dans les affres de l’orgasme. Mon amie voulue protester, dire " mais monsieur, je suis une femme mariée", mais avec cette grosse langue dans sa bouche comment faire, et puis elle était si bien, avec ce membre qui s’enfonçait lentement, la fougue et la tendresse de cet homme qui la couvrait complétement. Son vagin était dilaté comme jamais il n’avait été dilaté, c’était magnifique de bonheur, Marion découvrait l’art magique de la saillie, elle était en train de se dire que son mari avait eu raison de l’offrir à cet étalon, pendant que le membre arrivait tout au fond du vagin, elle était bien dilatée comme cela, l’énorme gland avait repoussé l’utérus sur les coté, étiré les parois du vagin aux limites de ses intestins, puis il revint en arrière la dilatant à nouveau, avec l’impression d’avoir un piston dans le ventre, le rythme accéléra, accéléra encore. Le ventre de mon amie donna des spasmes et des spasmes, la faisant entrer petit à petit dans le monde de l’orgasme. Elle avait pensée que c’était bon avec son mari, mais là c’était magnifique. Elle ne s’est pas entendue crier, et crier encore, pendant qu’André accélérait , tout en disant :
- hooo nom de dieu que c’est bon.... j’en peut plus , j’en peut plus.... c’est bon, je t’aime ma chérie.....
La bouche se recolla à celle de Marion qui se laissait faire explosée de plaisir et d’orgasme, le vagin dilaté par la saillie d’un étalon en rut. Elle criait, elle criait, elle criait son plaisir à la mer, à l’écume, à la france qui disparaissait dans le lointain, aux petits poissons qui s’en foutait, au bateau qui vrombissait. Puis les saccades de sperme son arrivées, épaisses, gluantes, remplissant son ventre de femelle offerte par un mari complaisant, collantes au parois du vagin, un sperme chaud, presque brulant qui avait attendu plusieurs mois la fécondation.

Pendant que mon amie revenait à la réalité, tandis que la queue commençait à sortir de son sexe, André lui dit :
- hooo que c’est bon, hooo que c’est bon...... j’en pouvais plus, tu es si belle, si désirable....
Marion encore pénétrée, posa un doigt sur les lévres de son amant .
- chhuuut, il ne faut pas que mon mari s’en rende compte, hein, tu ne dit rien.....hein.
elle lui fit des petits bisous trés tendres sur les lévres, le vagin rempli à ras bord d’une belle laitance. André de son coté n’osa pas lui avouer que son mari avait préparé cette rencontre depuis au moins six mois, six longs mois, à réver d’elle, se masturber sur ses photos, à la désirer de la tête aux pieds.
Le gland de l’étalon était encore dans marion, lui deversant ses derniére gouttes de sperme, la rendant femelle pleine. L’homme à peine apaiser de son rut, l’embrassa encore une dernière fois sur la bouche, d’un long baiser d’amoureux, tout en lui tenant ses belles tétines de femme comblée, il lui dit :
- oui, oui ma chérie, on ne lui dira rien , c’est promis, c’est promis.
Marion lui faisait plein de petits baisers sur la bouche, le remerciant de cet orgasme inattendu et magnifique. Le gland était enfin sorti du sexe de la jeune femme, qui ajouta :
- bon on y va maintenant, sinon il va se douter de quelques chose !....
Bien sur mon amie avait oubliée les mains qui soupesaient ses seins, les doigts qui caressaient ses aréoles aux pointes saillantes, les bisous dans le cou, que son mari avait vu en direct, mieux qu’à la télé . Elle avait oubliée tout cela, seul restait le plaisir de la pénétration, et tout ce sperme d’homme dans son ventre de femme.

André, chevalresque la laissa passer la premiére, elle monta à l’échelle, le cul encore enflé, grouillant d’une vie nouvelle, avec la sensation d’avoir le vagin dilaté par la pénétration qu’elle venait de subir. Quand Alex l’aperçue, il lui adressa un beau sourire, et lui demanda :
- alors c’était bon ma chérie ?....
Marion ne su pas interpréter cette question, elle lui répondit, se raclant la gorge, commençant à rougir de la tête aux pieds .
- rrhuuummm.... oui on a bien visités, tu sais, c’était un peu long, parce que c’est un grand bateau, et il y a plein de choses à voir...... et toi tu t’es bien amusé ?rrr rhuummmm...
Ce faisant, elle se penche en avant, afin de passer les bras autour du cou de son mari, se sentant coupable d’adultére, elle voulait lui faire plein de bises sur la bouche, afin de dissiper ses doutes, de montrer que c’était une femme fidèle et amoureuse..... Puis elle écarquille les yeux.... elle les écarquille encore.... Le sperme d’André qui tenait si bien dans son vagin, mélé à ses sécrétions de femme en chaleur, commençait à sortir en grosse quantité de son vagin. La pauvre Marion, n’a pas eu le temps de mettre la main pour récolter la semence, qui s’écrasa avec un gros " Floc " sur le sol en plastique du bateau. Le coeur de mon amie battait à deux cent à l’heure, effarée par la situation, tremblante pour l’avenir de son couple, elle dit :
- heuuu... c’est pas ce que tu crois mon chéri, c’est pas du sperme, c’est pas du sperme, non je te jure..... c’est heuu, juste de la créme solaire, rien de plus....
Alex regardait la grosse flaque sur le sol entre les pieds de sa femme.
- ha et tu te la mets dans le minou la créme solaire, ma chérie ?
- heuuu... je me suis trompée, je me suis trompée, j’étais pressée, je l’ai mise dans le minou....
Alex se jouait de l’émotion de sa femme paniquée, il en était fiére aussi, elle avait réussie à retirer une trés grosse quantité de sperme à l’étalon, il ajouta rigolard :
- mais tu sais ma chérie, c’est les vacances, tu as le droit de te faire pénétrer par André, si on ne peut pas s’amuser un petit peu dans la vie.... et puis comme je te l’ai dit André a de gros besoins sexuels, c’est normal que tu le satisfasse, sinon il va devenir fou.
- mais..... mais.... tu n’es pas jaloux ??
- mais pourquoi serai je jaloux ? tu as besoin de sperme, André a ce qu’il faut pour ton bonheur et le sien, ce n’est pas comme si tu allait divorcer ... tu veut divorcer ?
- non, non, je ne veut pas divorcer....
- alors soit heureuse et laisse toi pénétrer.
André avait de nouveau attrapée la jeune femme par les hanches, de la voir comme ça penchée sur son mari, vulve et anus offert à sa contemplation, lui avait provoquer une nouvelle érection qui grandissait de secondes en secondes

suite dans la partie 2interessent

8 Commentaires

  • Excellentissime.. Un grand merci.

  • superbe comme dab !!

    julie tes la meilleure
    bises

  • pour répondre à kiro31, oui tu as raison, c’est Marion qui m’a racontée son histoire, et c’est moi qui l’ai écrite . pour la rendre un peu plus vivante je me suis mise à sa place, et j’ai essayée de ressentir ce qu’elle a du ressentir , mais pas facile, mais pas facile de ne pas apporter ma petite note de musique.

    pour Mr Baolex, André n’est pas skipper, certe il pilote son propre bateau, mais il dirige son entreprise du coté de Montauban, il vit en ménage à trois avec Marion et Alex, et ça m’étonnerai qu’elle soit d’accord pour le partager avec une autre . Mais je raconte ces trois rencontres, pour ceux qui se demande comment faire pour amener leurs compagnes au candaulisme, pour leur apprendre aussi qu’ils leur faudra beaucoup de patience et d’amour, Alex a mit au moins 10 ans pour trouver un amant à sa femme
    bises à tout les 2

  • Merci Julie.
    Encore une fois merveilleusement conté.
    Mais moi en imaginant Marion c’est Julie que je vois...
    Bises.

  • avec plaisir Mr adidas

  • impatient de lire...j’adore
    Nouveau sur le site, je vais m’empresser de lire vos autres récits....
    bises acceptées et retournées...

  • il y a la suite dans peu de temps, puis les rencontres de Christine et eléana
    bises julie

  • hummmm...délicieusement érotique..."sentant " les vacances...les embruns...l’huile solaire...et tous les plaisirs de la chaire...Merci au plaisir de vous lire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription