Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

La longue route vers le candaulisme/ Chapitre 6 : Deuxième compte rendu : Sébastien encore … et Marc

! Signaler un contenu abusif

Dès le lendemain matin, j’envoyai à Eléa une vidéo de moi en train de me masturber. Je l’avais faite la veille, juste après notre conversation, après avoir lu et relu le compte rendu de sa soirée avec Sébastien. Je détestais le fait qu’il ait passé la nuit entière à ses côtés, et pourtant cela avait contribué aussi à mon excitation, à cette sensation délicieusement humiliante qu’on me dérobait la femme pour qui mon cœur battait.
Accompagnant ma vidéo, que je trouvais bien laide et ridicule, juste un petit message :
« Et maintenant à votre tour de m’en envoyer une ! »

Eléa me répondit par une dizaine de smileys en forme de cœur : elle avait adoré mon petit clip, mais me dit que, de son côté, elle n’avait rien à m’envoyer.

« Ah ! Vous n’avez pas donc pas remis le couvert, ce matin ! » Je n’étais pas malheureux qu’après avoir baisé jusqu’à trois heures du matin, ils aient été enfin rassasiés ! Pas de sexe au réveil : ils n’avaient donc rien eu à filmer... La réponse d’Eléa me désarçonna :

-Si, au réveil ! J’ai senti son érection matinale et m’en suis emparée. Je l’ai sucé doucement puis je l’ai pris jusqu’au fond de ma gorge !

Avait-il jouis ? Dans sa bouche ? L’avait-il encore touchée ? Prise ? Eléa ne me donna pas de détails supplémentaires. Il fallait que je mette dans le crâne qu’elle menait ses rendez-vous comme elle l’entendait et ne serait pas toujours à avoir une pensée pour moi. Ce fut un peu dur à encaisser mais je fus rapidement pris de nouveau par ce vertige étrange : elle m’échappait bel et bien, et parfois même complètement. Mon esprit se remit à galoper. Pas comme un étalon, mais comme un jeune cerf, dont les cornes commençaient à pousser. Et cela me plaisait.

Eléa qui se préparait pour son rendez-vous avec le musicien m’envoya, comme consolation, deux très courtes vidéos d’elle en train de se caresser. J’étais aux anges. Elle était sublime : ses yeux toujours aussi envoutants et profonds et elle m’offrait sa jouissance.

Je la quittai quelques heures. Attendant qu’elle me raconte, ce soir, son second rendez-vous. C’est ce qu’elle fit en fin de journée :

« Et le gars de Tours alors, ça s’est passé comment ?

-Mitigée… C’était pas désagréable comme rencard mais pas transcendant non plus…

- Pas de feeling quoi… c’est ça ?

- Oui… étrange parce que sur le papier on avait tout pour il y ait un feeling.

- Donc tu ne le reverras pas ?

- Non. Aucune chance. »

Le cas était réglé. Un rendez-vous qui ne donnait rien, ça arrivait souvent. J’en revins donc à ma sempiternelle interrogation, à savoir dans quelle mesure Eléa ne s’agaçait pas de devoir me tenir informé de ses « tromperies ».

« Ça ne te dérange pas toutes ces questions que je te pose, hein ?

-Non non… d’ailleurs si tu veux tout savoir…

- Oui ?

- On a quand même trouvé une petite impasse pour s’isoler avec Marc…
Mais, tu viens de me dire ‘pas de feeling !’ Du coup, je croyais que vous étiez restés distants… »

Je savais qu’elle adorait embrasser. Je pense qu’Eléa vivait cela comme une réelle expérience, peut-être pas mystique, mais sensorielle. Embrasser, c’était tendre ses antennes vers l’autres, palper son âme, sonder sa sensibilité.

« Alors, tu n’as pu t’empêcher de lui voler un baiser ? Lui dis-je.

-Oui… On s’est rapproché… fugacement. Le temps de jouer un peu… c’était plutôt bien d’ailleurs !

- Jouer un peu ?

- Oui. Il m’a fait jouir trois fois avec ses doigts.

J’étais abasourdi. Le temps de digérer l’information, je cherchai quoi lui répondre. Mais elle enchaina :

-Figure-toi que c’était son anniversaire aujourd’hui même ! 43 ans ! Oui, encore un vieux, je sais ! Eh bien, il s’est payé la chatte d’Eléa pour son anniv’ ! lol

Comment ? Un inconnu, qui de plus ne lui plaisait que moyennement, « s’offrait » sa chatte ? Se « servait » sans vergogne ? Mais le plus terrible, c’était la façon dont Eléa m’avait présenté la chose : la vulgarité de sa phrase, ce « lol » complètement déplacé ; tout cela me fit bouillir de colère et de désir. J’ai préféré ne pas monter à quel point j’étais déstabilisé par cette révélation si crument assenée :

-Oh … dire que pour son anniversaire, tu ne lui a même pas soufflé sa bougie… il a dû être déçu !

- Ah ben si un peu. Mais je l’ai surtout branlé. »

Je tombais des nues. De pire en pire ! Ou bien, était-ce de mieux en mieux ? Dans une ruelle, ma nana, s’était fait doigter, et avait sucé un individu pour lequel elle n’avait pas plus d’attirance que cela, et tout ça en plein jour… Des images pornographiques de femmes s’offrant à des inconnus, sur des parkings, dans les bois, me sautaient au visage… je fermais les yeux pour les chasser.

Non, Eléa n’était pas une d’entre elles, certes, mais en était-elle si loin au final ? Je commençais à me demander jusqu’où elle irait dans la lubricité et dans l’assouvissement de ses envies… Quant à mes propres désirs, ils devenaient, à mesure de ses infidélités, de plus en plus précis et de plus en plus extrêmes…

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription