Accueil > Témoigner le candaulisme >Partager son expérience >

Wyylde La plus excitante des expériences de couple

La longue route vers le candaulisme / CHAPITRE 10 : Inversions des rôles, godemichet et sauna libertin (Version d’Eléa)

! Signaler un contenu abusif

5 mai 2017

Au fil du temps, je prenais de plus en plus de plaisir à explorer ce côté bestial et dominateur qui sommeillait en moi. Je n’avais jamais eu l’occasion de le laisser sortir. Je l’avais effleuré à quelques reprises avec des amants de passage, mais je n’avais jamais osé approfondir cette voie. Avec Alexandre, je me sentais libre de me laisser aller. Mieux, je savais que c’était ardemment désiré. Je prenais donc mon pied à endosser le rôle masculin à l’horizontal. J’adorais le prendre dans toutes les positions, avec un gode ou avec mes doigts, lui imposant ainsi une sorte de domination. C’était moi qui décidais où, quand, et comment il pouvait jouir. Je jouissais devant ses râles, ses cris. Je lui intimais de chanter son plaisir pour moi. J’exultais pendant ses orgasmes. J’étais transportée de bonheur.

Lors d’une de nos rares sorties en amoureux, nous allâmes à Pigalle, pour acheter un double gode. Nous étions tous les deux très excités depuis le début de l’après midi, et je cherchais tous les prétextes pour le peloter en douce malgré son aversion pour l’exhibitionnisme. Je prenais un malin plaisir à l’exciter et à le mettre mal à l’aise. Je savais que nos pas nous mèneraient près d’un sauna mixte, et une fois notre nouveau jouet en poche, j’annonçais l’air de rien : "et si on allait au Moon City ?" Je savais qu’il ne résisterait pas à la tentation de me voir avec d’autres hommes. Je constatais avec plaisir, à la lueur dans ses yeux, que je ne m’étais pas trompée.

Nous nous retrouvons donc nus comme des vers, protégés seulement par un paréo multicolore prêté par l’établissement, dans l’antre du libertinage. Après avoir folâtré dans la piscine, nous nous dirigeons vers l’étage, à la recherche des autochtones. À l’entrée du hammam, un homme se tient derrière moi alors que j’enlève mon paréo, et me complimente sur mon corps. Je lui jette un coup d’œil. Ni moche ni beau, mais d’aspect viril. "Il fera l’affaire", pensais-je en mon for intérieur. Je m’allonge à côté d’Alexandre, au plus haut des gradins, et "l’homme viril" s’assoie en face de nous. Alexandre entreprend de me caresser, sans doute pour me mettre à l’aise. Il doit se dire que je suis stressée. Bizarrement je ne le suis pas du tout. Je suis détendue, sure de moi, et la partie de jambe en l’air qui se profile avec certitude me réjouit au plus haut point.

Je suis ravie d’avoir enfin l’occasion de montrer à Alex mon côté libertine, de lui prouver que je peux me lâcher avec de totals inconnus malgré mes refus à répétition devant ses propositions d’amants. Étant la seule femme présente dans le hammam, tous les mâles en rut s’approchent de moi. Certains se contentent de me regarder, d’autres, comme « l’homme viril », n’hésitent pas à me toucher. Je ferme les yeux afin de me concentrer sur les sensations physiques qu’ils me procurent. Je sens des doigts s’introduisant dans ma chatte. Ils se font de plus en plus inquisiteurs, ils me fouillent de l’intérieur, et commencent des va et vient. D’autres mains me caressent le ventre, les seins, et un sexe dressé fièrement réclame ma bouche. Je l’ouvre, ma langue sort d’elle même, lèche le gland doux et chaud. Je sais que c’est celui de l’homme viril. J’ouvre les yeux, et regarde Alexandre. Je le découvre les yeux emplis d’amour et d’excitation, à mes pieds, me caressant le ventre et les jambes. Je suis surprise quand je comprends que c’est l’homme viril qui me doigte depuis tout à l’heure. J’aperçois un homme qui se caresse en nous regardant. Un autre s’approche, et fait mine d’enfiler un préservatif. Il est vieux et laid. Je mets le hola à ses prétentions en lui faisant comprendre qu’Alexandre et l’homme viril me suffisent. Celui-ci propose d’ailleurs d’aller en cabine. Alors que nous nous dirigeons vers l’extérieur du hammam, je lui demande par acquis de conscience, espérant secrètement me tromper sur le premier avis que je me suis fait sur lui, si Alex peut s’occuper de lui également. Malheureusement l’homme est égal à l’image qu’il dégage : viril et un peu obtus. Il décline donc.

On entre malgré tout dans la cabine, et Alex ferme la porte. Mes souvenirs de ce moment sont assez flous. Je me souviens du manque de luminosité, de l’excitation grandissante à l’idée de concrétiser enfin un de nos fantasmes. J’allais me faire prendre par un homme devant Alex. Mon amoureux me regarde de ses yeux enfiévrés, il a sa lueur un peu démente que j’aime tant dans ses yeux, et je le provoque de mon regard de salope pendant que l’homme viril s’escrime à me prendre en levrette. Il n’est pas très bien monté et son sexe ne me procure pas beaucoup d’effets. J’en rajoute donc un peu dans mes cris et gémissements pour ne pas le vexer et pour exciter Alex. L’homme n’est décidément pas à la hauteur, et il jouit assez vite. Je sors assez frustrée de cette étreinte, et encore terriblement excitée. Je réclame donc un moment en tête à tête avec mon homme afin qu’il s’occupe de moi comme je le mérite. Alex entreprend donc de me lécher et de me doigter ardemment, langoureusement, amoureusement. Je jouis enfin, fort et vite, en écho à une autre femme qui se fait prendre dans une cabine voisine.

Pendant notre pause clope au fumoir qui suit cette étreinte, nous recroisons Sarah, la très jolie beurette, qui semble être bi et attirée par nous. Je trouve qu’elle surjoue un peu, mais il faut avouer que la donzelle est fort bien roulée. J’ai très envie de l’embrasser, mais sous ses airs de dévergondées il s’avère qu’elle est plus difficile qu’il n’y parait, et qu’elle est plus intéressée par le jeu que par les actes. Un homme un peu pataud entre sur ces entrefaites, et un jeu de séduction s’installe entre nous quatre. L’ambiance est détendue et légèrement potache, plus que sexy. Au bout d’un moment nous décidons d’un commun accord de poursuivre la soirée dans la piscine, mais le temps qu’on rejoigne Sarah (le temps de se fumer encore une ou deux clopes), nous la retrouvons occupée avec un autre homme. Nous allons donc nous isoler dans un coin, et je ne peux m’empêcher d’espérer secrètement qu’ils nous rejoignent. En attendant j’entreprends de bécoter allègrement Alexandre, tout en lui caressant sensuellement le torse et le dos. L’homme un peu pataud arrive en bon dernier sur place, et je vois à ses yeux qu’il est perturbé de retrouver deux stands séparés, là où il s’attendait à nous retrouver tous ensemble. Je l’observe du coin de l’œil, et je le vois hésiter. Il coupe la poire en deux en s’installant seul à mi distance.

Sarah, décidément très joueuse, se rapproche alors de lui, lui glissant quelques boutades au passage, le chauffant sûrement, et le pousse vers nous. Alex et moi l’accueillons à bras ouverts. Les choses en entraînant une autre, je me retrouve dans ses bras à l’embrasser goulûment, une main posée sur son sexe malgré l’interdiction de jeux sexuels dans la piscine. Profitant d’une respiration, je tourne la tête vers mon Alex, qui me dit tout de go que le jeune homme est en train de le branler ! Mon cerveau frémi de plaisir à l’idée des possibilités multiples que cette nouvelle information implique. Je ne sais plus trop comment, nous décidons de nous rapprocher de Sarah et de son compère. Nous sommes tous d’humeur badine, et nous passons un moment à rire de choses et d’autres. Sarah tient absolument à ce qu’Alexandre et l’homme pataud s’embrassent. Je l’espère également, et les encourage dans ce sens. Sarah a alors l’idée de mettre en jeu un baiser saphique en échange d’un baiser entre eux. Jusqu’à présent réticent, l’homme pataud se décide finalement, et Alex et lui s’embrassent. Wouaw ! Décharge électrique dans tout le corps. J’ouvre grand les yeux pour ne pas en perdre une miette, mon clitoris gonflant d’excitation en voyant pour la première fois Alex embrasser un autre homme. Je m’imagine à la place de l’homme, je les imagine s’empoignant fermement et se suçant mutuellement. Les garçons ont gagné leur paris, il faut maintenant que Sarah et moi nous acquittions du notre. Je m’approche d’elle, penche la tête et pose mes lèvres sur les siennes. Elles sont douces et moelleuses, tout comme ses seins, que mes mains baladeuses ont tout de suite trouvés. Je la caresse en l’embrassant, ouvrant de temps en temps les yeux pour les planter dans ceux d’Alex. Les garçons sont visiblement très excités par ce spectacle, et on en vient à tous nous caresser mutuellement.

Profitant du peu de monde dans la piscine, je décide alors sur un coup de tête de faire la planche. Le compère de Sarah se positionne à ma tête, entreprenant de me masser le crâne. Alex, fidèle à lui même, se met à mes pieds et les masse également. Sarah et l’homme pataud se placent alors chacun d’un côté de mon ventre, l’un caressant mes seins et l’autre me soutenant sous les fesses. C’est tellement doux, voir carrément délicieux de me sentir caressée par toutes ces mains bienveillantes et sensuelles autour de moi. J’observe de temps en temps Alex, mais me laisse surtout aller à profiter de la douceur du moment, de la chaleur de l’eau. J’ai l’impression d’être la reine. Au bout d’un moment je commence à culpabiliser d’attirer ainsi l’attention uniquement sur moi. Je propose alors à Sarah d’échanger les rôles. Je lui caresse longuement les seins, et lui vole quelques baisers au passage, puis son compère se rapproche de moi et m’embrasse également. On se retrouve à nouveau en train de nous embrasser, de nous caresser le sexe, les seins, le torse, les fesses. Je profite de la confusion générale, de ce jeu de "qui touche qui ?", pour introduire un doigt, puis deux, dans le sexe de Sarah. Je la sens frémir sous ma fouille méthodique. Je les enfonce alors le plus loin possible. Son compère me doigte en même temps, et de l’autre main je branle Alex, qui doit lui même branler l’autre homme. Ce petit jeu pourrait durer longtemps, je sens qu’Alex est comme moi, en mode câlins et moins en rut après notre étreinte dans la cabine.

Malheureusement il est l’heure pour nous de rejoindre son fils, à qui nous avons promis de rentrer pour dîner avec lui... Nous reprîmes donc le chemin du monde réel le cœur léger, nous promettant de revenir le plus vite possible.

1 Commentaire

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Inscription